Side Menu

Trois solitaires, un endroit ~ Flashback [Ft. Inorin et Akrillo]
Partagez | 
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Soren
Messages : 29
Date d'inscription : 13/02/2016
Localisation actuelle : Kiri

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 120
Expérience:
0/0  (0/0)

Trois solitaires, un endroit ...

Nous voilà à présent au village shinobi de Kumo, exceptionnellement. Il n'est pas courant, pour deux mercenaires, de pénétrer ces villages cachés de tous et abritant les plus grandes armées du continent. Aiku et moi, cependant, avons une excellente raison à notre venue en ces lieux. Mon ami, par ailleurs, s'extase devant l'architecture et la vie au sein du village des nuages. Lorsque ses parents ont quitté celui de la brume, quinze ans plus tôt, il n'était qu'un enfant ; il n'a ainsi que très peu de souvenirs. Pour ma part, j'y suis habitué. Certes, le gigantesque village de Kumo et le minuscule Yû ne sont que guère comparables en terme de superficie et de population, mais l'animation qui y règne est similaire ; des shinobi sont en mouvement partout, y compris sur les toits.

Il y a deux semaines, nous avons été approchés par un attaché du Raikage, venu jusqu'à notre bastion de mercenaires à l'extrême ouest du Pays de l'Eau. Une mission nous a été confiée, le Raikage désirant faire appel à nos services plutôt qu'à d'autres. Une ancienne ville du Pays du Gel, alliée et protégée de longue date des nuages, était dans une situation complexe : quelques nouveaux arrivants en son sein prenaient le pouvoir et souhaitaient s'éloigner peu à peu du village de la Foudre. Or, en échange de la protection de ce dernier, la ville concernée lui offrait de rares denrées particulièrement utiles et bénéfiques. Il était donc hors de question pour Yotsuki Aa, Yondaime Raikage, de perdre cette alliance à cause de fauteurs de troubles. Toutefois, envoyer un groupe de ses shinobi aurait pu paraître avide et cupide auprès des citoyens de ladite ville, une image que le Yondaime ne pouvait pas se permettre. Il décida donc de faire appel à des mercenaires, comme il arrive parfois aux villages cachés de le faire, et souhaita judicieusement se payer les service d'un groupe extérieur au Pays de la Foudre : les Mercenaires de Gureiru.

On ne peut pas dire que les plans politiques nous intéressent tout particulièrement, surtout pas Aiku, mais le fait est que, comme l'a souligné notre correspondant, des vies s'avéraient également menacées par ces nouveaux arrivants ; il n'en fallut pas plus à notre récent leader pour décider de se mettre en route. Notre avis à tous fut demandé, ce n'est pas tous les jours qu'une grande puissance nous embauche et, peut-être, certains avaient des doutes. Pour ma part, la mission ne me semblait pas compliquée ni dangereuse, et l'argent qui en découlait pouvait s'avérer être une vraie bouffée d'air pour nous. Nous étions tous d'accord, ce qui est plutôt rare, avouons-le. Sur le coup, j'étais simplement surpris d'apprendre que le Raikage actuel préfère passer pour un individu cruel ne venant pas au secours des opprimés d'une ville sous sa protection que pour un homme avide des richesses que cette dernière a à lui offrir. Mais peut-être a-t-il ses raisons, je n'ai pas toutes les cartes en mains. Ce fut le voyage qui fut le plus long et le plus compliqué, ce n'était que la quatrième fois que notre groupe prenait le bateau pour une mission hors des terres de l'Eau. L'accomplissement de ladite mission, en revanche, se fit sans embûche, les ennemis étant vaincus aisément. Pour finir, nous étions conviés à Kumo même pour faire notre rapport et recevoir nos gains, d'où notre présence en ces lieux aujourd'hui.

Aiku en profite actuellement pour rendre visite à un vieil ami de son père qu'il n'a pas vu depuis des années. Ledit ami n'est même pas au courant de la mort de Gureiru survenue quelques mois plus tôt. Le jeune mercenaire va donc passer un moment en sa compagnie et je me décide donc de les laisser seul à seul. Abandonné à moi-même en plein coeur d'un village immense que je ne connais absolument pas, et bien trop rempli d'hommes et de femmes à mon goût, je m'éloigne, cherchant un lieu isolé et calme où m'installer en attendant notre départ pour retourner à notre bastion. Une bonne heure m'est bien nécessaire avant de trouver ce qui doit être un camp d'entraînement visiblement vide en ce début d'après-midi. Je m'avance en son centre et reste planté ainsi, debout, les yeux fermés, repensant à ma vie passée de shinobi, il y a trois décennies de ça. J'ai bien changé depuis, ne supportant dorénavant plus la présence des êtres humains avec moi. Il s'avère cependant que mon seul ami et être de confiance m'a fait part de son souhait de retourner à Kiri après quinze ans d'absence ; la mort brutale de son père l'a marqué et il souhaite faire quelque chose d'autre de sa vie que de diriger un petit groupe de mercenaires mal payés. Quelque chose de plus grand. S'il se décide, je le suivrai, naturellement, mais comment ferai-je pour vivre à nouveau dans un village débordant d'êtres que j'abhorre ?

J'entends du bruit derrière moi, par où je suis moi-même arrivé. L'un de ces êtres, justement, vient dans ma direction. Afin d'éviter toute conversation inutile et peu plaisante, ainsi que pour ne pas avoir à dévoiler mon visage à quelqu'un qui reconnaîtrait peut-être mes signes distinctifs, je ne bouge pas, ne me retourne pas et ne parle pas. Ceci dans l'espoir que ledit individu passe son chemin. Je sais bien, cependant, que cela ne sera pas aussi simple.


NenaKonstanZ


____________________________________________

"Humans ... I have no sympathy for them."
avatar
雷 | Kumo no Genin

雷 | Kumo no Genin
Shoyū Inorin
Messages : 35
Date d'inscription : 20/03/2016
Localisation actuelle : Kumo

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 413
Expérience:
0/300  (0/300)


This hurricane's chasing us all underground.

So&Akri&Rin

Lorsque la lune eut enfin daigné laisser sa place à son confrère le soleil, le garçon s'était tout simplement relevé dans ses draps trop blancs, dans ce lit trop grand pour sa fine silhouette, tel un automate dont on aurait réglé les fonctions premières, de façon à ce qu'il se mette en mouvement chaque matin à la même heure. Aussi, n'avait-il pas tardé à se débarbouiller avant de se diriger, tout de noir vêtu, vers le pseudo salon-salle à manger dont il avait fait l'acquisition au cours des dernières années. En théorie, il avait cette habitude, que de se servir un déjeuner rapide qu'il aurait alors avalé tranquillement avant de se diriger vers les sous-sols où il aurait en théorie dû, s'entraîner avec l'homme qui l'aurait probablement rué de coup, jusqu'à ce qu'il comprenne comment les éviter. Mais ce rituel-là prit brusquement fin, lorsqu'il débarqua alors que l'enfant venait tout juste de poser une tasse fumante à la place qui était sienne. Droit, bras lâchés le long de son corps, masque à l'effigie d'un animal quelconque de posé sur son visage et ce charisme fou qui emplissait la pièce.. L'enfant n'avait jamais douté de la force de l'homme. Mais là, dans son uniforme réglementaire, il ne pouvait qu'éprouver un peu plus de respect envers le type qui avec cette tendance malsaine à lui foutre des raclés autant de fois qu'il le pouvait, par jour.
 
 Et le gosse qui avait eu cet étrange pressentiment à peine levé, sût que cette journée différerait des autres. On le lui confirma d'ailleurs rapidement, puisque l'ANBU dans son salon, ne perdit point de temps à faire savoir au gamin qu'il ne serait, pour ce jour-là, absolument pas disponible. Ce à quoi il avait répondu, par un haussement de sourcil qui exprimait tant à la fois une curiosité soudaine et un agacement profond.  Oh, bien sûr, c'était un geste tout aussi profondément inutile. Après tout, le jeune Kumojin savait déjà que l'homme ne lui sifflerait mot que si l'envie le prenait. Autant dire que les cas étaient plus rares encore que la Nation Ninja, s'alliant contre un ennemi commun. Pourtant, sa bonne étoile devait être de sortie, puisqu'en quelques mots vaguement lâché à la va-vite, le garçon appris que l'on avait réquisitionné son aîné pour une mission de protection.

 Le méprit avait ensuite marqué son visage comme une couche épaisse de peinture, avant de disparaître aussi soudainement qu'elle n'était apparue.. Peut-être cela démontrait-il un certain trait de possessivité enfantine, peut-être était-il simplement mécontent de voir son bourreau attaché à une autre mission, peut-être qu'il avait conscience de la signification de cette nouvelle, peut-être.. Peut-être pas. L'homme ne fit pourtant aucun commentaire. Un haussement d'épaules plus tard, il avait indiqué au gamin que ouais. L'entraînement était annulé puis, il était sorti simplement, sans un mot de plus; délaissant dés lors derrières lui, un gosse de dix ans à peine, airer dans un appartement probablement trop grand pour la petite personne qu'il était alors.

S'en était suivi d'un long moment de silence durant lequel le petit était resté là, planté comme un arbre, à attendre que ça se passe.. Pourtant, l'instant d'après, un rictus narquois avait ourlé la commissure de ses lèvres et, aussitôt, il s'était empressé d'aller enfiler un yukata du même bleu-nuit qui semblait avoir coloré sa tignasse. Oh, bien sûr, s'il se faisait attraper il risquait de prendre cher. Mais.. Sortir rien que quelques heures, ça ne poserait sûrement pas problèmes n'est-ce pas ? L'enfant, Inorin, papillonna longuement devant la porte d'entrée. Ça n'était, en général, pas vraiment son genre de n'en faire qu'à sa tête.. Enfin si. C'était carrément le genre de la maison.. Mais il avait aussi ses instants adultes et tout ce qui allait avec et. C'était actuellement foutrement le bordel dans sa tête. Tiraillé entre son envie d'aller zieuter l'extérieur et, celle de rester bien sagement là où il était censé être, tel un bon.. Shinobi ? Sa mâchoire se carra une seconde durant, sous la pression qu'il lui infligea. Un son à moitié méprisant, à moitié dédaigneux plus tard et, le jeune Shoyûjin avait passé la porte d'entrée, le dos droit, la tête haute, la démarche altière.

 Inutile de préciser qu'il paraissait évident que, d'un point de vue extérieur, il devait ressembler à tout, sauf à un Shinobi. Un enfant, un civil, un petit con d'aristo coincé à la limite mais définitivement pas à un Shinobi. D'ailleurs, n'importe lequel de ces derniers, aurait pût affirmer ne ressentir aucune once de chakra en lui et, sa présence était tellement peu importante que la plupart des villageois voir même des Ninja confirmés,  n'avaient en général pas même conscience de sa présence. Mais peut-être que cela était en fait plus d'un autre fais, qu'autre chose ? Il se rappelait après tout, assez douloureusement avoir été effacé des mémoires et, pour les rares qui semblaient le fixer avec un peu trop d'insistance, c'était généralement là aussi, pour finir par lui adresser un regard confus et/ou soupçonneux. Pas qu'il en récolte des masses en même temps. On pouvait après tout compter sur les doigts d'une main, le nombre de fois où il avait foutu le nez dehors ces dernières années. Mais les faits demeuraient tels qu'ils étaient vraiment.

C'était au final peut-être pour cette raison, qu'il avait fini par se décider à s'avancer dans les rues matinales du village caché dans les nuages. Il s'était promené un long moment, alternant les divers stands, mangea tranquillement au niveau d'une échoppe, une brochette de dango fraîchement préparé, à l'heure du midi,  avant de tourner au niveau de la librairie dans laquelle il avait feuilleté de nombreux ouvrages, avant de se décider de revenir une autre fois, acheter ce qui lui avait tapé dans l'œil. Lorsqu'il avait de nouveau mis le nez en dehors de la boutique, le soleil approchait désormais de son zénith, si bien qu'il dût plisser les yeux, histoire de voir où il mettait les pieds. Et là encore, dans cette marée humaine de peau brunâtre, Inorin ne pouvait que s'apercevoir encore et encore, d'à quel point il était différent de ses 'semblables'. Il avait l'impression d'être le vilain petit canard tout de blanc vêtu, au milieu d'une nuée de bronze.

 La foule s'agençait de plus en plus dans les rues et à défaut d'avoir été élevé dans un bain de foule, Inorin se sentait désormais de plus en plus mal. Suffoquant presque sous l'attraction du peuple, il mit rapidement les voiles, à la recherche d'un lieu paisible, tranquille et, foutrement pas fréquenté à cette heure de la journée. Honnêtement, il aurait été sot de ne pas directement penser aux terrains d'entraînements. Les orages ayant momentanément cessé toutes activités, les gens préféraient donc carrément profiter du peu de soleil qu'ils glaneraient avant la prochaine saucée. C'est donc tout naturellement, que l'enfant tout de bleu vêtu, pris la direction de ces fameux terrains. Rien de tel qu'une petite journée de repos durant laquelle il pourrait reposer ses petits muscles endoloris de bambin...Avant de retourner à ses séances journalières de tortures. Et, tandis qu'il songeait vaguement à la façon dont il réussirait à mettre au tapis l'ANBU qui avait cette foutue tendance à squatter son chez lui, ses pupilles tombèrent presque par hasard, sur la silhouette d'un type qu'il n'avait jamais vu. Et si cet exploit ne paraissait en soit, pas bien compliqué, la première chose qui le frappa était que non. Ce type ne faisait définitivement pas parti du village. Peut-être était-ce l'impression d'humidité qui venait du gars ou alors peut-être portait-il un symbole d'un autre village ? Inorin ne s'en soucia vraiment en fait. Son instinct lui gueulait simplement la méfiance et il s'était simplement planté devant l'homme, ses yeux d'un bleu, bien trop vif, posé sur sa personne avec cette éternelle lueur mi-curieuse, mi-sauvage, qui ne semblait jamais le quitter.

 

Vous n'êtes pas d'ici, je me trompe.. ? Ame.. ? Kiri.. ?


 

Le sans-gêne dont il faisait preuve aurait probablement pût en choquer plus d'un mais, à dire vrai, ça n'était guère étonnant venant de sa part. Il avait cette tendance à balancer tout haut, tout ce qui lui passait par la tête.. Et tout cela avec la gueule du gamin carrément trop innocent et juste carrément trop curieux. Une aubaine cet enfant, sincèrement. Loin de lui l'idée de laisser s'en aller une occasion en or d'en apprendre plus sur d'autres villages, c'est presque naturellement qu'il passa en mode nerd, histoire de glaner quelques infos.


Comment c'est chez vous ? Mieux ? Grand ? Il fait beau ? Vous avez des orages ? Votre Kage il est comment ? C'est comment là dehors ? Vous avez déjà voyagé, je veux dire, en dehors de Kumo ? Il y a vraiment tant de neige dans le Pays du Fer ?



 Et ses yeux papillonnaient presque gaiement, tandis qu'il se tortillait presque sur lui-même à la façon d'un enfant dont l'impatience grandissait au fur et à mesure que l'homme mettait du temps à répondre. Tellement, qu'il en loupa la probablement apparition de ce deuxième type, un gamin cette fois-ci, pas vrai ?

DEV NERD GIRL

avatar
雷 | Kumo no Genin

雷 | Kumo no Genin
Akrillo
Messages : 325
Date d'inscription : 04/12/2015
Age : 23
Localisation actuelle : Pays de la Foudre

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 2771
Expérience:
141/200  (141/200)

Rencontre

feat.Soren & Shoyū Inorin & Akrillo


Le lever fut tôt, comme d’habitude… un bâillement m’échappai, et j’étendis  mes bras pour étirer mes muscles **Bon allez, ce matin, j’aide mon père pour son projet, et j’aurais sûrement l’après-midi de libre…** Je fini ma pensée en regardant mon Katana, comme s’il m’appelait… Je souriais en pensant à l'après-midi avec lui...Je me levai d'un coup, m'habillai assez vite pour ne pas mettre mon père en retard. Une longue journée m'attendais, mais bien plus intéressante que se que j'aurais pu penser au réveil.

[…]

**ENFIN !** l'horloge pointait légèrement après Midi, l'heure pour laquelle mon père devait me libérer. Je retournai à la maison en courant,  cependant, n'ayant pas encore mangé, je décidais de m’arrêter prendre un petit quelque chose à un restaurant.
Il était environ midi et demie lorsque je fus enfin arrivé à ma maison. Je pris rapidement des armes de jet, et mon Katana. Lorsque tout fut fixé à sa place, je passai rapidement devant ma glace pour voir si j'avais l'air présentable, et je partis. Direction, le terrain d’entraînement !!

[…]

Cela faisait plus d'une semaine qu'il pleuvait à Kumo, Villages caché des Nuages. Les gros orages habituels faisaient tomber sur le village et ces alentours des trombes d'eau. Or aujourd'hui était une exception : il n'avais que très peu plut, et cette après-midi, on pouvait voir le soleil. C'était sûrement pour ça qu'il n'y avais personne au terrain d’entraînement, alors qu'il est habituellement plus remplis. Les shinobis ont du voir leur amis, se détendre au soleil...
Certes, on n'y ai jamais à l'étroit, mais quand même, là, il était désert....
Désert ? Ah non, il y avais deux silhouettes au fond. Je décidai donc de m'approcher. Je n'étais pas du tout quelqu'un de très social ou bavard, mais cela m' intéressais de voir qui avait préféré venir s’entraîner au lieu de profiter de cette journée ensoleillée pour sortir avec des amis. De plus, il était possible que se soit de jeune Genin comme moi, puisqu'ils n'avaient pas l'air grand, et en me rapprochant, leur trait laisser deviner des enfants, comme moi. Et il était important de nouer des relations. Du moins c'est se qui me semble.
C'est se qui me faudrait pour arriver où je veux.

Le plus proche et sûrement le plus petit, était encore plus jeune que moi. Il posait plein de questions. **Il parait vraiment plus enfantin que nous...** Je  ne savais pas si toutes ces questions  agaçaient le deuxième protagoniste, mais il avait le visage fermé. N’aimant pas arriver sans prévenir, je levai mon bras en arrivant vers eux et en me présentant :
«Salut, je suis Akrillo, je vois que toi aussi tu es de kumo.» je disais au plus jeune, souriant. Même en étant un enfant, il était déjà Genin,  au minimum... Cependant quelque chose me dérangeais chez lui. Étant extrêmement observateur, je l’identifiai très rapidement mais avec précision : quelques éraflures par ci par la, des bleus, certains récents, d’autre non, et un corps robuste pour son âge. Beaucoup de marques d'un entraînement rigoureux et violent, qui avais porté ces fruits. Il paraissait bien plus fort qu’un simple enfant !  Son âge était tout un stratagème de camouflage, presque parfait, impossible à discerner en combat, avant qu’il ne sois trop tard.
Même en étant plus vieux,  et comme à mon habitude, je ne le pris pas de haut, sachant qu’il était au moins aussi doué que moi, se qu’il faut dire, n’était pas difficile, et sûrement plus fort.

L’autre faisait mon  âge, il avait le visage fermé, ne laissant paraître aucune émotion, il nous regardait, presque dégoutté que l’on vienne le déranger. Cependant, sur un terrain d’entraînement, il vaut mieux s’entraîner si on ne veut pas être dérangé, en restant immobile, on reste plus suspect qu’autre chose. L’enfant aux innombrables questions confirmait mes dires, sa curiosité avait été assez attisé pour venir l’inonder de questions. Il ne portait pas de bandeau de kumo, en faite je crois qu’il ne portait aucun bandeau, l’enfant étant devant, je ne pouvais pas l’observer avec certitude.

**et bha, finalement, il n’est pas si vide ce terrain** pensais-je, en observant ces deux jeunes hommes, et en attendant un autre groupe arriver pour s’entraîner plus loin.
Le petit semblait à peine me remarquer, tandis que l’autre gardait sa mine déconfite, en gardant le silence.  
Je continuais de les observer, sans bouger, mais toujours en souriant. Un des deux aller bien reparler, ou alors ce silence allait vite devenir très gênant…





made by guerlain for epicode

____________________________________________

avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Soren
Messages : 29
Date d'inscription : 13/02/2016
Localisation actuelle : Kiri

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 120
Expérience:
0/0  (0/0)

Trois solitaires, un endroit ...

Bruyant est le premier arrivé. Innocent, gamin, il s'est planté devant moi, raide comme un piquet mais gesticulant dans tous les sens, me posant tant de questions et si forts que j'en oublie déjà la signification du mot silence. Le fait est qu'il n'en reste pas moins un enfant. Ainsi, je ne peux lui répondre comme je le ferais à un homme fait. J'ai moi-même été enfant à une époque - peu rêveur et bruyant du fait de ma situation, il est vrai - mais il m'est également arrivé d'être curieux comme tout gosse. Parfois trop, parfois pas assez. Comment pourrai-je donc, en tout état de cause, faire déguerpir cet être de même sorte que je le ferais avec un quelconque adulte ?

Dans son regard cependant, je décèle autant l'enfantillage que l'expérience, un mélange étrange pour un garçon de cet âge. Est-il shinobi ? Le reste ne fait que confirmer sa jeunesse, que ce soit sa petite taille, ses traits fins, son visage rond. Il dégage un air apaisé, d'autant qu'il est chez lui, ce qui n'est pas mon cas. Ses prunelles bleues azur ne quittent pas les miennes rouges sang tandis qu'il me balance tant de questions à la fois que je finis par oublier les premières - mais les ai-je réellement écouter ? Il est, de fait, l'exact opposé de ma propre personne : vivant, fougueux, joyeux là où je ne suis que sombre, morne et triste. Si le physique de ce Kumojin est différent, il me fait néanmoins penser quelque peu à Yofa il y a quelques années, le plus jeune membre des Mercenaires de Gureiru. J'ai vu ce garçon naître, grandir et se développer, il a toujours été curieux de mes moindres faits et gestes.

Un second arrivant me permet d'éviter d'avoir à répondre aux interrogations oubliées du jeunot. Plus âgé que le précédent, il a l'air d'avoir mon âge - du moins l'âge que je suis sensé avoir. Il apostrophe gaiement son compagnon en arrivant lui aussi dans mon dos. Me retrouvant presque entièrement entre les deux shinobi, je n'ai d'autre choix que de m'écarter d'un pas sur la droite afin d'observer le nouveau venu. Je ne peux alors m'empêcher d'être surpris par la ressemblance apparente des deux dans un premier temps. La même chevelure de jais, lisse et en bataille. Une allure identique, silhouette svelte et tenue sombre allant de paire avec leur essence même. A quelques détails près, notamment le regard, l'aîné semble être son cadet mais en plus âgé. Seul son regard diffère, oui ; là où derrière la malice enfantine se cache un brin de grandeur mature, celui du jeune homme presque fait ne dissimule rien du tout en dehors de pensées communes à chacun. Il vient d'arriver et rencontre deux inconnus, il reste méfiant mais souhaite engager la conversation.

En revanche, la conversation n'est pas mon fort, ils ne tarderont pas à le découvrir. Guère longtemps après avoir détaillé chacun des deux Kumojin des pieds à la tête, je reporte mon attention sur le plus jeune et plus bavard tout en reculant de deux ou trois pas - je ne compte pas.

- Je ne suis pas de Kumo, c'est vrai, fais-je avec raideur. Rien de plus qu'un mercenaire de l'Eau engagé par votre village. A nouveau, mon regard éclatant et tout aussi inquiétant se pose sur le plus âgé. Je n'ai donc aucun droit de rester ici et vous laisse vous entraîner. Je commence dès lors à me retourner pour m'éloigner. Moins je passe de temps en leur présence, moins je prends de risque à ce que mon nom maudit ne soit prononcé, notamment par le plus vieux des deux. Mais est-il le plus cultivé ? Rien n'est moins sûr.


NenaKonstanZ


____________________________________________

"Humans ... I have no sympathy for them."

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La bataille des Trois Rois : la Porte du Destin
» Les Trois Mousquetaires
» Le toit, super endroit pour une sièste... Ou pas. [PV May Willis] [terminé => suite à l'infirmerie]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» La Geste des Trois Amants

Sauter vers: