Side Menu

Qu'est-ce qui s'est passé ? ( Pv Shiroi / Soren / Sunajin )
Partagez | 
avatar
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Lao Ren
Messages : 142
Date d'inscription : 08/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 0
Expérience:
280/500  (280/500)


Constater l'horreur
MISSION DE RANG B
En réponse à la destruction de Suna


Nous venons d'apprendre que le village de Suna vient de subir une attaque d'une ampleur inouïe, on parle de centaines, voir de milliers de morts. Il s'agirait d'après les premières infos des agissements de l'Akatsuki. Je veux dépêcher une équipe sur place pour me faire un rapport. Le village du sable est loin d'être l'un de nos alliés, pas question donc de les aider sauf s'il nous le demande, alors ne gaspilliez pas votre temps là-bas. N'oubliez pas que notre objectif n'est pas Suna, mais plutôt de récupérer des informations sur Akatsuki et plus particulièrement l'un de nos anciens épéïstes, Kisame.

Objectif principal : Rendez-vous à Suna et apprenez en plus sur ce qu'il s'est passé.
Objectif secondaire : Rencontrez un Sunajin. Il risque d'y avoir de l'agitation sur la route également !




Recherche d'info'

Direction le pays du Vent. Pourquoi donc ? Une mission tout simplement, mais pas des moindres puisqu’elle était sérieuse. Au diable le simple repérage ou la visite de courtoisie, actuellement, il s’agissait de s’informer par rapport à des événements qui n’étaient - jusqu’à preuve du contraire - très peu plaisant à entendre. Bref, des gens à Kiri ayant été déployés pour d’autre missions plus sérieuses, c’est donc moi qui avais été réquisitionné pour cela. Seulement, pas question de m’envoyer seul - même si du haut de mes vingt-quatre ans, et mon statut de Jinchuriki, j’aurais pu faire le voyage et la mission seul - et c’est donc pour cela qu’on m’avais assigné une petite équipe afin de m’accompagner.

Deux jeunes enfants - à mes yeux - mais qui restent des Kirijins malgré tout. Quand bien même j’aurais pu être ennuyé, j’en oubliais un peu ce côté “ lassant “ grâce à la seule fille de l’équipe. Malgré son jeune âge, celle-ci était mignonne et donc en soit, je l’imaginais comme étant une petite soeur, idéal pour tuer le temps en l’emmerdant et d’ailleurs, sans me faire sexiste, je ne m’étais pas retenu de sortir une petite vanne avant de nous en aller.

“ Bon... On s’en va pour Suna. On va pas traîner, vous êtes prêts ? Par contre, je vous préviens, je suis pas une baby-sitter ok ? Aller, en avant. “

Et c’est ainsi que commençait notre petit voyage. De Kiri jusqu’à Suna, il y avait une belle marche à faire et c’est assez silencieux que je me fis, parlant le moins possible. Je me contentais de marcher/courir et avancer rapidement, sans utiliser mon pouvoir de Bijû. En effet, très peu au village étaient au courant de mon statut et je ne devais pas le révéler à n’importe qui ou n’importe comment. Bon sang que c’est barbant... Avec mes ailes, à défaut de les trainer comme des boulets, on aurais pu gagner quelques heures.
Soufflant une énième fois, je vins à regarder derrière moi, voyant qu’une fois de plus, je les avais presque semés. Rhaaaaa, merde...

“ Bon sang... “
* Ren... Ils sont jeunes, tu devrais réfléchir un peu. *
“ Hey, je le sais. M’enfin, j’ai pas le droit de les forcer à aller trop vite aussi non ? “

Parlant seul à première vue, je revins donc à eux pour intimer une pause dans notre périple. Il nous faudrait encore quelques jours pour atteindre les terres arides qu’est Suna. Profitant de la pause, je vins alors à prendre soin de mes “ recrues “.

“ Tout va bien ? “

Cependant, enfantin comme j’étais, j’avais beau poser la question, je ne faisais guère attention à leurs réponses, ni même les questions qu’ils pouvaient me poser. Suite à cette discussion quelque peu à sens unique, nous reprîmes la marche une fois prêt et cela, jusqu’à arriver enfin aux portes de Suna. Le désert nous ouvrait grand les bras et la chaleur qui allait avec aussi. Autant le dire, cela faisait un moment que je ne m’étais pas présenté ici. Bien des souvenirs envahissaient ma tête, à savoir ma rencontre et mes relations avec Aiko, ou bien mes retrouvailles avec cette fille, soeur du Kage à savoir... Temari. Je me demandais d’ailleurs si la revoir - pour obtenir des informations - ne serait pas plus facile tient.

* Tu devrais dire d’être méfiant à partir de maintenant... Suna n’est pas un ennemi de Kiri, mais ce n’est pas un ami pour autant. *
“ Tu as raison... “ Je me retournais donc vers mes collègues, me fichant d’avoir été entendu en train de parler tout seul. Si seulement ils savaient la vérité à mon sujet... “ Bon, on va faire gaffe désormais ok ? Bon, histoire de participer un peu à tout ça, l’un de vous est-il capable d’utiliser des technique de ninja sensoriel ? Ou capable de repérer des gens sur une certaine distance ? On va avancer tranquillement maintenant, et chercher des gens qui seraient capable de nous renseigner. Des questions ? Shishi’ ? Soso’ ? “

Ah oui... Car en plus de les “ considérer “ comme des enfants, je m’amusais aussi à leurs donner des surnoms assez enfantin pour les taquiner. Qui sait si un d’eux ne soulèvera pas une révolution pour que ça cesse.
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Shiroi Kôtora
Messages : 246
Date d'inscription : 13/02/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 727
Expérience:
25/200  (25/200)

Devant une mer de sable
Ren | Soren | Sunajin



Suna, c’était l’objectif du jour. Un « cataclysme » était passé sur ce village et il nous avait été demandé d’enquêter sur ces malheureux évènements. Un petit groupe dont je faisais partie avait été sélectionné pour participer à cette mission, plutôt dangereuse mais, loin d’être effrayée, j’éprouvais de l’excitation. Impatiente, je m’étais préparée en quatrième vitesse et m’étais présentée plus tôt afin de rencontrer mes futurs coéquipiers. En arrivant, je n’étais pas la première. Un jeune homme d’une vingtaine d’années se tenait déjà au point de rendez-vous. Il avait les cheveux rougeâtres coiffés en bataille, un air ennuyé peint sur le visage et une posture dédaigneuse. Comme si le simple fait d’attendre l’emmerdait au plus haut point.

Je m’arrêtais devant lui et me mis à attendre aussi. Notre dernier membre arriva et je me levais, me préparant à partir. J’allais commencer à parler, me présenter et nous souhaiter une bonne mission mais je fus coupée par cheveux rouge qui nous pris littéralement pour des bébés. Je me renfrognais et l’ignorais lorsqu’il demanda si nous étions prêts. Je terminais de vérifier mon armement et fermais mon sac. J’étais prête à débuter cette mission.

Les premières heures me parurent longues et trop silencieuses. Personne ne parlait et lorsque j’y pensais, nous ne nous connaissions pas du tout. Je ne savais pas comment s’appelait mes coéquipiers et je voulais y remédier. Ce fut pendant une courte pause que je me lançais.

४ Euh, excusez-moi. Je ne connais pas vos noms et j’aimerais savoir avec qui je risque mes fesses. C’est peut-être bête mais c’est toujours mieux de s’appeler par nos prénoms que de dire « hey toi, ou vous » non ?!

Nous étions repartis et le fameux cheveux rouge qui se prénommait Ren Lao était toujours en tête, nous semant presque parfois. S’il n’avait pas envie de faire partie d’une équipe, il aurait du le dire à la Mizukage qui lui avait confié cette tâche. Cela nous aurait évité de devoir lui courir après. Je soupirais et me permis de lui dire le fond de ma pensée mais j’ignorais s’il m’avait entendu étant donnée que je n’avais eu aucune réponse. L’air se faisait plus chaud au fur et à mesure que l’on s’approchait de Suna mais nous étions encore loin d’arriver, il pouvait se passer tout et n’importe quoi. Je restais sur mes gardes, écoutant, regardant les moindres signes de changements.

Je voyais bien que Ren feignait de prendre de nos nouvelles à mon coéquipier Soren et moi-même. Il posait la question mais ne prenait pas la peine d’écouter la réponse et je me permis de le lui faire remarquer.

४ Si je te dis que je ne suis pas bien, tu en aurais quelque chose à faire ?

Pas de réponse, comme je m’y attendais. J’abandonnais, il ne voulait pas nous prêter d’attention, et bien il n’en aurait pas de moi. Plus j’y pensais et plus je me demandais s’il le faisait exprès et finalement, je laissais tomber. J’avais passé l’âge de me préoccuper de ce genre de choses, autant le prendre comme il venait ! Plus nous nous approchions de Suna, plus la chaleur se faisait sentir et nous ne tardions pas à apercevoir le sable.

Heureusement que j’avais pris plusieurs bouteilles d’eau. Je n’avais jamais mis les pieds au village du sable, Ma première fois lors d’une mission m’excitais plutôt bien !! J’y reviendrais !
Je n’avais pas encore entendu la voix de Soren et je me rapprochais de lui pour prendre de ses nouvelles. Il avait l’air plutôt réservé, timide, ou peut-être solitaire mais en terre inconnue il fallait savoir faire confiance à l’équipe.

४ Soren c’est ça ? Qu’est ce qui t’as poussé à faire cette mission ? Je sais ma question est peut-être un peu bête hein.

Entre-temps, Redhair nous demanda si nous avions une quelconque capacité sensorielle, ou technique de repérage. J’en étais incapable, à part mon instinct, je n’avais aucune capacité de senseur.

४ Désolé, je n’ai aucune capacité de ce genre. Mais si tu poses la question, j’en déduis que toi non plus…

Je le taclais un peu, pas méchamment évidemment mais le surnom m’avait fait un peu tiquer. Pas que je n’aimais pas mais venant de quelqu’un que je ne connaissais que depuis quelques heures ce n’était pas habituel. Je m’approchais de lui et lui donnais un léger coup de poing sur l’épaule avant de le dépasser et de continuer le chemin. Nous n’étions partis que ce matin mais la route avait été longue et il nous fallait un peu de repos. Je le proposais au deux garçons.

४ Dites les gars, et si on se reposait un peu ? Nous avons assez couru pour aujourd’hui vous ne trouvez pas ?

J’attendais une réponse qui, je l’espérais un peu, serait positive. J’étais d’accord que la mission n’était pas une partie de plaisir mais si nous nous retrouvions devant un ennemi, nous n’aurions pas été au top de notre forme. Et il valait mieux garantir la sécurité et la réussite plutôt que de mourir inutilement ici.

Code by AMIANTE EDIT BY BIG'B
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Soren
Messages : 29
Date d'inscription : 13/02/2016
Localisation actuelle : Kiri

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 120
Expérience:
0/0  (0/0)

Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Une nouvelle journée au village de Kiri. Cela fait peu de temps que j'y suis, pas plus de trois semaines, et le temps commence à me paraître long. A notre arrivée, Aiku et moi avons été reçus par la jeune Mizukage, seule avec nous. Nous avons dû lui raconter notre provenance, notre histoire, notre raison d'intégrer ce village shinobi. Inévitablement, et pour ne pas attiser la méfiance à mon égard, j'ai été contraint de lui révéler la vérité à mon sujet, concernant mes origines, mon passé ... mon âge. Naturellement, elle l'avait deviné immédiatement : je ne suis pas le plus discret parmi mon clan maudit. Heureusement, Meï, du clan Terumi aux deux Kekkei Genkai, n'a pas l'esprit étriqué et c'est avec compréhension qu'elle m'a accepté au même titre que mon compagnon tout à fait ordinaire. Deux jours après, nous étions conviés pour une série de tests d'aptitudes en conditions. Avec ce succès, nous avons obtenu nos bandeaux frontaux et depuis, plus rien.

En effet, nous sommes dans l'attente. A présent Genin, mon ami et moi devons être intégré à une équipe de quatre : un professeur Jônin et trois débutants, une pratique que je ne connais que trop bien étant donné que je fus dans cette même situation quarante ans auparavant. J'ai, bien entendu, demandé aux dirigeants de Kiri d'être dans la même équipe qu'Aiku ; je ne l'ai pas suivi jusqu'ici pour être séparé de lui dès les premiers instants, mais bien pour le supporter, le conseiller et le soutenir dans tout ce qu'il entreprendra. Cependant, toutes les équipes de Genin sont déjà constituées, alors nous ne pouvons que patienter dans ce petit appartement qui est désormais notre maison. Cela change fortement du bastion de mercenaire que nous habitions jusqu'à présent.

Aiku est parti s'entraîner ce matin. Comme toujours, je le laisse seul dans ces moments. Premièrement, je ne peux lui être d'aucune aide dans un affrontement à l'épée, secondement je me suis lassé de l'observer après toutes ces années. Il n'a pas besoin que je le suive dans ses moindres faits et gestes, et ce n'est pas mon intention. Il a vingt ans maintenant, après tout, ce n'est plus le gamin insouciant dont je m'occupais. Un bruit à la porte d'entrée me tire de mes rêveries. Ce n'est pas Aiku, c'est évident : il ne prendrait pas la peine de frapper et il ne terminera pas son entraînement avant onze heures à minima. Jusqu'alors installé dans notre petit canapé, je me lève et vais ouvrir cette porte sans grande envie. Peu importe le visiteur, je n'apprécie déjà pas sa venue. Je n'ai pas intégré ce village pour me faire des connaissances.

Dans l'entrebâillement de la porte, c'est un ninja, probablement Chûnin, qui m'observe. Sans prononcer un mot, il laisse ses yeux vagabonder sur mes cheveux, mon visage et, ça ne manque pas, la marque présente sur mon front. Visiblement, il a fait le rapprochement, il connaît son histoire. Je perçois notamment son léger mouvement de recul. Si seulement il pouvait s'éloigner encore de quelques centaines de mètres ...

- Euh ... Soren ? balbutie-t-il en plongeant son regard d'idiot dans mes yeux rouges. Je ne lui réponds pas et attends la suite. Tu es attendu immédiatement aux portes du village pour une mission longue durée à l'étranger. Il me tend un rouleau de parchemin que je prends sans ouvrir davantage cette porte qui nous sépare. Selon cette note de la Mizukage elle-même, le village du sable, situé à l'opposé de celui de la brume, a subi une violente et meurtrière attaque terroriste d'une organisation criminelle reconnue. Selon certaines sources, le Kazekage aurait disparu. Je suis dépêché sur place, avec deux autres comparses que je dois retrouver aux portes de Kiri, pour tenter d'en apprendre plus. Si tout ceci est avéré, alors Suna sera plus méfiant que jamais envers les étrangers non alliés qui s'approcheront. Ce n'est pas la mission la plus sûre qui soit.

- Qui sont mes équipiers ? demandé-je froidement sans regarder le Chûnin.

- Lao Ren et Kotora Shiroi, me fait-il tout aussi peu aimablement, bien que cela m'importe peu. Pas de Aiku, hein ? Soit, ça ne sera pas pour l'immédiat, mais je sais que Meï fera de son mieux pour régler cette situation au plus vite. Dans l'immédiat, je dois obéir au devoir qui m'incombe depuis que j'ai mis ce bandeau ninja à mon cou, bien caché. Je retourne à l'intérieur de mon appartement, récupère en un éclair ce qui m'est nécessaire, et sort en claquant la porte, un mot à l'attention de mon colocataire placardé dessus. Pas une parole ni un regard supplémentaire en direction de celui qui vient de me sortir de ma léthargie, jusqu'à ce qu'il reprenne lui-même la parole en me voyant passer devant lui et m'éloigner. Joli marque, sur ton front, tente-t-il.

- C'est un tatouage, fais-je avant de sauter sur le toit voisin. Aux portes du village, je retrouve mes deux premiers équipiers de Kiri. Ce n'est pas la première fois que je pars en mission avec quelqu'un, loin de là. Toutefois, à l'époque de ma vie à Yû, je n'étais pas aussi distant avec autrui que je ne le suis aujourd'hui. Quant à ma période parmi les Mercenaires de Gureiru, j'étais accompagné de mon unique ami ou bien de Gureiru lui-même, et j'avais parfaitement confiance en ceux qui nous entouraient. Là, je ne sais rien de ce jeune homme aux cheveux rouges ni de cette fille à la chevelure rose vif. Il est possible que leur réaction en me voyant soit la même que celle du shinobi venu me donner l'ordre de mission. Il s'avère cependant très vite que ce n'est pas le cas, la jeune fille qui semble avoir mon âge - en apparence - m'accueillant chaleureusement. Un simple signe de tête en retour suffit. J'estime qu'elle doit être trop jeune pour reconnaître - voire simplement connaître - le clan Noroi, ses particularités et son histoire. Quant au plus âgé, il semble être trop insouciant et idiot pour s'intéresser ou retenir ce genre de choses. La preuve en est avec ses premières paroles à notre égard, qui me permet de dire qu'il nous prend pour de vulgaires gamins. Parfait.

Le signal est donné et nous partons sur le champ, le Jônin et leader devant, la prénommée Shiroi et moi-même sur ses talons. La route va être longue. Fixant sans ciller devant moi, je ne peux m'empêcher de penser que le chef de cette mission fait bien mal son travail. Tandis que nous partons en territoire dangereux, il ne prend pas la peine de nous demander nos différents talents, ne se présente même pas, ne déclare rien au sujet de notre plan d'action à venir ... J'en viens même à me demander s'il connaît véritablement nos identités respectives. Pour couronner le tout, alors que je l'observe de dos, je remarque qu'il va bien trop vite pour nous et qu'il ne semble pas vouloir ralentir pour nous attendre. Peut-être est-il Jônin depuis peu ; ce qui est sûr, c'est qu'il n'a pas l'air de mériter son grade. Est-ce là la fine fleur de Kiri ? A quelques mètres de moi, la jeune fille semble elle aussi exaspérée, mais je doute que ce soit pour les mêmes raisons.

Une pause finit pas être décrétée après des heures d'avancée à grands pas. Moi-même suis épuisé ; non pas que je suis bien endurant, mais je traîne toute de même plusieurs décennies d'expérience dans un corps de quinze ans. Une fois tous assis à même le sol au sein du Pays du Feu, c'est Shiroi qui prend la parole après un moment de repos silencieux, décidant de briser la glace entre nous. Il apparaît que, contrairement à moi, elle n'a pas été informée du nom de ses coéquipiers. Je ne l'aurais pas été non plus si j'avais demandé, elle n'avait qu'à faire de même. Le Jônin répond nonchalamment à cette question qu'il semble juger sans importance. Le fait est que, me concernant, elle est réellement sans importance. Ce n'est pas mon genre de parler avec les autres et je n'ai aucune envie de me présenter. Ainsi, lorsque Ren nous dit de reprendre la route, c'est en lâchant un simple "Soren" que je réponds à la demande de la seule fille du groupe avant de m'élancer à nouveau.

La suite du voyage à travers le plus grand pays du Sekai se fait dans la même ambiance. Ma voisine en veut fortement à cette forte tête de Lao Ren, cela ne fait aucun doute. Ce n'est pas pour autant que je m'en soucie. Une mauvaise ambiance au sein de l'équipe pourrait nous mettre tous en danger en cas de pépin, peu m'importe. Si le danger se fait trop important à cause d'eux, je n'ai qu'à me replier s'il m'est possible de le faire. Comme pour tous les humains, leur vie m'est égale. Tout comme leur bavardage ou leurs actions.

Nouvelle pause alors que nous venons de pénétrer en l'immense et brûlant désert du Pays du Vent, l'un des dangers naturels les plus importants du continent. Par trois fois, nous avons failli perdre le Jônin de vue. C'est à se demander s'il a choisi d'être shinobi. Quoiqu'il en soit, pour la première fois depuis notre départ de Kiri - soit après des jours de traversée - et après un comportement bien étrange, le voilà qu'il s'adresse de nouveau à nous. Son attitude exprime tout l'inverse de ses paroles : il nous demande si nous allons bien, mais n'écoute nullement le début de réponse de Shiroi. Pour ma part, je recule légèrement tandis que celle qui s'avère être Chûnin s'emporte à l'encontre de son responsable temporaire. Se sont-ils demandés ce que fait un Genin prétendument novice parmi eux ? L'un pense davantage à sa propre personne qu'à ce qui l'entoure, et la seconde est bien trop énervée à l'égard du premier pour se poser ce genre de questions futiles. Ce n'est pas plus mal.

Pourtant, soudainement, l'adolescente se détourne de l'égocentrique ignorant et s'approche de moi après s'être désaltéré. Je n'ai jusqu'alors pas prononcé un mot en dehors de mon prénom, comme elle me le fait remarquer. Elle souhaite donc en savoir davantage à mon sujet. Elle a l'air innocente et profondément gentille, il est vrai. Là encore, peu m'importe. Il en faut bien plus pour que je puisse m'ouvrir à qui que ce soit. Tandis que Ren nous demande de repartir sur le champ, je plonge mon regard flamboyant dans le sien étrangement similaire au mien.

- On me l'a confiée, fais-je sobrement avant de lui passer à côté et de la planter là. Avant de continuer notre route, le leader nous demande - enfin - si l'un de nous possède une quelconque capacité de détection, ce qui n'est évidemment pas mon cas. Le tout ponctué d'un surnom ridicule. Shiroi est la première à répondre négativement en lui faisant remarquer qu'elle n'est apparemment pas la seule. Un bref coup sur l'épaule et elle le laisse là de la même façon que je l'ai moi-même laissée un instant auparavant. Il porte son regard sur moi. Ne m'appelle pas Soso', déclaré-je froidement en le dépassant à mon tour.

Shiroi se retourne alors vers nous en réclamant à ce que nous nous reposions véritablement, cette fois-ci. Je ne peux pas lui donner tort, à vrai dire. Après des jours de course, nous sommes tous deux exténués. Seul Ren tient le coup, comme s'il n'avait fait là qu'un léger sprint. Curieux. De fait, je m'écarte sur le côté et me retourne également vers Ren.

- Je suis d'accord, lâché-je de ma voix non digne d'un homme de cinquante-trois ans. Dans ce cas, peut-être que tu pourrais nous dire ce que tu as prévu pour la suite ? continué-je à mon grand étonnement. Je m'adresse bien entendu au Jônin dont j'ignore tout. Nous avons peu de chance de rencontrer grand monde dans ce désert avant d'arriver à Suna. C'est un désert. Quant au village, il doit être sur les nerfs suite à l'attaque qu'il a subi. Il est donc possible que ses shinobi nous attaquent. Qu'as-tu prévu pour cette situation ? Quelles sont les consignes de la Mizukage vis a vis des Sunajin ? Et quelles sont tes propres capacités, avant de nous demander les nôtres ? S'il voulait des questions, en voilà. C'est plus ou moins le dernier moment pour échanger sur ces sujets. Après, il sera trop tard.


NenaKonstanZ


____________________________________________

"Humans ... I have no sympathy for them."
avatar
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Lao Ren
Messages : 142
Date d'inscription : 08/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 0
Expérience:
280/500  (280/500)



Recherche d'info'

Si je voulais un jour vraiment devenir “ Senseï “, j’allais devoir faire de gros efforts pour sûr. Mais qui sait si cela n’arrivera pas un jour ? Même si pour l’instant cela relève du rêve ou de l’utopie, le destin est fait d’imprévus qui font que peut-être les choses changeront un jour ou l’autre. Bref, pour l’instant, j’étais égal à moi-même, me souciant de moi et un peu moins de mes coéquipiers, même si je savais pertinemment que je ne devais pas les délaisser. Il serait con de rentrer à Kiri et dire en réponse à la question “ où sont tes coéquipiers “ > “ Merde !!! Je les aient oubliés “. Bref, nous voilà donc arrivé sur le territoire du village du vent. Il ne nous restais plus qu’à trouver quelqu’un et poser des questions. Je tentais donc de faire participer mes collègues et la première répondit clairement qu’elle n’avait rien d’utile pour repérer des gens. Parfait... Mon sourire disparaissait un peu et quand je compris que l’autre aussi n’avait rien d’efficace, je ne pu m’empêcher de pousser un profond soupire.

“ Mais en faite vous servez à rien ... “


S’était sortit tout seul, comme un juron que l’on pousse quand on se fait mal au pied, bref, naturel quand tu nous tient. Intérieurement, je me fis taper par mon compagnon qui me rappelait sans cesse à l’ordre face à mon comportement trop enfantin et quelque peu direct. Putain, si on a plus le droit de dire ce que l’on pense. Alors que la miss tentait de me taquiner et que l’autre posait mille fois trop de questions, je vins à me reculer en douceur et mettre les choses au clair, quelque peu dépassé par les évènements.

“ Wow wow wooooow !!! Désolé Malabar, j’ai de quoi faire ne t’en déplaise huhu. Quand à toi hm... Soso’, tu parles trop, alors baisse d’un ton veux-tu ?  “


Paf, pif, boom, dans vos dents les jeunes. Ignorant cette fois la brimade de mon compagnon qui tentait de me raisonner, je leur fis signe de se taire avant qu’ils ne commencent à gueuler que je suis un con, et je me concentrais. Usant d’une belle quantité de chakra, je cherchais la moindre trace de présence qui pourrait être suspecte, mais rien n’y fait, il n’y avait pas de personnes, outre nous, dans le coin. Ce qui nous laissais le temps de rêvasser un peu.
Gardant en alerte mes sens, je vins alors à me poser à même le sable et regarder mes deux compagnons qui semblaient attendre beaucoup de moi. Quoi de plus normal étant le chef de l’équipe de manière naturelle.

“ Dis toi que plus vite on aura remplit notre mission, plus vite on pourra être dans un lit. Et entre un repos temporaire et une bonne nuit de sommeil... Mon choix est fait. “

Je me retournais alors vers Soren pour répondre à ses paroles. Il était lucide, vraiment sérieux, beaucoup trop à mon goût.

“ Jte confirme, il n’y a personne dans le coin, sauf s’ils utilisent un jutsu de camouflage de chakra ou camouflage de présence, ce qui n’est pas impossible si ma mémoire est bonne. Si on se fait attaquer... Hm... Se défendre ? Question conne mon cher, est-ce que je te demande ce que tu fais après avoir manger ? Non, c’est évident que tu te brosses les dents. Pour ce qui est de la Mizukage, on a pour mission d’obtenir des informations sur ce qui c’est passer tout simplement. Quant à mes capacités, ce n’est pas de ton ressors. M’enfin... J’ai indirectement vendu la mèche en affirmant pouvoir utiliser des technique sensoriels, donc au minimum senseur. “

Souriant en coin, je vins alors à les fixer tout deux.

“ Et d’après vous, je suis quoi hein ? Kenjutsu ? Genjutsu ? Ninjutsu ? Ou mieux tient... Jinchuriki ? “


Rigolant de bon coeur, je vins alors à les laisser répondre ou imaginer ce qu’ils voulaient. Les sous estimant en me disant qu’aucun d’eux serait assez “ stupide “ pour me croire jinchuriki, je vins donc à prendre un peu d’eau avant de partager ma portion avec eux s’ils en avaient besoin.

“ C’est votre première mission ? Miss rose bonbon ? Mister Tatoo ? Parlez moi un peu de vous, histoire de faire connaissance. Quoi qu’indirectement je m’en fou un peu. C’juste pour entretenir une image sociable haha... Je déconne. “


Ma franchise était flippante n’est-ce pas ? Fixant sérieusement la miss, puis le jeune homme, j’étais moi-même.
[/quote]
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Soren
Messages : 29
Date d'inscription : 13/02/2016
Localisation actuelle : Kiri

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 120
Expérience:
0/0  (0/0)

Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

La réaction du Jônin ne se fait pas attendre, reculant sous le poids de mes questions parfaitement sensées, les deux mains devant lui en guise de bouclier. Répétant avec provocation ce surnom stupide qui le caractérise tant - m'irritant à nouveau par la même occasion -, il me demande de me taire, sans aucune politesse. Je ne vais pas lui en vouloir pour ce dernier point, je ne suis moi-même pas aimable et poli avec autrui. Le fait est qu'en plus de ne pas apprécier le genre humain dans sa globalité, il s'avère que les idiots trop sûrs d'eux et sans un brin de réflexion m'exaspèrent au plus haut point. Ainsi, tandis que Ren se décide de nous montrer qu'il n'est pas complètement inutile et possède bien un don de senseur, je ferme les yeux de dépit et respire un bon coup. Les Mercenaires de Gureiru me manquent déjà, si c'est là tout ce que Kiri a à me présenter.

Le leader affirme alors ne rien ressentir aux alentours ; nous sommes bel et bien seuls dans ce désert. Rien de surprenant, je n'ai pas besoin de capacités sensorielles pour le dire. Alors, malgré la chaleur ambiante, le jeune homme s'installe en tailleur et nous regarde de ses grands yeux trop enfantins pour un individu de son rang. Son but est clair : terminer cette mission au plus vite pour rentrer chez lui. Il n'avait qu'à pas venir si cela l'ennuie tant, je suis persuadé que Shiroi s'en porterait mieux - et moi donc. Enfin, l'exaspérant être qui me fait face, assis tranquillement, répond à mes interrogations. Si l'on peut dire ça ainsi. En effet, aucun des propos qu'il me tient ne m'est inconnu. Je sais que nous sommes seuls, et je connais d'ores et déjà l'objectif de cette mission. Bien sûr qu'en cas d'attaque de Suna, nous devons nous défendre. Ma question était plutôt de savoir si nous devions contre-attaquer ou nous replier. Engager un combat sérieux avec Suna sur ses terres pourrait s'avérer bien mauvais pour la diplomatie à venir. Quant à ses capacités de senseur, je les avais devinées.

Le Jônin, teinté de mesquinerie, nous demande alors notre avis concernant ses propres talents avant d'éclater de rire. Il vient de supposer qu'il est un Jinchûriki, l'un de ces très rares êtres au monde habités par un démon de Chakra pur. Je fronce les sourcils à ces propos. J'ai déjà entendu dire, dans ma jeunesse, que bon nombre d'hôtes arborent un comportement atypique du fait de leur enfance et de leur vie difficile. Lao Ren n'a rien d'ordinaire dans sa façon d'être : il se fiche de tout et de tout le monde, comme s'il a été habitué vivre seul. Comme moi en somme, à ceci près que mon passé m'a rendu davantage sombre qu'insouciant. Par ailleurs, nous venons de parcourir des centaines de kilomètres à pieds en un temps record. Je suis épuisé là où Shiroi a eu du mal à reprendre son souffle. Le Jônin, pour sa part, est en pleine forme, endurant comme personne. Est-ce là la réponse ? Sa blague vis à vis d'un Bijû en lui ne serait-elle qu'une perche qu'il nous tend ? Méfiant, je me décide de garder ceci dans un coin de ma tête, sans pour autant l'effacer. Cette information pourrait être utile. Quoiqu'elle pourrait l'être dès maintenant, à vrai dire. Ren nous demande de faire connaissance avant de poursuivre, mais ce n'est pas dans mon intention. J'ai autre chose en tête - en dehors de ce nouveau surnom faisant référence à ma marque de naissance.

- Il s'agit en effet ma première mission, me forcé-je à répondre avant de poursuivre toujours aussi sérieusement, je maîtrise le Ninjutsu à un certain niveau et je ne suis pas ravi d'être ici avec vous. Le ton est également donné, sec et cassant, comme j'ai appris à le devenir après des décennies de haine à mon égard. Seule la mission m'intéresse. Alors, sait-on pourquoi cette organisation, Akatsuki, aurait attaqué un aussi puissant village que Suna ? L'on t'a peut-être déjà donné des pistes avant de partir de Kiri. Je garde mes yeux rivés sur Ren, n'ayant pas laissé le temps à la Chûnin de répondre. Peut-être m'en voudra-t-elle et répliquera aussitôt, peut-être pas. Peu m'importe, je ne viens pas me faire des amis.


NenaKonstanZ


____________________________________________

"Humans ... I have no sympathy for them."
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Shiroi Kôtora
Messages : 246
Date d'inscription : 13/02/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 727
Expérience:
25/200  (25/200)

Qu’est ce qu’il s’est passé ?
Ren | Soren | Sunajin



La tension était légèrement palpable entre les deux garçons et je ne m’interposais pas. C’était peut-être cela que l’on appelait la recherche de dominance de mâles. Quand l’un, qui n’était pas sensé être le plus mature des deux, posait mille et une questions sur le déroulement futur de notre mission et que l’autre répondait évasivement comme un gamin, je pouvais comprendre la réaction de Soren. Bien que, je l’avoue et cela était encore plus futile, j’étais encore plus surprise de le voir aligner plus de deux mots. Lorsque je lui avais demandé son nom et pourquoi il était avec nous sur cette mission, je n’avais eu droit qu’à quelques mots sortis du bout des lèvres.

Cependant, je trouvais Soren fort sérieux, trop même pour un jeune genin. Bon nous étions en territoire ennemi, avec un gamin comme chef et moi qui … ben c’était moi, j’avais des capacités mais étant donné que c’était ma deuxième mission, je me sentais un peu comme un boulet qu’on traine. Loin de perdre le nord, je me remotivais et allais prouver ce que je valais. Après cette petite ballade en mon fort intérieur, je repris le court de la conversation entre les deux membres de mon équipe. L’un avait le visage collé contre le sable et cherchait s’il y avait des individus dans les parages, il confirmait donc des capacités de senseurs, et l’autre le surveillait du coin de l’œil. J’avais demandé à prendre un peu de repos mais ma requête fut, limite, balayée d’un revers de main en prétextant que l’on devait rapidement terminer notre quête avant de pouvoir profiter d’une nuit de sommeil complète. Je devrais donc prendre mon mal en patience.

Après une réflexion à Soren, Ren plaisanta sur ses talents et nous lança qu’il serait un Jinchûriki. Quand j’y pensais, peut-être que ce n’était pas tout à fait une blague. Plusieurs faits me sautaient aux yeux, notamment qu’il nous semait presque trop souvent, Soren et moi ; ou bien que la fatigue ne le dérangeait pas plus que cela… ou qu’il n’était pas fatigué du tout. Un Bijû en soi devait procurer une force et une résistance plus accrue. Je le regarderais avec un autre œil désormais, même si ça ne faisait pas de lui une bête de foire mais j’étais.. comment dire… intriguée.

Malgré l’évidence qu’un lit ne nous serait proposé qu’en fin de mission, nous avions pris la peine de nous asseoir en cercle pour souffler de ces jours de course et profiter de la soirée qui s’annonçait surement plus fraiche que la journée où le soleil cuisant brûlait la peau et la rétine et où l’air y était irrespirable. Le Jônin feigna de vouloir en savoir plus sur nous avant de clairement se reprendre. C’était juste pour son image et son égocentrisme. Et ça ne m’étonnait qu’à moitié. Le jeune genin fut le premier à répondre. Première mission, spécialisation en Ninjutsu, totalement plongé dans la mission. Il évinçait les questions personnelles et se contentait de poser les siennes qui n’étaient reliées qu’à notre présence dans ces contrées. Le ton qu’il avait employé, sec, tranchant comme une lame acérée m’avait laissée pantoise et j’avais passé mon tour sans m’en rendre compte. Je me tus et me reculais, je voyais bien que les deux jeunes hommes se toisaient et je ne voulais pas m’immiscer dans leur futur confrontation si confrontation il y avait. Mais vu comment Soren cherchait notre chef, je me demandais si celui-ci allait devenir agressif ou s’il garderait son flegme habituel. Je pris la parole, mais je doutais d’être entendue.

४ Ignorant les plans de l’Akatsuki, ce sont juste des suppositions que je fais, mais je pense que s’ils ont attaqués Suna et provoqués autant la confusion, c’est peut-être qu’ils recherchaient une chose en particulier. Cette chose en particulier je ne la connais pas, et c’est pour cette raison que l’on nous à envoyé ici. Mais ce n’est que mon avis et je suis peut-être dans le faux.

Ne sachant pas si j’avais été écoutée ou non, je me levais et m’époussetais, le sable s’insinuait vraiment partout et causait un sentiment désagréable. Je leur annonçais que j’allais me dégourdir les jambes. A défaut de dormir, je ne voulais pas non plus tomber de sommeil parce que je restais inactive et vu l’état de mes yeux, j’étais déjà en train de dormir debout. Je m’étais dit que de toute façon, nous étions dans le désert et, à part les dunes, la vision était totalement dégagée, je ne risquais pas grand-chose. S’il prenait l’envie à quelqu’un de m’attaquer, j’espérais que mes compères viendraient quand même m’aider. M’enfin toujours entre l’un qui n’était pas là pour se faire des amis et l’autre qui ne comptait que sur lui-même, je pense que je devrais plutôt compter sur mes propres forces. Mais je pouvais encore me tromper eux… je l’espérais !!


Code by AMIANTE EDIT BY BIG'B

avatar
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Lao Ren
Messages : 142
Date d'inscription : 08/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 0
Expérience:
280/500  (280/500)



Recherche d'info'

Pause bien méritée, il ne nous restais plus qu’à discuter un peu et pourtant, alors que j’étais le premier à proposer cette idée, voilà que je m’en allais dans mes pensées, laissant juste mon compagnon suivre à ma place les réponses que me donnaient le jeune pseudo homme et la miss. Moi, je me contentais de les regarder faussement en jouant l’homme à l’écoute. Mais la réalité, c’est que je rêvais éveillé. Et qui est-ce qui revenais à la charge dans ma tête : Misaki. Allez savoir pourquoi, mais je me revoyais au bord du Lac Sanbi à faire sa rencontre. Rhaaaa, un thé bien chaud en sa compagnie serait une idée. Dommage qu’elle ait désertée le village. Soupirant intérieurement, je me laissais aller à des pensées totalement HS avec la mission actuelle, puis ce n’est qu’après un moment que mon ami me fit signe de revenir à moi. Sortant de ma bulle donc, je vins à cligner des yeux.

“ Hm ? Oui, vous avez raison, il faut agir, la situation est grave.“


Réponse qui prouve que je n’ai rien suivis, je me massais alors la tempe en douceur. Et je subis une belle brimade de la part de mon compagnon ailé. Me faisant un résumé de ce qui s’était passé, je trahissais indirectement mon secret. En effet, je me taisais et regardais sans le faire en arrière, comme si on écoute une personne qui nous susurre un truc à notre oreille.

“ Je vois... “


Ils vont vraiment prendre peur ces gamins, mais en soit, je m’en foutais car qui pourrait imaginer que je sois un jinchuriki hein ? Parler seul ça peut être dû à une imagination débordante faisant croire que je pense à des amis imaginaires non ? Bref, faisant signe que j’avais compris, j’en revenais à mes compagnons réels.

“ Akatsuquoi ? Quoi qu’il en soit, je sais pas. Notre but est d’obtenir des infos sur eux, savoir ce qui c’est passé et hm... Rha merde, on doit aussi éventuellement récupérer des infos sur un type mais je me rappel plus trop le nom.. Kirime ? Non... Kirasame ? ... Rho puis merde, un mec de Kiri qui visiblement a fait un sale truc. Enfin bref, on verra ça en temps et en heure. Mon avis ? Ils recherchaient un truc et s'ils y sont plus, c'est qu'ils l'ont eu, ou qu'ils reviendront. Point.

Pour le moment, on doit bouger et trouver des gens pour nous renseigner. Surtout oubliez pas, en tant que gosse, souriez bien et ça donnera plus facilement des infos ok ? Surtout toi Soso’, tu fais trop sérieux, détends toi, tu vas avoir des rides sinon. “


Me redressant, je signais la fin de cette pause officiellement. Le village du sable était à quelques minutes de là, quarante-cinq minutes à tout casser, mais d’après ce qu’on sait, les défenses ont été doublées, ou du moins, la surveillance augmentée. Bref, beaucoup de tension et ça, j’aime pas. Ainsi donc, je reprenais la route en restant avec eux cette-fois ci. Gardant mes sens en éveil, je tentais de capter la moindre trace de chakra qui pourrait nous signaler la présence d’une quelconque personne dans le coin.

____________________________________________

Lui et moi...

Nous iront loin .

Dita | Epicode
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Shiroi Kôtora
Messages : 246
Date d'inscription : 13/02/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 727
Expérience:
25/200  (25/200)

Qu’est ce qui s’est passé
Ft. Lao Ren & Soren & Sunajin




 Après ma petite promenade en solitaire, j’étais revenue sereine et plus requinquée. J’étais prête à repartir et bien déterminée à terminer cette mission sur une note positive. De nouveau près de mes coéquipiers, je me rasseyais élégamment faisant voleter un petit nuage de sable. En les observant, je remarquais que Ren était plongé dans ses pensées et hochait ou acquiesçait  sans écouter le moins du monde ce que Soren ou moi pouvions dire. Bon, il était vrai que Soren n’était pas le plus bavard d’entre nous et parmi l’équipe je devais surement être celle qui parlait le plus.

Profitant d’un moment de calme, je me mis à rêvasser avant d’être interrompue par Ren qui avait, par je ne savais quel miracle, reprit conscience de notre existence. Il ignorait les plans de l’Akatsuki et il s’en fichait pas mal. Tout ce que nous devions faire c’était récolter des informations sur le bronx qui s’était passé à Suna et Kisame, un ancien Kirijin, apparemment mêlé à tout ça. Enfin, pour la première fois depuis le début de ce périple, je trouvais qu’il avait une allure de chef. D’une voix assurée, il nous enjoignait à trouver des gens alentours afin de glaner le plus d’informations. Mais tout fut vite gâché avec sa phrase suivante. Souriez bien ? En tant que gosses ? Et même si nous étions jeunes, nous étions malgré tout des ninjas de Kiri en mission et en mission on restait sérieuse et on faisait son travaille correctement !!!
Suna n’était qu’à quelques minutes de marche et après tout ce que les habitants avaient vécu, la sécurité aurait surement été renforcée. Nous devrions donc être prudents lors de notre chasse à l’information. 


४ Bien chef, on se disperse ou nous restons en groupe ? La première idée me semble plus appropriée, nous récoltons chacun des infos et on se fait un compte rendu  même s’il se peut que l’Akatsuki soit toujours à proximité du village.


Le ton sérieux et déterminé que j’avais employé ne laissait pas le choix à Ren de répondre mais je jetais discrètement un coup d’œil à Soren, savoir ce que lui en pensait. Un visage neutre et pas une parole. Comme on dit, « qui ne dit mot, consent », je prenais donc son silence pour une approbation. Prête à partir, je touchais une dernière fois la poche de ma jambe droite et comptais mes armes. Mon arsenal était complet et j’étais au top de ma forme. Si je rencontrais l’Akatsuki, il fallait que je sois préparée à toute éventualité, même la mort mais je ne me laisserais pas faire et j’espérais bien en emporter au moins un avec moi dans la tombe, après tout « qui s’y frotte, s’y pique » !! Je ne me surestimais pas mais je donnerais tout mon chakra et ma vitalité pour aider mes coéquipiers.
Code by AMIANTE



Spoiler:
 
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Soren
Messages : 29
Date d'inscription : 13/02/2016
Localisation actuelle : Kiri

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 120
Expérience:
0/0  (0/0)

Soren a écrit:
Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Ce Ren est un individu bien étrange, en plus d'être visiblement stupide. Tandis que je l'interroge, je vois bien qu'il ne m'écoute pas, perdu dans des pensées - ou dans le néant le concernant. Voilà la fine fleur des Jônin de Kiri ? Chaque homme, ou femme, des Mercenaires de Gureiru en vaut cinq comme lui, cela ne fait aucun doute. Chacune de ses paroles est vide de sens ou d'intérêt, et le voilà qu'il commence à marmonner seul après que Shiroi ait poursuivi sur ma lancée. C'est à croire qu'il n'est pas seul là-haut, un air de demeuré "je m'en foutiste" constamment affiché sur son visage. A le juger depuis que nous sommes ensemble - soit plusieurs jours de trajet -, il est évident que je ferais un bien meilleur leader de mission que lui. L'inconvénient des shinobi est le grade : peu importe tes capacités, si tu es Genin, tu es au bas de l'échelle. Et en tant que Genin depuis un mois seulement, je suis encore plus bas que bas, forcé de suivre les "ordres" et "conseils" de ce type. Ah, Aiku, je préférerais être en mission avec toi. Te conseiller lors de nos missions et te soutenir comme personne en tant que mercenaires me manque.

Le Jônin ignore ce dont nous parlons et, plus invraisemblable encore, ne connaît pas le nom de Hoshigaki Kisame, légendaire épéiste de Kiri, détenteur de Samehada, Bijû Sans Queue et Nukenin de rang S. Comment veut-il trouver et glaner des informations sur cet homme, apparemment affilié à l'organisation Akatsuki d'après les informations qui nous ont été confiées, s'il ignore même son existence et sa renommée ? Si nous devions tomber face à cet homme, la seule chose à faire serait la fuite, en espérant qu'au moins l'un de nous y parvienne. Ren ignorant les capacités de Kisame, que l'on dit monstrueuses, il serait bien capable de se jeter sur lui. C'est en plissant le front et en fermant les yeux afin de rester calme que je l'écoute me répondre.

Finalement, c'est la séparation qui est choisie par mes compagnons. Ce n'est pas le choix le plus judicieux en territoire hostile et sur les dents, surtout aussi près de Suna et sans aucun moyen de rester en contact, mais soit. Si je veux m'intégrer et éviter que l'on me pose des questions, il me faut obéir et faire comme si je n'y connaissais rien. Après tout, c'est sensé être ma première mission, non ?

- Suna est proche, fais-je à l'attention des deux autres en leur tournant le dos et en m'élançant lentement dans l'immensité du désert en direction du nord-ouest, direction que j'ai choisie me concernant. Espérons que si l'un d'entre nous tombe sur un Sunajin, les deux autres parviendront à le savoir et à le rejoindre rapidement. Sur ces mots qui, je l'espère, feront réfléchir mes deux supérieurs, j'ôte mon bandeau de Kiri de mon cou et le dissimule bien à l'abri dans ma tunique. Vêtu ainsi, l'intégralité de l'équipement faisant de moi un ninja est invisible ; je peux donc passer pour un simple voyageur ténébreux. C'est sans un regard en arrière que je m'éloigne, temporairement, de mon groupe, comme demandé. Nul doute que la Chûnin, prête au départ et déterminée, a dû faire de même de son côté. Quant à Ren, je ne sais pas s'il a bougé et, à vrai dire, peu m'importe. Il est le mieux placé pour savoir si l'un de nous deux tombe sur quelqu'un ... s'il reste attentif.

Le fait est que le désert est bien désert. Entre la chaleur et les tempêtes de sable, si d'ordinaire il y a quand même du passage aussi infime soit-il par ici, la récente attaque sur Suna a dû dissuader même les plus courageux. Avançant depuis cinq minutes avec peine, les bras tendus devant mon visage afin de le protéger des grains de sable, tout cela du fait du vent puissant qui ne souhaite que me soulever de terre, je me rends compte que je ne croiserai personne en ce lieu et ce jusqu'à atteindre Suna. Qui sait l'accueil que je recevrai alors. Instinctivement, je me retourne pour constater que malgré mon avancée très lente, la tempête de sable se levant ne me permet plus de voir qui que ce soit, Ren comme Shiroi. Ils ne sont probablement pas bien loin mais sûrement surpris également par le vent levant.

Mon attention se reporte devant moi, bien que je ne voie pas plus loin qu'à trois mètres, tandis que mon sombre vêtement ample vole au gré des bourrasques dans des mouvements violents et continus. Nous n'aurions pas dû nous séparer, telles sont mes pensées en cet instant. Plus nous avançons dans cette direction, plus nous risquons d'être coincés par des Sunajin sur les nerfs. Nous venons en paix, il est vrai, mais cette notion est relative dans une situation comme la leur. Et actuellement, je suis seul au milieu de nulle part ... Mais le suis-je vraiment ?


NenaKonstanZ


____________________________________________

"Humans ... I have no sympathy for them."
avatar
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Lao Ren
Messages : 142
Date d'inscription : 08/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 0
Expérience:
280/500  (280/500)



Recherche d'info'

La mission se devant d’avancer, je laissais le temps à mes coéquipiers de s’exprimer. Bon, en soit, je m’en fichais un peu, mais il serait dommage de passer pour un rabat joie n’est-ce pas ? Ainsi donc, quand enfin fut décidé d’user d’une dispersion, je laissais mes compagnons s’en aller dans leur coin pendant que moi, je faisais de même me concentrant pour discuter avec mon autre ami dans ma tête.

* Tu changeras jamais hein... *
* De quoi parles tu hein ? *
* En tant que chef d’équipe, tu te dois de les accompagner, les diriger, être responsable ? *
* Et là je fais quoi ? *
* Tu prends des vacances à Suna... *

Grimaçant légèrement, je tentais alors de me justifier, mais en vain, chaque fois que je tentais de démonter son avis mon ami revenait à la charge. Soupirant de lassitude, finalement, je vins hausser les épaules en mettant fin à la discussion qui était à sens unique. Non mais à l’écouter, je suis pas fait pour être un leader ou sensei... Quel est le mal à pas se prendre la tête qu’importe la situation ? Ok, le village avait subit une attaque et le kage actuel semblait ne plus répondre à l’appel, mais est-ce une raison de s’affoler ? Merde, on parle d’un ninja surpuissant et accesoirement un jinchuriki... Sans doute que je suis trop laxiste sur certains points, mais passons.

Alors que je marchais seul dans ce désert sans fin, finalement, je continuais à utiliser mon jutsu pour ressentir les présences de chakra afin de garder en “ visuel “ mes compagnons. Visiblement, ils ne rencontraient personne et moi non plus je n’allais pas voir d’inconnus. Soupirant grandement, je fis une pause et me mis à boire un peu d’eau.

“ Quel temps... C’pas un temps à faire des recherches ça, plus à se la couler douce devant une étendue d’eau et en bonne compagnie... “
* Encore et toujours des idées perverses... *
* Hein ? Hey, j’ai même pas penser à cette rousse sur le toit, ou Misaki, ou ... *
* Ou cette fille que tu as croisé lors d’une réunion, ou celle lors de la dernière fois où tu as pris un thé, ou autre... Je sais. *

Soupirant de plus belle, je reviens à moi et ressens alors une faible quantité de chakra proche de la position de mon cher soso. Hm ? Intrigué, je vins simplement regarder à droite puis à gauche, puis finalement, je libérais mes deux queues, laissant place à des ailes dans mon dos. M’envolant sans plus tarder - ignorant que Shiroi depuis sa position pourrait voir un point rouge dans les airs, et de même pour Soren - je pris vite de l’altitude pour tenter de voir s’il s’agissait d’une personne ou d’autre chose. L’appuie aérien est toujours un avantage en soit, surtout dans un lieu comme celui-ci. Du moins, je le pensais.

Fixant le paysage, je m’apprêtais à piquer vers le sol au moindre pépin que rencontrerait mes compagnons pour cette mission.

____________________________________________

Lui et moi...

Nous iront loin .

Dita | Epicode

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Sauter vers: