Side Menu

Partagez | 
avatar
忍 | Nukenin d'Iwa
忍 | Nukenin d'Iwa
Suzaku Ken
Messages : 18
Date d'inscription : 24/04/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 9
Expérience:
0/300  (0/300)

[FB SOLO] Changer    Jeu 19 Mai - 14:12
    Silencieux, Ken restait immobile. Les yeux bandaient, les mains enchainaient, nu comme un ver . Il pouvait sentir le métal froid couler sous son dos, sentir l'air se glisser entre ses doigts de pied. Allongé sur cette table d'opération, il ne marquait aucune force d'opposition. Il ne semblait pas effrayé, il gardait même son sang-froid. L'obscurité se faisait sentir, la solitude aussi. Il n'y avait rien autour de lui, d'après lui, il ne ressentait que les ténèbres. Le souffle court, les cheveux en bataille se déversaient sur son front. L'enclenchement mécanique de l'interrupteur se fit suivre par une lumière aussi blanche  qu'un rayon du soleil. Elle était accompagnée d'une telle chaleur, que Ken pouvait entendre les éclats de sa peau sous son ardeur. Un premier pas résonna aussi fort qu'un carillon, et les autres s'adoucirent peu à peu tout en se rapprochant de plus en plus. Il pouvait distinguer qui était-ce. Et il ne s'attendait pas à le voir. La main de l'assesseur fit du bruit en prenant un objet en métal. L'homme resta muet. Sans prévenir, il commença a apposer cet objet métallique, aussi froid que des flocons, sur l'abdomen de Ken. Le Suzaku devina la main caoutchouteuse maintenir son ventre puis il sentit sa peau se déchirer, un couteau aux dents acérer vint pourfendre de mille morsures son ventre alors que Ken empoigna la table chirurgicale. Il ne gémit pas, il maintint fermement la table, sa mâchoire se serra si fort que ses dents tressaillirent. Mais il ne prononça mot. Et l'homme continua. L'ouverture faite, le second du serpent plongea sa main dans ses entrailles. C'était aussi pénible et gênant que d'avoir un morceau de nourriture loger dans la glotte, et aussi douloureux que d'avaler un rasoir. Mais il ne dit rien, encore, bien même que son tourment s'amplifia. Ken avait la sensation d'être sondé, que son âme se voyait fouiller dans ses affres abime. Et que le l'ont lui arraché délicatement, avec douceur et brutalité son âme de son corps. La main toujours dans le ventre, Kabuto tira d'un coup sec, il sentit résistance et réitéra le geste bien plus fort. Ken avait la sensation que les flammes dévoraient son ventre par l'intérieur.

    "Cette capacité de régénération est complètement incroyable" enivré c'était le mot. Kabuto jouissait d'un plaisir malsain pour cette découverte.

    Le pas furtif et froid du maître ophidien se fit entendre dans la salle d'opération. Sa démarche était aussi délicate, qu'un félin, fugace, discret, il se trouva rapidement au côté de Kabuto. Il surplombait le corps du Phoenix, les yeux illuminés par la joie d'une découverte. Kabuto était aussi heureux qu'un homme ayant eu un premier enfant. "Les recherches portent leur fruit" commenta le subordonné préféré d'Orochimaru. Le maître Ophidien sourit à cette idée. "Mets-le sous transfusion" "Mais..." un regard pesant suffit à Kabuto pour respecter les ordres d'Ochimaru.

    Kabuto agit en conséquence, il entoura le bras de Suzaku d'un élastique qu'il resserra fermement. Il tapota gentiment le bras de Ken, laissant se découvrir quelques veines saillantes. Et il glissa sans trop de mal une aiguille aussi longue que l'index. Un petit cliquetis suivit, alors que le sang de Ken glissait le long du file menant à la veine d'Orochimaru. "Ces cellules se régénèrent à une telle vitesse, c'est aussi légendaire que le Byakugo de Tsunade. Les cellules n'ont besoin d'aucune aide extérieure, elle met un temps bien plus lent que le Byakugo, n'engendrant aucun risque, mais garde une capacité régénération étonnante. J'ai arraché il y a 24h et 52 minutes une petite partie de son intestin, ce matin en revenant la membrane était reconstruite par elle même. Imaginez Orochimaru-Sama, en insufflant du chakra dans ce sang, je crois que l'on peut multiplier le procédé par la quantité de chakra insuffler" Orochimaru ne répondit pas, il laissa Kabuto exposer ses idées, et regarder avec attention le visage de Ken. Immuable était le Suzaku. Il ne demandait pas pourquoi il se retrouvait sur cette table à subir cela. Pour lui c'était simple. Ken resta silencieux, il ne pipa mot. C'était ça, son châtiment pour avoir tué sa mère. C'était le seul moyen de rémission à ses yeux. Matricide, que son père le surnommait. Se faire pardonner par le sang. Être purifié par les lames. C'était le seul moyen a ses yeux de redevenir comme avant, de ne plus penser a Kurokoi. Aujourd'hui il disait adieu à ses penchants diluviens. Aujourd'hui enfin renaissait de son sang le Phoenix pour être un nouvel homme. Il se laissait aller, glisser dans les affres, comme glissait ce liquide vermeil. Ce lien unissant les deux êtres il l'appréciait. Autant qu'on apprécie d'aller à la pêche avec son père. Paradoxalement il se sentit compris.
Page 1 sur 1

Sauter vers: