Side Menu

Partagez | 
avatar
Invité
Invité


L'ombre de Kumo    Ven 19 Fév - 14:53
Imposteur.





Une bise légère parfumée d’une senteur de lavande vint chatouiller mes narines. Ma chevelure d’ébène virevoltait au gré du vent, cassant à l’aide d’une mèche rebelle le déclin du soleil qui se meurt à l’horizon. Je me trouvais sur l’un des multiples ponts servant de point de liaison entre les différents plateaux du village, debout sur le rebord du dit édifice, attendant que le temps passe.

Quiconque passait à ce moment-là pourrait croire que je voulu m’éteindre car trop accablé par les soucis d’une vie troublée, mais ce qu’il ne savait pas, tout comme moi d’ailleurs, c’est que mon histoire jusqu’à présent ne me permettait point de mettre fin à mes jours… pour le moment. Un jeune homme vint me tirer de ma rêverie. Habillé en haillon crasseux et le visage poisseux, il s’approcha de moi me tendant une lettre plié en deux.

Je descendis de mon perchoir, d’un geste non chalant, et m’approcha du jeune homme tout en sortant une petite bourse rempli d’un somme d’argent pouvant le faire tenir tout un mois sans manquer de rien. Mon geste fut reçu avec une grande joie : j’avais convenu de le récompenser, mais pas avec autant d’argent, ce qui expliqua la forte accolade. Pas très habitué à ce genre de familiarité depuis plus de dix ans, je fus quelque peu gêner par son geste, mais quel genre d’homme pourrait refuser la manifestation de la gratitude de son geste, pour manque de sociabilité ?

Le jeune homme partit la larme à l’œil, tandis que j’ouvris la lettre. Un plan d’accès domaine où je devais me rendre : Enfin plus d’une semaine passa depuis mon arrivé à Kumo, et enfin, ma patience fut récompenser. Je pouvais enfin faire ce qui me poussa à venir dans ce pays.

Mon âme fut en proie au chagrin, mon cœur subissant la tourmente, accablé par des regrets. Plus jeune, mon père et moi étions si opposé… si remonté l’un contre l’autre qu’une telle réaction me parut incompréhensible. A croire que malgré toutes nos divergences, et mauvaises appréciations mutuelles, le temps fut facteur de guérison de la rancœur moteur de notre relation entre père et fils.



Rien est vrai, tout est permis.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aelios Ryuchi, l'ombre de Kumo
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]

Sauter vers: