Side Menu

Heres comes a new age [FB PV. Orochimaru]
Partagez | 
avatar
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
Kayaba Akihiko
Messages : 533
Date d'inscription : 24/06/2015
Age : 20
Localisation actuelle : Quelque part, perdu dans mon esprit.

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 689
Expérience:
365/500  (365/500)

Heres comes a new age [FB PV. Orochimaru]    Dim 21 Fév - 16:38
RP 01
HERE COMES A NEW AGE
The truth

Voilà plusieurs nuits que je n'avais fermé l'oeil tant le stress et l'excitation étaient omniprésents. Je n'étais en rien un Shinobi prônant la guerre ni même la violence à proprement parler. J'avais toujours pensé qu'il était préférable de créer une zizanie interne et laisser le temps opérer plutôt que de prendre des risques inconsidérés et inutiles. Cela dit, en vue de nos objectifs et buts actuels, nous ne pouvions nous permettre de laisser le hasard faire les choses à sa façon. Ainsi, chaque geste et action futurs étaient calculés et avions pris la peine de mesurer le moindre impact qu'ils engendreraient. Nous n'avions en aucun cas le droit à l'erreur si nous voulions parvenir au résultat tant escompté.
Il y a de cela une quinzaine d'années, le Yondaime Kazekage m'avait pris sous son aile afin d'améliorer mon intégration au sein de son village. Il ne s'attendait pas à ce que je montre rapidement un potentiel politique aussi développé pour mon jeune âge et prêta rapidement une oreille attentive aux conseils que je pouvais lui prodiguer. C'est ainsi que je pus rejoindre le conseil du haut de mes dix-neuf ans avec l'appui du dirigeant lui-même. Je me fis rapidement un nom et une place au sein de cette institution et me hissai rapidement tout en haut de cette hiérarchie pyramidale sans que quiconque n'y émette la moindre objection. Tout avait été planifié et j'avais fait en sorte, au fil des années, à ce que le père de Gaara place son entière confiance en moi, ce qui était d'ailleurs réciproque. C'est de ce manière que j'ai pu faire gonfler mon influence au sein du village de manière à ce qu'elle soit celle que j'ai actuellement. J'accompagnai souvent ce dernier lors de ses différents voyages diplomatiques et prenais souvent plus la parole que lui puisque les modalités de certains accords – ou désaccords – avaient été décidés auparavant. J'avais, de ce fait, toujours assis ma suprématie et on pourrait presque considérer que j'étais le dirigeant même de cette patrie.
Kuro m'écoutait toujours et ne prenait aucune de mes paroles à la légère. Il avait l'impression de me connaître, mais en réalité, il ne s'agissait là qu'une infime partie de ma personnalité complexe au possible. Les gens ne cernaient que ce je voulais qu'ils puissent voir ; je me protégeais et planifiais de nombreuses choses de la sorte. Bien sûr, il y avait toujours un mécontent dans le lot, mais ce dernier se faisait rapidement remettre à sa place par mes soins. J'avais des méthodes un peu particulières et personne n'y voyait d'inconvénient tant que le village fonctionnait correctement. Plus le temps passait et plus mon influence se faisait ressentir en dehors de nos frontières. Mes nombreuses missions politiques me permirent, bien que je ne supportais pas d'avoir à créer diverses alliances avec ces êtres inférieurs, d'être connu dans le monde entier, notamment dans les cinq Grandes Nations. C'est ainsi que je tombai sur Orochimaru, le fameux Sannin, grâce à un merveilleux hasard et peut-être une chance inouïe.
Il s'avérait que cet homme souhaitait attaquer Konoha. Nous aussi voulons leur perte. C'est d'un commun accord que nous en parlâmes ensembles de prime abord et que j'en fis part à mon chef. Celui-ci accepta sans rechigner, faisant face à des arguments des plus convaincants. Une rencontre s'organisa rapidement, en terrain neutre. La rencontre avec ce Nukenin de Konoha était une providence pour nous, mais ce n'est pas pour autant que je lui faisais confiance. Je le savais perfide et fourbe, nous devions donc le prendre des pincettes. Ceci dit, c'était bien la première fois que mon chef ignora mes conseils, totalement subjugué par la prestance de notre « allié ». Je lui avais pourtant fait part de mes craintes lors de notre première discussion à propos du Serpent, mais il n'en fit rien. Soit, je dus prendre sur moi et gardai mes ressentis dans un coin de mon esprit afin de ne pas perturber le déroulement de nos plans.
Nos premiers meetings étaient plus ou moins éloignés. Ce n'est qu'une fois les premières ébauches sorties que nous nous vîmes e plus en plus souvent, toujours dans des lieux différents, jusqu'à ce que l'on décide que le Quartier Général se trouverait sur nos terres. Bien sûr, personne d'autre que nous n'était au courant de notre magouille avec le renégat. Déjà que leur annoncer une guerre ne serait pas des plus faciles, alors si en plus on devait leur dire qu'un Nukenin avait rejoint nos rangs... Ce n'était même pas la peine d'y penser.
Tout un chacun avait énormément de travail de son côté et n'avait pas une minute pour lui. Nous devions nous dépêcher de mener à bien nos plans de manière à être parfaitement prêts pour le jour fatidique, qui se déroulerait lors d'un événement mondial de la plus haute importance. Il y avait, cependant, un point sur lequel je n'étais pas d'accord mais avais préféré ne pas en parler ; l'utilisation de Gaara en tant qu'arme humaine. Certes, il renfermait un lot e haine et de puissance incroyable dû au démon à queue dormant en lui depuis des années, mais ce n'était pas une raison. Jusqu'à présent, il avait toujours été sous mon aile et étais le seul à comprendre ce qu'il pouvait traverser. Je possédais moi aussi un monstre, en quelque sorte. C'était bien compliqué que cela, mais je savais aussi ce que cela faisait que d'être utilisé comme une vulgaire arme, comme un simple cobaye que l'on enverrait à l'abattoir si jamais ça foire.
Pour tenter de pallier à ce soucis, j'avais jeté un œil dans les différents registres qui disaient tout ce que l'on voulait avoir sur les différents prisonniers qui croupissaient derrière leurs barreaux depuis plus de cinq ans. Mon attention se porta sur dénommé Buraian Riigaru. Lui aussi avait perdu sa femme et avait tué pour la venger avant de faire signe de rédemption. Il m'intéressait bien, le gaillard. Un peu plus âgé que moi, il me respectait malgré tout. Après tout, il s'agissait de l'homme le plus riche du pays, il possédait donc une certaine éducation qui se couplaient parfaitement avec ses connaissances et manières. J'avais conclu, avec le Yondaime, de le libérer le temps de notre attaque et d'aviser après. Je le sentais bien, franchement. J'espérais d'ailleurs que ce dernier pourrait bien remplacer Gaara, mais il s'avéra que non. Cela me faisait au moins un homme en plus dans mes rangs, ce qui n'était pas plus mal en vu des circonstances actuelles.
Je venais tout juste de sortir de mon entrevue avec le prisonnier. En sortant du cachot, je m'étais rendu chez moi pour prendre avec moi plusieurs rouleaux de papiers fraîchement enroulés. Il s'agissait là des différents plans d'attaques possibles sur le village de la feuille sans que l'on puisse se faire remarquer. Du moins, pas au début. L'heure avancée de la nuit me permettait de faire toutes sortes d'agissements sans me faire repérer ou questionner. Si j'avais été chercher lesdits rouleaux en pleine journée, cela n'aurait pas été la même chose et aurais même perdu du temps qui nous était que trop précieux. Je me rendis dans la salle cachée aux yeux de tous afin de m'entretenir avec le Nukenin. Il ne m'inspirait pas confiance et j'éprouvais de nombreux doutes quant à sa personne. Cela dit, ils n'étaient pas fondés et ne pouvais me permettre de m'attirer ses foudres. C'est pourquoi j'agissais comme d'habitude, un visage plaqué sur mes lèvres. Il n'y verrait que du feu, comme tous les autres.
Une fois devant la porte, je frappai et déclinai mon identité. Deux gardes me laissèrent passer et s'en allèrent de la salle de réunion, nous laissant seul à seul. Bien sûr qu'ils n'étaient pas invités lors de nos différentes entrevues. Étonnamment, le Yondaime n'était pas présent. Soit, j'allais faire avec. Cela ne changeait pas grand chose à mes paroles de toute manière. A présent face à lui, je déposai les deux rouleaux sur l'imposante table sans pour autant les déplier. Je fis une légère révérence de la tête uniquement et posai mes iris océan dans ses jaunes pupilles reptiliennes. Mon regard était neutre mais assuré, voire même grave. Il s'agissait d'un moment important qui précédait notre prochaine heure de gloire. Celle-ci ne tarderait pas à pointer le bout de son nez...
 Orochimaru-dono 」 le saluai-je. 「 Je reviens tout juste d'une entrevue avec un de nos prisonniers. Il s'avère qu'il pourrait nous être d'une aide précieuse et l'ai donc inclus à nos plans tout en changeant quelques points afin d'augmenter notre de réussite 」 dis-je en déroulant les feuilles de papier. 「 J'aimerai donc que vous y jetiez un œil afin d'avoir votre avis plus qu'avisé en la matière 」 lui demandai-je avec une pointe de sarcasme et un sourire carnassier aux lèvres.

____________________________________________

Tu veux m'aider? Click! ♥️



Il y'a plus de choses dans le ciel et sur terre, Horatio, qu'il n'en est rêvé dans toute votre philosophie.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Photoshop][Expert]Orochimaru, Oto Sanin
» Fiche de Liaison - Orochimaru
» Tayuya & Shitaku Hayate VS Orochimaru & Eclyspia
» [Rôles] Les Ninjas
» Parodies de Naruto

Sauter vers: