Side Menu

Partagez | 
avatar
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
Kayaba Akihiko
Messages : 533
Date d'inscription : 24/06/2015
Age : 21
Localisation actuelle : Quelque part, perdu dans mon esprit.

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 689
Expérience:
365/500  (365/500)

[FB] Who's your daddy? [PV Inorin]    Ven 8 Avr - 16:40
RP 01
WHO'S YOUR DADDY?
Down with the sun


Comme à ton habitude, tu t'étais rendu dans le bureau de ton Kazekage dans le but de discuter avec lui. Encore une fois, il avait fait appel à tes humbles services. Il allait encore se décharger, pensais-tu. Mais non. Oh, bien sûr, la surprise qui t'attendait n'allait pas plus te plaire. Pour être honnête, tu aurais largement préféré plonger le nez dans les affaires du village à traiter avec minutie plutôt que de t'occuper de ce que tu considérais comme corvée. Encore une missive à envoyer dans un autre pays. Gaara savait que tu détestais renforcer les liens avec les autres villages mais il te faisait confiance. Le Sandaime t'avait toujours fait confiance. Trahir le rouquin serait comme trahir celui qui t'avait pris sous son aile lorsque tu fus arrivé à Suna, accompagné de ta nouvelle famille. Tu ne pouvais donc refuser de faire cette sale besogne. Un sourire gratifiant aux lèvres, tu pris le paquet que l'on venait de te confier et partis te préparer afin de te rendre à destination.

Une fois arrivé au pays des Nuages, tu n'eus guère besoin de chercher où se trouvaient les portes de Kumo. Tes pas t'avaient mené en cette Nation à de multiples reprises. Possédant une mémoire eidétique, il te fut aisé de te remémorer par où tu devais passer. Plusieurs passants te regardèrent bizarrement ; tous se demandaient ce qu'une personne de ton acabit pouvait bien faire dans les parages. Certains pensaient à une visite de courtoisie, d'autres pensaient que, tel le corbeau, tu n'étais qu'un vulgaire apporteur de mauvaise nouvelle. Nombreux étaient les simples d'esprits à penser que ta venue était de mauvaise augure. Comme d'habitude, tu les ignoras simplement, les méprisais... Bref, tu n'en avais que faire de ce que la plèbe pouvait penser. Tu savais ce que tu valais ; tu leur étais supérieur et jamais ils ne seraient capable de comprendre ne serait-ce qu'une once de ta démente psychologie.
Sur le chemin, tu te sentis épié. Tu avais horreur de ça et tu te demandais bien qui étaient ces malotrus. Bien évidemment, tu les ignoras jusqu'au dernier moment ; avec rapidité et dextérité, tu t'étais déplacé sans qu'ils ne s'en rendent compte juste derrière eux et avais délicatement placé la lame de ton sabre sous la joue de la jeune femme. La vingtaine, tout au plus. Le petit bonhomme à côté devait probablement n'être qu'un simple Genin. Ça signifiait qu'ils n'étaient en rien une menace pour ton illustre personne. Après les avoir dissuadé de te suivre, tu te rendis là où tu devais aller : dans les bureaux du catcheur qui servait de dirigeant pour ce village.

L'entrevue avec ce dernier fut rapide. Il ne méritait clairement pas ton attention de toute façon. Lui qui ne voyait que par la fore brute sans jauger l'esprit, à quoi bon t'attarder avec ce genre de personnage ? Bien sûr, il te posa quelques questions par rapport à Suna. Au début, les réponses restaient évasives et tu ne t'avançais guère ; il n'avait pas à fouiner là où ça ne le regardait pas. Tu ne faisais qu'apporter une missive pour une mission ambassadrice – aucune alliance n'avait été faite et il n'avait pas à savoir tout ce qui était prévu. Il insista malgré tout sur ce point et tu t'amusas, avec un malin plaisir, à le perdre lui-même dans son propre esprit. Une fois fait, tu te dirigeas à l'extérieur ou une autre surprise t'attendait.

Etait-il possible qu'un jour, tu puisses faire un simple voyage comme celui-ci sans encombres ? Il fallait croire que non. Mais pour le coup, tu n'avais pas le choix d'intervenir. Laisser un Kumojin en danger alors que tu étais sur les lieux, ce n'était pas une bonne idée et tu en étais parfaitement conscient. D'une démarche rapide, tu te rendis sur les lieux du crime ; une explosion venait de retentir et tu avais réussi à cerner le coupable. Lui fonçant dessus, tu remarquas par la même occasion que la victime était encore vivante. Parfait. Bref, tu mis une petite raclée au terroriste tout en le marquant de ton chakra dans le but de pouvoir le suivre à la trace. Tu aidas le blesser à se relever et, sans lui laisser reprendre son souffle, lui ordonna de te suivre. Il allait pouvoir se venger comme il se devait ; c'était son honneur qui était en jeu. Après une courte course-poursuite, vous arrivâtes dans un lieu clos. Un piège ? Non, il n'y en avait aucun. Tu l'aurais senti sinon. A l'aide de tes capacités, tu envoyas une flèche de chakra en direction du sombre coquin que le triste sir s'empressa de suivre... et de dépasser. Le Kumojin massacra ce pauvre fugitif avec une haine incommensurable pour, au final, envoyer son pauvre corps contre ta flèche et l'éclater à même le sol. Fait marrant : il n'était pas mort. Coupé en deux, agonisant, mais bel et bien vivant. Il en demandait encore apparemment. Mon ta nouvelle rencontre s'était calmé et vous discutâtes quelques instants avant que tu ne retournes au village afin de te sustenter. Tu commençais à avoir faim et ton estomac te le faisait savoir.

Calmement, tu te rendis chez un marchand de ramens que tu appréciais et mangeas à ta faim. Maintenant repu, tu te rendis compte que le soleil commençait à tomber. Tu décidas d'aller en dehors du village afin d'admirer les étoiles. Toi qui pensais être seul... Encore une fois, on ne voulait pas te laisser tranquille aujourd'hui. Deux personnes parlaient, très bas. Ils n'étaient probablement pas de bonne compagnie mais tu préféras ignorer tes bas instincts qui te demandaient de ne pas y aller. Si vraiment ils étaient dangereux, tu n'aurais qu'à les punir. Voilà tout. Au final, tu discutas avec la jeune femme qui était encore présente sur les lieux. Cela tournait en rond et ce n'était pas vraiment intéressant. Tout ce que tu avais retenu, c'est qu'elle était jeune et tiraillée entre son devoir de Shinobi et son culte pour Jashin. Elle aimait le sang mais était encore beaucoup trop naïve pour s'y adonner pleinement. Il était, cependant, préférable pour toi de quitter les lieux. Tu n'avais que trop traîné avec cette personne louche et l'autre risquait fortement de revenir à la charge. Tu ramassas ton katana et, d'un hochement de tête qu'elle ne put distinguer, lui adressa tes adieux.

De retour au village, tu cherchais un hôtel ou une auberge qui pouvait t'accueillir, qui avait encore une chambre de libre. Malheureusement, toutes affichaient ce terrible panneau « fermé ». Dommage. Tu allais devoir établir un camp de fortune, dehors. Le plus important était de trouver un endroit tranquille, à l'abri des bars et autres maisons closes. Tu ne voulais pas que l'on vienne gâcher ton sommeil. Ah ça non. Tu savais que c'était important d'être en pleine forme même s'il t'était souvent arrivé d'enchaîner nuit blanche sur nuit blanche. Tu préférais éviter d'être coincé entre deux poubelles, aussi. Leur odeur accommodante t'aurait, à coup sûr, empêché de fermer l’œil. Une fois que tu trouvas un endroit dans une petite ruelle, non loin des habitations qui jonchaient le centre-ville, tu installas tes affaires et détachas ton arme que tu laissas joncher le sol à proximité, histoire de pouvoir te défendre si l'on venait s'en prendre à toi.

Une fois installé, tu te mis assis sur ta couverture et t'adossas au mur. Tu cherchas dans tes poches ton petit paquet de cigarettes et en sortis une que tu allumas dans la foulée. Tu pris une grande inspiration et recrachas la fumée que tu venais d'inhaler. Oui, tu savais que ce n'était pas bon et que cela pouvait t'essouffler. Mais tu t'en fichais. Tu n'avais plus rien à perdre de toute façon. Et ce, depuis maintenant treize années. Soudain, tu ressentis une vive douleur au niveau de ton abdomen. Il était urgent pour toi de retourner prendre un bain avec Hakaze, dans les sources chaudes de son clan. Ton cancer et ce qui t'habitait se montraient de plus en plus virulent, les sombres diamants qui recouvraient cette partie de ton corps bougeaient bien plus aussi. Leur ampleur n'avait jamais été aussi importante et tu le ressentais bien. Dans l'ombre, tu te risquais à enlever tes bandages afin de voir l'étendue des dégâts. Peut-être était-ce une mauvaise idée. Tout ce que tu pus voir furent des petits yeux qui te regardaient avec compassion. Etrange, certes, mais pourquoi pas. Tu en avais vécues des choses bizarres... Plus rien ne pouvait te surprendre. Un bruit attira ton attention. Tu avais baissé ta garde et n'avais pas jugé nécessaire de te concentrer afin de sonder les endroits. Il était trop tard maintenant. De petits bruits de bas venaient en te direction. Mais ce qui t'avait surpris, c'était le bruit d'une branche qui craque. La personne en question avait probablement envie de t'espionner et s'était montrée discrète jusque là. Mais vu le bruit qu'il ou venait de faire, sa couverture était compromise. Tu soupiras longuement et mis ta cigarette dans le coin de tes lèvres. D'un signe de la main, tu fis venir la personne vers toi. Toi aussi, tu étais curieux, même si tu ne le montrais pas. A ta grande surprise, il s'agissait d'un petit garçon. Dix, douze ans tout au plus. Tu lui affichas un sourire bienveillant tout en refaisant tes bandages afin qu'il ne soit pas apte à voir ce qui était en toi. Tu finis par te relever, toujours dos au mur.

En voilà une surprise. Ne penses-tu pas qu'un garçon de ton âge devrait dormir à ton âge ? 」 Lui demandas-tu sur le ton de la plaisanterie. 「 M'enfin, tu fais ce que tu veux. Sinon, je me demandais une chose : que viens-tu fais dans les parages ?

____________________________________________

Tu veux m'aider? Click! ♥️



Il y'a plus de choses dans le ciel et sur terre, Horatio, qu'il n'en est rêvé dans toute votre philosophie.
avatar
雷 | Kumo no Genin

雷 | Kumo no Genin
Shoyū Inorin
Messages : 35
Date d'inscription : 20/03/2016
Localisation actuelle : Kumo

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 413
Expérience:
0/300  (0/300)

Re: [FB] Who's your daddy? [PV Inorin]    Lun 23 Mai - 18:35



Who's your daddy ?

akihiko kayaba

C e serait une bonne journée, avait songé l'enfant en s'éveillant. Il ne savait pas vraiment d’où cette affirmation pouvait bien lui venir, mais il avait ce sentiment là, au creux de sa poitrine que quelque chose se passerait. En bien ? En mal ? Nul n'aurait pu le dire évidemment. Mais cela, Inorin s'en contre fichait puisqu'il avait décrété que cette journée serait bonne. Pas aussi bonne que celles où l'homme masqué l'emmenait manger de bonnes pâtes avec un sacré bon steak saignant, non ça, rien ne pourrait jamais l'égaler. Mais déjà meilleure que la veille, où il s'était pris une raclée magistrale. Heureusement que le ninjutsu médical était performant, parce que, dans le cas contraire, son bras serait encore plié dans un angle pour le moins.. Improbable. Puis bon. Il n'allait pas se mentir, il avait tendance à guérir plutôt rapidement. Peut-être était-ce d'ailleurs pour cette raison qu'on ne lui accordait pas de véritable jour de repos. Pas qu'il les aurait voulu de toute façon. Quoiqu'il en soit, la douleur désormais amoindrie de son membre, ne l'empêcherait sûrement pas de rater son entraînement. Aussi se hâta-t-il de se vêtir ; un haut noir en résille, un pantalon style Juunin de même couleur, sandale accordés et bande passés autour de ses poignet, c'est ainsi préparé qu'il se rendit dans le lieu qui l'avait vu prendre raclés sur raclés.

L'homme masqué était ensuite arrivé et, comme à leur habitude, c'était sans un mot qu'ils avaient débuté. Il n'y avait en général, jamais de forme réelle aux entraînement qui finalement, avaient plus que tendance à tourner à l'affrontement, aussi inégale puisse-t-il être pour l'enfant. Il n'avait que très rarement l'avantage sur l'homme sur-entraîné et ce, surtout grâce à des tours de ruses qu'il filait sans crier garde. La seule chose qu'il parvenait à faire, non sans prendre quelques bons coups au passage, était d'affronter les clones de foudre. Et comme leur nom l'indiquait.. Il se faisait que trop souvent foudroyer au passage. Ces même clones que l'ANBU venait de lui balancer à la gueule, avant d'aller se poser tranquillement dans le coin de la pièce, regards pers posé sur la minuscule silhouette qui semblait bondir sur ses copies. Et lorsque enfin le dernier clone explosa, Inorin retomba simplement sur ses jambes, plus essoufflé que jamais. Ses genoux étaient alors légèrement pliés, ses bras, en parfaite parallèle, gardait un poing serré contre son torse peu formé, et une main tendu devant lui, paume montré à l'adversaire qui ne l'était plus et, pouce replié dans le creux de sa main, elle-même encore engourdie par l'explosion de ce clone fait de foudre.

Derrière lui, l'homme avait applaudi sans aucun enthousiasme, presque forcé, mollement. Et dans la position de son corps et de la manière dont il bougeait, Inorin devina qu'il l'avait déçu. Pourtant, rien ne transparut sur son faciès encore jeune. Il gardait cet air mortellement sérieux. Et alors qu'il s'imaginait déjà l'ANBU lui sauter dessus pour une quelconque prise hyper douloureuse, son « tuteur » s'était simplement approché, paume de main calée dans sa tignasse folle et à peine humide. Il lui avait murmuré qu'il avait été trop lent, qu'il avait largement dépassé la limite de temps imparti, avant de souffler longuement, annotant au passage que cela était sûrement dû à sa petite taille et son manque de muscle. Oh bien sûr, il frappait fort pour un gosse de son âge. Mais ça n'était pas suffisant et ça ne le serait jamais contre un Chunin ou Genin de bon niveau. Tout ce qu'il avait pour lui était sa rapidité et la manière qu'il avait de se faufiler un peu partout, à la manière d'un chaton furieux.

Au final, la matinée avait filé à la vitesse de la lumière et, lorsqu'il fut rassasié, l'adulte l'avait planté là, avec un genre de mission carrément officieuse qu'il avait tendance à lui balancer dés qu'il pouvait, sous prétexte que c'était au moins l'une des rares choses dont il était capable. L'enfant avait simplement grondé avant d'opiner avec un air à peine boudeur. Il s'était ensuite douché, avait enfilé des vêtements passe partout, le même genre que les enfants de civils avaient tendance à porter, puis, après avoir réduit sa présence au minimum, il s'était facilement glissé dans la foule, à la manière d'un fantôme. Nul ne semblait faire attention à un enfant âgé d'une dizaine d'année même pas ! Et il l'avait repéré, là, cet homme qui venait de déposer une missive à son kage. Ce même homme qui fut probablement trompé par la présence inexistante et qui crut probablement que les fautifs furent cette femme et l'enfant qui l'accompagnaient. Inorin avait une bonne technique, pas au point évidemment, mais suffisamment pour induire les gens en erreur. Après tout, un simple civil balancé dans un coin empli de Shinobi et autre civils.. N'importe qui aurait bardé son attention sur une personne compétente, aussi Genin soit-elle. Le survivant avait alors esquissé un sourire amusé. Ballon de jeu quelconque en main, il faisait mine de s'intéresser aux autres enfants, tout en gardant une certaine distance avec ce type de Suna.

Il fut d'ailleurs aux premières loges de la super vengeance, qui ne lui étira pas même une moue dégoûtée,.. Un regard ennuyé probablement ? Qui sait. Il était passé sur l'incident, pupilles bleutées vissées sur la silhouette du Sunajin qui s'arrêta pour manger. Là encore, l'après midi avait filé à la vitesse de la lumière et, le premier pays à se voir couvrir d'un voile de semi obscurité, fut Kumo. La tignasse noir de l'enfant fondit dans le paysage, en même temps que ses déplacement se firent plus discrets encore. L'homme était là, adossé contre un mur et l'odeur de mort qui s'en dégageait le fit froncer narines et sourcils. Ce type, qui qu'il fut, n'en avait probablement plus pour trèèès très longtemps. Un moment d'inattention, lui valu un regard étrange sur sa personne. Un juron un poil silencieux passa ses lèvres. Voilà qu'il s'était laissé aller à montrer un poil de compassion et qu'il était désormais découvert. Il grimaça. Il allait prendre tellement cher si cela revenait à ses oreilles. Il s'avança finalement dans la nuit à peine éclairé par les très rares réverbères, après l'invitation de cet inconnu qui s'était empressé de cacher ses blessures. Peine perdue, le regard perçant d'Inorin, avait déjà vu tout ce qu'il y avait à voir. Le blond n'avait alors, foutrement pas besoin de protéger l'innocence de l'enfant et ce, bien qu'il ne pouvait rien en savoir.

Bras le long du corps, moue perceptible sur son visage.. Aie. Le blond avait-il vexé l'enfant de par son qualificatif d'enfant ? Pour sûr que non. Mais c'était une réaction purement enfantine qu'il avait pu observer nombre de fois sur le faciès de ses congénères et, inutile de préciser qu'il se plaisait à en jouer. Petit plissement d'yeux, suivi par un haussement de sourcil moitié moqueur, qu'il balance avec l'air du type qui va sortir l'évidence du siècle.

Kumo est mon village



Il avait spécifiquement appuyé le possessif de la chose, signifiant clairement qu'il savait que ça n'était pas le cas de ce grand blond.  Et bien que ses mots eurent été prononcé avec une amertume à peine perceptible, n'en restait pas moins que l'homme, lui, n'était pas chez lui. Pas plus qu'il aurait dû aider à mettre un gamin en pièce en fait, mais ça, le Shoyû s'en contrefichait avec un telle force.. Alors il restait planté là, avec ses pupilles bien trop bleues, pour ne pas être perturbantes. Mains glissées dans ses poches, il inclina ensuite légèrement la tête sur le côté, réellement curieux cette fois-ci.

Vous puez la mort. L'êtes-vous ?



DEV NERD GIRL


____________________________________________



Dernière édition par Shoyū Inorin le Lun 6 Juin - 22:03, édité 1 fois
avatar
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
風 | Suna no Jônin ▬ Haut conseiller
Kayaba Akihiko
Messages : 533
Date d'inscription : 24/06/2015
Age : 21
Localisation actuelle : Quelque part, perdu dans mon esprit.

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 689
Expérience:
365/500  (365/500)

Re: [FB] Who's your daddy? [PV Inorin]    Jeu 26 Mai - 18:58
RP 02
WHO'S/span> YOUR DADDY
Going out in style


Le jeune homme venu à ta rencontre te disait quelque chose. Ces dix dernières années, tu étais venu au pays de la Foudre afin de t'entretenir à de nombreuses reprises avec le chef Yotsuki. Au vu de ton extraordinaire mémoire, tu ne pouvais que te souvenir de toutes ces personnes qui avaient croisé ta route. Et forcément, il en faisait partie. Tu mémorisais tout ce qui traversait ton champ de vision, donc... Tu ne pouvais que te souvenir qu'il avait été là, mêlé à la foule, lorsque tu avais fini de t'entretenir avec le catcheur. Il avait cette fâcheuse tendance à te stalker, aussi. A épier le moindre de tes mouvements, comme s'il se méfiait de toi. Cela dit, cela n'était en aucun cas légitime. Tu ne faisais que faire ton travail et, si ça ne tenait qu'à toi, tu n'aurais jamais apporté toutes ces missives inutiles qui ne faisaient que renforcer l'envie pour Gaara de s'allier avec Aa. Encore un autre lien complètement inutile dont tu te serais bien passé. Pour en revenir au bambin qui t'avait suivi durant toute la journée, disons qu'il était tombé sur la mauvaise personne. N'oublions d'ailleurs pas tes capacités sensorielles qui te permettent de repérer un peu qui tu veux. Il pouvait masquer sa présence aussi bien qu'il le voulait, cela ne serait pas suffisant face à toi.

A peine âgé de dix ans, il ne pouvait pas vraiment te surpasser, et tu espérais qu'il en était conscient. Cela dit, tu te demandais encore pourquoi il faisait preuve d'autant de méfiance à ton égard. En tant que Haut Conseiller, tu n'allais pas t'amuser à semer la zizanie dans un village bien supérieur – pour l'instant – au tien.  Tu fus d'ailleurs bien étonné qu'il ait assisté à la cène de vengeance de Kumojin que tu avais décidé de gracieusement aidé. Un gosse de son âge n'avait clairement pas besoin de voir ce genre d'atrocités ! Mais bon, c'était son problème, comme dirait l'autre. Toi, tu n'en avais que faire de ce qu'il pouvait bien faire ou penser. Tu avais presque la trentaine et lui était encore probablement à l'académie de Kumo. Une vingtaine d'années vous séparaient, ce n'était donc pas les suspicions d'un bambin qui allaient t'affecter le moins du monde. Déjà que celles des autres ne t'atteignaient pas... Enfin bref.

Tu avais beau l'avoir pris en flagrant délit d'espionnage, tu l'accueillis malgré tout avec ton sourire habituel. Celui que tout le monde pouvait voir à longueur de journée, celui que tu affichais à toute heure de la journée pour ne rien trahir de ce qui se passait au fond de toi-même. Tes blessures avaient été masquées, mais ce n'était probablement pas ça qui avait empêché le jeune Kumojin cette macabre scène. Peut-être se demandait-il ce que c'était mais, malheureusement pour lui, tu ne pourrais lui donner la moindre explication, n'ayant aucune idée quant à ce que cela pouvait concrètement être. Tu voulais bien faire, pour une fois. Préserver l'innocence de jeunes gens n'était clairement pas dans tes habitudes. Tu partais plus du principe qu'il valait mieux les préparer aux atrocités de ce monde afin qu'ils ne soient pas choqués une fois devant le fait accompli. Finalement, alors que le jeunot se trouvait face à toi, moue perceptible et bras le long du corps, tu te relevas tandis qu'un regard moqueur te fut adressé. Bien sûr, tu ne le relevas pas. Ce n'était rien du tout. Puis ses lèvres laissèrent filer quatre mots. Une phrase courte, simple, claire. Mais évidente. Bien trop évidente. Tu ne saisissais pas spécialement l'intérêt de cette entreprise, mais tu sentis une once possessive sur ses mots. Kumo était son village. En effet, c'était gravé dans la roche. Mais il n'avait pas à être méfiant, tu n'allais pas le lui piquer. A quoi bon ? Tu avais déjà énormément de travail à faire à Suna, tu n'avais donc clairement pas le temps de gérer un autre village. N'oublions pas que Kumo avait également son conseil et son intendant. Tu ne représentais rien à leurs yeux, à peut une figure on ne peut plus influente à travers le monde et la personnalité la plus importante et reconnue du pays du Vent. Rien de plus, rien de moins.

Bien sûr que Kumo est ton village 」 acquiesças-tu d'une voix douce. 「 Tout comme Suna est mon village. Mais ça, tu devais bien le savoir puisque tu m'as épié toute la sainte journée 」 lâchas-tu, une once de moquerie dans la voix.

Ainsi il allait comprendre que tu l'avais repéré à de nombreuses reprises sans qu'il ne puisse s'en rendre compte. Ses espoirs se verraient peut-être détruits, mais il devait connaître la différence de niveau entre un aspirant et un homme de ta stature.

Mimant un léger rire, tu sortis une cigarette de son paquet afin qu'elle se glisse entre tes lèvres avant de l'allumer. Tu ne donnais pas vraiment le bon exemple, mais tu n'étais en rien un modèle d'autorité pour le jeune enfant. TU n'en avais rien à faire en réalité, mais tu ne le montrais pas. Encore une fois. Quand allais-tu te décider à montrer ce que tu ressens réellement et à ne pas tout intérioriser ? Qu'on ne se mente pas, tu savais que c'était aussi ça qui te tuait à petit feu. Treize ans. Cela faisait aussi longtemps que tu intériorisais TOUT ce que tu pouvais ressentir, excepté en compagnie de la belle Kusaribe. Elle était une personne ultra importante pour toi et tu sais très bien que le jour où il lui arrivera quelque chose, tu rentreras dans une colère si effroyable qque tu ne pourrais garantir ton intégrité mentale, ni que tu pourras te contenir comme tu le fais tous les jours. Il y aura forcément des dommages collatéraux et, si franchement cela devait arriver, tu ne resteras probablement pas à Suna. Mais bon, cela ne sert à rien de penser à quelque chose d'aussi négatif ; ce n'est pas prêt d'arriver. Du moins, tu l'espères.

Les mains glissées dans les poches, l'enfant te contemplait toujours de ses pupilles azurées. Puis il pencha la tête sur le côté, dubitatif avant de t'insulter sans le vouloir. « Vous puez la mort » qu'il disait. Ce qui n'était pas le cas. Tu n'avais pas approché le cadavre de ce terroriste et tu 'étais pas plein de sang. A la limite, tu pouvais sentir la friture, mais c'est tout. Tu ne comprenais pas spécialement c qui pouvait bien se passer ans la tête d'une bambin mais tu ne lui posas pas de question. Tu mis ceci sur le compte de son innocence et de sa naïveté. Puis il reprit, toujours sur avec le même air, demandant si, en plus de sentir la mort, tu l'étais également. Tu ne pus t'empêcher de fausser u nouveau rire, afin de rentrer dans ton jeu. Certes, tu étais cancéreux, tu devais dormir dehors car toutes les auberges étaient remplies, mais tu étais bien loin d'être sur le point de trépasser. Tu t'approchas alors du petit bonhomme et lui ébouriffas les cheveux. C'était bien comme ça qu'on faisait, non ?

C'est la première fois que tu vois cela, apparemment 」 lui dis-tu gentiment. 「 Mais comme tu peux t'en rendre compte, je ne pue pas la mort 」 lui répondis-tu en insistant sur la grossièreté employée par le jeune garçon quelques secondes auparavant. 「 Et je ne suis pas mort, pas encore. Et je peux te garantir que j'en suis bien loin 」 terminas-tu.

Tu te reculas de quelques petits pas afin de ne pas l'enfumer davantage et tendis ta main afin de le mettre en confiance.

Tu n'as pas à te méfier de moi 」 le rassuras-tu. 「 Je m'appelle Kayaba Akihiko, Haut Conseiller de Suna. Et toi, quel est ton nom ?

____________________________________________

Tu veux m'aider? Click! ♥️



Il y'a plus de choses dans le ciel et sur terre, Horatio, qu'il n'en est rêvé dans toute votre philosophie.

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Daddy, le prédateur?
» Daddy V de retour au sommet...
» Big Daddy V en interview... Part II
» Big Daddy V en interview...
» No Mercy - 05.10.08 (Résultats)

Sauter vers: