Side Menu

There, for grace, I go [PV Riri, Ikki, Naruto, Kakashi & Sakura]
Partagez | 
avatar
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
Kayaba Akihiko
Messages : 533
Date d'inscription : 24/06/2015
Age : 21
Localisation actuelle : Quelque part, perdu dans mon esprit.

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 689
Expérience:
365/500  (365/500)

RP 01
THERE, FOR GRACE, I GO
Meeting


Le cycle de la vie et de la mort continue. Personne ne peut prévoir de quoi demain sera fait... Je n'y croyais pas spécialement à la base puis plusieurs traumatismes se manifestèrent, me braquant devant le fait accompli. Je n'avais d'autres choix que d'accepter l'évidence même ; personne ne peut contrôler la vie ou la mort de quelqu'un. Ces histoires d'immortalité ne sont que pures inepties. Bien sûr, au plus profond de moi, j'ai toujours espéré que ces décès ne soient que de terribles blagues, les corps originaux et en pleine santé apparaissant devant moi, alors sous le choc. Mais je ne l'avais jamais montré et avais toujours réfuté cette hypothèse. Je n'étais plus un enfant croyant que ses parents divorcés allaient pouvoir se marier de nouveau.
Non, je n'étais pas comme ça, bien au contraire. Mais depuis la mort du Yondaime et d'Aika-chan, j'avais dû me rendre à l'évidence qu'il fallait profiter de chaque instant et ne pas se brimer. Sauf que ça... C'était quelque chose que je n'étais pas capable de faire. Que je n'étais plus capable de faire. Cela faisait maintenant plus de deux décennies que j'avais commencé à intérioriser toutes ces émotions néfastes. Bien sûr, quand j'étais encore jeune, innocent et insouciant, mon esprit savait ce que c'était qu'un rire spontané, vivre heureux - plus ou moins - et tout ce qui va avec. Puis plusieurs événements se sont produits et, depuis ce jour, je suis incapable d'agir comme un humain à part entière. C'est comme si quelque chose d'autre contrôlait mes émotions et m'empêchait de les faire ressortir. Au début, ce n'était qu'un simple jeu d'acteur afin d'imposer ma prestance et ma suprématie aux yeux de tous. Comment gouverner si l'on ne montre que ses faiblesses ? C'est une chose impossible.
Au fil du temps, j'ai trouvé cela normal de vivre avec un masque constant sur le visage, cachant ainsi le moindre ressenti. Qu'il s'agisse des larmes, des éclats de rires, des gémissements ou même des cris de douleurs... Tout cela n'était que pur cinéma. Rien de spontané à mes yeux ; de la fiction pour moi, une réalité pour les autres.
Il était facile de se jouer des autres – et de soi-même dans une certaine mesure – au même titre qu'il était aisé de déceler ce qui n'allait pas chez ces mêmes personnes. Par contre, allez découvrir ce qui cloche chez vous et vous vous rendrez compte que c'est une autre paire de manches. J'avais cette capacité à cerner mes interlocuteurs, avec plus ou moins de facilité, et pouvais donc affirmer ce qui n'allait pas quasiment aussitôt. Par contre, quand il s'agissait de mon cas... J'étais parfaitement capable de dire que quelque chose ne tournait pas rond chez moi, et j'en suis parfaitement conscient. Par contre, de là à mettre le doigt dessus... Pas la même chose, encore une fois. J'étais de moins en capable de ressentir quelque chose, en réalité. Était-ce dû à l'habitude de vivre constamment sous un masque ? Avais-je perdu cette faculté propre aux humains ? Tant de questions qui restaient sans réponses, torturant mon esprit comme jamais...
Une autre fatalité m'avait également frappé de plein fouet, me forçant à admettre toutes ces choses une nouvelle fois. Akatsuki avait décidé de s'attaquer et de récupérer Gaara, comme me l'avait appris Itachi. Bien sûr qu'il avait raison... Mais je n'avais aucunement prévenu mon Kazekage, au risque qu'il se fasse réellement kidnapper. J'en avais d'ailleurs profité pour tenter de gratter un plan de secours en prenant en compte la barrière présente autour de leur fameux repaire, dont je connaissais la localisation exacte, toujours grâce à l'ébène.
De ce fait, afin de servir de témoin oculaire et de mener à bien cette opération de sauvetage, j'étais intervenu un peu après que le tout ait commencé. Mais je n'avais pas pensé que les deux assaillants puissent avoir une telle puissance destructrice... Si bien que Suna fut vite balayé, laissant place à un simple terrain vague. Je fus par ailleurs pris dans l'explosion mais ce n'était que quelques secondes de gaspillées et cela m'avait permis d'identifier l'affinité utilisée par le blond. Du Bakuton sensible au Raiton. Voilà un élément qui allait nous être plus qu'utile.
L'autre, je ne le connaissais ni d'Adam ni d'Eve, mais je dus le combattre, pour le bien de Gaara et de mon village. Comme j'étais sonné, je ne m'étais pas rendu compte que j'avais balancé une technique très puissante sur un vulgaire clone. La réelle armature, elle, apparut dans mon dos. Ayant récupéré l'ensemble de mes capacités sensorielles, je pus anticiper son attaque éclair et m'étais retourné contre lui dans le but de briser sa carapace. Tout ce que j'avais réussi à faire ? L'abîmer et probablement briser quelques engrenages, mais rien de très probant. Alors que je m'étais fatigué en vain, je le regardai dans les yeux, m'avouant vaincu et lui autorisant à donner le dernier coup. Mais apparemment, le mécanisme de sa queue de scorpion semblait en mauvais état. De ce fait, il ne parvint pas à pleinement pénétrer mon torse avec son arme métallique (et qui dit torse, dit cancer et donc protection malgré moi). Cependant, je n'avais pas prévu que celle-ci soit empoisonnée... Par chance, une partie fut absorbée par ma maladie – qui se renforçait grâce à cela – et une autre fut filtrée par Hakaze qui était arrivée à temps. C'est vrai que sa sensorialité nécessitait une énorme concentration mais pouvait s'étendre sur plusieurs kilomètres. Je crois bien que je n'ai jamais été aussi heureux, si je peux dire ça, qu'elle soit dotée de cette faculté. M'enfin, au final, tout ceci était « rentable ». Je savais à qui nous avions à faire, un utilisateur du Baukuton et Akasuna no Sasori, maître marionnettiste qui avait récupéré les plus puissants pantins de Suna.
L'ébène me supporta pour rentrer au niveau de son clan afin que je puisse recevoir des soins plus approfondis. Pour ce faire, nous dûmes passer à travers les ruines de Suna et donc devant l'ancien bureau de l'hôte. Ici se tendait un certain Takeshi, « pirate de Suna et propriétaire du Sunajin volant » comme il s'amusait à le dire. Il était venu réclamer une mission... Était-ce réel ? N'avait-il pas encore décuité durant ces dix derniers mois pour se rendre compte que l'heure n'était pas spécialement à se saouler jusqu'au coma ? Je lui demandai alors, tout en essayant de rester conscient, de tenter de rafistoler quelques trucs dans le village et surtout de rassembler les débris pouvant être réutilisés pour la reconstruction du village. Une fois fait, je continuai ma route, épaulé par mon amie et surtout débarrassé de ce déchet. Il était facile de s'attacher à lui, mais qu'est-ce qu'il pouvait être idiot. Et je reste poli !  
Une fois arrivé à destination, a Kusaribe me posa sur un lit et branche quelques machines afin de maintenir une certaine stabilité. Je finis par rapidement m'endormir et me réveillai quelques heures plus tard. Je ne me souvenais de plus grand chose, seulement quelques fragments. Bien sûr, cela finit par me revenir mais il me fallut du temps. Une fois que j'eusse pris conscience de tout ce qui se passait, je demandai une feuille de papier, un crayon ainsi qu'un faucon à mon infirmière. Il me fallait prévenir Konoha. J'étais dans un sale état et ne pouvais rien faire tout seul. J'avais déjà du mal à rester éveillé... Oui, ça me faisait mal. Mais il fallait parfois privilégier l'intérêt général... Attention, je ne dirai ceci qu'une seule fois. Ne vous y méprenez pas.
Au même moment, la définition même de la déchéance toqua à la porte. Exaspérée, Hakaze alla lui ouvrir, en insistant sur le fait qu'il fallait me laisser tranquille. Je me redressai du mieux que je le pouvais. De ce qu'il me raconta, je pus conclure qu'il avait plus ou moins réussi la mission. Je le félicitai brièvement et lui lançai une petite bourse remplie de quelques Ryôs, de quoi le satisfaire pour sa petite soirée. Une fois reparti, je me laissai partir dans un sommeil profond mais non moins douloureux.
Je me réveillai fréquemment, poussant différents cris de douleur que je ne pouvais contrôler. Le poison était puissant, très puissant. D'un certain point de vue, on pouvait s'estimer chanceux que personne d'autre que moi n'affronta Sasori. Tout le monde ne souffrait pas d'un cancer capable d'absorber une infime quantité d'une telle substance pour créer des anticorps.
Au bout de plus ou moins trois jours, on m'annonça l'arrivée de trois Konhajin qui étaient venus me voir. Tsunade avait donc bel et bien reçu mon courrier... Parfait. La connaissant, elle avait dû envoyer l'équipe numéro sept. Celle-ci était composée de Hatake Kakashi, le Ninja Copieur, Naruto Uzumaki, Jinchûriki de Kyûbi et enfin Haruno Sakura, sa disciple qui excellait en Taijutsu et Irôjutsu. S'il y avait bien quelqu'un capable de me soigner et de créer un antidote, c'était bien elle. Avant de le faire entrer, je demandai à Hakaze de recouvrir les diamants noirs qui s'étaient un peu trop agités ces derniers jours. Je n'avais pas spécialement envie de faire face aux questions de tout le monde, surtout en ces conditions. Une fois fait, je demandai au garde de les amener ici, et ils ne tardèrent pas à arriver. Entre temps, j'avais demandé à ce qu'on l'on aille me chercher Totoro Ikki ainsi que Buraian Riigaru. Le premier était le cher des espions tandis que le deuxième s'était entièrement dévoué à moi. A l'époque du Yondaime, nous avions décidé de l'interroger une dernière fois après quelques années d'emprisonnement et le plaçâmes en liberté conditionnelle. A ce moment-là, il se dévoua corps et âmes à ma grande personne et ne pouvait rien me refuser.
Une fois que tout le monde fut présent, je me redressai légèrement et continuai d'afficher un visage neutre – présent depuis le début des présentations – tout en faisant fi des douleurs dues au poison.
 Bonjour à tous 」lançai-je d'abord. 「 Ikki, Riigaru, je vous présente les membres de l'équipe Sept de Konoha. Leur Sensei, Hatake Kakashi et ses deux élèves ; Uzumaki Naruto et Haruno Sakura 」, indiquai-je généralement. Je tournai la tête vers le groupe de la Feuille. 「 Totoro Ikki est le chef des espions ainsi qu'un bon élément du village. Buraian Riigaru, lui, est un Juunin lambda qu'il ne faut surtout pas sous-estimer. Il possède une certaine approche des combats et des opérations de ce genre qui n'est pas à négliger 」, expliquai-je aux envoyés de Tsunade avant de tourner la tête vers « mes » ninjas. 「 Sakura est un ninja médecin, disciple de Tsunade ; c'est donc elle qui va me sauver, fatalement, et nous créer un antidote dans la mesure du possible. Naruto est le Jinchûriki de Kyûbi ; c'est un peu le seul à pouvoir comprendre Gaara, sans me compter. Il est impulsif, c'est pourquoi je compte également sur vous, Kakashi-dono, pour le canaliser 」, terminai-je finalement, laissant tout ce beau petit monde traiter les informations qu'ils venaient de recevoir.


____________________________________________

Tu veux m'aider? Click! ♥️



Il y'a plus de choses dans le ciel et sur terre, Horatio, qu'il n'en est rêvé dans toute votre philosophie.


Dernière édition par Kayaba Akihiko le Sam 6 Fév - 12:29, édité 1 fois
avatar
風 | Suna no Jônin - Chef des Espions
風 | Suna no Jônin - Chef des Espions
Totoro Ikki
Messages : 133
Date d'inscription : 11/08/2015
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 258
Expérience:
242/500  (242/500)



Réunion au sommet.

Rencontre / Feat. Aki/ Riigaru/ Equipe 7

Le périple fut long et éprouvant, de la forêt de Shikkotsu à Taki, de Taki à Ame, l’Archer avait vu bien des choses depuis cette mission en coopération avec Konoha. Mission qui avait par ailleurs fragilisée la confiance que le Sunajin portait à la nation de la Feuille. Blessé et inquiet il avança le plus rapidement possible. Arrivé aux frontières du désert le Kaigan s’écroula sur le sable chaud. Fermant les yeux, son esprit remémora la parole de l’homme surpuissant qu’il avait croisé lors de son passage au village de la pluie. Il se rappela la force extraordinaire de ce personnage aux pouvoirs étranges, les images s’enchainaient dans sa tête alors que non loin de les ruines de Suna le QG des espions s’agitait. Narsus envoyait l’équipe d’Ayame à la recherche du chef des Espions qu’il avait détecté à son entrée dans le désert. Les ombres se mirent rapidement en route bien que la sorcière des espions n’était pas particulièrement motivée pour aller secourir son supérieur. Shiro lui se montrait bien plus concerné et pris rapidement de l’avance sur ses deux coéquipières afin d’arriver le plus vite possible. Il le retrouva allongé et partiellement ensablé, il constatait que son sensei avait pris des coups part de puissants adversaires.

« Ikki-sensei !»
« Shiro ne prend pas autant d’avance tu commences à m’énervé, est-il en vie ? »
« Evidemment qu’il est vivant il a besoin que tu lui donnes les premiers soins !  Tu es peut-être chef d’équipe, mais sache que si tu ne fais pas ce que je te demande je te tuerai ! »
« Tu me plais Shiro-san, je fais ça pour toi ne l’oublie pas. »

Ayame s’exécuta et soigna le chef des espions, Shiro le porta sur son dos et les trois Shinobi se mirent en route pour les ruines du village de Suna. Le retour fut rapide, les espions avaient leurs propres ninjas médecins et le chef des espions fut rapidement pris en charge. Après quelques heures il retrouva ses esprits, d’abord confus, il se demanda où il était puis il réagissa, il reconnaissait les murs du QG qui n’avait quasiment pas été endommagé. Peu de bâtiment pouvait se targuer de tenir encore debout, mais celui était particulièrement éloigné de l’impact et se trouvait dans un coin reculé du village. Très vite Ikki se leva afin de constater par lui-même les dégâts infligés par l’Akatsuki à son village. Il tomba alors qu’il marchait, Narsus rentra dans la pièce au même moment et l’aida à se relever. « Ne te lèves pas tu es encore faible… Il s’est passé quelques choses durant ton absence… » Le conseiller de l’archer peinait à trouver ses mots, il baissa, la tête. « Je le sais déjà, dégage de mon chemin Narsus ! Je dois le voir de mes propres yeux. » Il se releva et sortie à l’extérieur accompagné de près par son ami. Il ne vit que des ruines, des gens effondrés de chagrin, il était déboussolé de savoir que l’homme de l’Akatsuki avait dit la vérité.

« Narsus… Ou est Gaara-sama ? »
« Ils l’ont pris avec eux, Kayaba-san a tenté de les arrêter en vain. Il est toujours en vie, mais a subit de lourds dégâts.»
« Je dois le voir immédiatement ! Envoie un homme le prévenir de mon arrivé ! »
« Un de ses hommes est déjà dans l’entrée il t’attend. »
« Envoie l’équipe Assassin au pays de la Pluie, qu’ils surveillent le moindre fait et geste du village caché d’Ame, qu’ils partent immédiatement ! »

Ikki, se rendit directement à la rencontre du Haut-Conseiller de Suna qui l’avait fait demandé. Ce dernier n’avait pas connaissance des faits et gestes des espions, le chef de ceux avait bien des choses à lui dire sur son dernier périple. Sur le chemin, le messager avait déclaré qu’une équipe arrivé du village caché de la Feuille participait aussi à cette réunion. Les mésaventures du Kaigans avec Konoha le mis sur ses gardes. Il n’avait plus confiance en cette nation qui avait trahi sa confiance lors de sa dernière mission. Il n’allait pas se déranger d’en faire part lors de cette réunion, il arrivait rapidement au lieu-dit. Il entra dans la pièce ou se trouvait déjà l’équipe de Konoha, il reconnue le Ninja Copieur de Konoha dont on lui avait fait l’éloge par le passé. Il vit également un autre shinobi, de son village cette fois-ci, Riigaru était un Juunin plutôt réputé au sein du village pour ses capacités au combat. Une fois tout le monde réunis Akihiko prit la parole et fit les présentations, il était effectivement en mauvais état et pu remarquer qu’Ikki tout comme lui avait passé des moments difficiles. Le Haut-Conseiller présenta les qualités de chacun, l’équipe de Konoha possédait un ninja médecin et aussi un Jinchuuriki en plus du ninja Copieur.

« J’aurais aimé que l’on se voit en privée Akihiko-san, nous verrons cela plus tard. Bien je suppose que nous devrions commencer sans plus tarder. D’abord Akihiko, je regrette de n’avoir pu vous aidez à défendre notre village, sache que je ne me pardonnerai jamais de n’avoir pu empêcher cela… Mais je ne reviens pas les mains vides. Je reviens d’un long périple durant lequel j’ai visité de nombreux lieux. Lors de ce voyage j’ai pu rencontrer deux membres de l’Akatsuki, j’ai dû user de ma ruse afin d’échapper au premier, j’ai pu éviter une confrontation directe, mais je peux vous dire que ça puissance est au moins égale à celle d’un Kage ! » Il marquait un cran d’arrêt, il s’asseyait sur un siège encore un peu faible pour rester trop longtemps debout, puis il continua. « Le deuxième… Il se trouvait à Ame et semblait occuper un poste important au sein du village, il en est peut-être même le dirigeant. Je l’ai affronté… Et je me ravis d’être encore en vie pour en parler… Je n’ai jamais rien vu de tel… Je n’ai jamais rencontré quelqu’un avec une telle puissance, j’ai été vaincu sans le moindre effort et sans même lui causer une seule égratignure, sa force dépasse l’entendement, mais le pire n’est pas là… Le pire c’est qu’il y en a six autres comme lui, avec une puissance similaire à la sienne. Vous pouvez être certain que cet homme n’est pas n’importe qui et qu’en plus de sa position au village de la Pluie, il est certainement haut placés dans l’Akatsuki. Il était au courant de l’attaque de Suna alors qu’elle était encore en cour. Ne devons craindre le pire ! »

@ Gumi



____________________________________________

avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Buraian Riigaru
Messages : 57
Date d'inscription : 14/12/2015
Localisation actuelle : Abords du désert de Suna, dans le repaire d'Akatsuki.

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 24
Expérience:
142/500  (142/500)

There, for grace, I go

- Je m'en remets donc à Akihiko-dono, le seul parmi vous qui sait encore ce que c'est que d'être un shinobi.

Tels sont les derniers mots que je viens de cracher à la figure des hauts conseillers du village. Réfugiés dans leur tente de fortune, en l'absence du Kazekage et de son bras-droit, ils comptent m'empêcher d'accomplir mon devoir. Quel genre de personne s'intéresse donc de savoir qui part à la recherche du Kage kidnappé ? Seulement des imbéciles. Mais les apparences sont si importantes pour ces hommes et femmes enroulés dans une toge qu'ils en oublient l'essentiel : le retour de Gaara-sama. Selon eux, le fait qu'il puisse être sauvé par, entre autre, un homme tel que moi ferait mauvais genre auprès des civils et des autres nations. Cependant, leur avis m'importe bien peu. Je suis enclin à obéir facilement en temps normal, mais nous ne sommes plus en temps normal dorénavant : le village est rasé, les morts se comptent par dizaines de centaines et le leader ainsi que son précieux démon - précieux pour eux - sont aux mains de l'ennemi. Par ailleurs, le bras droit de Gaara-sama, qui se trouve également être mon libérateur, est toujours en vie, bien que mal en point. En l'absence du Kazekage, la charge de dirigeant lui incombe, c'est donc à lui que je vais m'adresser directement. Quant aux autres conseillers du village, bien trop fainéants pour se bouger eux-mêmes, ils s'abstiendront bien de tout commentaire ; je ne leur ai jamais été aussi utile qu'en ces temps troublés. Ma fortune, la plus importante du village et la troisième plus importante du pays, leur est indispensable pour la reconstruction ayant débuté. Certes, jamais je ne priverai les habitants de mon village de tout ce que je peux leur apporter, mais cela, les conseillers encore vivants ne le savent pas : ils ont tendance à ne voir en moi qu'un meurtrier.

Je suis donc dehors, en plein milieu de ruines désertiques. Autour de moi, les habitants de tout âge et de tout métier s'affairent. Cela ne fait pas trois jours qu'Akatsuki a tout dévasté, mais le village met déjà tout en oeuvre pour rebâtir au mieux ce qui était auparavant le grand village de Suna. Pour ma part, à présent, une seule question se pose : où se trouve Akihiko-dono. Je connais de nombreuses manies de cet homme maintenant, cela fait tout de même trois ans que je le côtoie fréquemment. Nous ne sommes pas vraiment amis, mais nous conversons par moments. Venant tous deux de grandes familles à la renommée certaine et ayant tout deux perdu l'être le plus cher à notre cœur, une femme, nous ne pouvions que sympathiser un minimum, bien qu'il soit difficile de le faire avec ce type d'homme rude et froid. Bien que lorsqu'il me fit sortir de prison après dix longues années - méritées - et qu'il me permit également de recouvrir l'intégralité de mes biens, je lui promis de le servir, lui et le village, de toute mon âme afin d'effacer au mieux mes péchés, je n'oublie pas quelle fut ma première tâche une fois de nouveau Jônin du sable : combattre Konoha sans raison lors d'un événement plutôt festif. C'est pourquoi, aujourd'hui encore, je reste méfiant à son égard. Je ne sais pas ce qu'il pense.

Ce dont je suis sûr, en revanche, c'est que, à l'instar de ma propre personne, il aime son village et ferait tout pour lui, tout comme pour son Kazekage. J'ai appris qu'une équipe, de taille inconnue, allait être envoyée aux trousses de Deidara d'Iwa et d'Akasuna no Sasori - un ancien compagnon de classe. Des ouvriers travaillant dans l'une de mes sociétés arriveront très prochainement en masse au village pour aider, accompagnés de recrues temporaires embauchées uniquement suite à cet événement en tant que renforts. Il s'agit de là ma participation à la reconstruction. Il me faut à présent participer à la récupération. Le fait est que l'hôpital du village a disparu, tout comme le temple du Kazekage, ma demeure, la tombe d'Arishia et, à peu de choses près, l'intégralité des infrastructures existantes. Je n'ai donc aucune idée d'où se trouve Akihiko-dono. Je n'ai cependant pas à chercher bien longtemps, voilà qu'un homme lambda vient me trouver même pas cinq minutes après que j'eus quitté un conseil mécontent de ma réponse. Kayaba Akihiko me demande.

Je suis l'homme en traversant les ruines et enjambant les briques en désordre. Autour de nous, une odeur âcre de pourriture se fait sentir ; certaines victimes sont encore coincées sous les décombres, parfois mortes sur le coup. Depuis plus de deux jours que les corps sont là, et avec la chaleur étouffante, il n'est pas étonnant que la décomposition se fasse sentir. Puis, enfin, et avec un certain soulagement me concernant, nous quittons cette ambiance sordide malgré la bonne volonté des habitants et partons vers le nord est. Il nous faut de nombreuses minutes pour finalement rallier ce qui semble être le refuge isolé d'un clan du village. L'homme me conduit jusqu'à une salle où je me retrouve face à cinq autres personnes, toutes shinobi mais aux villages différents. A moitié couché dans un lit se trouve le numéro deux de Suna, clairement affaibli par son affrontement éclair avec Sasori. A ses côtés, en retrait, se tient une jeune femme que j'ai déjà aperçue, une connaissance du haut gradé. De l'autre côté de la salle, je reconnais immédiatement le célèbre Hatake Kakashi. La présentation que m'en fait Akihiko-dono ne m'est pas utile. Enfin, à ses côtés se trouvent deux jeunes gens qui me semblent inconnus initialement. Seulement quelques secondes après mon arrivée déboule un nouvel arrivant, Totoro Ikki, chef des espions du village et shinobi réputé. Il n'a pas l'air en très grande forme lui non plus. Il semble être le dernier attendu car mon supérieur prend la parole.

Selon celui-ci, la jeune fille aux cheveux aussi roses que ceux d'Arishia se nomme Haruno Sakura, élève de Kakashi et disciple de la Hokage. Quant au blondinet qui me fait face, il s'agirait d'un certain Uzumaki Naruto, Jinchûriki de Kyûbi. Akihiko termine alors les présentations d'une voix plus faible qu'à l'ordinaire, mais pour ma part, je ne quitte pas le jeune Konohajin des yeux. Ce visage, ces yeux bleus, ces cheveux blonds éclatants, ce nom de famille et ce démon en lui ... Un véritable mélange de ses parents. Lors de la Troisième Guerre, mon unité s'est un jour retrouvée face au fameux Éclair Jaune de Konoha et futur Yondaime Hokage. Comme ordonné, nous avons battu en retraite alors que nous étions en train de vaincre jusqu'à cet instant, mais je n'ai pas oublié cet homme, aussi jeune que moi, apparaître subitement sur le champ de bataille et faire fuir des dizaines de Sunajin à lui seul. Et il était connu, à l'époque tout du moins, qu'il avait une relation avec une femme du clan Uzumaki qui, comme l'épouse du Shodaime Hokage, était devenue la Jinchûriki du plus féroce des Bijû. Alors voir ce même visage - quoique légèrement plus brut - porteur de ce nom légendaire et du même démon à queues, d'autant que son âge apparent coïncide parfaitement avec la mort de Minato, me fait bizarre. J'ignorais qu'il avait eu un fils. Est-ce resté caché volontairement ? Peut-être fais-je erreur, alors n'en parlons plus.

Je le quitte enfin des yeux alors que le blessé se tait enfin. Est-ce bien prudent de la part de Konoha d'envoyer un autre Jinchûriki pourchasser Akatsuki ? Est-ce bien prudent également de la part de mon supérieur de s'adresser ainsi au ninja copieur à propos de ce garçon alors qu'il est juste à côté ? Je ne sais pas ... Le tact n'a jamais été son fort, semble-t-il. Quoiqu'il en soit, je m'avance d'un pas, raide et du haut de mes deux mètres. Je suis vêtu minablement à côté de tous, mis à part Akihiko lui-même peut-être, et mes bras musclés et détendus devant moi laissent clairement voir les solides fers reliant mes poignets. Je m'en contrefiche pourtant et adresse un poli signe de tête de bienvenue à nos invités et nos sauveteurs. C'est toutefois mon camarade espion qui prend la parole en premier. Pas un mot à nos alliés de la Feuille, tout juste un regard, avant de débiter son rapport à l'alité tout en s'asseyant, visiblement blessé et épuisé. Ledit rapport est inquiétant et concerne deux autres membres d'Akatsuki, non identifiés et extrêmement puissants selon ses dires. J'attends donc qu'il finisse pour participer à mon tour de ma voix grave et calme.

- C'est un honneur de vous rencontrer, Kakashi, fais-je tout d'abord en souriant aimablement et en abaissant la tête, merci à vous trois de vous être déplacés. Je reporte alors aussitôt mon attention sur les deux autres Sunajin. Ce sont des faits très inquiétants, Ikki, déclaré-je. Si Akatsuki a réellement le soutien d'un village ninja, même mineur, en plus de la puissance des grands acteurs, alors les grands villages ne pourront pas combattre individuellement une telle force de frappe. Je suis droit comme un piquet et ne bouge pas d'un centimètre, mes yeux rivés d'abord sur Ikki, puis sur Akihiko, de nouveau sur Ikki, et ainsi de suite. Mais le pire est déjà arrivé à notre village : il a été rasé, les victimes se comptent par centaines et notre Kazekage a été enlevé. Nous prendrons la peine de nous occuper du reste plus tard, nous devons immédiatement partir à la poursuite de l'ennemi. Et, excusez-moi, mais vous ne semblez pas en l'état de faire grand chose, l'un comme l'autre. Il faut pourtant nous mettre en mouvement, le temps presse ! Je sais que je n'ai aucun ordre à donner ici, à personne parmi les cinq ninja qui m'accompagnent. Cependant, j'espère leur faire comprendre Que nous n'avons pas le temps de palabrer des heures sur le comment et le pourquoi : la priorité est Gaara-sama. Akatsuki ne repassera probablement pas à l'action dans l'immédiat, il sera toujours donc temps de discuter de tout le reste plus tard.


NenaKonstanZ


____________________________________________

"I promise never to use these hands in battle again."
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Haruno Sakura
Messages : 32
Date d'inscription : 03/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 495
Expérience:
160/300  (160/300)

« Konoha & Suna, l'alliance ! »
Mission : Sauver le Kazekage
Le souffle chaud du vent se dispersait gracieusement entre mes cheveux. À chacun de mes pas j’effleurais en toute délicatesse le sable doré qui dansait sous mes pieds. J’accélérais la cadence, nous étions pressés. Deux jours auparavant, une terrible nouvelle s’était rependue dans tout le village, Sunagakure avait été dévasté par Akatsuki et pire encore, Gaara avait été enlevé. Il n’en fallait pas moins pour déchaîner la colère et la tristesse de Naruto. Ce dernier, emporté par l’émotion courrai quelques mètres devant Kakashi-senseï et moi-même. De ma position, je pouvais sentir toute la peine et la rage qu’il éprouvait et je ne pus m’empêcher de ressentir à mon tour de l’inquiétude à son égard. J’étais bien placé pour savoir ce qu’il pensait à ce moment-là. Ce groupe auquel il avait déjà été confronté dans le passé, s’était attaqué à un de ses amis, et qui plus est, un Jinchuriki comme lui. Comment ne pas imaginer qu’il aurait pu être à sa place. Pourquoi pas lui ? Un jour, cela arrivera sans doute et ça, je ne pouvais m’empêcher d’y songer.

Pensive, je fixais son dos comme pour tenter de me rassurer. Comme si en ne cessant pas de le regarder, il ne pouvait disparaitre. Je suis naïve. C’est tout ce dont j’étais capable de faire à cet instant bien que je n’espérais qu’une chose, pouvoir le protéger le moment venu. Tandis que je bloquais mon regard sur son symbole rougeâtre, il poussa soudainement sur ses jambes afin d’accélérer, s’éloignant un peu plus de nous.

« Oh, Naruto ! Qu’est-ce que tu fais ? Ralentis ! Attend-nous ! » Lui criais-je, les sourcils froncés.


Sa réaction m’avait mise en colère, non seulement parce que c’était un comportement immature, chose que j’avais l’habitude de voir chez lui, mais aussi parce que j’étais inquiète à son sujet et je ne voulais pas le perdre de vue.

« Il perd son sang-froid… Il m’énerve… » Murmurais-je en serrant les poings. « Il s’inquiète pour le Kazekage… Il ne réfléchit même plus. »

Je tournais mon regard vers Kakashi-senseï, je tentais de garder la tête haute. Je ne voulais pas étaler mes sentiments et lui dévoilé mon inquiétude, ce n’était certainement pas le moment.

« Senseï.. ? À quoi pensez-vous ? Qu’allons-nous faire exactement à Suna en arrivant ? »L’interrogeais-je calmement.


Intérieurement, je me posais beaucoup de questions. J’essayais tant bien que mal de m’imaginer tous les scénarios possibles afin de me préparer au mieux à ce que nous allions découvrir sous peu. Le pire reste à venir, je le crains…

Après quelques minutes, je me rapprochais de mon ami qui ne semblait pas écouter la moindre parole que je lui adressais. Quelle tête de mule ! Il n’en faisait qu’à sa tête, comme toujours. Cependant, plutôt que de pousser mon coup de gueule, je décidais de rester silencieuse et compréhensive avec lui. Délicatement, je vins poser la paume de ma main sur son omoplate comme pour lui faire comprendre, sans un mot, que j’étais là pour lui.

***

Quelques heures plus tard, nous arrivions enfin à la capitale du pays du Vent. Je ne pus que constater les dégâts considérables que ce groupuscule avait laissés derrière lui. Une grande partie du village était détruite, emportant au passage des maisons et des vies. Dans les rues, j’assistais impuissante à ce cauchemar, ne pouvant qu’imaginer l’horreur que les villageois avaient dû vivre à ce moment-là et les conséquences irréparables que cela engendraient. Je devais garder la tête froide, c’était mon devoir. Rapidement, nous fûmes accueillis par un Shinobi de Suna qui nous accompagna au chevet d’un des dirigeants du village.

Sur la route, l’homme nous débriefa rapidement afin d’agir au plus vite et pour l’instant, j’étais la première à entrer en scène. J’écoutais attentivement ce qu’il avait à me dire afin d’analyser la situation et agir en conséquence. Je savais parfaitement ce que j’avais à faire. Il s’agissait après tout de mon domaine de prédilection, celui où je pouvais enfin m’épanouir. Dès lors que je pénétrais dans la pièce, je me dirigeais instantanément vers le blessé. Je ne voulais pas de temps en bavardage, préférant laisser les présentations à Kakashi-senseï.

« Laissez-moi faire je vous prie, je vais vous examiner. » Lui annonçais-je immédiatement.

Pendant quelques secondes, je concentrais mon chakra dans mes mains que je passais lentement sur le corps du ninja. J’étais attentive au moindre détail, examinant avec précision chaque cellule de son organisme lorsque soudainement, je marquais un arrêt. Je croisais son regard, il comprit aussitôt ce que je venais de découvrir, mais je restais silencieuse, pour l’instant.

« Vous avez quelques blessures sans aucune gravité, forte heureusement. Cependant, il y a de nombreuses traces de poison, il s’est infiltré dans plusieurs de vos organes, je dois agir rapidement Kayaba-san. Apportez-moi de l’eau et plusieurs serviettes s’il vous plait ! Hakaze-san, Totoro-san, Buraian-san, Kakashi-senseï et Naruto, tenez le, ce sera douloureux mais je vais faire vite. »

Les cheveux attachés, je pris en ma possession ma trousse de soin dans laquelle je m’emparais de mon scalpel. Lorsque Kayaba-san fût prêt, je pus commencer l’opération.

Au bout de quelques minutes seulement, tout était terminé. Ma rapidité n’était que le fruit d’un long et laborieux entraînement auprès de Tsunade-sama et j’en étais plus que fière. Néanmoins, ce n’était pas le moment de relâcher la pression, j’avais encore des choses à faire.

« Kayaba-san, ne bougez pas trop s’il vous plait. Il reste encore des résidus mais aussi infimes soient-ils, cela peut être dangereux. L’idéal est de vous prodiguer un antidote au plus vite. »

Je me retournais vers son amie, une jeune femme qui semblait avoir de nombreuses connaissances en Irou Jutsu, elle aussi.

« Avez-vous des plantes médicinales au village ? Je pourrais créer un remède avec le poison que j’ai récupéré, ce sera rapide mais j’ai besoin de plusieurs ingrédients. »

Tandis que je lui établissais une liste en lui énumérant les diverses plantes dont j’avais besoin, je donnais par la même occasion, plusieurs missions aux infirmières présentes dans la salle afin de rétablir au plus vite le second de Suna. Je prenais mon rôle très au sérieux, il était hors de question de faire les choses à moitié, on comptait sur moi.





Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Technique utilisée:
 

____________________________________________

avatar
Jinchûriki de Kyûbi | 火 Konoha no Genin
Jinchûriki de Kyûbi | 火 Konoha no Genin
Uzumaki Naruto
Messages : 55
Date d'inscription : 01/09/2015

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 765
Expérience:
203/500  (203/500)




« Gaara ... »




«  Et Gaara ? Comment s'en sort-t-il ? » 

Naïvement, sans savoir ce qu'il se passait autour de lui, voyant ses amis devenir tour à tour Chûnin ou Jônin, la tête blonde avait posé cette question comme une formalité. Il est devenu Kazekage, lui avait-on répondu, d'un air presque désolé pour lui, qui n'était encore qu'un Genin. Un petit pic transperça à cet instant le cœur encore tendre du rêveur. Alors il avait atteint son but, le même que celui qu'il convoité, bien avant lui. Une petite dose de jalousie lui parcourait l'esprit. Puis, son tempérament amical, chaleureux, bienveillant reprit soudainement le dessus et réchauffa son cœur. Il n'était pas le seul à faire des efforts pour atteindre ses ambitions. Gaara, il le connaissait comme s'il l'avait conçu de toute pièce. Car ses sentiments, son passé, ses craintes, ses doutes, il les avait apprit par cœur, les ayant vécu en même temps que lui. La solitude, le rejet de tout un village et le manque d'amour, d'affection étaient une chose que partageaient les deux Jinchûriki. Autrefois ennemis, aujourd'hui amis plus que jamais, ces deux enfants partageaient un lien qu'eux seuls pouvaient comprendre. Leur combat avait été tellement intense qu'il avait soudé une amitié plus solide que tout. Gaara avait fait l'erreur de se laisser dévorer par la haine, une voix que Naruto aurait pu tout à fait prendre. A la croisée de leur chemin, lui avait trouvé une famille auprès de ses amis, ses professeurs … Et même Sasuke. Lui avait toujours vécu seul, enfermé dans une prison nommé « jinchûriki ». Apprendre qu'il était devenu Kazekage et qu'il avait atteint son but le rendit soudainement fier de son ami et également beaucoup plus léger. Ses doutes s'étaient envolés et sa motivation s'était regonflée. S'il pouvait le faire, alors Naruto y arriverait aussi. L'espoir que Gaara venait de lui apporter le baignait d'une nouvelle aura chaleureuse. Quand on veut, on peut !

Puis, les jours passèrent, les missions défilèrent sans que notre petit blond ne pense qu'un malheur puisse atteindre son ami. Et pourtant. Convoqué au bureau de l'Hokage, Tsunade lui apprit l'affreuse nouvelle. Suna, le village de Gaara, avait prit une sévère attaque, la plus grande qu'ait connu un village ces cinquante dernières années. Son Kazekage était lui aussi envolé avec les milliers de vies prises ce jour là. Les tremblements secouaient le jeune garçon, il ne pouvait en croire ses oreilles. Gaara a été battu ? Impossible ! Pas lui, tout mais pas lui hurlait-il intérieurement, baissant les yeux. Pour l'instant, il ne savait pas comment prendre la nouvelle. De la tristesse, de la colère ou bien l'envie de revanche … Tout cela se mélait en lui, l'empêchant de bien écouter le discours de Tsunade. Il n'entendait que des bribes de phrases, des mots qu'il connectait petit à petit pour y trouver un ordre alors que ses pensées n'allaient plus qu'à son ami. Akatsuki ? Encore ces monstres pensa-t-il. Ne lui permettront-ils jamais d'être en paix ? Cette fois, c'était clair pour le gamin de la Feuille. Tant que ces capes rouges seraient dans les parages, ils n'auraient plus de tranquillité. Ses yeux se teintèrent d'un rouge vermillon, laissant apparaître la pupille du démon renard alors que ses pupilles s'humidifièrent légèrement.

« Akatsuki, hein ? Je jure que je vais tous les faire crever, un à un. Mamie, arrêtons les blablas et envoyez-nous immédiatement là-bas. Je dois aider Gaara, coûte que coûte ! Je m'en fous de ce que pensent Konoha ou Suna, Jinchûriki ou pas, je me casserai par mes propres moyens si vous ne m'en donnez pas l'ordre. »



Son ton était plus que déterminé, sans la moindre faille. Certainement que Tsunade avait prévu une telle réaction et n'avait pas envisagé d'autres options que celle d'envoyer l'équipe 7 en renfort à Suna. Le voilà donc sur la route accompagné de Kakashi et de Sakura. Terminé le bonhomme joyeux, distrait et amuseur de galerie, le Naruto que connaissait ses compagnons étaient tout autre. Il ne décrocha pas un mot du voyage, fatiguant les autres membres de l'équipe par son entrain et sa détermination. Le fils de l'éclair jaune se déplaçait à une vitesse folle, sans même prendre le temps d'attendre les deux autres. Si bien que Sakura lui fit remarquer, le sermonnant une nouvelle fois. Rien à faire, il ne prit même pas la peine de répondre à l'adolescente. Le voyage semblait une éternité à ses yeux et pourtant, en moins de deux jours, ils avaient ensemble rallié Konoha à Suna. Le désastre devant eux s'afficha enfin. Un champ de ruines, des habitants et Shinobis courant dans tout les sens, affolé, dans un état d'urgence. L'équipe sept rencontra alors celui qui semblait avoir prit la relève pendant que Gaara était enlevé. Les présentations faites, Naruto échappa bien vite à la petite assemblée pour se poser sur un toit et contempler les dégâts. Une fois de plus, on le jugeait impulsif et on demandait à ce qu'on le canalise. De tout temps, les gens avaient peur des réactions des Bijûs. Ces mêmes gens avaient confinés et exclus les possesseurs de Bijû. Qu'est ce qu'il pouvait comprendre, ce type, aux sentiments de Gaara ? Et les siens ? Ils donnaient des ordres, se masquaient derrière la « sécurité » du pays pour créer des « monstres » avant de les « canaliser ». Des prisons qu'ils n'avaient pas choisi. Ni lui ni Gaara n'avaient décidé d'un tel destin. Tout cela semblait bien loin des préoccupations du gamin. Il contemplait simplement le massacre, ces maisons et bâtiments tombés tel des châteaux de cartes, s'enfonçant dans le sable sous un soleil de plomb. Attendant le feu vert pour partir à la recherche de Gaara. Il s'efforça de garder son calme. Cependant, cela ne durerait pas bien longtemps … Les autres avaient plutôt intérêt à se manier.

« Bordel de merde ... On a pas de temps à perdre. »



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Hatake Kakashi
Messages : 21
Date d'inscription : 20/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 495
Expérience:
105/1000  (105/1000)




Alors, nous en étions là. Akatsuki avait finalement exécuté son premier pas décisif et balafré dans un coup de grande envergure le monde shinobi. Dans un monde meilleur, nul n'eût été insensible au calvaire que traversait le peuple du désert à la suite de ce massacre perpétré par les mercenaires sans foi ni loi qui composaient le groupe d'obscure réputation ; or ce monde n'était pas bon envers ceux qui ne se relevaient pas de leurs blessures, personne ne venait en aide à celui qui subissait la frappe herculéenne du destin. Personne, excepté les shinobis qui portaient en eux la volonté du feu. Naturellement, Tsunade-sama ne nous avait pas accordé un instant de répit avant de nous envoyer à la rescousse de Sunagakure no Sato car nul d'entre nous n'eût désiré ou été capable de prendre du repos en pleine conscience d'une tragédie si proche et d'une telle énormité. C'en était presque inconcevable. J'étais assez serein pour ma part car doué d'un naturel pondéré. Les villages s'étaient relevés à plusieurs reprises de la dévastation, sans l'aide de villages extérieurs ; avec notre aide et la chance de connaître une ère relativement paisible, nous pouvions espérer que les dégâts subis par le Sable sauraient être réparés en des délais convenables. Il deviendrait sans doute la cible d'attaques, de tentatives d'invasion — aussi discutable que cela pût être, il était dans la nature-même de la plupart des villages cachés de vouloir profiter de la faiblesse de l'un pour augmenter leur propre puissance — et Konoha devrait alors, en prévention de cela, affirmer son soutien envers le Pays du Vent, aux yeux de tous. C'était sans doute l'objectif de Tsunade-sama et j'espérais profondément que les conseillers du village, en particulier Danzô, ne tenteraient pas de lui mettre des bâtons dans les roues, ou pire encore. Ce qui m'inquiétait davantage que la pérennité des idées du Cinquième, c'était la percée majeure qu'était parvenue à creuser Akatsuki dans les remparts des armées de Suna. C'était autant la marque de la puissance redoutable de ses membres que celle d'une brèche dans le système shinobi : malgré sa position dans la hiérarchie des puissances de ce monde, le Sable demeurait une force suffisante pour maintenir ses ennemis à distance. À présent, nous avions la preuve indéniable que nous avions affaire à une menace globale qui, certes, avait dévasté le village le plus fragile mais ne l'avait fait qu'en l'espace de quelques heures, par la force de deux membres seulement. Même les troupes de la Balance ne pouvaient espérer survivre à un siège si Akatsuki déversait sur la Roche la totalité de ses troupes.
J'étais en plein dans ces pensées lorsque Sakura m'interpella. J'avais gardé un œil distrait sur Naruto qui allait à toute hâte, droit devant, sans prendre la peine de nous attendre. Je ne pouvais le lui reprocher : Gaara-sama et lui avaient une relation que je ne comprendrais jamais mais je comprenais les liens qui peuvent se tisser entre deux personnes lorsqu'elles partagent des émotions et des événements, en particulier les plus difficiles.

« Dans un premier temps, nous irons à la rencontre de Kayaba Akihiko, Haut Conseiller de Sunagakure no Sato, qui a lui-même prévenu Tsunade et est sans doute en possession d'informations cruciales. Il semblerait qu'il ait été blessé par Akasuna no Sasori, ce qui annonce un dur labeur pour le ninja médecin que tu es. Le tirer du danger est notre absolue priorité ; ensuite, nous aviserons. »

Je n'avais jamais rencontré Kayaba-dono. C'était un personnage célèbre dans le monde shinobi, son envergure diplomatique était prédominante à l'échelle mondiale. Il avait à plusieurs reprises sauvé le Vent de situations houleuses et chaque grand événement qui avait eu cours depuis son arrivée à la table de son Ombre l'avait impliqué d'une manière ou d'une autre. Son intervention dans le plan dit du Konoha Kuzushi était certaine, qu'elle fût active ou passive, en tant que bras-droit du Kazekage. Devais-je me méfier de lui ? Peut-être, mais pas plus que des autres shinobis qui arpentaient la Terre. Je ne pouvais lui faire entièrement confiance car notre alliance avec le Sable tenait principalement à la confiance que Tsunade-sama, via Naruto, accordait à Gaara-sama. Cependant, s'il advenait que le Jinchûriki disparût, possibilité à ne pas ignorer, Kayaba-dono et ses confrères conseillers auraient à expliciter leur position quant à la relation entre la Feuille et le Vent et je ne mettais pas ma main à couper que celle-ci serait celle escomptée.
Je garderai pour moi les sentiments qu'éveilla ma rencontre avec notre hôte. Il se montra extrêmement poli malgré sa situation, fit preuve d'un calme mêlé d'assurance tels qu'on les attend de la part d'un responsable politique et militaire dans sa position. Il semblait bien informé sur les particularités de mes compagnons et élèves : les talents de Sakura dans le domaine médical et la propension de Naruto à sortir de ses gonds ainsi que son amitié pour Gaara-sama. J'avoue toutefois avoir eu la sensation d'être pris à rebrousse-poil à l'écoute de ce qu'il attendait de moi concernant mon jeune camarade et je laissai sans lever un sourcil cette sensation guider ma réponse.

« Je crois que vous serez d'accord pour reconnaître que les plus grands shinobis de ce monde sont ceux qui connaissent les plus fortes émotions, Kayaba-dono. Je ne tenterai de canaliser Naruto que s'il représente un danger pour lui-même mais je ne briderai pas sa ferveur en défaveur de nos meilleures chances de mener à bien cette mission. »

Avant que mon interlocuteur n'eût le temps de répliquer, Sakura retroussa ses manches et se mit au travail. Nous tînmes le corps du malade fermement au cours de l'opération menée avec une habileté déconcertante par mon élève — elle était devenue spectaculaire au cours de ces trois années d'entraînement avec Godaime-sama. J'éprouvai soudain une fierté furieuse pour la jeune fille, que dis-je, femme qu'elle était devenue. Tandis que le patient se reposait et que l'antidote était en cours de préparation, Totoro Ikki, le chef des ANBU du Sable, prit la parole. Lorsqu'il évoqua la possibilité d'avoir une conversation privée avec son supérieur hiérarchique, je compris qu'il avait des scrupules à faire quelque déclaration que ce fût devant les étrangers que nous étions. Cependant, l'ombrageux jeune homme à l'allure froide et robuste ne se perdit pas en circonvolutions et révéla devant toute l'assemblée des informations des plus inquiétantes et cruciales pour le dossier Akatsuki. Suna comptait de toute évidence d'excellents éléments dont jamais je n'avais entendu parler. Je restai perplexe suite à ses dire. Buraian-san, qui se montra fort aimable à mon endroit, fit preuve d'un grand sens du discernement : il avait résumé une partie des pensées que j'avais eues plus tôt, sur le chemin. La présence à Ame ajoutait effectivement une dimension géopolitique au conflit qui nous opposait à Akatsuki et cela requerrait toute notre attention dans les temps à venir. Cependant, il s'adressait particulièrement à ses compatriotes et je jugeai préférable de garder pour moi mes impressions, pour l'heure, et me contentai de questionner le chef des ANBU :

« Totoro-dono, je sais que nous nous connaissons peu mais puisque Suna et Konoha ont choisi jusqu'ici de partager leurs informations au sujet de la Lune Rouge, je vous saurais gré de me dire ce que vous avez appris de ses membres au cours de vos deux affrontements. Kayaba-dono sera bientôt sur pieds donc s'il vous plaît, soyez aussi bref et précis que possible. »


Dernière édition par Hatake Kakashi le Sam 5 Mar - 15:27, édité 2 fois
avatar
風 | Suna no Jônin - Chef des Espions
風 | Suna no Jônin - Chef des Espions
Totoro Ikki
Messages : 133
Date d'inscription : 11/08/2015
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 258
Expérience:
242/500  (242/500)



Réunion au sommet.

Rencontre / Feat. Aki/ Riigaru/ Equipe 7

Observant l’assemblé, l’archer écoutait attentivement les paroles de ses compères pour cette mission de sauvetage. Il fut le premier à prendre la parole et les réactions n’avaient pas tardée, bien que l’impulsif Jinchuuriki de la Feuille n’avait qu’une chose en tête, sauver son ami le Kazekage de Suna. Il était bien trop hâtif tout comme Riigaru qui s’empressa de réagir aux propos du chef des Espions. Il n’avait pas totalement tort car ils manquaient clairement de temps, le village était détruit et sans chef, mais même dans cette situation le pire restait à venir. Il parlait du village, Ikki parlait d’un fléau mondial qui toucherait chacun d’entre eux. La précipitation faisait commettre des actes irréparables, même si le richissime Juunin de Suna considérait ces informations comme secondaire il se trompait. Il y avait beaucoup de paramètres à prendre en compte, car les deux membres de l’Akatsuki qui ont détruit le village avaient peut-être été rejoints par d’autres membres de l’organisation criminelle. Les informations sur ceux qui sont inconnus ne sont donc pas à négliger.

«Riigaru, je peux comprendre ton point de vue, mais qui te dis que nos cibles seront seuls une fois qu’on les aura retrouvés ?»

Ikki portait son regard sur le ninja Copieur qui semblait avoir compris que les informations détenues par le chef des Espions avaient leurs importances. Il voulait en savoir plus et lui demanda de partager ce qu’il avait appris au cours de son voyage. Ikki ne fut pas surpris de voir que sa coéquipière de mission n’ait pas rendu un rapport très claires à ses supérieurs hiérarchiques. Cette femme avec qui il avait fait équipe ne semblait guère être une personne de confiance, même pour son propre village. Ikki commençait à comprendre que la Feuille possédait deux visages, il ne traitait clairement pas avec les mêmes personnes cette fois-ci. La femme avait mis en péril la mission et leur vie par la même occasion. Cette trahison avait empli de doute l’espion sur les intentions de Konoha, mais il savait faire la part des choses et comprenait la nécessité de leur présence. Ikki se remémora ensuite sa rencontre avec le monstre de Taki à la forêt de Shikkotsu lors de cette même mission en coopération avec Konoha. Il se souvint de l’homme à l’énorme chakra qui avait battu l’ANBU de la feuille sans la moindre difficulté, ce qui pour l’archer était une preuve de sa grande puissance. Il s’était clairement déclaré de l’Akatsuki même si son accoutrement en témoignait pour lui. Il avait fallu trouver des subterfuges ingénieux afin de lui échapper sans dégât et sans abandonner sa coéquipière qui l’avait pourtant trahit. Toutefois les informations sur ce membre de l’organisation de la Lune Rouge restaient maigres même s’il était toujours bon de savoir qu’un autre shinobi surpuissant faisait partit de ce groupe.

« Tout d’abord Kakashi-san, je suis surpris d'apprendre que la Feuille n’ait pas eu de rapport concernant le premier étant donné que j’étais accompagné d’une ANBU de votre village. Ce dont je suis certain c’est qu’il venait de Taki et que sa force était immense, mais je n’ai pu apprendre plus de chose sur lui. »

Il se rappela ensuite de son arrivé au village de la Pluie, il était entré sans mal, mais c’était fait repéré en quelques minutes sans avoir éveillé les soupçons. Il avait rencontré des gens du village, des Genins plus précisément. Le plus frappant dans leurs discours fut la manière dont il parlait du membre de l’Akatsuki. Les deux ninjas avaient évoqués un dieu et un ange qui régnait sur le village de la Pluie qui semblait guidé par la peur. Les rues désertes, les shinobis sur leurs gardes à chaque instant se sentant observé par ses prétendus divinités. Des attitudes étranges pour un endroit que l’on pensait paisible, un endroit où les grandes nations ne posaient pas leur regard.

« Le deuxième… Les shinobi de la Pluie le prennent pour un Dieu et la peur semble régner là-bas. Pour être franc ces capacités sont telles que je comprends qu’ils y croient. »

Malheureusement les particularités de cet homme étaient innombrables, ce prétendu Dieu en plus de posséder des pouvoirs hors-normes arborait des yeux que l’Archer n’avait vu nulle part ailleurs, ils ressemblaient à un Dojutsu pourtant Ikki n’avait rien remarqué qui pouvait permettre d’affirmer que ses yeux lui conférait un quelconque pouvoir. L’archer avait également appris que l’Amejin avait des compères dans le village avec la même signature de chakra et quasiment la même puissance. Il en avait détecté six de plus, c’était inquiétant de savoir que six autres de monstres hantés les murs de la Pluie. Quoiqu’il en soit cet homme voulait frapper le monde avec sa toute puissance et Ikki savait qu’il en avait les moyens. L’Akatsuki venait de montrer une petite partie de sa puissance en détruisant le village caché de Suna.

« Il possède des yeux semblables à un Dojutsu et j’ai pu détecter six autres chakra ayant la même signature que le sien et plus ou moins la même puissance. Il pouvait attirer ou repousser toutes choses l’entourant. Son discours était incroyablement menaçant, son but est de propager la souffrance dans le monde, grand ou petit, fort ou faible ils n’épargneront personnes ! »


@ Gumi



____________________________________________

avatar
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
Kayaba Akihiko
Messages : 533
Date d'inscription : 24/06/2015
Age : 21
Localisation actuelle : Quelque part, perdu dans mon esprit.

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 689
Expérience:
365/500  (365/500)

RP 01
THERE, FOR GRACE, I GO
Meeting


L'assemblée était à présent au complet ; ses membres dressés comme des piquets regardaient en ma direction le temps que je fasse les présentations. Gravement blessé, certes, mais je n'en oubliais pas les manières. Nous étions destinés à faire équipe – à mon grand dam – dans le but de sauver Gaara. Ainsi, il était important de connaître ne serait-ce que le sobriquet de chacun des membres ici présents. Malgré la douleur, j'étais resté neutre, de marbre mais malgré tout doté d'une assurance et d'un calme solennels.
Après mon cours discours d'introduction, Ikki fut le premier à prendre la parole. Le chef des Espions n'était pas présent lors de l'attaque et j'espérais que son excuse serait probante. Il exprima d'abord le souhait de me parler seul à seul mais, comme il l'eut vite reconnu, cela attendrait plus tard. Le troisième de Suna s'excusa de n'avoir pu être à mes côté lors de l'attaques mais affirma rapidement qu'il n'était pas revenu sans information ou quelque chose d'utile pour le village. En effet, lors de son long voyage à travers les différentes nations, il était tombé sur deux membres d'Akatsuki. Le premier semblait avoir la puissance d'un Kage – ce qui n'était guère étonnant en vue de ce que j'avais pu également subir par le passé – mais il avait, cependant, pu en réchapper à l'aide de sa ruse.
Ikki se mit assis, faible et probablement blessé lors de sa rencontre avec le deuxième. Le jeune homme reprit ses explications concernant son deuxième assaillant. Il provenait d'Ame et semblait même occuper un rôle important au sein du village. Akatsuki est déjà une organisation qu'il ne faut pas sous-estimer, mais si en plus ils possèdent des alliés frontaliers, même minimes... Il allait nous falloir faire très attention et nous organiser de manière à ne pas tomber dans un traquenard. Ces longues explications étaient inutiles vu la gravité de l'état du village, mais au moins nous allions pouvoir nous préparer. Il y en avait six autres comme celui d'Ame, ou du moins qui possédaient le même chakra ? Bizarre... Une chose était sûre : il ne fallait en sous-estimer aucun, et surtout pas celui du village mineur. Qui sait de quoi il était capable en dehors de ses différents corps et de sa puissance hors du commun ? N'oublions pas, d'ailleurs, qu'il était au courant de l'attaque sur Suna alors que celle-ci était encore en train de faire des ravages... C'était très inquiétant.
Je m'apprêtai à répondre au chef des espions lorsque l'ancien prisonnier prit la parole, les mains liées. Le noble avait toujours été vif et possédait une grande expérience de la guerre, il n'était pas à sous-estimer non plus. Nous étions tous plus ou moins puissants et possédions à peu de choses près la même expérience en termes de combat. Riigaru, lui, avait croupi derrière les barreaux pendant une décennie. La raison ? Il avait tué de sang froid et s'était rendu, purgeant sa peine infinie. S'il était en dehors du cachot à l'heure actuelle, c'était grâce à moi. Je l'avais fait sortir de là après discussion avec le Yondaime concernant l'attaque sur Konoha qui allait faire rage d'ici quelques temps. Je dois bien avouer que j'avais foi en cette armoire à glace et ne m'étais pas trompé à ce sujet. Usant de ses bonnes manières, le Juunin salua Kakashi et remercia l'équipe de Konoha avant de reporter son attention sur nous et de répondre à Ikki. Il s'agissait là d'informations inquiétantes, en effet. Mais comme le souligna le géant, il y avait plus grave à l'heure actuelle. Akatsuki s'était emparé d'un Bijû, qui s'avérait être notre Kage. Nous n'avions pas une minute à perdre et devions agir au plus vite. Ceci dit, je n'étais pas encore en état de me remettre sur pied. C'est pourquoi Sakura était là.
L'heure est grave, très grave. Nous allons devoir nous battre sur tous les fronts, cependant... Nous devons nous dépêcher de sauver Gaara. Voilà notre absolue priorité, et je compte sur vous pour mener cette tâche à bien. Quant à toi, Ikki, nous parlerons de toutes ces informations lorsque notre dirigeant sera sain et sauf, je t'en fais la promesse 」 annonçai-je avant que Kakashi ne parle.  
Je n'eus d'ailleurs le temps de lui répondre. L'élève de Tsunade retroussa rapidement ses manches et se posta à mon chevet alors que Naruto était rapidement sorti, se logeant sur le toit de la bâtisse. J’acquiesçai aux sages paroles du Ninja copieur d'un hochement de tête et écoutai les directives de a jeune femme. Celle-ci m'examina et nos deux regards se croisèrent. Cela signifiait une seule chose : elle venait de découvrir mon cancer mais était décidée à garder le silence. Nous aurions bien l'occasion d'en parler un peu plus tard, avant de nous rendre au repaire de l'organisation criminelle. Une infirmière apporta plusieurs serviettes sur demande tandis que tous les autres me tenaient afin que je bouge le moins possible.
Et elle avait raison. Ce fut douloureux, très, mais cela en valut la peine. Après quelques minutes de souffrance – temps durant lequel Kakashi conversa avec Ikki – je fus tiré d'affaire. Il restait encore quelques résidus ceci dit, mais le travail orchestré par la rosette fut d'une efficacité remarquable. Je sentais les cellules étrangères qui se débattaient moins, souffraient moins et commençaient à s'apaiser, en quelque sorte. La femme médecin demanda alors différentes plantes à Hakaze qui s'empressa d'aller lui chercher. Pendant ce temps, je me reposais après avoir demandé à ce qu'on s'occupe d'Ikki qui ne semblait pas au mieux de sa forme non plus.
Je me redressai péniblement sur mon lit et écoutai les deux hommes converser à propos de l'impitoyable homme d'Ame. Son ancien ennemi était donc un potentiel possesseur de Dôjutsu et était capable de repousser ou d'attirer n'importe quoi comme il le voulait. C'était tout aussi intéressant qu'inquiétant. Il allait falloir faire preuve de prudence si nous ne voulions pas causer notre perte lorsque nous allons aller chercher Gaara. J'ignorais alors les dernières paroles de l'ANBU et me concentrai un minimum. Il me semblait avoir senti quelque chose derrière la porte mais je n'en étais pas sûr. Je me mis pleinement assis et utilisai mes capacités de senseur pour dénicher qui osait écouter aux portes. Hisoka... L'instable Shinobi aux allures de clown n'avait qu'un but dans la vie : combattre les plus puissants. Il pouvait être aussi bien u fardeau que notre issue de secours, et pour être honnête, je ne savais trop penser pour l'instant... Je veillais sur lui depuis de nombres années, à présent, et n'avais toujours pas réussi à cerner le personnage. Du moins, je ne pouvais accéder aux fondements de sa personnalité et cela me bloquait un peu. Ceci dit, le prendre avec nous nous aiderait et surtout cela nous éviterait bien des ennuis au village. Il n'y aurait plus personne pour le surveiller et ce n'était pas la peine de compter sur le Conseil. Il n'y en avait bien qu'un qui connaissait les atrocités des guerres et combats parmi tous ces incapables, et il s'agissait de moi.
 Entre, Hisoka 」 criai-je, à la grande surprise de tous. 「 Je pense que tu seras mieux ici et qu'il sera plus aisé de te présenter plutôt qu'attendre derrière cette porte, n'est-ce pas ? 」 Lui demandai-je avec sarcasme une fois qu'il eut pénétré la salle.

____________________________________________

Tu veux m'aider? Click! ♥️



Il y'a plus de choses dans le ciel et sur terre, Horatio, qu'il n'en est rêvé dans toute votre philosophie.


Dernière édition par Kayaba Akihiko le Sam 6 Fév - 12:31, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité



Introduction # Sauvetage




"Vivre prudemment, sans prendre de risques, c'est risquer de ne pas vivre."

Ainsi, je retrouverais le goût de vivre et le désir de nouveautés. Flétri par l'immense ennui d'une vie sans saveur depuis bien trop longtemps, muré dans mes certitudes et limité par mes ambitions, ce soir là mon cœur se remit à battre. Comme un grand chamboulement en moi, comme si on enlevait la pellicule de poussière d'un meuble qu'on avait laissé vieillir dans un coin. Quel agréable sentiment que celui de renaître à nouveau par cette nuit étoilée. L'excitation m'avait gagnée, depuis, je n'avais pas eu une seconde de calme, mon cerveau en ébullition, mes sens en éveil, comme sortit de ma chrysalide. Plus tôt, j 'eus assisté à un formidable spectacle. Une merveille comme je n'en avais pas vu depuis bien longtemps. Pendant que les fourmis s'agitaient au sol, craignant pour leur misérable existence, deux monstres s'affrontaient dans les cieux de la motte de sable où nous nous trouvions. Comme aux premières loges d'une pièce de théâtre, je voyais enfin cette prétendue rumeur s'étendre et se déployer pour de vrai sous mes yeux attentif, posé tranquillement sur le toit d'une maison. La Lune Rouge passait donc à l'action en s'en prenant au Jinchûriki, ce rouquin nous faisant office de Kazekage. J'avais entendu dire qu'ils étaient puissants. Avais-je sous-estimé leur potentiel ? Probablement, car les regrets m'envahissaient. Je regrettais de ne pas avoir pu faire connaissance plus tôt avec ces êtres extra-ordinaires, s'ils sont tous aussi appétissants que celui-là.

Oui, l'explosion avait fait des dégâts considérables. Toutefois, c'était bien la dernière de mes préoccupations. Suna ne l'avait pas volé après tout. Ce village s'est encroûté et s'est reposé sur ses partenaires ces dix dernières années, si bien que les jeunes générations semblaient bien faibles et désarmés face à de véritables guerriers. Même durant le dernier examen Chûnin, Suna n'a pas vraiment brillé et le Jinchûriki n'a finalement été d'aucune utilité. Comptant sur ses alliances et ses supposés amis, ils n'ont finalement rien pu faire pour éviter une attaque de grande ampleur à leur tour. Vivre prudemment, sans prendre de risques, c'est risquer de ne pas vivre. Certainement avaient-ils sous estimé la menace pesant sur leur tête, ne se préparant pas suffisamment. Aucun talent n'égale les précédents Kazekage à l'heure actuelle, Suna perdant à la fois son prestige mais également sa sécurité. Ils avaient au moins la reconnaissance de tous, d'être suffisamment fort pour être craint de l'adversaire. Depuis, qu'est devenu le pays du vent ? L'arrière base de Konoha, un sous-fifre privilégié  ? Quelle honte ! Pourtant, le potentiel ne manquait pas autrefois et cet endroit avait une certaine valeur pour ses combattants. J'avais à l'époque un tas de jouets ... Les Shinobis du sable inspiraient la crainte, méritait une forme de sincérité. Aujourd'hui, ce ne sont plus que des bras cassés, ramassant leur village à la petite cuillère. La paix les a ramolli, les a rendu plus dociles que des mouches. Aussi mous qu'aucun d'entre eux n'a su lever le petit doigt suffisamment haut pour défendre leur mère patrie, se reposant sur un prépubère longtemps considéré comme coléreux, n'ayant d'autre mérite que celui d'être le rejeton du quatrième et de s'être fait scellé en lui Ichibi à la naissance. Quand je vois le résultat … Ils auraient mieux fait de laisser le Tanuki dans sa théière. Récupéré ce bon à rien était à mes yeux un acte aussi stupide et qu'hypocrite. À quoi bon retrouver un condamné à mort. Car même si par miracle ils arrivaient à le retrouver en vie, l'homme est probablement sans vie dans sa tête. Une telle défaite … Tant de morts, ce serait un bien trop lourd fardeau reposant sur les épaules du petit prince. M'en souciais-je ? Pas vraiment. Une créature à genoux n'a plus aucun intérêt, elle ne vaut même pas la peine d'être achevée.

Toutefois, il y avait un intérêt. Celui de voir à nouveau cette organisation et peut-être, touché du bout des doigts ce sentiment si plaisant. C'est pourquoi j'avais choisi de suivre à la trace le haut conseiller, celui qui été à présent la « tête opérationnelle » du commandement pendant que la véritable tête était coupée et roulait à terre. Me dissimulant avec toute ma discrétion et toutes mes compétences, j'eus le privilège d'assister à des scènes plus qu'intéressantes. Présent et indétectable depuis le début de la conversation, écoutant depuis ma position cachée, j'en apprenais un peu plus sur chacun. L'équipe de Konoha, voilà des gens fascinants. Hatake Kakashi, une légende que j'aurais aimé affronter si les circonstances étaient différentes entre nos deux pays. Nous étions tout deux d'une génération voisine, l'écart n'était pas si grand. Nous avions connu les mêmes guerres et les mêmes périodes où le sable et la feuille ne se tenaient pas par la main. La fille aux cheveux roses ne m'inspirait rien, sans intérêt si ce n'est une pigmentation assez rare. Mais le gamin ! Voilà que mes sens entraient à nouveau en ébullition quand j'eus vent de sa personnalité et de ce secret bien mal gardé. Le démon renard à neuf queues, le plus puissant des démons. Rien de tout cela n'était légende ou mythe, tout était vraie. Un manque de contrôle, un caractère franc et une fougue à toute épreuve … Mon appétence pour lui était forte. Un fruit ne demandant qu'à mûrir, avant de se faire dévorer. Sublime. C'était décidé, je profiterais de ce passage de courte durée parmi nous pour avoir une idée de ses véritables capacités.  

La suite fut tout aussi alléchante. L'un des Jonin présent fit un rapport sur les membres d'Akatsuki qu'il avait pu rencontrer. Les missions d'infiltrations et d'espionnages avaient finalement un véritable intérêt que j'avais tendance à négliger au détriment de l'amusement.  Celui d'être informé et de voir un peu plus loin que le village. Mon dossier faisait que je n'étais pas qualifié pour ce genre d'opérations. Il semblait avoir rencontré d'autres membres de la lune rouge et jaugé leurs forces Peut-être même le Chef. Ikki-san n'était pas le genre de créature faibles et inexpérimentées. Alors son effroi à l'encontre des autres membres était la plus douce des mélopées que je puisse entendre ce jour-là. Si j'en croyais ces paroles, ils étaient des êtres divins aux pouvoirs bien au delà de l'entendement, existant encore de nos jours. J'étais chanceux, extrêmement chanceux. On allait enfin pouvoir s'amuser. C'était décidé, je voulais croiser leur route, croiser le fer, mélanger nos sangs. Voir de mes propres yeux cela, oui ! Mon cœur s'était à nouveau emballé, mon sourire avait grimpé jusqu'à mes oreilles et mes envies de meurtres avaient finalement prit le dessus sur mon propre contrôle, une jouissance intérieur que je ne su retenir, si bien que j'en relâchais mon camouflage bien trop tôt. Le flot d'excitation, la transe dans laquelle ces dernières heures m'avaient plongées était devenue trop intense. Dommage, me voilà repéré … Un peu tard, cela-dit. Je faisais donc mon entrée, feignant la surprise, m'adressant à cette homme à moitié allongé au milieu de l'assemblé avec un ton mielleux, cachant à peine une pointe d'ironie et de cynisme.  
HISOKA ∞ « Akihiko-sama ... Vous êtes incroyable. Vous m'avez repéré sans aucun mal, même dans votre état. Voilà qui est digne de votre rang. Toutefois, je ne suis pas là pour vous tester ou flatter votre égo, mais bien pour vous apporter mon aide. Vous aurez certainement besoin de renforts. Quoi de mieux contre un manipulateur de pantin qu'un autre manipulateur ? Laissez-moi vous porter assistance pour que nous puissions ramener notre Kazekage, mort ou vif. C'est une question d'honneur, car le notre a suffisamment été bafoué par ces malfrats, profitant du manque d'expérience du jeune Godaime. Et nous ne pouvons pas non plus resté les bras croisés sans assister nos partenaires de la Feuille ... N'est-ce pas ? »


HRP.

© Great Thief sur Epicode
avatar
創業者 | Personnage Non-Joueur
創業者 | Personnage Non-Joueur
Correcteur
Messages : 179
Date d'inscription : 15/05/2015



Correction de Kayaba Akihiko

Positif


Tu fais un très bon leader.
Malgré l'état de ton personnage, tu accueilles tout ce beau monde avec classe, et tu montres tout de suite qui détient le pouvoir.
Bref, tu retranscris fort bien la personnalité de ton personnage. Personnellement, j'aime beaucoup ce personnage, et sa façon de gérer Suna.


Négatif


Il y a des fautes tout au long de ton récit. Ce sont des fautes d'inattention, mais elle gène parfois au confort de la lecture.
Je pense que tu gagnerais à être plus concis. Tu donnes beaucoup de détails, ça c'est bien, mais cela ralenti un peu ton texte. Parfois, les mêmes informations peuvent être donner de façon plus directe.
Je ne suis pas convaincu de la façon dont tu comprends les capacités de Deidara. Sasuke a pris du temps pour comprendre la faiblesse de l'argile, et il avait un sharingan. Tu vois certes des créatures blanches exploser, mais tu n'as pas la vision détaillée des natures de chakra qu'offre le sharingan. Même chose pour les corps de Pain "...en dehors de ses différents corps..." . Ikki qui était sur place précise qu'ils sont six personnes ; toi tu parles tout de suite de différents corps (et donc d'une seule tête pensante). Attention à ne pas te laisser influencer par ce que tu sais du manga.


Gains


Cela vous fait cher Main du roi 19 pe. =



Correction de Totoro Ikki

Positif


Tu écris d'une façon méthodique, comme si tu écrivais un rapport. En général cela rend le récit ennuyant, mais là ce n'est nullement le cas! Ton style apporte une "froideur" et une méticulosité nécessaire à ton personnage.
De plus, j'aime beaucoup l'importance que tu donnes à l'information, la façon dont tu la divulgues. Le rôle d'espion te sied à merveille.


Négatif


Il y a quelques fautes tout au long de ton récit. Ce sont des fautes inattentions (oubli d'un s, confusion entre ces/ses, ect) qu'une relecture plus assidue pourrait enlever.
Une petite précision : "les informations [...] avaient leurs importances" dans le cas présent, tu aurais du écrire leur importance. Bien que tu parles de plusieurs informations, celles-ci n'ont pas diverses importances, elles ont "une importance". Le cas échéant, il aurait fallu précisé cette graduation dans "l'importance" de chaque information.


Gains


Cela vous donne James bond 19 pe



Correction de Buraian Riigaru

Positif


Bonne maîtrise du français.
Ta façon d'écrire est tout comme ton personnage, fluide et élégante.
J'apprécie énormément cette démonstration de bonne manière, et il est plutôt cocasse de voir que le plus mal vêtu est au final le mieux éduqué!
Hum... j'ai hâte de te voir combattre avec les mains liées!

Négatif


Il y a très peu de fautes, mais il y en a quand même. J'ai relevé une inversion de mot  "Il s'agit de là ma participation à la reconstruction." Il s'agit là de... Quelques oublis persistent malgré tes yeux de lynx.


Gains


Cela vous fait Roméo : 14pe



Correction de Uzumaki Naruto

Positif


Ta mise en place du décors permet de comprendre le choc de Naruto. Tu reflètes très bien sa préoccupation, et on sent bien qu'il est perturbé par ses émotions. L'impression que j'ai eu est celle de quelqu'un sur le point d'exploser (il accélère, il s'obsède, ect).
Ta façon d'écrire est directe et franche, tout comme le personnage. Chapeau


Négatif


Sur la forme, il y a des petites fautes tout au long du récit. On retrouve autant des fautes de syntaxes, de grammaire que de conjugaison. Rien de bien dramatique, mais tu devrais faire une relecture plus assidue.
Sur le fond : Je comprend le ressenti de Naruto, mais attention, ce dernier ne déclare pas aussi aisément qu'il "tuera" quelqu'un. Il parle souvent de vaincre, d'arrêter, d'empêcher de nuire, mais rarement de tuer. "Je jure que je vais tous les faire crever, un à un."


Gains


Cher jinchuriki, cela te fait 17pe



Correction de Hatake Kakashi

Positif


Très bonne maîtrise du français, avec des tournures de phrases variées et une bonne concordance des temps (et du passé antérieur!).
J'ai particulièrement apprécié que tu prennes le temps d'analyser la situation, et que tu en fasses une analyse aussi aiguë. On sent bien l'expérience et l'intelligence de Kakashi.


Négatif


Hum, je n'ai relevé qu'une seule faute :"à ses dire." Il s'agit - des dires-, il manque un s.
Il y a bien cette formulation sur laquelle j'hésite :" ... d'un calme mêlé d'assurance tels qu'on les attend...". Considérant qu'il ne s'agissait pas de calme et d'assurance, mais d'un calme mêlé d'assurance (un peu comme un bleu vert) j'aurai accordé au singulier.


Gains


Kakashi - san, vous obtenez 20pe!



Correction de Hatake Kakashi

Positif


Très bonne maîtrise du français, avec des tournures de phrases variées et une bonne concordance des temps (et du passé antérieur!).
J'ai particulièrement apprécié que tu prennes le temps d'analyser la situation, et que tu en fasses une analyse aussi aiguë. On sent bien l'expérience et l'intelligence de Kakashi.


Négatif


Hum, je n'ai relevé qu'une seule faute :"à ses dire." Il s'agit - des dires-, il manque un s.
Il y a bien cette formulation sur laquelle j'hésite :" ... d'un calme mêlé d'assurance tels qu'on les attend...". Considérant qu'il ne s'agissait pas de calme et d'assurance, mais d'un calme mêlé d'assurance (un peu comme un bleu vert) j'aurai accordé au singulier.


Gains


Kakashi - san, vous obtenez 20pe!



Correction de Haruno Sakura

Positif


Bonne maîtrise du français!
Tu as une très belle plume, et je pense que tu aimes beaucoup Sakura, car tu réussis à mettre en valeur ses qualités tout en camouflant ses défauts (avis strictement personnel).
J'apprécie tout particulièrement le rythme que tu utilises (on ne s’ennuie jamais).
Il faut le dire, Sakura a carrément la classe quand elle prend possession des lieux. J'ai bien aimé cette "autorité du médecin" que tu lui accordes. On oublie trop souvent qu'en plus d'être une bonne combattante (question de point de vue...) elle est un médecin exceptionnel.


Négatif


Il y a quelques fautes qui ont filtré malgré une relecture très attentive. Un oubli de mot, un oubli de t regrettable("Ce dernier, emporté par l’émotion courrai quelques mètres devant..."), mais cela reste minime. Ah oui, je crois que dans ce cas il n'y a pas de e"forte heureusement".


Gains


Cela vous fait chère Soigneuse 19 pe!



Correction de Hisoka

Positif


Tu as un style très agréable.
L'esprit étrange, bizarre, fantasque, déluré, chaotique, enfantin de ton personnage transparaît dans ton écriture. Ton rythme est assez rapide, j'aime!
Ta parenthèse sur Suna est très pertinente, et elle permet de comprendre un peu la "folie" d'Hisoka. Il aime le combat, il n'a peur de rien, c'est bien. Je suis curieux de voir jusqu'à quel point il peut aller, suivra-t-il son étrange passion au péril de sa vie?


Négatif


Il y a des fautes tout au long de ton récit. Je ne sais pas si tu t'es relu, mais je pense qu'il faudrait le faire plus attentivement.
J'ai été assez perturbé par ce passage au présent au milieu du récit, lorsque tu parles de Suna. J'ai quelques doutes quand à sa pertinence, surtout que l'évènement se reproduit plus haut. Ceci dit cela reste fluide, et si tu l'utilise en tant que "présent de généralité", ça pourrait passer, mais je pense que les temps du passé avaient ici leur place.


Gains


Cela vous fait étrange monsieur pas net, un peu fou, et surement pas fréquentable, 13 pe!

Bon prologue d'une chasse riche en couleurs. Ce fut un plaisir de vous lire, et bonne chance!
Kakuzu

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Ikki Tousen : Shuugaku Toushi Keppu-roku
» Grace Asthon
» Grace De Slewer

Sauter vers: