Side Menu

Partagez | 
avatar
水 | Kiri no Genin ▬ Administratrice
水 | Kiri no Genin ▬ Administratrice
Fûma Nishiki
Messages : 864
Date d'inscription : 05/04/2015
Age : 26

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1463
Expérience:
61/200  (61/200)

Training Day | Feat Tarou    Sam 23 Avr - 23:24

Training Day


Une rencontre difficilement oubliable.

Feat. Shisui Tarou ♥




- Allez ! Recommence ! Mollusque !!

- Nee-chan … T'es vraiment dure ! Je suis fatiguée … Tu ne veux pas qu'on joue ensemble plutôt ?

- Je ne veux plus t'entendre geindre !! Tu dois t'entraîner, alors tiens toi droite et applique toi si tu veux que j'arrête. Tu as de la chance que je ne peux pas te frapper, sinon …

- Yieeeh !! C'est pas drôle

Niki se relève, effrayée par mes dernière paroles. Elle ramasse les Kunaïs au sol et planté sur la grosse souche nous servant de cible. Elle prend à nouveau de la distance et recommence l'exercice. Les rondins de bois face à nous sont criblés d'impacts d'armes de jet. La matinée entière avait été consacrée à ma sœur. L'entraîner faisait partie des choses que nous devions faire régulièrement à présent. Car si je possédais les techniques Shinobi de base, Niki est de loin empotée, n'ayant rarement eu besoin de se défendre. Et cela, pour une bonne raison : j'avais la fâcheuse tendance à la surprotéger,  prendre sa place lorsqu'il faut se défendre. Faisant de Niki la faiblesse du duo et la déresponsabilisant totalement de tout. Une chose que je ne pouvais plus laissé permettre, comme Misaki me l'avait conseillé.

Éloignées de toute forme de vie, dans cette immense zone prévue pour l'entraînement et les batailles au sein du village, je pensais que nous serions tranquille ici et que nous pourrions tranquillement dévoiler notre véritable identité. Nishiki n'était qu'une couverture, là, nous retrouvions enfin nos véritables formes. Les jumelles, Niki et Shiki. Regardant ma petite sœur, j'appréciais grandement ce moment où enfin nous pouvions être séparée l'une de l'autre. Bien entendu, notre chakra se consommait plus rapidement et il fallait de temps à autre nous servir à nouveau de la technique et recommencer l'opération autant que nécessaire. Je prenais plaisir à la voir se démener et enfin s'intéresser à mon monde. Il ne s'agissait plus de jouer au ninja cette fois ci, c'était bien réel à présent. C'était plutôt à mon tour de m'amuser en jouant les instructrices. Depuis que notre Senseï nous avait laissé sans raison, j'avais prit le relais. Le soucis était que Niki me rattrapait rapidement et j'allais bientôt n'avoir plus rien à lui apprendre.

- Allez, continue. Après cela, tu t'essayeras au Katana … Et sans te couper cette fois.

Les bras croisés, d'un air décontracté, je regardais ma sœur lancer ses derniers kunaïs. L'endroit où nous étions été très calme, à l'extrémité de la zone, près de quelques arbres morts et d'un point d'eau, à moitié perdu dans la brume. J'étais persuadée que nous pouvions à cet instant relâcher notre garde. Et pourtant … Sans même le savoir, quelqu'un était déjà là et avait assisté à la scène. Quand un bruissement se fit entendre, Niki regagna immédiatement notre corps et je me retournais pour être cette fois sur mes gardes … Minces, étions-nous découvertes ?

- Qui va là ? Montres-toi !


____________________________________________

avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Suishi Tarou
Messages : 2852
Date d'inscription : 04/04/2015
Age : 25
Localisation actuelle : Kiri Kiri Kiriiiiiii

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 1838
Expérience:
4/100  (4/100)

http://peak-of-shinobi.forumactif.org/
Re: Training Day | Feat Tarou    Dim 24 Avr - 17:07

Quid hoc ?

lundi deux mai


Je ne sais pas ce qui se passe dernièrement, mais j'en rencontre des gens bizarres. Enfin, ce n'est pas que Chuutarô soit un garçon bizarre, mais bref, celle d'aujourd'hui — ou plutôt celles — est gratinée. C'est une jeune fille que j'ai croisée au détour d'un entraînement. Enfin... Bon je ne suis toujours pas exactement capable de définir ce qu'elle est. Au minimum, elle est intéressante (et jolie — faudra que je pense à cacher ce journal si Koharu visite ma chambre un jour). En tout cas, voilà ce qui s'est passé.


J'étais parti m'entraîner sur les terrains pour la première fois. Avant j'allais dans la forêt derrière la maison de papy et mamie vu que je n'étais pas encore genin, mais je me suis dit qu'il était temps que je me familiarise avec les infrastructures proposées aux shinobis. J'ai tout de même emmené avec moi la cible que papy m'a fabriquée. Du coup, je m'entraînais à lancer des kunais, comme toujours. Je suis vraiment bon pour ça mais vu que, pour l'instant, c'est la seule chose que je peux utiliser — à part les shurikens et les senbons — je n'arrête pas de me perfectionner pour être sûr que ça suffira. J'ai tellement peur d'échouer à ma première mission, de mourir bêtement... Je préfère mettre toutes mes chances de mon côté.


Comme toujours, je m'éloigne de ce que je racontais à la base... Je fis donc d'abord trois ou quatre séries de lancers de kunai. Chacun se planta au centre et vira le précédent. J'essayai ensuite les shurikens puis les senbons. J'étais vraiment bon, mais la cible était en face de moi, sans aucun obstacle, à hauteur humaine. Il n'y avait rien d'étonnant à ce que je n'échoue pas. Je choisis de tenter les yeux fermés et recommençai à zéro l'entraînement. Premier kunai, j'entendis le son distinct d'un coup porté sur du bois. Dans un sourire je lançai les deux suivant. TOC. TOC. J'ouvris les yeux, fier de moi, puis découvris avec désappointement qu'ils s'étaient plantés dans les arbres, tout autour de la cible. Je récupérai les deux premiers ; le troisième était sur une branche au-dessus de la cible. Comment diable avait-il pu se planter là-haut ? Avec une moue mécontente, je grimpai sur le tronc et atteignis la branche. Je retirai le kunai puis j'entendis un TOC semblable à celui que je venais de produire à trois reprises. Un autre suivit. Je jetai un coup d’œil en direction du bruit et entraperçus une jeune fille qui s'entraînait aussi au lancer près de la petite rivière qui bordait les terrains. Je haussai les épaules et descendis de mon piédestal pour reprendre mon entraînement.


Après une quinzaine de minutes, j'étais las. Tirer les yeux fermés n'était pas évident, et devoir grimper à chaque fois pour récupérer ses projectiles était franchement pénible, d'autant qu'il faut d'abord les retrouver, ce qui rend l'exercice trois fois plus long. Je commençais donc toujours par aller chercher celui qui était en hauteur afin de repérer d'en haut les deux autres. Passionnant, pas vrai ? Heureusement que je suis le seul à me lire. J'étais donc de retour sur une branche lorsque je vis que l'un des kunais était parti à une quinzaine de mètres de ma petite clairière. Je descendis, partis à sa recherche et ne parvins pas à le retrouver. Si j'avais eu quelqu'un avec moi, il aurait pu surveiller où ils étaient tous partis et j'aurais gagné un temps fou. Il y a vraiment des choses qu'on n'est pas doués pour faire seul, nous les humains. Allongé sur le sol près de la lisière du bois, je regardais la voûte formée par les feuillages. Il faisait frais, c'était encore le matin. Bientôt, j'allais devoir rentrer pour le déjeuner et je n'aurais quasiment rien fait à cause de ce fichu kunai perdu. Papy allait sans doute se fâcher qu'il m'en manque un. Quelle plaie.


Soudain, j'entendis de nouveau des TOC à répétition ainsi qu'une voix aiguë gémissante qui m'arrachèrent à mes pensées. J'approchai, ventre à terre, en direction de cette voix. J'arrivai bientôt au terrain le plus éloigné de la ville et observai depuis un fourré épais une scène amusante. Une jeune fille me tournait le dos et semblait diriger l'entraînement de la seconde, celle que j'avais remarquée de loin sur mon arbre. Elle était bien jeune pour être sensei. De plus, elle avait sensiblement la même voix que l'autre, la même carrure et, en les rares occasions où j'eus l'opportunité d'observer ses traits, un visage étonnamment similaire. Deux sœurs sans doute. Quelle chance elles avaient... J'étais toujours seul pour m'entraîner désormais. Être deux, c'était quand même plus amusant et puis celle qui lançait — en plus de ne pas avoir l'air douée de ses dix doigts — ne risquait pas de perdre ses armes, elle. Soudain, je ressentis un picotement sur la hanche, une fourmi peut-être ou bien une branchette. Je voulus me gratter mais je fus trop brusque et les feuilles du buisson se secouèrent ; l'une des deux filles m'interpella. Je ne sais pas trop pourquoi je fus si anxieux de ce fait — après tout, je suis genin, elles sont genins, et je ne pensais aucunement à mal... si ? — mais mon estomac se serra instantanément et ce fut le rouge aux joues que je me révélai.



— O... Ohaiyô... gozaimasu.


Je n'osais pas les regarder dans les yeux. Cependant, en baladant mon regard fuyant sur les environs, une main frottant l'arrière de ma tête en signe d'embarras, je m'aperçus que l'une d'elles avait disparu. Bouche bée, je regardai automatiquement l'autre. Comment avait-elle pu s'évaporer de la sorte ? À moins d'avoir sauté dans la rivière — qui n'est pas du tout profonde, au demeurant — je ne pouvais l'avoir manquée. J'avais gardé les yeux braqués sur elle jusque là. Peut-être était-ce un clone ? Mais cela n'avait pas de sens. Personne n'entraînait ses propres clones et puis, de toute manière, même si elles avaient une voix similaire, elles n'avaient pas la même intonation. Et puis non, l'une des deux avait dit à l'autre de ne pas se couper avec son katana ; soit l'un de nous était fou, soit quelque chose de prodigieux était à l’œuvre. J'étais convaincu d'avoir eu deux personnes distinctes sous les yeux, même si ça semblait impossible. Aussi, ce fut d'un air hébété et la voix serrée que je balbutiai ces quelques mots :



— Tu... tu es... seule ?

____________________________________________


Merci Belle Gosse ♥️
avatar
水 | Kiri no Genin ▬ Administratrice
水 | Kiri no Genin ▬ Administratrice
Fûma Nishiki
Messages : 864
Date d'inscription : 05/04/2015
Age : 26

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1463
Expérience:
61/200  (61/200)

Re: Training Day | Feat Tarou    Mar 26 Avr - 23:59

Training Day


Une rencontre difficilement oubliable.

Feat. Shisui Tarou ♥




Des buissons venait de jaillir un enfant sauvage. Enfin, pas si sauvage que cela au regard de sa tenue, de ses armes et son bandeau donnant immédiatement l'identité du petit. C'était un Shinobi, tout comme moi, de Kiri, évidemment. Un profond sentiment de malaise m'envahit soudainement. Sous ses airs enfantins, d'environ douze ans, pas plus, il avait probablement assisté à toute la scène depuis son buisson. Une myriade de questions affluait,  me rendant extrêmement nerveuse et tendue. En mentant au Mizukage, en mentant aux autres villageois, je nous avais mis toutes les deux dans l'embarras et toutes les deux en danger. Personne n'était au courant de notre capacité, en dehors des rares personnes de confiance. Je ne voulais pas qu'on me pose de questions, qu'on me regarde plus bizarrement que d'habitude. Ni moi, ni elle. Pas questions qu'elle subisse des remarques que je ne désirais pas, je ne voulais pas qu'on nous regarde comme des bêtes de foire. Et par dessus tout, je ne voulais surtout pas que l'on nous voit comme handicapé, qu'on nous prenne en pitié pour le sort qui était le notre. Protégées au sein du clan, cachant notre différence au monde et aux autres sous la tutelle de notre père, nous interdisant de montrer nos pouvoirs, nous n'avions jamais eu à nous soucier du regard des autres. Mais cette peur m'animait à présent depuis que j'étais à Kiri. Si on nous l'avait à ce point interdit, c'est qu'il y avait bien une raison.

Je me souviens de la première fois où je me suis retrouvée avec une ribambelle de jeunes, parfois beaucoup plus petits que moi, sur les bancs de l'Académie, quelques semaines avant de passer l'examen Genin. Tous ces enfants se connaissaient, s'appréciaient ou se détestaient, jouaient ensemble, fiers et confiants pour la plupart, d'autres plus timides et réservés. Je les observais, au départ en les toisant du regard, les trouvant bien naïfs, faiblards et mous. Ils avaient cependant cette joie de vivre, ce sourire aux lèvres, cette volonté de vivre ensemble et de partager des choses avec leurs camarades. Chose que je n'ai jamais vraiment ressenti. À cet instant, j'avais n'avais pas vraiment envie de les rejoindre, mais je ressentais l'excitation, quelque peu timide toutefois, de Niki, qui elle, aurait aimé faire de même. J'eus alors cette pensée idiote, de l'imaginer courir et chahuter avec ces gamins, une autre enfance, une autre vie. Je serais alors resté dans le fond de la classe, bienveillante, surveillant qu'elle n'ait aucun soucis alors que je passerais mon temps à discuter et refaire le monde avec Soramaru. Cette pensée me fit un pincement au cœur, une douleur vive en me rendant compte de ces regrets qui me hanteraient à présent. Je resterais à tout jamais cette fille qui ne pourra pas vivre sa vie comme elle l'entend, coincée avec sa sœur. Alors, c'était plus simple de mentir, plus simple de se cacher que d'essayer d'être accepté quand soit même on ne s'accepte pas. Je ne veux ni de leur moquerie, ni de leur compassion. Tout ce que je veux … C'est …

«  Évidemment que je suis seule ! Qu'est-ce que tu crois ?! Qu'est-ce que tu as vu pour poser une question aussi stupide ?! Tu n'as pas honte d'espionner une fille ? T'es une sorte de pervers précoce, c'est ça, hm ?! »

Les joues tintées de rouge, les poings serrés, je m'approchais de lui d'un pas déterminé pour arriver presque à sa hauteur. Je tremblais, confuse, énervée. Ce morveux allait tout balancer à ses supérieurs, il allait leur dire pour nous et ça serait terminé pour notre couverture.

*Nee-chan ? Pourquoi tu t’énerves ? Ce n'est qu'un enfant ...*, murmurait-elle.

Qu'est ce que je veux ? Au final, qu'ai-je réellement envie ? Me séparer de ma sœur pour qu'elle ait sa propre vie ? Est-ce vraiment ce qu'elle veut ? Ou bien est-ce simplement mon désire égoïste camouflé en bonne intention ? Je n'en sais rien, je n'ai pas encore assez réfléchis à tout cela. Mais ce gamin est devenu une gêne à présent, il en sait trop, j'en suis sûre ! C'est de la peur que je ressens, de la terreur même. Mes intérêts sont menacés, mon sang de Fûma me conseillerait de m'occuper de lui et m'assurer qu'il ne parle pas ... J'en deviens paranoïaque, tremblante, au point de penser à de telle extrémité, de perdre là tête. Je ne lui fais pas confiance, je ne leur fais pas confiance.

« Regarde, il n'a pas l'air bien méchant, il ne dira rien à personne, hein ? Comment tu t'appelles ? N'ai pas peur, ma sœur est un peu brute mais elle est gentille dans le fond, pas vrai, Shiki-chan ? »

Mon regard devient alors livide, j'ai l'impression qu'un mur d'une tonne vient de me tomber dessus alors que mon sang se glace au point de m'en donner des sueurs froide. Je ne sais à quel moment cela s'est produit, tout est allé si vite. Mais voilà que ma sœur s'est de nouveau matérialisée, se séparant de notre corps pour prendre contrôle d 'une réplique et se mettre à côté du gamin qui nous espionnait et représentait une menace à mes yeux. Niki se tient à ses côtés et lui tire la joue au moment où elle débite ses paroles qui n'ont aucun sens à mes yeux. Comme s'il elle s'était immédiatement prise d'affection pour le Genin.

« Niki ! Qu'est ce que tu fous ... ! Bordel ! Depuis quand est-ce que tu … Oh, et puis merde ! »

Foutue pour foutue, je tapais ma paume contre mon front, avant de laisser ma main glisser sur mes yeux et me cacher cette vue qui m'était insupportable. Rarement, ma jumelle avait prit le soin de me mettre à ce point dans l'embarras et se rebeller contre notre première règle : rester cacher. Avait-elle senti que je ne plaisanterais pas avec le gamin et que pour le protéger, il valait encore mieux qu'elle joue les idiotes et tout lui révéler, me forçant ainsi à me calmer devant le fait accompli ? Les chances sont grandes. Car si elle savait bien une chose, c'est que lorsque je perds les pédales, ce n'est vraiment pas une bonne chose. Allourdi par le poids des bêtises de ma sœur, je me laissais tomber au sol, assise en tailleur, me demandant ce que j'allais bien pouvoir faire à présent de ces deux là.

« Dis ... On peut le garder un moment ? »

*Ce n'est pas un chien ou un raton-laveur … Baka-nee ... *


____________________________________________

avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Suishi Tarou
Messages : 2852
Date d'inscription : 04/04/2015
Age : 25
Localisation actuelle : Kiri Kiri Kiriiiiiii

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 1838
Expérience:
4/100  (4/100)

http://peak-of-shinobi.forumactif.org/
Re: Training Day | Feat Tarou    Lun 16 Mai - 13:47

Choc et appréhension

lundi deux mai


Je n'ai jamais été quelqu'un de très intelligent. Enfin, je ne suis pas stupide, mais je ne suis pas extraordinairement futé. Je précise parce que je ne voudrais pas qu'on s'attende à ce que j'analyse la situation qui venait de se produire. Pour moi, il n'y a pas d'analyse possible. Il n'y avait, en fait, rien de possible dans ce que je voyais ou seulement dans un rêve. C'était abrutissant, ahurissant. Un seul corps, deux filles. Deux sœurs, forcément — à la rigueur, la seule logique à laquelle se raccrocher était qu'elles avaient le même ADN, mais ça restait inconcevable. Chacune avait son caractère, sa gestuelle. L'une était de toute évidence une furie, l'autre d'une gentillesse formidable — même si j'apprécie moyennement qu'on me tire la joue comme à un enfant de cinq ans. La harpie était déboussolée apparemment, elle s'était effondrée et se cachait le visage. Maintenant que c'est passé, j'ai envie de lui demander : « Et moi à ton avis, j'étais pas déboussolé peut-être ? » Déboussolé, c'est encore éloigné de la vérité. J'étais décomposé. C'était assez effrayant en fait, ma première expérience des bizarreries du monde ninja je suppose. J'ai entendu des légendes, des histoires à coucher dehors d'aptitudes tellement absurdes qu'on n'y croit pas vraiment, ou seulement parce que ça fait du bien de penser qu'il y a de la magie dans ce monde un peu trop concret. Celles d'hommes capables de changer de visage, de se transformer en animal ou de se déplacer en quelques secondes d'un point du monde à un autre. En entendre parler, c'est une chose ; en être témoin, c'est une autre paire de manches. On se sent nauséeux, abandonné par la régularité des choses ; on a envie de hurler mais on a peur de le faire ; on sent son cœur s'arrêter et pourtant le sang nous monte à la tête. Je regrettais presque d'être là d'un côté ; de l'autre cependant, j'étais époustouflé, curieux et excité par cette exceptionnelle vision : deux sœurs partageant le même corps, une particularité bien trop cool !



Alors voilà. J'étais là, debout comme un lampadaire sur le point de griller. Je regardais la scène se dérouler autour de moi, sans vraiment savoir quoi faire. Mes jambes tremblaient peut-être, je n'en sais rien, je n'avais plus aucune conscience de mon corps à ce stade ; tout ce qui comptait, c'était cette division soudaine. Je ne me rappelle même plus à quoi ça ressemblait quand elle se sont séparées, quand Niki est « sortie » de Shiki. Je n'arrive même pas vraiment à décrire tout ça. C'est le bazar dans ma tête — quand je vous disais qu'elle(s) étai(en)t gratinée(s). Je crois que le plus simple, c'est de raconter ce que j'ai répondu de façon presque inaudible :



— Je suis pas un pervers.


Évidemment, le rouge m'est immédiatement monté aux joues. La honte... Automatiquement, j'ai repoussé la main de Niki et fait quelques pas en arrière. J'étais très mécontent de moi, d'avoir fait la bêtise d'approcher. À présent ces deux filles allaient abuser de mon hébétement, je ne pouvais les laisser me ridiculiser !



— Je suis pas un animal de compagnie ! Je m'appelle Suishi Tarou et j'ai pas peur !


Je tentai de fixer Niki du regard mais elle était tellement jolie... J'ai pointé le doigt sur Shiki et lui ai hurlé :



— Quant à toi, je suis pas stupide et toi t'es qu'une menteuse ! Pourquoi tu mens ? C'est ça qui est stupide, pas de poser des questions !


Je la regardai, assise sur le sol avec une certaine distinction. Elle aussi était jolie, forcément. Beaucoup plus maintenant qu'elle ne faisait plus la grimace — elle faisait peur quand elle était énervée. J'avais presque envie d'aller lui donner la main pour l'aider à se relever. Brusquement je secouai la tête et répétai à pleins poumons :



— Et je suis pas un pervers !


Je me rends compte maintenant que je me suis donné en spectacle devant ces deux filles. Il y a de quoi s'enterrer six pieds sous terre et encore ! Je crois que même les vers se moqueraient de moi. En tout cas, j'étais tellement vexé par ma propre bêtise que j'ai sorti un kunai de ma sacoche et me suis mis en posture de défense. Qu'est-ce que je n'ai pas fait !


____________________________________________


Merci Belle Gosse ♥️


Dernière édition par Suishi Tarou le Sam 4 Juin - 11:25, édité 1 fois
avatar
水 | Kiri no Genin ▬ Administratrice
水 | Kiri no Genin ▬ Administratrice
Fûma Nishiki
Messages : 864
Date d'inscription : 05/04/2015
Age : 26

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1463
Expérience:
61/200  (61/200)

Re: Training Day | Feat Tarou    Sam 28 Mai - 21:53

Training Day


Une rencontre difficilement oubliable.

Feat. Shisui Tarou ♥




Ma sœur semblait avoir perdu tout contrôle d'elle-même et comme d'habitude dans ce genre de situation, il était préférable que je m'en mêle un peu. Shiki était assise en tailleur, se couvrant le visage, probablement pour se calmer, exaspérée. C'était la raison pour laquelle j'avais prit la défense de ce petit bonhomme sorti de nul part. Si je l'avais laissé écouté ses instincts les plus noirs, sans doute aurait-elle passé ses nerfs sur lui et l'aurait passé à tabac, profitant de l'éloignement du village pour laisser échapper sa colère. Je la connaissais mieux que quiconque, je connaissais aussi ses limites. Elle savait à ce moment là que s'en prendre à lui, c'était risquer de s'en prendre à moi, une chose qu'elle n'aurait jamais osé faire. Shiki n'aimait pas que l'on révèle notre secret. Une chose qui me paraissait difficile à comprendre. Après tout, n'était-il pas plus simple et plus honnête de dire la vérité à notre propos ? La voir devenir à ce point rouge et à ce point en colère, j'avais un peu peur de ses vrais pensées. Avait-elle honte de moi ou de ce que nous sommes ? Tôt ou tard, il faudra bien qu'elle l'accepte, nous ne devrions pas nous cacher, elle ne devrait pas se terrer à ce point. Je suis la plus timide des deux, la plus peureuse et la plus naïve, le monde extérieur et les autres m'ont toujours fait peur. Mais de nous deux, c'est peut être elle qui en est le plus terrifié et qui se protège le plus.

Le Genin semblait lui aussi tremblant de peur face à nous deux. Encore une chose que j'avais également du mal à comprendre. Avait-il peur de ma sœur, s'énervant contre lui ? Ou était-ce notre différence qui l'effrayer ? C'est vrai que les autres, les frères Kumo, semblaient intrigués et surpris lorsque nous leur avons fait part de notre capacité. C'est toujours le cas au départ, puis les gens s'habituent à force. Je le vis reculer et repousser ma main. Dommage, tirer sa joue était amusant. Je me redressais, jetant un œil inquiet dans la direction de Shiki. On l'avait effrayé, c'est certain, j'espérais qu'elle se calmerait assez vite. Mais le petit reprit alors de plus belle, semblant s’énervait. Je joignais les mains dans le dos, tournant un peu la tête pour comprendre son débit de parole. Il désignait ma sœur du doigt comme une menteuse, celle-ci ne redressa même pas la tête, restant assise, laissant simplement sa main glisser sur son visage pour enfin laisser apparaître ses yeux et le regarder. Je me retournais, un peu gênée :

- Mais non, Onee-san n'est pas une menteuse ! Elle ne veut simplement pas que quelqu'un voit notre secret ! Tarou ? Hm, c'est mignon ! Dis, Tarou-chan, tu ne parleras pas de ce que tu as vu, heiin ?

J'essayais encore de régler le conflit de manière pacifique, essayer d'apaiser les choses par la ruse et jouant les filles gentilles et naïve, je penchais encore plus la tête sur le côté, lui faisait un petit sourire. Mais voilà, il n'aurait pas dû sortir un kunaï, car c'est ce qui déclencha la seconde vague de colère de ma sœur. Elle se releva soudainement et marcha d'un pas décidé vers lui. Elle posa sa main sur mon épaule, ne me laissant aucun choix. Mon corps se déforma, comme liquéfiant alors que ma peau fusionnait à nouveau avec la sienne. En l'espace d'une seconde, j'étais à nouveau à l'intérieur du corps. Shiki sortie elle aussi un kunaï de la ceinture de notre kimono. Observant la scène depuis l'intérieur, je commençais sérieusement à m'inquiéter. Elle laissa un long silence, défiant le gamin de ses yeux toujours aussi sérieux, déterminés.

- Tu oses sortir une arme et la pointer sur ma sœur ? Tu ne sais pas encore ce que les Fûma réservent à ceux qui menace leur membre. Dépêches toi de ranger cela, je ne suis pas aussi clémente que ma sœur.


____________________________________________

avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Suishi Tarou
Messages : 2852
Date d'inscription : 04/04/2015
Age : 25
Localisation actuelle : Kiri Kiri Kiriiiiiii

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 1838
Expérience:
4/100  (4/100)

http://peak-of-shinobi.forumactif.org/
Re: Training Day | Feat Tarou    Sam 4 Juin - 11:23

Réminiscence

lundi deux mai


Décidément, j'ai vraiment agi inconsidérément. Rien que de les avoir découvertes aurait dû me pousser à faire profil bas, mais non, j'avais hurlé et manqué d'engager un combat, comme si j'avais la moindre chance. Je me sentais ridicule et faible, sans doute parce que j'étais ridicule et faible. Je fixai Shiki des yeux, ou Niki peut-être, probablement les deux. Je commençais à m'habituer à leur bizarrerie en vérité. Elles venaient de « fusionner », Shiki avait « absorbé » Niki et elles formaient de nouveau une seule et même personne et, à en croire l'expression froide et dure sur le visage de la jeune fille, c'était Shiki qui menait la danse.



— Ta sœur est plus gentille que toi, tu devrais la laisser parler à ta place plus souvent.


Bon, j'aurais encore mieux fait de me taire je suppose. Enfin. Je baissai les yeux sur-le-champ après ce nouvel écart. J'admis mon infériorité et abaissai le bras qui tenait mon kunai. Cette Shiki était un peu effrayante, comme un loup en quelque sorte. Belle à observer, le pas léger, la gueule meurtrière. Moi, j'étais une gerbille. Ma nullité profonde était caractéristique d'un manque de confiance sans doute, je n'avais même pas réussi à frapper une cible en plein centre les yeux fermés alors que j'avais fait le geste plusieurs milliers de fois, c'est dire... J'étais une nouvelle recrue, sans aucune expérience, aucune idée de ce qu'être ninja signifiait. Cette fille était plus forte que moi, plus expérimentée et, à l'évidence, avait été exposée au danger vu cette faculté qu'elle avait. Elle avait même un clan, les « Fûma », à invoquer pour en imposer. Moi, je n'avais rien. J'étais un pauvre inconnu sans aucune légitimité pour prétendre à être shinobi, ni engager une confrontation directe d'ailleurs.



Ne prends pas trop exemple sur ton père surtout.


Ces mots me revinrent à l'esprit juste à ce moment-là. C'est vrai, je le jure, c'est cliché mais sa voix a retenti dans ma tête. Enfin, je l'ai senti venir. Tout en me répétant ma nullité, j'avais son visage en tête ; je crois surtout que j'essayais de ne pas y penser en m'enfermant volontairement dans des pensées faciles et débilitantes pour éviter de me laisser corrompre par sa pensée à elle. Je n'avais pas envie de me laisser guider par ses paroles prononcées plusieurs années plus tôt, je voulais absolument faire mon propre choix, quitte à me laisser tabasser par Shiki — voire même être chatouillé par Niki jusqu'à mourir de rire. Cependant, je ne pouvais la nier, ignorer l'écho de ses mots dans ma tête, de sa voix suave, chaleureuse et étrangement aimante — je crois. Elle avait raison, je devenais comme mon père, une victime, un pauvre type qui n'avait aucun courage et qui laissait tout à l'abandon quand ça devenait trop dangereux, tout comme il l'a fait avec moi. Ce n'est pas que je lui en veuille, je m'en fiche à la rigueur ; quand maman est partie, j'ai compris que je ne rirais plus jamais à gorge déployée de toute façon — et que, d'un autre côté, je ne pleurnicherais plus pour un rien non plus. Je n'ai juste pas envie de faire pareil. Je ne veux pas être une gerbille, pas plus qu'un lapin ou un castor ; un loup c'est fort, mais rien ne peut vaincre un tigre.



Je levai le bras, le visage déchiré par la colère, puis le rabattis avec force. Le kunai se planta dans le sol à mes pieds. En fin de compte, je n'étais ni mon père ni ma mère ; j'avais bien l'intention, et je l'ai encore d'ailleurs, d'essayer de développer mon propre caractère un maximum avant que mes démons ne me rattrapent. Je relevai le regard et le rivai sur celui de la jeune louve devant moi. Je ne voulais plus me battre, cela n'aurait servi à rien de toute manière, mais je ne comptais pas me considérer vaincu non plus, c'était hors de question et hors-sujet d'une manière générale. Je dus me concentrer un peu pour réussir à donner une réplique sincère et constructive sans céder à la colère, mais la fureur en moi ne pouvait demeurer cachée. Je n'avais aucune envie de m'en faire une ennemie ; m'en faire une amie ne me traversait pas encore l'esprit ; recommencer sur de meilleures bases serait sans doute le plus simple mine de rien.



Je me suis énervé pour rien, je ne voulais pas vous menacer. Je n'ai pas l'intention de parler de vous à qui que ce soit, chacun sa vie. Je m'appelle Suishi Tarou, je suis genin depuis trois jours. Je n'ai pas d'expérience en tant que shinobi et j'ai assez de choses à apprendre de vous deux pour vous devoir le respect. Nous sommes shinobis de la Brume et devrions donc favoriser la coopération plutôt que la querelle. Gomennasai.


Pour conclure ce discours, je courbai légèrement l'échine en signe de respect et patientai, le temps de connaître la pensée de mes interlocutrices. Il n'y a aucune honte à faire amende honorable après tout.


____________________________________________


Merci Belle Gosse ♥️

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Training hélécine samedi
» training de genk
» Intensive Training
» Training Day
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris

Sauter vers: