Side Menu

Flash back ( Une ancienne connaissance) Feat Akira
Partagez | 
avatar
水 | Kiri no Jônin
水 | Kiri no Jônin
Uesugi Asyiah
Messages : 415
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 29
Localisation actuelle : Kirigakure no Sato

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 359
Expérience:
180/300  (180/300)


"Ancienne connaissance"
Saïto Akira


La journée était déjà bien entamée dans le village caché de la brume. Je pouvais profiter d'un moment de tranquillité pour terminer mon installation après une mission rondement menée. Les cartons n'allaient pas se défaire tout seul après tout. Bien que je m’investisse dans cette tâche avec une certaine application, je venais vite à en être lassée. La patience n'est pas vraiment un de mes points forts. Soupirante, rabattant une mèche de ma chevelure rousse derrière mon oreille, je préférais largement profiter de ma journée en extérieur. Passant ma courte veste en cuir sur les épaules. J'entamais mon périple vers le centre-ville animé par la présence des villageois. Une humeur festive se dégageait des embruns de nourritures fumantes sur les diverses échoppes. Martelant le sol de mes talons discrets, je prenais le temps d'acheter quelques douceurs gastronomiques pour sustenter mon appétit. Oui en plus de cela je suis mauvaise cuisinière. Je serais capable de faire flamber une biche tuée dans la forêt. Par contre préparer un plat que je qualifiais de normale ne compter pas sur moi. Je suis bien trop bourrue et maladroite, décidément toute sauf une femme à épouser. Rabattant mon regard sur mon opulente poitrine qui épousait le mouvement de ma démarche, je me disais que finalement peut-être il y avait du bon quand même. Sac à provisions sur l'épaule j'avais déjà une idée bien précise de l'endroit où j'allais pouvoir me prélasser. Pourtant quelques rues plus loin, une voix enfantine se détachait de la foule. Elle ne m'était pas inconnue, regardant par-dessus mon épaule je constatais qu'il s'agissait de la petite Misaki, courante dans ma direction tout sourire. Lui rendant sa moue attendrissante, je venais la saisir à bout de bras avant de la faire tourner sur elle-même. Un banal amusement qui la divertissait. 

-Assia-Chan, tu n'oublie ras pas de venir chez mon oncle ce soir, je suis certaine que tu as oublié le souper n'est-ce pas ?

Plissant les yeux et plaçant une main derrière ma nuque, je laissais un rire nerveux venir montrer mon embarras. Pourtant je faisais mine de bien entendu ne pas avoir oublié pareille invitation.

-Rassures-toi Misaki-Chan je n'ai pas oublié, je serais présente sans faute.

Me séparant alors de la douce compagnie de la jeune fille, je quittais le village pour me rendre vers une crique relativement isolée et calme. Balayée par les embruns marins, elle offrait un lieu prompt à l'introspection et la sérénité. Mordant légèrement mon pouce, je venais joindre mon sang à une série de mudra avant d'invoquer Sada la grande raie. Elle ne manqua pas de s'écraser de tout son poids dans l'étendue d'eau. Grimpant sur le dos de l'animal, je m'y installais. Comme une certaine habitude redondante qui trouvait un sens important à mes yeux. En tailleur sur la peau rêche de l'être aquatique, je venais verser dans une coupelle du saké que je portais à mes lèvres avec délectations. La nature, un moment de détente sans les hurlements des habitants quel délice. Scrutant l'horizon, j'observais les vagues venir mourir sur les roches à pic du récif. Un éternel recommencement qui ne me lassait pas le moins du monde à contempler. Pourtant, je pouvais sentir une présence se rapprocher, aucune intention malhonnête ne s'en dégageait. Je restais néanmoins sur mes gardes tout en buvant mon breuvage d'une manière calme et détendue en apparence.




Dernière édition par Uesugi Assia le Jeu 24 Déc - 10:46, édité 5 fois
avatar
Invité
Invité



"Ancienne connaissance"
uesugi assia



Des rayons de soleil s'infiltrèrent dans le bureau et éclairèrent la pièce. La jeune Kunoichi s'étira longuement , faisant craquer ses articulations maltraitées par deux heures de paperasses. Le soleil était déjà bien haut dans le ciel de Kirigakure no Sato et Akira n'avait toujours pas vu la lumière du jour. Rentrée la veille d'une mission passablement éprouvante , elle s'était faiblement effondrée sur son matelas et avait repoussé la rédaction de son rapport.
Malheureusement, ses obligations ne semblaient pas s'être envolées au gré de ses ronflements et à son réveil, notre protagoniste avait du se résoudre à passer la matinée cloîtrée chez elle.
A l’extérieur, de jeunes enfants s'égosillaient et ne cessaient de cavaler sous les volets clos de ses appartements. Les odeurs et bruits des rues adjacentes ne cessaient de la déconcentrer et , comme un appel quelque peu mesquin , voilà que le soleil se mêlait à la partie en s'insinuant sournoisement jusqu'à elle. D'un soupire exagéré , elle posa sa pluma , repoussa ses feuillets et fini par se lever.

*Si je continue ainsi , je vais finir par m'endormir le nez dans l'encrier. Au diable le rapport , ils attendront.*

Akira se dirigea d'un pas souple vers l'armoire la plus proche et y piocha un pantalon souple ainsi qu'un débardeur noir. Rien de bien extravagant, rien de ninja , juste un peu de normalité en ce jour de repos. Elle s'observa brièvement dans le miroir contiguë et ne pu s’empêcher de grimacer

*J'ai vraiment mauvaise mine.*

Et c'était peu dire. Ses précédentes aventures avait creusé de profondes cernes sur son visage et sa peau n'avait jamais été aussi blanche. Soucieuse de sortir ainsi, elle abandonna son accoutrement au dossier de la chaise la plus proche et rejoignit la salle d'eau. Hors de question de se montrer dans cet état là.


-_-_-_-_-_-_-


C'est donc les cheveux légèrement humides et le teint rafraîchit qu'Akira arriva quelques heures plus tard aux portes du villages. Sa tenue légère lui permettait de profiter pleinement du soleil et tout son corps vibrait sous la chaleur du grand astre. Autours d'elle , les villageois s'activaient et bavardaient sans lui prêter attention. Quelques hochements de têtes en guise de salut , beaucoup de visages détournés , Akira ne faisait toujours pas l'unanimité chez les Kiri-jins. Cela faisait déjà quelque temps qu'elle avait réintégré le village mais les bonnes vieilles habitudes ont la rancune tenace : Nombreux étaient ceux qui se plaisaient à dire qu'avant d'être Jônin de Kiri , la jeune femme avait été la disciple d'Heizawa Kinjuto.
Et que son art n'était pas mort avec lui.
Navrant.

Cette petite popularité avait cependant ses avantages. Ainsi, elle pouvait déambuler dans les rues sans que quiconque ne viennent l'interrompre ou lui demander de rendre des comptes. Elle en rendait suffisamment à ses supérieurs après tout. Ses pensées la ramenèrent soudainement sur les feuillets restés vierges sur son bureau et elle pressa le pas , comme si ces derniers avaient pu avoir l'audace de la poursuivre jusqu'ici et la ramener de force chez elle.


-_-_-_-_-_-_-


La jeune femme marchait désormais mécaniquement vers son repaire de prédilection. Lors de son retour à Kiri (il y a de cela quelques années), Akira avait fait la découverte d'un petit coin de paradis à l'écart de la foule et des responsabilités : Une petite plage nichée au cœur de la roche et à l'abri des regards.
Son exutoire face à l'irritation que lui provoquait la vie en autarcie.
Une crique.
Quiétude
Et bien être.

Au fil de ses pas , l'horizon se dessinait et s'offrait à elle. La jeune femme avait beau avoir des penchants dédaigneux , elle ne pouvait s’empêcher de s’émerveiller à chaque fois qu'elle posait les yeux sur ce paysage idyllique : Les monts se chevauchaient souplement et se plissaient sous les caprices du vent , les vagues s'entrechoquaient paresseusement et leur bruit emplissait les environs d'une musique sereine , telle une berceuse. Le lieu était désert et pourtant , une multitude de sons parvenaient à Akira et lui semblaient plus vrais que ceux des rues qu'elle venait de traverser. Elle s’arrêta et , semblant enlacer le paysage qui s'offrait à elle , ouvrit les bras de part et d'autre de son buste. Les odeurs de sel venaient lui chatouiller les narines.
Inspirant profondément , elle en emplit ses poumons.


- Tadaima ..



Comme pour lui répondre , une brise légère vint lui caresser la joue . Elle sourit.



Il ne lui fallu pas longtemps pour rejoindre ladite crique. Ne désirant pas s'attarder sur les hauteurs plus longtemps, elle se propulsa sur un rocher un contrebas, descendit d'un bond léger encore quelques mètres ... N'alla pas plus loin.
Une tache sombre se détachait plus bas sur le rivage et , elle en était sure , un animal marin n'a jamais possédé une si grande chevelure.
Plissant les yeux , Akira mit quelques secondes à distinguer ce qui semblait être … une femme.
Le juron que la Kunoichi laissa échapper fut des plus grossier et son écho se répercuta longuement sur les roches avoisinantes. Faisant fit de la hauteur , elle rejoignit la plage d'un saut énergique.

Voila qu'elle s'absentait quelques semaines et son petit coin de tranquillité se voyait investit par des étrangers. Prudence était mère de sûreté mais celle d'Akira était surtout l'impulsivité. Elle s'immobilisa donc.
Croisant les bras sur sa poitrine et se contenant du mieux qu'elle pouvait , elle fit mine d'observer l'horizon. La mer avait beau être calme ce jour la , le sang de notre protagoniste lui bouillonnait comme un feu furieux. De fait, Akira préférait attendre que sa colère s'apaise avant d'apostropher cette pauvre femme sans raison.


-_-_-_-_-_-_-


La raie majestueuse sur laquelle trônait l'intruse embellissait le paysage et Akira ne pu s’empêcher de l'observer du coin de l’œil. Le spectacle était loin d'être déplaisant et si elle avait du être honnête avec elle-même , notre jeune kunoichi aurait reconnu la beauté du moment.
Elle se doutait que la jeune femme avait conscience de sa présence et ce n'est qu'après quelques minutes qu'elle daigna s'avancer sur la surface de l'eau dans un raclement de gorge significatif.

*Après tout mon arrivée était loin d'être discrète*



- Je ne crois pas vous avoir déjà vu

par ici


Ironie et amertume.
Le profil de l'inconnue apparaissait peu à peu à chacun de ses pas …


avatar
水 | Kiri no Jônin
水 | Kiri no Jônin
Uesugi Asyiah
Messages : 415
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 29
Localisation actuelle : Kirigakure no Sato

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 359
Expérience:
180/300  (180/300)


"Ancienne connaissance"
Saïto Akira


Mon regard toujours plongé dans l'horizon, cisaillant les ondulations de l'océan de mes perles émeraude. Rêveur était mon esprit au moment où l'étendue d'eau rejoignait le flot des nuages créant ainsi un tout entre ciel et terre. Le regard scintillant devant une telle simplicité, un émerveillement passager. Pourtant je gardais en tête la présence, que pouvait bien faire cette personne ici . La question semblait bête de prime abord, pourquoi n'aurait-elle pas le droit également de profiter de ce paysage ? De pouvoir un instant, profiter de l'enlacement de cette aura naturelle si revigorante. Sortant de ce questionnement, je reportais à mes lèvres la coupelle de saké qui se vidait petit à petit. Le vent du large caressant ma peau et faisant frissonner ma crinière sanguine. J'éprouvais néanmoins une certaine déception de ne pouvoir jouir d'une solitude pleinement méritée. Sans pour autant me retourner, la présence finalement lança d'une voix féminine et relativement douce une question. Nous partagions visiblement le même état d'esprit concernant la situation. Je venais répondre alors calmement tout en déposant le récipient que je tenais.

-Effectivement, je viens ici depuis peu. Je cherchais un endroit pour fuir la foule, retrouver un calme intérieur.

Me retournant lentement je venais fixer la jeune femme, étrangement, sa chevelure ivoire ainsi que son visage ne m'était pas inconnu. Un vieux souvenir qui semblait ne pas vouloir s’extirper de ma mémoire. Une rencontre que j'avais dû effectuer lors de l'une de mes pérégrinations aux quatre coins du monde sans doute. Ce qui me frappa en premier lieu, le physique de mon interlocutrice. J'avais déjà pu poser mon regard sûr de nombreuses jeunes femmes, souvent charmante. Pourtant, les traits de cette dernière étaient particuliers. Fins et agréables, ils invitaient à laisser s'exprimer une once de créativité de la part la main du peintre. Voilà tu t'évades à nouveau dans des clichés poétiques Assia ma pauvre. Reprenant mes esprits, j'invitais la jeune femme à me rejoindre, finalement pourquoi ne pas partager ?

-Vu la situation et si nous devons partager le même endroit, autant que je vous offre un verre de saké n'est-ce pas?


Aucun problème de sociabilité pour moi bien au contraire. Je m’évertuais souvent à sembler la plus ouverte possible, pour combler une solitude pesante du passé . Peut-être qui sait, mais qu'importe, l'invitation était sincère et se connaître autour d'une bonne boisson est toujours plus agréable. Me décalant légèrement de ma place sur le dos de Sada, j'invitais alors la jeune femme à venir prendre place. Le grand grincheux ne s’empêcha pas de faire un commentaire outrageusement déplacé comme à sa sempiternelle habitude. Soupirante, je venais faire comprendre à mon invocation que le silence est parfois la meilleure protection contre un poing sur un nerf très sensible. L'idée que je connaissais cette personne de quelque part me perturbait au plus haut point. Je cherchais, ressassais des vieux souvenirs en pagaille. Enfin, je me contenterais de discuter avec elle et voir ou la situation nous entrains. Dans ce décor inspirant la quiétude quoi de plus agréable ?


avatar
Invité
Invité



"Ancienne connaissance"
uesugi assia



Quelques mètres seulement séparaient nos deux protagonistes. Les pas de la jeune Saïto la menèrent rapidement à hauteur de l'étrangère et son visage se découvrit enfin. Akira y découvrit sans surprise un faciès en accord avec le paysage.
Paisible et agréable.
L'inconnue était loin d'être vilaine à regarder et ce qui frappa derechef la Kunoichi fut son regard d'émeraude , étincelant, semblant la traverser de toute part. Quelque peu mal à l'aise , elle eut du mal à soutenir ces yeux-ci et préféra détailler les quelques détails physiques restant.
C'est alors qu'elle recentra son attention sur la teinte ambrée de sa chevelure. De loin , l'intruse lui avait parue brune , quoiqu'un peu châtain. A présent , les rayons du soleil venaient éclairer de plein fouet chaque mèche et donnait presque l'impression que le sommet de son crane s'embrasait. Quel contraste ! Son air avenant et presque débonnaire acheva de la plonger dans une certaine perplexité. Elle était certaine qu'un tel physique aurait retenu son attention , était elle nouvelle ? Ou juste de passage ? La perplexité laissa place à la curiosité, et bien qu'encline à pousser son observation , ce fut la réponse de son sujet d'analyse qui vint interrompre le court de ses pensées.    .

- Effectivement, je viens ici depuis peu. Je cherchais un endroit pour fuir la foule, retrouver un calme intérieur.

Akira fronça les sourcils et garda le silence. Sa réponse était désormais vide de sens et chaque seconde s'égrenant apportait son lot d'interrogations :
La voix.
Elle ne lui était pas inconnue.
Un instinct des plus primaire prit le dessus sur son raisonnement et la poussa à abhorrer les intonations de la belle inconnue.  Ou diable avait-elle pu entre cette voix-la ? Et à l'inverse , qui pouvait-elle bien lui rappeler ? Akira réalisa soudain que la jeune femme la détaillait tout autant. Il s'écoula quelques secondes avant qu'elle ne poursuive :

- Vu la situation et si nous devons partager le même endroit, autant que je vous offre un verre de saké n'est-ce pas?


-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


* Je préfère votre lame à votre verre *

La réponse fusa dans l'esprit d'Akira , déjà bien échauffé par cette rencontre, et elle ne la retint que de justesse . Non pas qu'elle ait en projet d'affronter cette inconnue. Il n'y avait pas plus de lame apparente que menaçante, pas au point de le mentionner ainsi.
Non , ce n'était rien de tout cela. Juste une ancienne réplique cinglante qu'elle avait un jour asséné à une jeune femme ayant eu l'audace de lui proposer ce même loisir.
Akira se morigéna intérieurement. Il était hors de question de laisser un odieux souvenir  prendre le pas sur ses tentatives de sociabilisation.
Sociabiliser ? Elle ? Voila qui n’était pas coutumier , tout du moins pas en dehors de ses fonctions, et encore moins avec les habitants du pays. Trop d'interrogations fusaient et cette énième question eut raison de la patience d'Akira. Dressée à quelques mètres de la raie, la jeune femme se tourna vers son interlocutrice. Elle finit par opiner brièvement du chef et accepter l'invitation .
Face à la difficulté , à la gène ou aux interrogations , son Mentor lui avait toujours conseillé de laisser la réflexion au sage, et la parole aux malotrus. « Agis selon ton instinct . Agis.»
Là ou son esprit lui criait méfiance , son instinct l'invitait à la curiosité.
Ce duel intérieur n'avait duré qu'une poignée de secondes.


Akira fixa longuement la raie , un frisson désagréable lui parcourant l'échine.
Bon dieu , comment pouvait-elle bien grimper sur ce truc ?


-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


- Je ne pense pas que votre acolyte

apprécie que je le piétine ainsi ...


Un pied posé sur l'extrémité droite de la raie , Akira n'en menait pas large et se tenait prête à toute révolte de la part de l'animal. Grimpant précautionneusement et lentement , elle avança d'un pas incertain et déséquilibré. Bien trop occupé par son avancée , elle ne remarqua même pas le coup qu'asséna l'intruse sur la pauvre bête : Elle découvrait pour la première fois la sensation de se tenir sur ce majestueux animal marin .
Et l'expérience n'était pas particulièrement plaisante.
La peau de la raie était dotée d'une texture visqueuse et la jeune femme regrettait amèrement de ne pas avoir pris ses sandales. Glissante , elle aurait plusieurs fois eu raison de l'équilibre de notre protagoniste si cette dernière n'avait pas eu une bonne maîtrise de ses points d'appui. Elle s'abstint cependant de tout commentaire et veilla à ne pas afficher de mine de dégoût.
Akira avait apprit à se méfier du caractère bien trempé de ces bêtes là , il était tout aussi inutile que dangereux de les vexer.
Après une vingtaine de secondes, c'est avec un soupir de soulagement qu'elle rejoignit enfin l'inconnue , indemne. Croisant ses jambes , elle se laissa doucement tombée auprès de l'inconnue pour finir souplement en tailleur.  Le mètre la séparant de la jeune femme n'avait pas été mit au hasard : Signe qu'elle gardait une certaine réserve , il permettrait surtout à Akira d'anticiper tout geste malvenu. A l'exception prêt de la raie sur laquelle elle siégeait présentement ….

Les deux femmes se tenaient à présent côte à côte.
L'horizon seul pour leur faire face.


-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


Soupirant une nouvelle fois (d'aise cette fois ci) , Akira s'octroya un instant d'inattention afin d'admirer le paysage depuis son nouveau perchoir. D'ici , la vue était imprenable. Bercée par les remous sur lesquels la raie se laissait allègrement porter , la jeune femme étendit son regard à l'horizon.
Sereine.
Elle finit par lever son bras gauche à hauteur d'épaule, en direction de l'inconnue,  comme pour saisir un objet qu'elle pourrait lui offrir. À aucun moment elle n'avait détourné les yeux du spectacle que lui offraient les embruns, transpercés par les rayons du soleils...
Arc-en-ciel.


- Je crois que je vais accepter un

peu de votre Saké.


Aucune intonation.
Simple constatation.
Akira ne saisissait pas encore jusqu’où mènerait cette rencontre ni même ce qui l'avait tant dérangée chez elle. Elle avait décidé de jouer franc jeu et n'hésiterait pas à foncer tête baissée si la situation tournait au vinaigre. Comme pour appuyer son propos, elle posa négligemment le coude droit sur la garde de son sabre vermeil. Senketsu ne la quittait jamais et elle fut heureuse qu'il soit à ses cotés à ce moment précis.


- Ne vous offusquez pas , mais

j’espérais trouver cet endroit vide

et votre présence ne m'enchante

guère.


*pause*


- Mais puisque vous êtes la on

dirait que l'on va devoirs se

supporter, Mademoiselle … ?


Civilités , encore des civilités. Akira avait tenté d'adopter un ton léger sans grand succès. Elle ne regardait pas l'étrangère , mettait des distances. Tout ce qui avait de plus détestable en communauté.
Mais relativisons,
Elle aurait pu se contenter de lui foncer dessus.


avatar
水 | Kiri no Jônin
水 | Kiri no Jônin
Uesugi Asyiah
Messages : 415
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 29
Localisation actuelle : Kirigakure no Sato

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 359
Expérience:
180/300  (180/300)


"Ancienne connaissance"
Saïto Akira


Je savais la jeune femme hésitante, c'était amusant à observer, intérieurement une certaine hilarité me gagna. Sada pourtant n'est pas si repoussant pour un animal de cette taille malgré sa balafre qui lui donne un air de mauvais garçon. Cachant un léger sourire, je ne me laissais pas de contempler la jeune femme qui me rejoignait. Cette crinière blanche et longue, harmonieuse donnait à son visage un teint de perle. Sombre, mais si attirant, le contraste entre le paysage coloré et ce teint blafard était prenant, un soupçon de neige se déposant délicatement à la surface du monde. Quelques bribes de phrases me revenaient en mémoire, des flashs sporadiques tintant tel un phare dans une tempête. C'était extrêmement flou, agaçant, opaque comme une surface transparente où nous ne pourrions pas distinguer la personne qui se tenait derrière, mais uniquement la silhouette. Quittant cette image, je revenais alors à la situation actuelle. Un léger sourire en coin quand j'observais la belle se rapprocher de mon invocation, l'air hésitant. Il faut dire que mon animal était impressionnant, ça je ne pouvais pas le nier. Elle avançait pourtant avant de venir me dire avec une voix qui semblait hésitante que mon compagnon ne serait peut-être pas réceptif à son engagement pour grimper sur son dos. Affichant un léger sourire je venais lui répondre avec calme et tranquillité.

Rassurez-vous, du moment ou je vous invite il ne fera pas d'histoire, il est bourru pas agressif.

Venant tapoter la peau humide et gluante de mon camarade comme une provocation dont je me délectais, un grognement sourd était la seule réponse au mécontentement du géant marin. Prenant peu à peu ses aises malgré un tâtonnement amusant à observer, la jeune femme marchait ou tentait de se déplacer avec l'agilité d'une enfant. Je ricanais discrètement, tout en l’accueillant auprès de moi. L'inconnue gardait ses distances, compréhensible en soi je ne pouvais m’empêcher de lorgner sur la garde de son sabre. Une pièce qui semblait de grande valeur. Je ne me targuais pas de posséder une telle arme, le ninjato qui m'appartient n'était certainement pas d'aussi bonne facture, mais il me suffisait amplement, bien qu'à l'avenir, je pense me payer un katana. Elle tendait sa main dans ma direction, laissant s'échapper de ses lèvres un message qui rentrait dans une forme de communication plus ouverte, en apparence. Sans rien dire hormis un acquiescement, je lui servais une coupelle, et dans la foulée, me resservais moi-même. Observant l'horizon, je portais la boisson à mes lèvres, savourant le goût caractéristique et la sensation de chaleur dans la gorge. La jeune femme semblait discrète pourtant ce ne fût pas le cas très longtemps, une nouvelle phrase à son actif, une confession à première vue qui me fit sourire tout en fermant les yeux.

-C'est amusant que vous disiez cela, car moi-même j’espérais ne trouver personne ici, manque de chance visiblement. Je me nomme Assia, Uesugi Assia enchantée et vous ?

Ces quelques marques de politesse étaient un minimum dans un entretien, connaître le nom de celle avec qui on converse. Je me creusais toujours l'esprit, fixant l'horizon, cette voix, cet air détaché, plus le temps passait plus le souvenir se faisait plus précis. Telles des pièces d'un puzzle qui s'assemblaient peu à peu. Finalement j'entrevoyais une jeune femme que j'avais rencontrée il y a quelques années, insolentes et faisant preuve d'un manque de maturité évidant. La crinière blanche, un sabre, son visage tout concordait. Je ne disais rien pourtant, pas encore, j'attendais un instant propice, fixant l'immensité de l'horizon. Je marmonnais pourtant.

- Petite fleur hargneuse.

avatar
Invité
Invité



"Ancienne connaissance"
uesugi assia



"C'est amusant que vous disiez cela, car moi-même j’espérais ne trouver personne ici, manque de chance visiblement. Je me nomme Assia, Uesugi Assia enchantée et vous ?"

Akira haussa un sourcil, étonnée. Elle n'aurait jamais imaginé un tel nom pour la jeune femme. Une consonance en K ou en H aurait sûrement mieux convenu à l'image qu'elle se faisait de la dénommée Assia : Des caractères marquant des traits francs et avenants.
« Assia » se laissait glisser entre les lèvres , délicatesse et subtilité. Bien loin de ce que laissait entrevoir son interlocutrice.
Amusée par ce contraste , Akira porta la coupelle de saké à ses lèvres et laissa le liquide brûlant faire taire la réplique moqueuse qui lui était venue à l'esprit. Alors comme ça, Assia avait elle aussi espéré se retrouver seule. « Manque de chance » , certes.

• Vous êtes bien la première personne à vous aventurer ici. Cet endroit était plutot calme il y a un mois de cela.


Akira brandit sa coupelle dans un geste amical :

• Je pense que nous n'avons pas le choix , faisons avec . Saïto Akira , enchantée.


La jeune femme porta une nouvelle fois la coupelle à ses lèvres pour sceller cette rencontre. Et bon dieu que ce saké était bon.
Ses épaules se relâchèrent.
La sérénité la gagna peu à peu.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

"Petite fleur hargneuse."

Murmurrées, ces dernières paroles ne retinrent pas immédiatement l'attention d'Akira . Sourire au lèvres , elle sirotait les dernières gouttes de ce délicieux breuvage, l'esprit perdu dans cet immense paysage marin.

*- Petite fleur hargneuse. *
*- Petite fleur hargneuse. *
*- Petite fleur hargneuse. *

Comme un écho dans son esprit.

Ces yeux s’agrandirent subitement. La surprise mélée à la colère se peignit sur son teint blafard . S'étranglant avec le Saké de son ancienne rivale , elle le recracha dans une gerbe éblouissante , arrosant la majestueuse raie . Le choc était tel que tout son corps se figea dans un mutisme effrayant et refusa de lui obéir. Ses muscles , tendus , saillaient sous son accoutrement léger et Senketsu semblaient brûler son bras , lançant un appel meurtrier. La fine balafre au creux de son coup , elle , ne l'avait jamais autant démangée. Les images lui revenaient brusquement tel un coup de poing dans l'estomac :
La jeune femme déposant la pointe de son sabre sur les lignes de son coup .
Se moquant légèrement de sa naiveté.
Et lui inculquant une leçon des plus cuisante.

Peu lui importait la raie souillée , peu lui importait les apparences. Un rictus malsain avait envahit son visage , le reste étant dissimulé derrière sa chevelure folle.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Dans un effort surhumain , Akira finit cependant par se redresser sur ses jambes ankylosées et , contre toute attente …
Explosa de rire.
Son rire se répercutait sur les roches environnantes et donnait à cet instant une impression de folie et de malaise certain. Sa voix couvrait le bruit des vagues , le chant des volatiles , le souffle du vent . Elle n'avait pas rit ainsi depuis bien longtemps.

La situation était grotesque ! Elle buvait tranquillement une coupelle de Saké sur une Raie géante , accompagnée d'une femme qu'elle avait voulu tuer quelques années auparavant , et contre qui elle avait nourri une rancune sans précédant. En y repensant , le rire d'Akira s'intensifia et il lui fallu encore quelques secondes avant de pouvoir reprendre son souffle et se calmer , les yeux larmoyants tant elle s'était esclaffée.

La réaction de la Raie, elle, ne s'était pas faite attendre. Un grondement sourd remonta jusqu'aux jambes d'Akira et la terre sembla trembler sous ses pieds. Bien loin d’apprécier de s'être fait cracher dessus sans ménagement , l'animal remua brusquement afin de manifester son mécontentement. La jeune femme perdit rapidement l 'équilibre, ses bras brassant l'air à la recherche d'une prise quelconque.
Prise inexistante.
Akira bascula en arrière et tomba lourdement sur l'animal.
Sonnée , le souffle coupé , elle porta derechef la main à la garde de son sabre en marmonnant quelques injures bien pensées.
Sa fièreté et son derrière mis à mal , elle lâcha sur un ton acerbe :

• Tu mériterais de t'étouffer avec
ton Saké pour tout ça.


Elle avait abandonné le vouvoiement naturellement tant la situation l'avait déstabilisée. Ses joues rosies par la honte de s'être donnée en spectacle , contrastaient avec le regard profond et sérieux de son visage. Elle hésitait encore quant au comportement à adopter et son esprit se refusait à tout discernement.




Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...

Sauter vers: