Side Menu

La goutte d'eau qui fait remuer la terre.
Partagez
Guzen Gujiko
土 | Iwa no Jônin
土 | Iwa no Jônin
Guzen Gujiko
Messages : 49
Date d'inscription : 29/08/2015

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 795
Expérience:
La goutte d'eau qui fait remuer la terre. - Page 2 NJ7MbV0180/300La goutte d'eau qui fait remuer la terre. - Page 2 Up4Qf5Y  (180/300)

La Fourmi Guerrière, voilà la carte qu'avait tirée Gujiko de sa main gauche. C'était une puissante technique, mais elle était lente... très lente. Non pas que son exécution demandait beaucoup de mudras ou de concentration, mais le coup en lui-même était extrêmement lent. Alors que Gujiko l'avait utilisé en visant son adversaire, le ninja déjà légèrement brûlé par l'explosion de son clone, elle s'était préparée à recevoir l'assaut du second (qu'il ait été le clone ou non, peu importait) et à partir en courant une fois la porte libérée. Cependant, partir en courant était devenu difficile. En effet, en venant la déséquilibrer en l'attaquant dans les jambes, le jeune ninja en avait profité pour apposer deux petits sceaux explosifs: ils n'étaient pas aussi grands que les modèles habituels, mais ils étaient clairement destinés à rester discrets, si bien que leur explosion provoqua de graves blessures à l'arrière de ses chevilles. Gujiko tomba au sol, sans comprendre ce qui lui arrivait. Que faisait-elle par terre? La garde allait arriver, ce n'était pas le moment! Puis vint la douleur: elle regarda rapidement ses jambes: le bas de ses pantalons avaient été brûlés par l'explosion, et ses talons noircis. Le fourbe avait visé ses tendons d'Achile, dans le but de l'immobiliser. Gujiko tenta de se relever, mais n'y arriva pas aussi bien qu'elle l'aurait souhaité, la douleur l'empêchant de se dresser sur ses pieds. Combien de temps resterait-elle dans cet état? Elle n'avait pas de temps à perdre... la Fourmi allait frapper, elle devrait agir en conséquence!

Le jeune ninja commença à se vanter de sa supériorité, comment l'explosion qu'il avait subie n'avait été que superficielle et pourquoi elle ne pourrait jamais le vaincre. Quel prétentieux... il ne pouvait pas voir la Fourmi Guerrière! En ce moment, une vague de chakra parcourait la distance qui les séparait... il lui fallait gagner du temps. La kunoichi fit mine de souffrir plus que nécessaire pour le faire continuer sa tirade. Elle vit que le clone avait rejoint l'original (ou était-ce le contraire?) devant la porte de la chambre du Daimyo: ses chances de passer étaient à présent nulles... jusqu'au bon moment, bien sûr.

Il continuait de parler pendant qu'elle n'écoutait pas vraiment: elle jaugeait ses chances de pouvoir se déplacer sur ses pieds: c'était tout ce qui comptait. Parlant à présent de l'épargner si elle venait à abandonner, il ne s'était toujours pas rendu compte de ce qui se préparait. Le coup était probablement l'un des plus risqués de l'arsenal de la cartomancienne, mais il allait fonctionner. En fait, Gujiko n'avait jamais réussi cette technique aussi bien que dans cette situation... dommage que ses pieds aient été blessés à ce point: elle aurait de la peine à profiter de la situation pleinement.

Se retournant légèrement du côté des marches, comme pour guetter l'arrivée des gardes, Gujiko piocha une carte. Ce n'était pas ce dont elle avait besoin, mais elle avait un peu de temps: elle dissipa vite le chakra pour piocher une autre... puis une troisième. Là! C'était ce qu'il lui fallait. Il ne manquait plus que le timing...

Soudain, il lui révéla son identité: Kazuky Akuma. Voilà un nom qu'elle n'oublierait pas de sitôt. Il continua à lui parler de sa vie, mais elle le sentait: la Fourmi Guerrière arrivait à destination! Serrant les dents, elle attendit la fin du discours, prête à voir le visage de Kazuky se déformer par la surprise à tout moment... mais rien. Allez, il fallait que la technique réussisse! Simplement, il avait terminé de parler... Allait-il revenir vers elle? Non, il semblait confiant, mais également assez méfiant pour rester aux aguets. Il devait se préparer à toute éventualité... était-il vraiment prêt?

Gujiko entendit les gardes arriver en bas des marches. Il ne restait plus que quelques secondes avant qu'elle n'ait perdu. Elle regarda les deux jumeaux droit dans les yeux et prit un air assuré:

"Kazuky Akuma, hein... j'espère pour toi que ton corps arrive à guérir aussi vite que ce que tu prétends..."

Son visage eut une expression de surprise dont l'Iwajin se délecta une fraction de seconde avant l'explosion.

Ce coup n'était pas la simple explosion de parchemin ou de clone: c'était une vague concentrée de chakra katon qui avançait lentement en direction de la cible, si bien que celle-ci pouvait éviter le coup en se déplaçant de quelques mètres. Dans le cas où ils se trouvaient, c'était parfait: Kazuky était resté immobile, en tenant sa position devant la porte - porte qui était la véritable cible de l'attaque, à la base. Mieux encore, les deux Kazuky s'étaient regroupés au point où aurait lieu l'explosion, si bien que l'identité de l'un ou de l'autre importait peu: le clone allait probablement disparaitre, et le vrai... il payerait pour les chevilles de Gujiko. Il était jeune, et son corps avait prouvé qu'il pouvait résister à une explosion, mais cette fois, il était en plein dessus: ce serait étonnant qu'il s'en sorte aussi bien cette fois-là.

L'explosion était bien plus violente que tout autre coup délivré par l'un des combattants pendant l'affrontement. Si elle ne réveillait pas la plupart des habitants du palais, le pays pouvait se renommer en "Pays des Rêveurs" pour de bonnes raisons. Gujiko entendit d'ailleurs les gardes, derrière elle, pousser des cris de surprise et quelques uns se jeter au sol comme s'ils attendaient une réplique.

Qu'était-il arrivé à Kazuky? Gujiko ne le voyait pas, car le trou dans le mur avait laissé un espace qui lui montrait ce qu'elle avait visé: la chambre du Daimyo. Elle était sombre, et meublée richement. La kunoichi ne distingua pas tout ce qui s'y trouvait (et encore moins le traité...), seulement une fenêtre entrouverte: c'était par là que l'un des Kazuky était arrivé pour la gêner alors qu'elle allait remonter doucement vers sa cible.

Gujiko retourna la tête pour voir les gardes observer le mur défoncé. Plusieurs hommes coururent en direction de la chambre pour voir comment allait le Daimyo, mais quelques uns restèrent en haut des marches, en pointant leurs armes sur elle.

"Messieurs, je me rends."

Elle prit une mine déconfite en pointant ses chevilles brûlées afin de leur faire comprendre qu'elle n'était pas en état de se battre, mais aussi qu'elle les aurait affrontés en d'autres situations...



Résumé et techniques:
 
Anonymous
Invité
Invité




La goutte d'eau qui fait remuer la terre.
La fin.