Side Menu

Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Somei Fusasaki
Messages : 399
Date d'inscription : 16/07/2015
Age : 26

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 2848
Expérience:
442/300  (442/300)

En route pour le Pays de la Terre!    Sam 25 Juil - 16:55


La crème de l'armement
MISSION DE RANG C - [0% effectué] Disponible
Solo (Chûnin) ou accompagné


Je n'aime vraiment pas m'abaisser à cela, mais je n'ai pas vraiment le choix si je veux équiper la Team de recherche de Sasuke. Allez jusque le Pays de la Terre, dans un petit village d'artisans fabriquant les meilleures armes de jets (Shuriken, Kunaï) qui existent. Allez sur place, rencontrez un Ninja de ce pays qui vous servira de guide. Côté finances, vous allez avoir suffisamment de moyens.

Objectif principal : Rapporter un colis d'armes d'Iwa.
Objectif secondaire : Profitez-en pour vous faire un contact sur place ! (Trouver un Iwajin avec qui RP)



Après avoir rencontré le parfumeur, Fusasaki eut de longues journées devant lui avant le grand départ. Il devait préparer une mission pour Dame Tsunade, et même si celle-ci était relativement simple et demandait peu de préparations, il comptait sur sa double identité pour lui assurer la tranquillité. En effet, il n’était pas seulement un ninja en mission qui se faisait passer pour un marchand, mais un véritable marchand voyageant pour son propre bénéfice en plus de celui de son village. Un espion pouvait toujours percer à jour les intentions d’un ninja ne faisant pas assez attention aux détails de sa couverture, mais lorsqu’il s’agissait d’un vrai marchand en route pour vendre ses parfums, il ne pouvait y avoir aucune faille. Fusasaki avait pris l’habitude de sacrifier la rapidité des missions qui ne demandaient pas à se presser afin de bénéficier d’une meilleure sécurité et discrétion. Même une mission comme celle-là, qui n’impliquait pas d’ennemis, pouvait réserver de mauvaises surprises à quiconque ne se préparait pas.

Le clan Somei étant réputé pour ses marchands et agents économiques, et lui-même n’étant pas un shinobi connu, présenter honnêtement son nom et son prénom aurait pour conséquence de baisser les soupçons de ses interlocuteurs plutôt que le contraire. Spécialiste de la couverture, Fusasaki Somei était également avide de profits pour son clan. Il transporterait une cargaison impressionnante de parfums dont le bénéfice de la revente pouvait atteindre des sommes énormes s’il vendait tout aux prix souhaités. Évidemment, ce ne serait pas le cas, mais il comptait bien en tirer un maximum.

Les jours précédant le départ ont été particulièrement chargés de tâches nécessitant toute son attention, si bien qu’il ne put déléguer qu’une petite partie d’entre elles. Il dut d’abord vérifier qu’une charrette et deux chevaux seraient disponibles pour le voyage. Il avait ses habitudes en la matière, mais cela prenait toujours du temps. Le véhicule et ses bêtes furent livrés rapidement, ce qui se révéla pratique pour tester la solidité de la cargaison. Lorsque le parfumeur vint livrer les bouteilles de parfum, Fusasaki et deux apprentis du clan Somei furent prêts pour les compter, ranger, les attacher à la charrette. Une fois le convoi solidement harnaché, ils tentèrent de le secouer et de malmener ses roues pour vérifier qu’il tiendrait le test suivant : un rapide voyage au-dessus des falaises surplombant le Village Caché de la Feuille. À la montée comme au retour, les bêtes semblaient se plaindre, mais la charrette vivait des moments plus durs encore : son passage au-dessus des irrégularités furent inspectés minutieusement pour vérifier qu’aucun récipient ne put en souffrir. Une fois rentrés, les chevaux avaient été totalement épuisés, mais une double ration de nourriture et une journée complète de repos permettraient de s’assurer qu’ils seraient à nouveau d’aplomb pour la suite du voyage.

Cette dernière journée de préparation avait servi à étudier les cartes afin de tracer les nombreuses routes possibles. Le village de destination était relativement facile à identifier, mais les routes y menant étaient multiples. Certaines étaient longues, d’autres plus courtes ou directes. Certaines étaient faciles, d’autres passaient par des terrains accidentés ou parcouraient des routes irrégulières. Certaines enfin étaient désertes, alors que d’autres étaient couramment utilisées. Fusasaki opta pour la route optimale : celle qui partait de Konoha, traversait le Pays de l’Herbe et partait vers le centre du Pays de la Terre. Il devrait prendre une seconde route, plus petite, un jour après avoir passé la frontière et traverser deux villages avant d’arriver à destination. Ce tracé était l’un des plus rapides, et le plus sécurisé : c’était celui qu’empruntaient la plupart des voyageurs entre les deux grands pays. Alors que d’autres ninjas en mission auraient pu voir là un souci, Fusasaki trouvait que c’était un avantage, car une route aussi pratiquée n’éveillerait pas l’attention, ils seraient noyés dans un flux constant de voyageurs et ils risquaient moins de se faire attaquer par des bandits. Le fait de traverser plusieurs communautés en route permettrait au marchand de liquider une partie de ses parfums, ce qui faciliterait sa tâche une fois arrivé.

Pour le retour, cependant, la nature de la cargaison étant différente, il faudrait emprunter un chemin légèrement différent. Prenant au sud plus rapidement, Fusasaki n’avait pas peur de prendre un détour si cela lui permettrait de rencontrer beaucoup moins de voyageurs en chemin. Les cargaisons d’arme n’étant pas vraiment communes, et potentiellement dangereuses, il était normal de suivre un tracé plus discret. Ces armes devaient servir à équiper les équipes partant à la recherche du renégat Sasuke Uchiha. Du peu que Fusasaki savait, il s’agissait du dernier représentant du clan Uchiha, massacré quelques années auparavant. Il était un potentiel ennemi du village, et le vieux marchand ne savait pas si les équipes envoyées à sa poursuite devaient le ramener ou l’exécuter. Les deux étaient possibles, mais le moins Fusasaki en savait, le mieux il se porterait concernant ce sujet.

Ce Sasuke était un ancien camarade de Naruto Uzumaki, aussi. Ce même Naruto que Fusasaki avait rencontré au restaurant de ramen lors du premier jour des préparatifs. Il pensait avoir compris que Dame Tsunade l’avait laissé partir avec lui, mais il n’avait toujours pas le nom de l’amie de Naruto qui devait l’accompagner, ce qui n’était pas vraiment grave : il la rencontrerait bien assez tôt.

Fusasaki était présent au point de rendez-vous convenu, avec la charrette pleine de parfums prête. Les deux chevaux semblaient profiter du répit avant le long voyage qui les attendait. N’ayant pas l’habitude de traiter avec les retardataires, le clan Somei avait une tradition d’intolérance envers ce manque de respect. Comme tous ses pairs, Fusasaki s’était donc préparé pour être sur place un quart d’heure en avance. Ses affaires comprenant toujours quelques petits livres, le ninja-marchand en étudiait un, adossé au convoi. Autant que le temps d’attente serve à quelque chose, surtout s’il allait y avoir beaucoup de temps morts pendant le voyage.
avatar
Invité
Invité


Re: En route pour le Pays de la Terre!    Mer 29 Juil - 23:40

 
été et travail

 
ft- Le marchand et la belle


 


Le pays de la terre hein… Héhé je me demande quels genres de personne je vais trouver là-bas.

Lorsqu’on devient un ninja, lorsqu’on devient un homme, on comprend rapidement que certains mots n’auront plus la même signification pour vous. Certains disparaissent même entièrement de votre champ lexical. Mais contrairement à la pensée populaire, ces mots étaient assez peu nombreux, la plupart aux contraire prenaient une valeur bien plus importante. Derrière leurs masques, leurs armes et toute la fumée qu’ils soulevaient avec leurs techniques, derrière tous ces artifices il y avait au final un homme. Selon l’importance qu’on accordait à chaque mot, on bâtissait des repères, on se définissait. Lorsqu’on parle de mots comme honneur et courage, ne parle-t-on pas à juste titre de valeurs ? Ces mots avaient dirigés trop d’homme vers une mort prématuré.  Pourtant ces mots sauvèrent un nombre encore plus important de personne,  et comme ces valeurs pouvaient être partagés et apprise, la société en fit sa première monnaie. Quant à savoir d’où vient l’élan de chacun pour l’une ou l’autre des valeurs c’est une question bien plus vaste. Néanmoins en ce qui concerne notre héros, soyez méfiant avant de prendre sa parole, car il la tiendra peu importe ce qu’il en coûte. A vos risques et périls.

Les derniers jours avaient été assez ennuyeux. Les autres ninjas étaient maintenant trop occupés par leurs missions, très peu trouvaient le temps de traîner. Sa semaine de repos se passa donc calmement, il rencontrait de temps à autres de nouveaux visages, liaient des amitiés, et quand le cœur lui en prenait s’investissait dans une tâche pour aider un villageois. Le pays du feu avait fait honneur à son nom ses dernières semaines, il faisait une telle chaleur que l’adolescent aurait juré avoir vu son bras prendre feu brièvement. Il avait adopté en conséquence une tenue plus légère, il avait retiré les manches de certaines de ses vestes tant bien que mal, et les habits qu’il portait étaient plus légers.  Tandis qu’il mettait à jour sa garde-robe, il se demanda si son équipière aussi porterait une tenue plus légère. Mais comme il se coupa le doigt, il jura et se reconcentra sur sa tâche.

Il se prépara rapidement ce matin-là, l’habitude guidant il devenait de plus en plus régulier et ponctuel. Lorsqu’on choisit de devenir ninja certaines qualités s’imposent petit à petit à nous, une sorte de sélection naturelle ? Personne n’aime se faire gronder après tout. Bien qu’il y ait des exceptions –Kakashi senpai hein ? – on comprenait pourquoi on privilégiait l’expérience lorsqu’il s’agissait des tâches importantes. Cette même expérience permit à l’Uzumaki d’arriver aux lieux du rendez-vous avec le moins de sueur possible : un clone à lui portait un sac ainsi que ses équipements de ninja. Ils n’auraient sans doute rien à craindre durant les premières heures, tant qu’ils seraient autour du village. Il avait pris à profiter autant que possible des moments calmes, on ne savait jamais vraiment quand on serait en situation de danger durant plusieurs semaines. Lorsqu’il arriva à portée de vue du marchand il n’avait pas encore mis sa veste – ou ce qu’il en restait- et sauta sur place au grand damne du clone qui ne demandait qu’à être débarrassé.

- Hoy Fusa-Ossan !  

Il salua chaleureusement le marchand pour lequel il s’était pris d’affection, lorsque le clone disparu dans un nuage de fumée, non sans avoir au préalablement à son tour saluer le vieux, le jeune garnement crût bon de prévenir l’homme sur le caractère de Sakura.

- Ossan. Je crois qu’il est bon pour moi de vous donner quelques avertissements sur la fille qui va nous accompagner. C’est la pire, elle ne contrôle pas sa force, est susceptible et est plutôt maladroite. Mais comme je vous l’ai dit elle est forte, alors ça devrait bien se passer.

Il remarquait que c’était une cargaison de parfum, un petit détail qu’il avait oublié. Dire que Sakura ne contrôlait pas sa force n’était sans doute pas très rassurant pour le  marchand. Alors il tenta de se rattraper comme il put.

- Mais elle est quand même une Chuunin, alors pour la cargaison ne vous faîtes pas de soucis !





 



 

 
(c) MEI

 

 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Haruno Sakura
Messages : 32
Date d'inscription : 03/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 495
Expérience:
160/300  (160/300)

Re: En route pour le Pays de la Terre!    Jeu 30 Juil - 18:20
« L'été sera chaud, Narutooo ! »
Mission d'été
L’heure d’une nouvelle mission avait sonné. Me voilà fin prête pour partir. La requête était simple, nous devions nous rendre aux abords du village d’Iwa dans le pays de la Terre. Je ne m’étais encore jamais rendu sur ce vaste territoire, j’étais impatiente. Au fond, j’espérais rencontrer sur ma route Sasuke-kun. C’est stupide et complètement naïf, certes. Mais dès que je quittais Hi no Kuni, j’imaginais le revoir. Il me manquait tant… Je n’étais pas dupe, je savais que moi, je ne lui manquais pas du tout, je suppose du moins. Je suis ennuyante à ses yeux, comme il me l’a avoué avant de partir, avant de me remercier. C’était une révélation sans queue ni tête finalement. Mais je m’accroche toujours à des détails. Nous les femmes, ont accordent une importance capitale aux détails, véritablement plus que les hommes. On fait attention à la moindre petite chose, tout ce qui parait insignifiant pour le sexe opposé. C’est pourquoi, une broutille que vous croyez anodine peut déclencher la fureur en nous. A contrario, un petit geste peut s’avérer nous combler de joie et d’espoir. Ainsi, les mots de Sasuke-kun me semblaient forts et ils avaient toutes leurs importantes à mes yeux.

Nous étions en plein été, la chaleur intense de Konoha nous obligeait à nous vêtir de vêtements plus légers, d’autant plus que nous nous rendions à Iwagakure où il devait sans doute faire chaud également. Au cas où, j’avais prévenu une tenue différente. Mais passons. Pour l’occasion, j’avais sorti ma tenue d’été. Je portais un crop top sans manche qui laissait ainsi apparaitre mon ventre, de la même couleur que mes autres hauts, un bordeaux profond avec mon symbole dans le dos et une jupe qui recouvrait un short plus court. Enfin, j’avais troqué mes bottes pour de simple bottines noires. Me voilà prête pour ce voyage.

Munie de mon sac à dos, je me rendais aux portes du village afin de rejoindre mon coéquipier, Naruto ainsi qu’un homme dont j’ignorais le nom mais le blondinet m’en avait vaguement parlé, l’ayant rencontré auparavant à Ichiraku. J’arrivais tout prêt lorsque j’aperçus mon ami au loin accompagné d’un vieil homme, sans doute le shinobi qui allait nous accompagné. Tout sourire, je m’approchais vers eux mais ma joie disparue soudain lorsque j’entendais les paroles de Naruto. La pire ? Je ne contrôle pas ma force ?! Je suis maladroite !! Mon sang ne fit qu’un tour et mon visage affichait clairement mon fond de pensé. Un rictus se dévoilait sur le coin de mes lèvres tandis que mes sourcils froncés accentué mon regard diabolique. Je serrais les poings. J’avançais derrière lui afin de lui attraper le col de son tee-shirt que je saisis afin de le retourner violemment face à moi.

« Narutooooooooooo !!! »

Je levais mon poing en criant pour le frapper de toutes mes forces - ou presque, sinon je l’aurais tué – sur son visage. Il s’envola dans un fracas plus loin, je l’avais même fait sortir du village en dépassant les portes. Je ne lui laissais aucun répit et couru aussitôt derrière lui pour le chopper par le col de mes deux mains. Je le secouais brutalement, j’étais entrée dans une rage folle. J’approchais mon visage à quelques centimètres du sien pour plonger mon regard furieux dans ses yeux bleus afin qu’il y voit toute ma colère.

« Comment oses-tu dire ça de moi ?! Tu m’as pris pour qui ?! Hein ?! » Hurlais-je dans ses oreilles en le remuant dans tous les sens.

Je le bousculais encore un peu, quelques secondes, le soulevant une dernière fois avant de le jeter aussitôt par terre. Je lui faisais soudainement volteface, en tournant les talons pour lui faire dos, les mains sur les hanches. J’étais satisfaite de la leçon que je venais de lui donner. Ça lui apprendra à parler comme ça de moi ! Je m’avançais fièrement, la tête droite vers le ninja qui nous accompagnait. Une fois devant lui, mon visage s’éclaircissait, diamétralement opposé à celui que j’abordais auparavant.

« Bonjour, je suis Haruno Sakura, ravie de faire votre connaissance. » Lui disais-je très poliment en souriant.

Je lui tendis la main pour le saluer, ignorant complètement l’Uzumaki que j’avais brutalisé derrière moi, comme si de rien n’était.




Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Somei Fusasaki
Messages : 399
Date d'inscription : 16/07/2015
Age : 26

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 2848
Expérience:
442/300  (442/300)

Re: En route pour le Pays de la Terre!    Jeu 30 Juil - 21:36
Fusasaki n’eut guère le temps de lire grand-chose, car Naruto arriva rapidement. Il le salua et le prévint rapidement que son amie était une sorte de bête sauvage et brutale. Décrochant un sourire au marchand, il ne parvint pas à enchaîner, car ladite amie était arrivée pour lui infliger la correction qu’il semblait mériter. Et si on pouvait se rendre compte qu’ils étaient effectivement proches (de par la réaction de Naruto, d’abord), il était également clair que la jeune fille possédait une belle force physique. Dans une tenue pratique pour le voyage, elle avait amené moins d’affaires que son ami.

Après avoir cogné Naruto quelques fois, elle se retourna vers Fusasaki pour se présenter. Haruno  Sakura… ce nom aussi lui disait quelque chose. Cela lui reviendrait vite… Sakura étant un nom assez commun, comme tous les noms de fleurs. Mais oui, c’était cela : La boutique de fleuriste Haruno. Elle était bien notée dans les petits papiers du clan Somei, et il n’était pas rare que certains membres du clan aient à s’y rendre à certaines occasions. Fusasaki n’en était pas un habitué, mais chacun avait ses domaines.

« Enchanté, jeune fille, répondit-il. J’espère que notre voyage ne demandera pas de démonstration de force comme celle-ci. »

Alors que Naruto revenait en maugréant pour la forme, Fusasaki se rendit compte que ses légères inquiétudes quant à l’aptitude de la jeune fille à maintenir son ami en place étaient infondée : c’était au blond de se tenir à carreau s’il ne voulait avoir de bleu supplémentaire pendant la suite du voyage. La route était longue, aussi le marchand décida-t-il qu’il était temps de se mettre en route :

« Allons-y, nous avons du temps, mais mieux vaut se mettre en route, ça sera toujours ça de fait. »

En réalité, il préférait être efficace et se dépêcher, dans la mesure du possible avec des bêtes comme ces chevaux, mais il ne fallait pas non plus que les deux jeunes pensent que la mission était urgente. Enfin, elle était importante, et quelqu’un devait s’occuper du voyage, mais s’ils prenaient un jour de plus ou de moins pour la réaliser, personne ne leur en voudrait.

Vérifiant une dernière fois l’état de la charrette, Fusasaki confirma que tout était bon et ils purent se mettre en route pour le Pays de l’Herbe, d’abord.


Le voyage avait déjà pris trois jours, et ils respectaient parfaitement le planning que Fusasaki avait établi. Il vérifiait sur sa carte leur position et nota dans son journal l’heure à laquelle ils s’étaient arrêtés, ainsi que leur position.

Ils avaient fait halte au bord d’une forêt, profitant d’avoir encore de la place pour se poser comme ils le voudraient, avec le convoi et les chevaux. Ils avaient juste monté un foyer pour y préparer à manger et pour profiter de sa chaleur une fois que le soleil d’été se lasserait de baigner ce côté du monde de sa lueur. Fusasaki avait déjà fini le livre qu’il avait amené, et préférait ne pas commencer le deuxième trop vite, de peur de se trouver à cours de lecture intelligente avant la fin du voyage. Il restait un peu de temps à tuer avant que la fatigue ne décide à se montrer, aussi le marchand décida-t-il d’en découvrir un peu plus sur ses deux compagnons de route.

« Alors les jeunes, ça fait quelques jours qu’on voyage, racontez-moi un truc. »

Se rendant compte que sa demande était très vague, il précisa légèrement :

« Par exemple, qu’est-ce qui vous est arrivé d’excitant ? Un truc sympathique à raconter autour du feu, quoi. Vous êtes jeunes, vous avez surement d’intéressantes anecdotes à partager ! »

Espérant qu’ils ne demanderaient pas qu’il livre la sienne, il sourit légèrement et posa son regard sur Sakura, puis sur Naruto, avant d’alterner entre les deux afin de voir qui allait parler en premier. Tirant son expérience des séances de négociations difficiles, Fusasaki avait appris auprès de son clan à faire parler autrui pour pouvoir utiliser ses paroles contre lui par la suite. N’ayant pas de but mesquin en tête, il espéra qu’il parviendrait à animer cette nouvelle soirée avec les deux jeunes ninjas.


Dernière édition par Somei Fusasaki le Dim 9 Aoû - 3:15, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Re: En route pour le Pays de la Terre!    Dim 2 Aoû - 1:52

   
été et travail

   
FT- Le marchand et la belle


   

   
Pas la peine de frapper aussi fort ! Moi qui me faisais une joie de te revoir!!!

La dernière chose qu’il entendit pendant un long moment fut son prénom. Il avait à peine eut le temps de se retourner, de lever ses mains en signe de paix et de prendre un air effrayé sur son visage. Mais il était déjà trop tard, elle projeta l’impertinent plusieurs mètres plus loin imposant immédiatement le respect. Ses oreilles sifflèrent Il ne réalisa son erreur qu’à la fin de la chute et comme il sentait la terre trembler à chaque pas de Sakura vers il commença à prier espérant s’en sortir vivant. Lorsque son regard croisa celui de l’adolescente, il ressentit la même terreur qu’il avait éprouvé il y a quelques années en rencontrant le renard. Encore désarçonné il tenta de s’expliquer tant bien que mal.

- No… Non c’est pas …

Lorsque ses oreilles finir de siffler, la poussière crée par leur tumulte était déjà retombé et la Chuunin venait de finir ses présentations. Il marmonna dans sa barbe encore en développement que Sakura devait apprendre à être plus douce et surtout à mieux prendre les plaisanteries. Il fit néanmoins attention à ne pas se faire entendre, et se plaça pour l’instant le plus éloigné d’elle possible.  Cependant peu rancunier, lorsque le marchand les encouragea à prendre la route, il avait déjà oublié les mesures de précaution qu’il venait de prendre à l’encontre de son équipière. C’était une mission d’un rang assez faible, cependant elle permettait à l’Uzumaki de voir du pays. C’est donc avec son enthousiasme habituel qu’il acquiesça lorsque le convoi démarra. Avant de bien vite se calmer en voyant qu’il se déplacerait au rythme des chevaux traînant leur convoi.

Le voyage fut calme, il parlait avec le vieux marchand lui expliquant que lorsqu’il serait Hokage il compterait sur lui. Lorsque ce dernier lisait il provoquait la Chuunin, en profitant pour repérer les limites qu’il ne devait absolument outrepasser.  Cependant d’humeur joueuse, le garnement ne tenait pas en place. Il s’apprêtait à comparer le front de Sakura avec l’immense caïcédrat aux portes du village, lorsque le vieux Fusasaki décida de faire une halte. Il aida à rassembler le bois à l’aide de ses clones, et comme à son habitude il tendit à ses camarades de fortune les sucreries qu’il avait amenées. Lorsque le marchand prit la parole pour affronter le silence, le blond prit une pose plus confortable fixa son bol de riz, avant de l’approcher du feu pour attirer l’attention là-dessus.

- Héhé Ossan on est bien loin du bol de chez Ichiraku hein ? Mah ça me rappelle une histoire, durant les trois ans que j’ai passé avec le vieux Jiraya. Pendant une période on était assez proche du pays du riz, le pays du son maintenant. Profitant d’une période de repos, on avait décidé d’aider un paysan qui avait pris du retard à cause d’une blessure. Il nous invita le soir même à partager son repas et son toit. Il nous invita à manger un riz comme on n’en a jamais vu à Konoha ossan ! Ça vous dira ptete quelque chose à vous. Je crois qu’il appelait ça un « ceebu jën »,  selon la tradition on devait tous manger dans le même plat. Le riz avait une couleur dorée, c’est impossible à décrire, mais ce qui m’a le plus épaté c’était sa femme. Savez-vous ce qu’elle faisait ?

Il s’arrêta un instant regardant son auditoire afin d’être sûr d’avoir leur attention.

- Elle utilisait des fils de Chakra, comme les marionnettistes de Suna ! Afin de retirer les arrêtes du poisson qui accompagnait le plat, tout en poussant la chair desossé vers son mari. Et lorsque nos regards se croisaient, elle nous souriait, captivés par ce beau sourire, avant que le vieux et moi nous en rendions compte, le plat était déjà vide.

Il prit un air grave.

- On a peut-être trouvé la solution contre Choji Sakura t’en penses quoi ? Mah bien sûr… il faudrait que tu t’entraînes à sourire, c’est pas gagné mais on peut y arriver !

Il se mit à rire, espérant que la fatigue commençait à opérer chez la Chuunin, il se leva et s’éloigna de quelques pas d’elle histoire de la décourager. Avalant sa dernière bouchée, il se tourna vers ses interlocuteurs.

- Sakura-chan tu dois avoir des trucs à raconter aussi ! Me laisse pas comme ça. Et puis Fusa-Ossan, en tant que marchand vous avez dû en voir des vertes et des pas mûres !




   



   

   
(c) MEI

   
   
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Haruno Sakura
Messages : 32
Date d'inscription : 03/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 495
Expérience:
160/300  (160/300)

Re: En route pour le Pays de la Terre!    Dim 9 Aoû - 0:15
« Retour sur les dernières années »
En route pour Iwa
Nous marchions depuis trois jours à travers des territoires qui m’étaient encore inconnus. Silencieuse, un peu soucieuse mais toujours concentrée, je suivais la cadence machinalement. J’observais le paysage qui nous entourait. Il était désert, calme et me rendait un peu triste. Peu importe l’endroit où je me trouvais, une partie de mon cœur me faisait souffrir. Le plus petit détail, la moindre petite chose, tout ce qui peut parait insignifiant suffisait pour me faire penser à lui. Je cachais ce mal être souvent présent derrière mon sourire et je relâche la pression grâce à mes poings. Toutes mes émotions et pensées négatives, je les libère de toutes mes forces dans les frappes. C’est dans la douleur que je puise ma puissance. Mais pour l’image que je me suis construite ces dernières années, il est hors de question que je montre à qui que ce soit ma faiblesse. Je ne veux plus ressembler à la fille que j’étais autrefois. Avant, ma volonté ne me servait qu’à des futilités comme me faire remarquer par Sasuke-kun et lui dire que je l’aime. Aujourd’hui, ma volonté je la transmets dans mes entrainements afin de devenir une Kunoïchi puissante, dans but de le retrouver et le ramener à Konoha. Je ne m’embête plus à réfléchir au pourquoi du comment, à me poser des questions inutiles. Je réfléchis autrement, à ce qui compte vraiment.

Encore enfouis dans mes songes, j’observais le dos de mon coéquipier et ami aux cotés de Fusasaki-san. Que pensait-il de tout ça ? Je sais à quel point cela le faisait souffrir à l’époque. Cette promesse qui m’avait faite il y tenait beaucoup, même si nous n’en n’avions pas parlé depuis son retour à vrai dire… Je m’inquiétais pour lui. Il était comme moi finalement. Il ne voulait pas dévoilé ses faiblesses préférant donner de lui l’image d’un homme fort.
Autour du feu, après que nous nous soyons arrêtés pour la nuit, j’écoutais attentivement les paroles du vieil homme et celles de mon ami qui m’exaspéré toujours autant. Je le regardais, l’air abattu puis le regard sérieux en fronçant les sourcils. Je soupirais.

« C’est ce que tu as vécu de plus intéressant en trois ans ?! Il n’y a que la bouffe qui compte pour toi, Baka ! » Lui répondis-je sur un ton dédaigneux.

Je ne suis pas une personne fière mais taquiner Naruto était ma principale occupation. Je l’aimais bien dans le fond c’est juste que parfois il m’agaçait avec ses idioties. Je me penchais légèrement en arrière en tendant les bras afin de m’appuyer. Ma tête suivait le mouvement, elle basculait afin que je puisse observer le ciel étoilé au-dessus de nous. La nuit était splendide.

«  Un jour je me suis rendue en mission près de la frontière du pays du Feu. Sur place, un matin, nous faisions un tour dans le village et un homme s’est approché de moi, dans mon dos. Il a tenté de me voler mon sac mais au lieu de ça il s’est pris un coup de poing dans le plexus et il a volé des mètres plus loin !  Je lui ai brisé plusieurs côtes. Mais comme je suis gentille, je l’ai soigné après ça et pendant plusieurs jours il m’a suivi et s’est comporté comme un parfait gentleman avec moi ! »

Je souriais bêtement en contant mon histoire, sans regarder mes deux interlocuteurs. Je me remémorais la scène dans mon esprit. Le pauvre garçon avait sans doute était traumatisé. Soudainement, je relevais la tête pour croiser le regard azur de Naruto.

« Oh ! Et pendant l’examen Chûnin je me suis battue contre des scorpions géants. Si tu avais vu ça ! C’était en plein désert, cela faisait plusieurs jours que nous essayons de survivre dans l’immense mer de sable lorsque ces scorpions nous ont attaqué. Haha !  Pas de chance, ils sont tombés sur moi. Je les ai fracassé et on les as même manger. » Ajoutais-je en riant niaisement.

D’un air victorieux, je regardais mon ami et Fusasaki-san ensuite. C’est lors de cet examen que j’ai pu mettre à profit ma force surhumaine qui a même impressionné Chôji. Nous avions formé une bonne équipe, Ino, lui et moi. Et nous voilà à présent tous les trois Chûnin. Il y avait de quoi être fier.

« Et vous Fusasaki-san ? Vous avez sûrement des choses à nous dire. »





Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

____________________________________________

avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Somei Fusasaki
Messages : 399
Date d'inscription : 16/07/2015
Age : 26

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 2848
Expérience:
442/300  (442/300)

Re: En route pour le Pays de la Terre!    Dim 9 Aoû - 3:16
Le ninja marchand semblait satisfait des histoires qu’on lui racontait. Non seulement étaient-elles amusantes ou intéressantes (selon laquelle), mais elles avaient également eu l’effet désiré. Naruto avait fait part de sa rencontre avec une femme utilisant le chakra pour cuisiner. Fusasaki avait déjà entendu parler de ce genre d’artisanat, mais s’il n’avait jamais gouté de ceebu jën, quoi que cela put être. En revanche, il avait entendu parler d’une soupe insufflée de chakra Katon qui la rendait agréablement chaude, même si consommée après une heure dans le vent. L’utilisation n‘était pas la même (elle était même beaucoup plus rudimentaire dans ses souvenirs), mais c’était une idée pas assez développée dans la gastronomie d’un monde peuplé de shinobis. Naruto semblait content de son histoire, qui dut malgré tout rappeler au vieil homme que leur voyage ne leur permettrait pas de jouer les fines bouches. Sakura, en revanche, lui fit remarquer qu’elle n’avait rien de passionnant. Elle s’attendait peut-être à un récit de mission dangereuse ou à un rapport d’aventure en terres inconnues, mais force était de constater qu’il était toujours bon de raconter ce qu’on a pu découvrir comme cuisine exotique pour émerveiller l’imagination des auditeurs.

Lorsque vint le tour de Sakura de raconter une histoire, elle prit un tout petit moment pour réfléchir et présenta un court récit d’une de ses missions, durant laquelle un jeune coupe-bourse a tenté de lui subtiliser ses biens avant de se retrouver dans le rôle du bon serviteur. Ce compte devait sans doute mettre en avant la force des poings de la jeune fille, qui enchaîna avec une autre scène à laquelle cela la fit penser : une autre démonstration de force où ses poings ont pu percer une carapace de scorpion géant. Fusasaki n’avait vu qu’une fois l’un d’eux, et il était mort, son exosquelette étant découpée avec des outils pour pouvoir en extraire la viande. Si Sakura avait effectivement réussi à briser cette chitine avec la seule force de ses bras, Naruto pouvait se sentir heureux de s’être sorti indemne des quelques coups qu’il avait pu subir depuis le début du voyage.

Le visage de Sakura s’illuminait alors qu’elle comptait ses faits. Alors qu’elle avait semblé plutôt pensive à Fusasaki jusque là, cette vision lui confirma que raconter des histoires autour du feu était un bon plan pour les voyages à plusieurs, et que la différence d’âge permettait de partager des traditions différentes. Elle n’empêcha cependant pas aux deux jeunes ninjas de demander sa contribution au marchand. Il prit un peu de temps pour réfléchir, ne sachant où commencer. Sa vie de marchand lui avait effectivement permis de voir des centaines de merveilles et de faire des rencontres fantastiques, mais certaines ennuieraient quasiment certainement ses interlocuteurs : c’étaient des histoires de « vieux ». Prenant son temps, il commença lentement, comme pour être sûr de garder l’attention de chacun :

« C’était il y a longtemps… il y a plus de quarante ans. J’avais votre âge environ. »

Il espérait capter leur attention avec un début qui impliquait plus de leur imagination et enchaîna, plus rapidement :

« J’étais un jeune ninja et je suivais des études en économie, mes journées étaient bien remplies. Je ne pouvais pas suivre mes cours normalement, donc je devais étudier tard le soir pour ne pas avoir de retard sur le programme. Un de ces soirs, alors que je révisais un sujet sur lequel je serais testé le lendemain, j’ai entendu à ma fenêtre un bruit inhabituel : quelqu’un marchait là. Il faut que vous vous rendiez compte que la fenêtre de ma chambre donnait sur un petit parc au sein du complexe du clan Somei, et que celui-ci était traversé d’allées qu’on empruntait pour le parcourir. Quoi qu’il en soit, le bruit que j’ai entendu ne correspondait pas à celui de pas sur le gravier ou la pierre taillée, mais de quelqu’un marchand dans l’herbe et, surtout, sur des feuilles mortes. Je me suis doucement préparé, et j’ai pris mon matériel de ninja : je ne savais pas qui était là, mais j’étais excité. C’était la première fois que j’allais défendre mon village sans avoir reçu de mission : c’était le vrai devoir d’un shinobi. En tout cas, c’est ce que je me disais à ce moment-là. »

Il s’arrêta un court instant, se rendant compte que son histoire n’allait pas se finir de sitôt, à moins qu’il n’arrête de raconter des détails. Il reprit donc en résumant :

« Bon, j’avais entendu quelqu’un qui semblait vouloir se cacher et j’avais décidé de voir de qui il s’agissait. Je suis sorti par la fenêtre, et j’ai rapidement repéré que deux personnes, sur ma gauche, grimpaient à une corde pour monter sur une terrasse. Je ne pouvais pas voir de qui il s’agissait, donc je les ai suivis. J’ai attendu quelques secondes, et je les ai rejoints. Évidemment, ils n’étaient plus là, et la porte avait été ouverte. J’ai soudain entendu un bruit sourd, et j’ai foncé : il se passait quelque chose. Dedans, j’ai suivi un couloir ou deux et je suis arrivé à une chambre à coucher, où deux brigands, c’étaient eux, avaient assommé et étaient en train d’enlever le chef d’une des branches du clan. Ils m’ont remarqué, ils ont sorti des couteaux pour m’attaquer, pensant peut-être que j’étais juste un jeune qui était sorti de sa chambre, curieux. Bon, c’était le cas, mais j’étais aussi un shinobi, et j’ai pu les affronter. À deux contre un, mais j’étais avantagé : ils me sous-estimaient, et se gênaient mutuellement dans la pièce trop meublée. En plus, ils faisaient attention à ne pas blesser l’ancien, probablement pour leur commanditaire. Au final, je les ai mis hors d’état de nuire, et ai appelé du secours pour s’occuper de la victime. »

Guettant une réaction à la conclusion de son récit chez les deux jeunes, Fusasaki ajouta vite :

« Oh, je sais que ce n’est pas très impressionnant. Vous avez vécu des moments bien plus grandioses pour vos carrières de ninjas, j’en suis sûr. Moi-même ai participé à d’importantes missions, après. Mais cette soirée me restera toujours comme un bon souvenir de ce que c’est d’être un ninja. Et j’en suis assez fier, car l’ancien que j’ai sauvé était l’un de ceux qui parlaient contre l’éducation de ninja pour certains jeunes du clan, et cette nuit a du le convaincre de l’utilité de cette voie. »

Espérant que les deux se contenteraient de ce petit épilogue sans se demander s’il avait ou non réussi son épreuve du lendemain, Fusasaki s’étira d’un coup, comme pour se préparer à aller se coucher. Ce moment fut crucial, car, comme en réminiscence de l’épisode ancien qu’il venait juste de raconter, il entendit des bruits de pas venant d’au-delà la charrette. Il jeta un rapide coup d’œil, avant de se retourner pour voir si Naruto et Sakura avaient perçu le même bruit. Il leur souffla doucement en espérant qu’ils liraient sur ses lèvres pour compenser le très faible volume sonore :

« Je vais me cacher derrière la charrette, faites le tour pour voir ce que c’est. »

Accompagnant le geste à la parole, il se baissa et s’avança doucement vers leur véhicule. Les chevaux dormaient dans leur pose atypique. Fusasaki passa une main dans sa bourse, empoignant une trentaine de pièces qu’il éparpilla autour de lui, du feu jusqu’à la charrette après les avoir imprégnées de son chakra. Qui que ce fut, leur visiteur nocturne allait rencontrer de la résistance s’il s’attendait à pouvoir chaparder quelque chose.

Encore incertain quant au nombre d’intrus, le ninja marchand se concentra, en faisant attention à ce que sa silhouette ne dépasse pas de la forme de la charrette afin de ne pas se trahir.
avatar
Invité
Invité


Re: En route pour le Pays de la Terre!    Ven 14 Aoû - 16:22

été et travail

FT- Le marchand et la belle




Notre histoire reste encore à écrire !

L’Uzumaki répondit à la remarque de Sakura par un petit regard méprisant. Il était prêt à lui décocher une réplique cinglante si sa bouche n’était pas en ce moment même pleine. Bien sûr qu’il avait d’autres histoires à raconter. Il lui fit un signe de tête, demandant à la jeune fille de l’épater. Son visage faisait une légère grimace à la fin de la première histoire. Cette fille était effrayante. Elle ne semblait pas réaliser à quel point ce qu’elle disait était dérangeant. L’Uzumaki acquiesça et se promit de se tenir aussi éloigné que possible du sac de son amie. Le pire étant sans doute l’étrange sourire qu’elle avait arboré lors de son histoire. La seconde histoire attira l’attention du Genin, il savait que l’examen Chuunin c’était passé dans le désert et il se demandait quel genre d’épreuve on pouvait passer là-bas.

- Vous les avez même mangés ? Comment tu peux ensuite me faire des remarques sur mon histoire Dattebayo !


Comme il finissait son bol, il prit une position plus confortable, s’adossa sur le gros rocher derrière lui de sorte à se tenir en face de la flamme qui crépitait. Il se tourna ensuite vers les étoiles, respirant doucement, s’étirant, profitant du moment présent. Il se tournait ensuite vers le plus ancien d’entre eux et lorsque ce dernier prit la parole, il ferma les yeux et se laissa emporter par son imagination.

Imaginer le vieux marchand plus jeune, était une tâche assez déconcertante. Après tout lui aussi avait vécu des évènements avec la perception d’un adolescent, il avait dû lui aussi tomber amoureux, ne serait-ce qu’un instant. Il n’avait pas eu le même objectif que l’Uzumaki, ainsi le chemin qu’il avait choisi pour avancer était lui-même différent. Le ninja blond n’avait que très peu étudié, mais il était tout à fait à même de se plonger dans l’histoire du marchand.

Lorsque les premières actions commencèrent, il ouvrit les yeux, se pencha vers le marchand ne laissant passer aucun détail. Il soupira même à la fin, lorsque tout finis bien. D’un air enjoué il prit la parole.

- Héhé c’est assez impressionnant ! Je ne vous imaginais pas doué au corps à corps, Fusa-ossan. Vous êtes même peut-être plus fort que Sakura !


Finissant sa phrase, l’Uzumaki se redressa, prêt à aller se coucher. Il était assez impatient de rejoindre le pays de la terre. Les jeunes ont besoin d’action après tout. Et puis, pour être tout à fait honnête, ce n’est que lorsqu’il y avait un lien avec Sasuke ou un de ses proches qu’il était vraiment passionné. Néanmoins il appréciait tout autant ce petit interlude.

C’est alors que des bruissements se firent entendre, lorsque le Fusasaki finit sa phrase, deux clones avaient déjà surgit près de l’Uzumaki. Etant peu préparé, et ses membres étant engourdis, il attendit que le marchand sois prêt, et se dirigea d’un bond vers la zone dont il devait se charger. Il comptait prendre l’intrus par surprise, estimant que s’approcher discrètement étant moins viable. Deux clones se lancèrent donc dans les herbes tandis que lui observait de loin Sakura.

Il ressortit quelques secondes plus tard avec une légère griffure à la joue, et un petit renard dans les bras. Sans doute l’un des cousins éloigné du Kyuubi. Après l’avoir approché montré aux autres, il se débarrassa de la bête. Et après un sourire, il hocha les épaules, lança un dernier salut aux étoiles et se prépara à aller se coucher.







(c) MEI


avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Haruno Sakura
Messages : 32
Date d'inscription : 03/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 495
Expérience:
160/300  (160/300)

Re: En route pour le Pays de la Terre!    Jeu 20 Aoû - 19:13
« Mes désirs les plus fous »
Always Love
J’écoutais avec attention les histoires que nous comptait Fusasaki-san en m’imaginant en même temps les différentes scènes dans ma tête. Mes coudes étaient posés sur mes genoux tandis que mon menton appuyait contre le dos de ma main. Mon regard était ancré sur mes deux coéquipiers alors que mon esprit était emmené par leurs récits. Perdue dans mes pensées, ce sont des petits tintements qui me sortaient de mes songes. Le vieil homme s’empressait de faire le tour de la charrette pendant que Naruto s’était précipité avec deux clones sur le lieu d’où provenait le bruit. Je les regardais, me tenant debout et droite, les poings serrés, prête à me défendre. Finalement, l’Uzumaki ressortait tout fier du buisson, un petit renard dans les bras. De l’affolement pour rien. Mes yeux brillaient à la vue de cette petite chose toute mignonne vers laquelle je m’approchais. Je poussais un petit soupir d’exaltation en le caressant. Il ne fallait pas grand-chose pour me faire sourire, je devenais aussi douce qu’un agneau lorsqu’un animal aussi chou se présentait à moi. Que voulez-vous, qui ne craquerait pas devant ?

Après quelques secondes, le blondinet le laissait partir. Il était l’heure pour nous de dormir. La nuit serait courte et demain se terminait notre voyage. Je me glissais à l’intérieur de mon duvet qui me couvrait à hauteur de mon nez. Les nuits étaient fraiches malgré la forte température qui régnait la journée, je ne voulais pas attraper froid, pas maintenant !

« Bonne nuit. » Glissais-je à mes coéquipiers en fermant les yeux.

Je me laissais partir dans un profond sommeil dans lequel je tombais au bout de quelques minutes.

Intensément endormie, je sentais néanmoins une présence tout près de moi. Une sensation étrange m’envahissait, l’impression que quelqu’un me touche bien que vous ne le voyait pas. Soudainement, je sentie un léger poids sur mon épaule, une main était posée.

« Sakura. »

Cette voix, je ne la connais que trop bien. Lentement j’ouvrais un œil puis deux lorsque je croisais son regard, ces magnifiques yeux que je n’avais pas oublié. Je le regardais d’un air étonnée, choquée pratiquement. La fatigue avait disparu tout d’un coup, comme par magie. Il était là, tout près de moi, si près de moi… Quelques centimètres seulement nous séparaient.

« Sas… » Il me coupait en posant un doigt sur mes lèvres.

« Chut. Il ne faut pas les réveiller. » Disait-il.

Je restais silencieuse, j’en perdais mes mots. Je ne savais pas quoi dire, je ne savais pas quoi penser, j’étais abasourdie par ce que je voyais. Tout se mélangeait dans ma tête, à tel point que même réfléchir m’était impossible. Ma raison m’échappait, mon souffle était coupé tandis que mon corps faisait un vacarme incessant en frappant dans ma poitrine, je n’entendais que lui et ne voyait que ses yeux noirs, le reste n’existait plus.

Je restais allongée alors qu’il était accroupi à côté de moi, légèrement penché sur mon corps, sa main tenant toujours mon épaule. Mon regard était perdu dans le sien, mon esprit s’en était allé avec. Délicatement, il venait poser ses doigts sur ma joue devenue brulante et couleur framboise à la fois. Son geste s’étendait de plus en plus bas, sur mon cou puis le long de mon corps parcouru en même temps d’un puissant frisson. Je le fixais sans avoir le pouvoir de réagir, comme si toutes mes forces m’avaient quitté. Je ne pensais  strictement  à rien, je n’en avais plus les capacités, étant devenue totalement impuissante. Son regard était si intense, j’avais l’impression qu’il pouvait lire à travers moi. J’étais sa chose, je ne pouvais plus rien faire et lui faisait ce qu’il désirait. Il s’approchait de plus en plus et passait une jambe par-dessus moi afin de se retrouvait à quatre pattes au-dessus de moi. J’étais terriblement gênée et totalement pétrifiée en même temps, absorbée par lui, je me fichais totalement de ce qu’il pouvait me faire. Il était toujours aussi beau, le regard incroyablement froid et le visage si serein. Tout ce que je faisais, c’était le regarder sans rien faire et le laisser agir à sa guise. Ses mèches ébènes qui encadraient sa figure volaient tout près de mon visage, frôlant ma peau à plusieurs reprises et me procurant à chaque fois de forts frémissements. Il était si proche, je pouvais même sentir son souffle chaud sur mes lèvres entre ouvertes. J’inspirais un grand coup afin de m’imprégner de son odeur, celle de sa douce peau. Il me procurait une sensation si agréable, je voulais que le temps s’arrête, là, maintenant, tout de suite. J’étais si bien, pourquoi ne pas continuer ? Il s’approchait encore, de plus en plus. Les battements de mon cœur résonnaient en moi, le monde s’était stoppé, il ne restait plus que lui et moi.  Son visage avançait, encore, encore, il était n’était plus qu’à quelques centimètres de moi, puis quelques millimètres. Je regardais ses lèvres qui me donnaient envie d’y gouter, juste un peu… Une seconde, peu importe. Je les désirais plus que tout, je ne désirais que lui. Sa respiration devenait mienne, nos lèvres allaient enfin se rencontrer. J’étais emportée. Je fermais les yeux, prête à ressentir et profiter de ce formidable instant.

Un violant sursaut me réveillait, cette sensation de tomber d’un précipice était effroyable. Je me redressais sur mon duvet, nous étions à l’aube, le soleil se levait tout juste au loin. Tout cela n’était qu’un rêve. Je perdais mon regard sur mon corps encore recouvert, comme pour essayer de distinguer une trace qu’il aurait pu laisser mais il n’était rien. Mon visage prenait soudainement un air triste. Si seulement cela avait pu être vrai. Je me levais, difficilement, pour aller réveiller Naruto et Fusasaki, doucement. Je n’avais pas le cœur à être enthousiaste aujourd’hui. Je restais silencieuse jusqu’à ce qu’on quitte notre campement et même encore après sur le chemin d’Iwa. J’étais déprimée, je n’avais pas le goût de sourire ni de parler. Je repensais à cette nuit que j’avais passée, du moins, que je croyais avoir passé avec amertume, alors que nous arrivions enfin à notre point de rendez-vous…


HRP : Suite de la mission ici.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

____________________________________________

avatar
創業者 | Personnage Non-Joueur
創業者 | Personnage Non-Joueur
Correcteur
Messages : 179
Date d'inscription : 15/05/2015


Re: En route pour le Pays de la Terre!    Jeu 5 Nov - 16:39
Correction de Somei Fusasaki


   

   
Positif,

   RP intéressant, belle introduction pour ta mission. Petit passage sur le passé ninja de Fusasaki, c'était sympa car c'était raconté par lui-même aux deux compères.  


   

   
Négatif,

   Attentions aux fautes d'orthographe, c'est le plus gros point négatif ici. Par ailleurs, ton texte n'est pas assez aéré, aussi bien à la lecture que sur le code. Dommage qu'il n'y ait pas de codage.


   
Récompense PE = 35 PE


Récompense PE pour l'ancien Naruto = 29 PE


Récompense PE pour Haruno Sakura = 35 PE

   
Peak of Shinobi
   

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Personne ne peut m'empêcher de faire ce qui est bon pour mon pays »
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» ''Je peux me battre pour mon pays, mais ne me demandez pas de mentir pour lui.'' // Elias Johnson
» Le 09 juin... En route pour les plaquettes...
» En route pour les havres gris ...

Sauter vers: