Side Menu

Partagez | 
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Buraian Riigaru
Messages : 57
Date d'inscription : 14/12/2015
Localisation actuelle : Abords du désert de Suna, dans le repaire d'Akatsuki.

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 24
Expérience:
142/500  (142/500)

Dreaming [FB#1]    Lun 25 Jan - 20:49
Dreaming

L'herbe est fraîche, verte à souhait, l'air est salé, comme toujours en cet endroit. Ce jardin est magnifique, il s'agit peut-être de ce qui me manque le plus d'Altamira. La sérénité et la quiétude de cet endroit m'ont toujours fait du bien. Enfant, je courrais régulièrement aux quatre coins de ces centaines de mètres carrés qui m'étaient entièrement réservés. Lorsque je finissais par avoir trop chaud, je n'avais qu'à plonger dans l'eau, la plage étant juste à côté. Parfois, je passais des dizaines de minutes, voire des heures, à écouter les autres gamins de la ville patauger et s'amuser. J'avais demandé à de nombreuses reprises à mon père de pouvoir les rejoindre, mais il n'appréciait pas que son petit prince se mélange aux autres. Il a toujours été méfiant, il n'avait qu'un fils. Je lui en ai beaucoup voulu dans ma jeunesse de me priver de ces plaisirs simples. Aujourd'hui, même si je ne suis pas père, je le comprends davantage. J'aurais très probablement fait la même chose.

Assis en tailleurs, je commence par observer mes mains. Elles sont libres, capables de se mouvoir indépendamment de l'autre. En faisant plus attention, je remarque également que je suis vêtu dignement. Je porte l'une de ces longues tenues en dentelle, brodées, à l'instar de ce que portait mon père à l'époque. Il y a bien longtemps que je n'ai pas mis cela sur le dos. Ça fait un peu trop à mon goût, mais ça a une certaine classe. Enfin, je relève la tête et observe avec le plus grand intérêt la personne qui est debout face à moi. Cette personne est magnifique, elle ressemble à un ange. Ses cheveux mi-courts volent au gré du vent du bord de mer, un spectacle dont je ne me lasse jamais. De grands yeux bleus rieurs sont posés sur moi avec une expression que je n'ai jamais vue en dehors de ma mère. Un sourire timide m'est adressé. Je peux rester ainsi des heures à regarder cet être qui chamboule mon simple coeur. Je ne m'en lasserai jamais.

- Arishia ... Tel est mon murmure presque imperceptible. La femme que j'aime est face à moi, en ce lieu paradisiaque. Je n'ai qu'à me lever et faire un pas pour la toucher. Cela fait si longtemps, alors pourquoi me priver ? Cependant, je n'y arrive pas. J'insiste sur mes membres, mais bras et mes jambes refusent de me soulever. Je reste donc ainsi à la fixer.

- Riigaru-sama, je pensais ne plus vous revoir, me dit-elle de sa douce voix. Mon cœur fait un bond, sa voix m'a manqué. Je n'ai jamais rien connu d'aussi apaisant et mélodieux. Pourquoi donc cela me manquait ? Quelque chose cloche. Un tel être, je devrais être avec tous les jours, sans exception. Quelle est l'information qui me manque ? Elle me tend une main minuscule et, instinctivement, je la saisis. La mienne est bien trois fois plus grande que la sienne, je m'abstiens donc de tirer plus qu'il ne faut et parviens finalement à me relever. Me voilà debout, la surplombant de plusieurs têtes. Elle est si petite, si fragile. J'ai la sensation que le simple fait de la prendre dans mes bras la briserait en deux. Pourtant, j'en ai envie plus que tout. J'aurais préféré que ce soit autrement, ajoute-t-elle en baissant les yeux tristement. Mon regard suit le sien et tout change alors. Ma belle et complexe tunique dorée disparaît, remplacée par un simple pantalon et un haut mal lavé bien trop petit pour moi. A mes poignets, d'épais fers les liant à vie. Je commence par agiter frénétiquement les bras à cette vue, mais tout me revient et c'est un regard empli de tristesse que je lui jette.

- Arishia ... Je suis tellement désolé, lui dis-je.

- Pourquoi ? me fait-elle en levant vers ma grande personne deux yeux brillants. Vous m'avez rendue heureuse, le temps que ça a duré. Je n'ai jamais rien demandé de plus. De nouveau, elle agrippe mes mains. Son toucher est doux, chaud, réconfortant. C'est comme si elle était réelle. Elle ne l'est pourtant pas, je le sais mieux que quiconque. Cela fait dix ans qu'elle n'est plus qu'un rêve, un désir et un souvenir à la fois. Tout ce qui est suffisant pour rendre un homme fou. Je suis fou : je la vois alors que je ne devrais pas.

- Ça n'a pas été suffisant ... Je n'ai pas su te garder près de moi. Ni te protéger. Ni même te sauver. Tu n'es plus là par ma faute. Tu aurais dû vivre ... Ma voix se brise, le toucher de ma bien-aimée s'accentue. Automatiquement, je me rapproche légèrement d'elle tandis qu'une larme vient de couler.

- Est-ce pour cela que vous vous punissez ? me demande-t-elle en désignant mes fers. Je les regarde à mon tour sans vraiment les voir. Mon regard est perdu, je suis dans mes pensées.

- Ceci, fais-je en levant quelque peu les bras, est mon châtiment pour mes crimes. Elle secoue néanmoins vivement la tête.

- En êtes-vous sûr ? Vous vous punissez pour autre chose depuis tout ce temps, une chose dont vous n'êtes pas coupable. Il est temps de faire autre chose, ne croyez-vous pas ? Vous valez mieux que ça. Je ne peux pas valoir mieux que ça, pas après mes actes. Telle est ma réponse. J'ai bel et bien assassiné une dizaine d'individus au hasard dans le fol espoir que l'on me rendrait Arishia par la suite. Je leur ai brisé la nuque ou le dos comme un enfant brise des brindilles et, si je me répugnais, je ne m'arrêtais pas. Tous devaient disparaître afin qu'elle puisse me revenir. Tous ont disparu, elle n'est jamais revenue. Le pire dans tout cela est que, tant d'années après, je pense que si c'était à refaire, je recommencerais. Le fait est que le simple espoir de revoir son visage est toujours mieux que rien. Telle est la folie qui m'atteint depuis toujours. La folie pour une seule personne. Pour la personne. Riigaru-sama, plus que le bonheur et l'amour, vous m'avez offert ce que peu d'autres offrent un jour. Ce que vous avez fait est peut-être mal, mais vous avez sacrifié votre vie, vos croyances et tout ce qui vous était cher pour une simple servante telle que moi. Cela signifie beaucoup plus que tout le reste. Je suis partie en étant désolé pour vous et pour vos victimes ... Mais, intérieurement, j'étais comblée. Comblée en sachant tout ce que je représentais pour vous. Comblée d'être si aimée par quelqu'un de votre statut et de votre grandeur d'âme. Ne sachant quoi répondre dans l'immédiat, je la prends dans mes bras et, pendant un instant, l'étreinte semble vraie.

- Que veux-tu que je fasse ? demandé-je. Que puis-je faire ?

- Ce que vous savez faire le mieux : vous battre. Reprenez-vous en main, changer le cours de votre vie et, alors, vous pourrez changer celui de la vie d'autrui. Vous êtes un homme incroyablement bon et vous avez tous les moyens à votre disposition pour changer le monde, montrez donc à tous qui vous êtes. Montrez à tous que vous n'êtes pas un monstre. Faîtes tout pour devenir meilleur que celui que vous étiez. Elle se sépare de moi et recule de quelques pas, les yeux plus brillants qu'auparavant.

- Pourquoi ? Qu'est-ce qui te fait croire que je peux le faire ? Je parle en m'approchant d'elle. Je veux de nouveau la toucher mais elle ne fait que reculer. Ses jambes ne bougent plus, et pourtant elle ne cesse de s'éloigner. Je la perds de nouveau ...

- Parce que je vous aime et je ne veux pas que vous viviez ainsi à cause de moi ... déclare sa voix de plus en plus lointaine. Vous méritez mieux et je sais qu'un jour, l'occasion vous sera donnée de le prouver au monde entier. Alors réveillez-vous, il est temps. Puis plus rien.


Brusquement, je me redresse. Plusieurs secondes me sont nécessaires pour me permettre de retrouver mes esprits : je me trouve sur mon matelas, disposé dans un coin de la cellule qui fait office de demeure et dont le luxe est bien loin de ce que je connaissais auparavant. Je ne m'en suis pourtant jamais plaint. Je cligne des yeux à deux reprises en me remémorant ce que je viens de vivre avant de me rendre compte que quelque chose coule le long de ma joue. D'un revers des deux mains, j'essuie alors ce qui semble être une larme puis observe ce qu'il en reste d'un air intrigué. Ceci ne m'est jamais arrivé auparavant, dois-je y voir un présage. Il en est de même pour ce rêve étrange ; j'ai rêvé d'Arishia de très nombreuses fois, mais jamais jusqu'alors un songe ne m'avait paru aussi réel. Je peux le dire sans crainte : elle me manque plus que jamais.

Un bruit se fait entendre dans les couloirs, ce qui n'est pas courant à cette heure. J'entends des pas et un trousseau de clé. Lorsque l'un des gardes ninja que je connais bien s'arrête devant la cellule, je me lève d'un air décontenancé : que peut-on bien me vouloir à cette heure-ci ? Le ninja me salue poliment, il est l'un de ceux dont je suis proche et avec qui je parle régulièrement. Je lui ai notamment sauvé la vie lors de l'émeute d'il y a trois ans, le seul bon acte que j'ai accompli ces dix dernières années. Je lui retourne la politesse, comme à l'accoutumée, puis il m'annonce que j'ai de la visite, ce qui est fort étonnant. Ceci aussi n'est jamais arrivé en une décennie. Un haut conseiller du village ... Oh Arishia, est-ce vraiment l'heure, en fin de compte ? Je m'approche des barreaux et me plante devant le shinobi en attendant qu'il les ouvre : allons le savoir.


NenaKonstanZ

____________________________________________

"I promise never to use these hands in battle again."
avatar
創業者 | Personnage Non-Joueur
創業者 | Personnage Non-Joueur
Correcteur
Messages : 179
Date d'inscription : 15/05/2015


Re: Dreaming [FB#1]    Ven 4 Mar - 21:38

Correction de Buraian Riigaru

Positif


Je dois avouer qu'on ne voit pas souvent le présent utiliser d'une si belle façon. J'ai d'abord été perturbé par ta façon d'écrire, puis intrigué, puis conquis! Tu as un style simple et fluide, avec une subtile touche d'élégance.
J'apprécie la forme, mais le fond m'a également touché. Cet amour désespéré est vraiment charmant.


Négatif


Il y a bien quelques erreurs d’inattention qui se sont glissées, mais ça reste vraiment minime (principalement des oublis de lettres).


Gains


Cela vous faire cher Roméo 31 pe!


Kakuzu
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» i was dreaming for so long (hope&delysia)
» Hurry up, we're dreaming. (RONO)
» KIM'Z → A dreaming angel lost in wonderland...
» Miss Tick ¤ I'm just dreaming of tearing you apart.
» (M/LIBRE) NICOLAS SIMOES ≈ after i met you, i started dreaming in colors.

Sauter vers: