Side Menu

Brandy, courtisanes et magouilles : Une journée dans la vie de Don Geki.
Partagez | 
avatar
忍 | Nukenin
忍 | Nukenin
Gekitsu Kyôshi
Messages : 1531
Date d'inscription : 24/07/2015
Localisation actuelle : Partout.

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 687
Expérience:
772/500  (772/500)






On s'en va au boulot ♫
規則的kisokuteki





▬ Bon matin Kyo.

Transperçant les somptueux rideaux, qui habillaient cette baie vitrée avec vue sur la mer, le soleil de l'aube faisait peu à peu son chemin dans cette nouvelle journée qui débutait. De sa douce voix mielleuse, Aijin me souhaitait bon matin. Un drap de soie recouvrant nos corps nus, nous nous réveillions d'une nuit qui avait été des plus agréables, et ce, pour chacun des parties. Cette femme, elle savait comment faire plaisir à un homme. Chaleureuse, réconfortante, confiante, elle avait tout pour elle. Un homme de ma posture ne peut se permettre de se laisser aller trop souvent. Cependant, avec elle, je savais que mon corps se retrouvait entre de bonnes mains, dans tous les sens du terme. Enfilant des peignoirs en satin, nous avions pris la route de la cuisine, car une bonne journée débute par un bon déjeuner, non? En plus d'être le chef d'une organisation imposante, j'étais aussi un fin cuisinier. Au plaisir de ces dames. Œuf, bacon, patate, rôties, crêpes et gaufres étaient au menu. Tranquillement assis à cette luxueuse table offrant vue sur l'horizon, nous mangions ce délice que j'avais préparé en discutant des affaires. Pendant mon absence, nous avions maintenu d'excellents chiffres d'affaires au niveau de notre branche ''divertissement pour adultes''. Il faut croire que le sexe dominera toujours le monde. Finalement, cette partie de jambe en l'air entre deux amants s'est avéré être une rencontre d'affaire entre un patron et son employé. Chassé le naturel et il revient au galop, comme on le dit...

Cette sympathique rencontre terminée, je pouvais passer à la suite de mon planning. Ginkousha m'avait bouclé une rencontre avec le directeur exécutif de ma filiale pharmaceutique de Shukuba. Grosso-modo, le gars qu'il fallait connaître si y on voulait de la dope. M'étant vêtu d'un de mes somptueux complet vermeille, constitué des plus nobles matériels, j'avais quitté cette résidence au bord de l'eau pour prendre le chemin de la ville à bord de mon royal carrosse, conduit par mon garde du corps et ami, Kichiku. Fidel et efficace, il savait quoi faire, quand le faire et comment le faire. Connaissant mon agenda, il m'amenait à destination, en faisant un arrêt chez Mori. Pourquoi? Car j'avais envie d'un bon steak. Et cet homme, Mori, était un éleveur de bison de grande qualité, étant côté AAA, son bétail était reconnu pour sa qualité. Cuisinant et élevant lui-même ses produits, il livrait un résultat de qualité à un prix exorbitant,. Mais, pourquoi pas. Mon fin palet m'en remerciait chaque fois. Une fois cette petite escale accomplie et mon ventre rassasié, nous avions repris le chemin de Shukuba, important bastion de mon Empire.

Voilà. Face au ''Mitsu'', nous nous étions arrêtés. L'odeur caractéristique de cet endroit ne me manquait guère. Une poissonnerie. Mais quelle idée... Pénétrant dans le commerce avec mon cher compagnon, je saluais cette vieille Mitsu, toujours aussi souriante en aimable. En échange de l'achat d'un bateau de pêche pour son mari et de la ''surveillance'' de la compétition, elle me laissait louer le sous-sol de son commerce. D'apparence tranquille et légèrement puante, cette petite boutique de poissons abritait un luxueux repaire sous ses pieds, servant parfois de cachette et parfois de lieux de réunion, comme pour aujourd'hui. Me faisant un chemin à travers les poissons plus ou moins frais, j'étais parvenu face au faux-mur qui servait de lieu d'entré pour cette annexe secrète. Traçant un dessin bien particulier sur celui-ci, il s'était ouvert devant moi. Révélant un escalier descendant à la cave parsemé de torche en guise d'éclairage. Suivi de près par mon mastodonte, nous prenions place dans la pièce. Une fois notre présence remarqué, tout le monde se tue. Par marque de respect. Ce n'est pas tous les jours que le grand patron se pointe sur place. Les hommes et femmes étant présent étant tous des gens de minimum d'importances dans le milieu, il savait reconnaître ceux les dominants, ceux leur permettant de nourrir leur famille.

Sachant comment m'amadouer, Nukai, responsable de ce jolie endroit, m'avait réservé une chaise, face à lui, avec, à notre table, une bonne bouteille de vin rouge. Me servant un verre, je l'écoutais parler. Me saluant, tout d'abord, il en était rapidement venu au vif du sujet. Malgré de très bon chiffre au niveau des revenus, il avait remarqué des pertes inexpliquées depuis quelques temps. Selon sa petite enquête, un des sergents auraient profité de la hausse des profits pour s'en mettre dans les poches. Il avait donc convoqué tous ces gentils subalternes dans la pièce en prétextant une raison de la moindre importance. Sachant pertinemment que le coupable était dans la salle, il m'avait invité afin que je puisse éclaircir la situation personnellement et me montrer sa bonne foi. Finissant mon verre de vin, je m'étais levé afin d'adresser la parole à l'assemblé. Kichiku bloquant la sortie de son imposante stature, j'élevais ma voix parmi ces blaireaux.

- Mes amis. Vous êtes réunis ici, en ce jour de mars, non pas pour célébrer pâque mais bien car j'ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer. Quelqu'un, parmi vous, et nous allons bientôt le découvrir, s'amuse à me dérober mes gains durement mérités. J'aimerais donc que celui qui se sent interpellé par mon message ait l'amabilité de se lever et d'assumer ses gestes.


Patientant quelques instants, je savourais un autre verre de vin, ma foi, il était délicieux. Corsé, comme la situation. Laissant la tension monter, je laissais la gravité faire son boulot et mon verre se vider. Les regards interrogateurs et perturbés de ces hommes résonnaient dans la pièce. La sueur perlait sur le front de certain. La frustration d'autre était palpable. Déposant mon verre, je repris la parole, cette fois avec un ton un peu plus contrarié.

- Je constate que certains manquent de cojones par ici. Je suis foncièrement déçu. Comme vous voyez, la sortie est condamnée par, vous le connaissez, Kichiku. Quiconque tente de fuir se verra broyé par ses douces pattes. Donc, je vais compter jusqu'à dix, et si à dix le coupable ne s'est pas dénoncé, je tue sur le champ celui que je trouve le plus louche, deal?

1,2,3,4,5,6,7,8....9...

- OK!! STOP, je vous le dit, c'est lui! C'est Taiga! C'est lui, il me l'a dit, il s'en ventait!

- Merci.


D'un geste franc et rapide, un kunai transperça le cou de cet homme, tranchant par le fait même sa jugulaire. Passant par la moelle épinière, ce qui le fit s'écrouler tel un poids mort au sol. M'approchant de Taiga, qui semblait trembler tel un désaxé, j'avais le regard de la foule fixé sur moi. Mettant ma main sur son épaule, je le fixais à mon tour avant de lui dire.

- Déçu. Je suis déçu, Taiga. J'avais de grands projets pour toi. Dommage.

Lui avais-je dit avant de lui enfoncer une lame dans le cœur, le regardant se vider de son sang, lentement. Le laissant pour mort, je repris une nouvelle fois la parole, cette fois ci m'adressant à Nukai.

- Nukai, en tant que lieutenant, tu dois t'assurer de la fiabilité de tes hommes. J'ai exterminé ces deux pommes pourrîtes de ton arbre. Ne laisse plus jamais ma forêt être dévalué de la sorte, ou je brulerai ton arbre, avec ta tête comme combustible. Est-ce bien claire?


- Oui, monsieur.

- Merci, dis-je avec le sourire. Maintenant, festoyons! Je paye la tournée, le tout sur le dos de ces deux jeunes idiots. Amusons-nous!

Une fois quelques verres terminés et mon social fait envers ces messieurs et mesdames, je quittais les lieux. Les laissant dans cette ambiance festive. J'avais d'autres chats à fouetter. Direction Tanzaku. Plus précisément au ''Jeton D'Or''. Ce casino, m'appartenant, allait être le lieu de réunion d'un important meeting entre différents de mes fournisseurs. En tant qu'hôte de renom et de qualité, j'avais réservé l'étage v.i.p. pour mes convives. Laissant la soirée débuté, j'avais offert une tournée à mes invités, prenant pour ma part un verre de brandy. Rien de mieux afin de discuter entre homme d'argent et de marchandise. Ayant offert de négocier autours d'une partie de poker et mes partenaires ayant accepté, nous y avions donc prit place. Les gains de chacun grossissant et diminuant au fil des parties. J'en vins à plusieurs accords. Kento, cet ancien samouraï un peu trop nostalgique, avait accepté d'augmenter sa production d'arme de 15%, en échange de l'ouverture d'un nouveau marché au nord du pays. Territoire que j'avais précédemment acquis avec un concurrent que j'avais malheureusement dû retirer du marché. De plus, je lui offrais une augmentation de salaire. Tout le monde y gagnait, surtout moi. Toshikawa, quant à lui un noble du pays de la foudre, m'offrait de monter les prix de ma cocaïne en échange d'une plus grande offre de quantité de sa part. Refusant son offre, car étant trop risqué pour le moment, je lui contre proposa de diversifier nos marché en offrant d'autre sorte de stimulant, plus bon marché, à nos consommateurs. Choses qu'il accepta, suite une réflexion qui dura pendant deux mains. Ah d'ailleurs, cette partie. Il ne restait plus que moi et un dernier joueur, Mazuki. Un autres mafieux du pays. Un ami de longue date. Lui et moi nous séparions le pot. Lui ayant offert un contrat de construction en échange de la moitié des bénéfices, je m'étais vu refuser l'offre du revers de la main. Voyant que cela ne menait à rien, je lui avais proposé quelques choses de fort amusant. Le gagnant de la main remportait le paquet en plus de la totalité des bénéfices, l’autre devant exécuter les travaux gratuitement. Et devinez quoi? J'ai gagné. Ah le hasard... Comme on dit, la maison gagne toujours. Wink wink.

Rejoignant mes quartiers suite à cette soirée riche en opportunités, je m'allumais un cigare en allant contempler la vue sur la vie de mon balcon. Sous mes pieds s'illuminait les immeubles. Tanzaku. Ville du plaisir, du jeu et des femmes. C'était chez moi et j'étais, en partie, l'architecte de ce désordre contrôlé, de cette déchéance humaine qui me rapportait tant. Ma journée dans le corps, je m’apprêtais à aller au lit lorsqu'Aijin me prit par la taille, me bécotant le cou et en me susurrant quelque chose à l'oreille que je ne vous répéterai pas. Et voilà, c'était parti, et on recommence.



Code by AMIANTE edit by Big'B

____________________________________________

If you want to shine like sun first you have to burn like it

征服者 Seifukusha
avatar
風 | Suna no Oinin
風 | Suna no Oinin
Kuzuki Ayame
Messages : 434
Date d'inscription : 20/03/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 1546
Expérience:
49/500  (49/500)


Correction de Kyôshi

Positif


Yoh Kyôshi,

Sacrément sanglant et hors norme ton RP, un vrai tueur, sans foi ni loi. J'adore le personnage et la quantité est au rendez-vous, dommage pour toi que le gain soit plafonné. :)


Négatif


Tu oublies beaucoup d'accords en -ée que tu laisses en -é, "jolie endroit" "Est-ce bien claire ?" et tu accordes au féminin du masculin, pas trop grave vu l'ensemble, continue comme ça et à bientôt pour d'autres corrections Wink


Gains


9 PE


Aya

____________________________________________

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une magnifique journée dans la prairie [LIBRE]
» [Mono Jedi] Une journée dans les marais
» Par une chaude journée d'été [Pv]
» Un livreur bloqué dans un ascenseur pendant trois jours...
» Bonne ou mauvaise journée ? [ Bailey ]

Sauter vers: