Side Menu

Formation d'une équipe pas comme les autres ( Pv Team Turquoise )
Partagez | 
avatar
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Jinchûriki de Nanabi | 忍 Nukenin
Lao Ren
Messages : 142
Date d'inscription : 08/07/2015

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 0
Expérience:
280/500  (280/500)



Journée difficile ?
Pas d’humeur, flemme totale, bref, une belle journée qui s’annonçait. Pourtant, alors que j’allais ENCORE m’amuser à planter mes “ élèves “, voilà qu’un tiers vint m’emmerder. Nanabiche semblait vouloir me faire la morale à la place de Misaki - fraîchement rentrer - ou d’autres ninjas que je côtoie. Bref, incapable de trouver la paix sans avoir droit à des remarques ici et là, c’est donc de moi-même - bien qu’on m’a forcé la main - que je me décidais à aller au lieu de rendez-vous fixé par la Mizukage en personne. Rapport etcetc, tout serait fait pour officialiser la formation de l’équipe que j’encadrerais. Pourquoi j’étais devenu sensei déjà ? Ah oui, pour mieux m’intégrer au village. Et le pire dans l’histoire, c’est que c’est mon idée, mon initiative.

Bref, lavé, petit déjeuner dans le ventre, j’étais fin prêt à partir à l’action. M’armant de mon gilet et de quelques outils pour me battre éventuellement, je vins à réfléchir à où se rendre. Ah oui, le terrain d’entrainement... Trop classique comme endroit, mais pourquoi pas. 9h, le rendez-vous était fixé à 8h50.. Oui, je suis en retard et double oui, je m’en foutais comme ma première sucette. Arrivant comme une fleur donc, j’étais visiblement bel et bien le dernier sur place. Dommage, m’enfin, j’avais pas pris de friandises sur le chemin pour me faire pardonner.

Ainsi donc, cessant de courir - faussement, car je m’étais pressé que sur les derniers mètres du trajet - je me plaçais face à mes trois recrues avant de simplement sourire à ces dernières, comme si tout était normal.

“ Je me suis perdu en chemin, pardonnez moi. “


Je m’en foutais d’être pardonner ou non, mais ça, c’est qu’un détail. Sur les trois d’ailleurs, j’en reconnu un immédiatement à qui je lançais un grand sourire, enthousiaste rien qu’à la vision de son petit minois.

“ Oooooh, Soso, quel plaisir de te revoir. Tu t’es remis de la mission à Suna ? On va pouvoir se cotoyer plus souvent, cache ta joie, il ne faudrait pas faire peur aux autres d’accord ? Be a good boy, tout va bien se passer. “

Lui faisant un clin d’oeil, finalement, je tournais mon attention sur les deux autres afin d’empêcher Soso de réagir immédiatement. Mieux encore, je pris les devants pour empêcher une quelconque tentative de dire une quelconque vérité abusée à mon sujet.

“ Pour faire simple, je le connais déjà, mais rassurez vous, même si je sais qu’il m’adore, je ne ferais pas de favoritisme. Bon, on a du pain sur la planche. On fait les présentations histoire qu’on s’appelle pas via des mots comme ‘ lui, elle, hey, toi-là, l’autre ‘, bien qu’en soit je m’en fou pour dire vrai. Moi c’est Ren, votre sensei, et le reste vous le découvrirez plus tard car je suis pas un psy pour jeune précoce comme Soso. Doooonc, vous, c’est comment ?
Oh, Soso, tu y échappes à cette étape, sauf si tu veux te présenter à tes amis, ou leurs avouer certaines choses. “


Souriant franchement à ces derniers, même si je me fichais de leurs regards par rapport à moi et mon comportement, je prenais très à coeur ce nouveau “ job “ que je m’étais imposé. Et d’ailleurs, je me mis à les tester mentalement via une simple phrase.

“ Autant vous prévenir, vous allez en chier mais vous serez l’élite de Kiri. Et on va commencer par une course de trois heures dans les alentours de Kiri. Le but sera simple, vous devrez tenter de m’attraper moi, ou un objet précis en moins de trois heures, sans quoi, vous aurez droit à une surprise. Bon aller, soyez pas timide, je mords pas. “
© ASHLING

____________________________________________

Lui et moi...

Nous iront loin .

Dita | Epicode
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Soren
Messages : 29
Date d'inscription : 13/02/2016
Localisation actuelle : Kiri

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 120
Expérience:
0/0  (0/0)

Formation d'une équipe

Lao Ren, Jônin de Kiri. Ce jeune homme à la chevelure flamboyante avec lequel j'ai déjà effectué il y a peu une mission importante au Pays du Vent. Au-delà de ces quelques faits, tout ce que je sais est qu'il m'horripile comme rarement l'occasion m'en a été donnée. Il y a bien l'un de mes désormais anciens compagnons qui parlait trop à mon goût - chose étrange alors que j'apprécie son frère aîné tout comme son cadet -, ainsi que le chef d'un autre groupe de mercenaires avec lequel nous faisions parfois équipe. Ce dernier pensait davantage à foncer dans le tas qu'à réfléchir, ce qui avait eu pour conséquence de nous opposer à plusieurs reprises, et ce plutôt farouchement avant qu'il n'admette l'utilité de mes réflexions - et que je fasse de même à contrecœur concernant sa force primordiale au combat. Ren, malgré une simple mission effectuée avec lui mais un trajet de plus d'une semaine au total, a cependant surpassé de loin les deux précédents. Il ne prend rien au sérieux, ignore tout et tout le monde et, surtout, prend un malin plaisir à se moquer d'autrui, moi en particulier étant donné que je fus le premier à réagir à sa stupidité.

Le Jônin profite donc de mon comportement que je sais atypique, je ne m'en suis jamais caché. Il ne voit en moi qu'un gamin pédant trop sérieux pour mon âge. S'il savait qu'il a faux sur toute la ligne ... Premièrement, je ne suis pas un enfant, je pourrais être son père, aisément. Deuxièmement, je ne cherche pas à être celui qui sait tout. Je suis bien instruit et, il est vrai, plus intelligent que la moyenne, mais je ne souhaite pas en jouer. En revanche, l'idiotie d'un tiers m'irrite et je ne peux pas m'empêcher de le lui faire remarquer. Enfin, et troisièmement, je ne suis pas sérieux, simplement direct. Quoique l'ensemble fait de moi un homme sérieux sans aucun sourire, je l'admets, mais ce point n'ayant rien d'étrange pour mon véritable âge. Le shinobi supérieur a profité de mon caractère et s'est amusé avec de puériles réflexions durant notre temps ensemble et, même s'il s'est finalement avéré particulièrement utile et compétent sur le terrain au cours de notre mission, j'ai fini par adopté une attitude envers lui semblable à celle envers bien d'autres : j'ignore, je me tais et j'agis selon ce qui est demandé.

Pourquoi parler de cet homme en particulier ? Car il s'avère que la sentence est tombée ; cela fait plus d'un mois qu'Aiku et moi avons grossis les rangs du village de Kiri par notre intégration en tant que Genin de la Brume et la Mizukage a décidé de nous affecter à des équipes. Je dis bien "des" en effet, Aiku et moi étant séparés malgré notre vœu de ne pas l'être et la promesse faite par Meï à l'écoute de celui-ci. Néanmoins, selon ses dires, de nombreuses équipes ont été remaniées récemment et il fallait s'adapter.

- Vous séparer de votre ami par moments vous sera bénéfique, me fit l'Ombre en aparté après l'annonce de la nouvelle. Le vouvoiement qu'elle emploie à mon égard lorsqu'il n'y a personne d'autre autour est dû au fait qu'à elle aussi, je pourrais être son paternel. Vous pourrez vous ouvrir à d'autres personnes en dehors d'Aiku, avec qui vous partagerez toujours votre appartement et votre temps libre. A-t-elle oublié la raison de ma venue en ce lieu ? J'ai suivi Aiku, comme je le suivrai toujours, afin d'être son bras droit dans tout ce qu'il entreprendra dans le futur. Comment le soutenir et l'aider si nous sommes envoyés sur des missions différentes avec d'autres équipiers ? Et puis si cela vous déplaît, vous n'avez qu'à passer Chûnin le plus vite possible, avait poursuivi Meï. Vous avez tous deux amplement le niveau et, une fois Chûnin, vous pourriez être ensemble en mission. Un compromis acceptable, Aiku lui-même m'ayant dit qu'il me fallait découvrir davantage de monde tout en restant vigilant sur mon identité ; plus que quiconque il avait été témoin du traitement à mon égard lorsque l'on comprend qui je suis.

Malgré tout, outre la séparation de mon binôme avec mon unique ami, c'est le fait d'avoir ce Ren pour sensei qui me fit tomber les bras sur le coup. Parmi les centaines de Jônin que comptait le village, il fallut que je tombe sur lui, le seul que je connais et, ma foi, le seul que je souhaitais éviter. Mais qui sait ? La dernière fois que je l'ai vu, il n'était qu'un Jônin lambda sans responsabilité. Peut-être le fait d'avoir trois jeunes gens à sa charge le rendrait plus mature et responsable.

Ceci était une utopie. Nous - moi et les deux autres Genin aux noms inconnus - avions rendez-vous avec lui sur le terrain d'entraînement trois jours après notre affectation, de bonne heure. Je m'y étais rendu naturellement, le plus tard possible afin d'éviter de parler avec qui que ce soit avant et, après trente minutes d'attente vaine, avais décidé de rebrousser chemin malgré l'avis contraire des deux jeunes qui estimaient que l'on pouvait attendre encore. Ils accusèrent mon refus et je me retirai froidement. Les seule choses que j'appris au cours de cette demi-heure furent les identités de mes partenaires : Tanaka Hikari, une jeune fille frêle, et Suishi Tarou, un garçon au visage joyeux. Je ne m'intéressai pas au reste et restai dans mon coin avant mon départ.

Ceci s'est passé il y a une semaine de cela et, selon les ouï-dires, la Mizukage aurait intimement commandé au Jônin de venir à ce nouveau rendez-vous. Nous y voilà, à l'heure précise donnée par le responsable. Comme prévu, Tarou est là. Il s'agit d'un petit gars de treize ans maximum, arborant de grands yeux curieux et expressifs aussi sombres que sa chevelure désordonnée. Il semble presque impatient de commencer cette nouvelle aventure. Hikari est tout aussi présente. Il ne s'agit encore que d'une fillette, bien qu'elle soit probablement plus âgée que moi lorsque je rejoignis le village caché de Yû et y devint shinobi. Des cheveux brillants au soleil et de beaux yeux bordeaux peu courants, elle semble également contente d'être ici, mais peut-être me trompé-je. Pour ma part, je suis arrivé au lever du jour, accompagnant mon colocataire à son entraînement à l'épée. Je l'ai observé les trois quarts du temps et lui ai lancé quelques ninjutsu avant qu'il ne décide de partir pour me laisser avec mon équipe qui n'allait pas tarder. Tarou apparut seulement dix minutes après son départ et c'est un simple salut de la tête que je lui décochai, assis en tailleur au pied d'un arbre.

L'heure est passée depuis plusieurs minutes maintenant, et le fameux chef d'équipe n'est toujours pas là. C'est d'un profond soupir que je souligne son absence, ne manquant pas d'attirer probablement l'attention des deux autres sur moi. Ils n'ont pas encore tenté d'engager pleinement la conversation, mais cela ne devrait tarder. C'est à moi de faire un effort.
Cependant, des bruits de pas se font enfin entendre et, à ma grande surprise, la tignasse rouge flammes de Lao Ren apparaît sur les lieux. Ce dernier semble avoir couru pour nous rejoindre. Se moque-t-il de nous ? A-t-il oublié que je suis là ? Cet homme est bien le dernier à courir pour se rendre en un endroit, il ne me fera pas avaler le contraire. Puis les répliques fusent, adressées à tous mais davantage à mon égard. Je me suis levé à son arrivée mais c'est les yeux fermés que je me rapproche de mes trois nouveaux comparses, tentant d'ignorer la bêtise humaine. Il est probable que ses propos paraîtraient drôles pour d'autres, mais je suis principalement dénué d'humour depuis bien des décennies. Pour finir, mon sensei - cela me coûte de le nommer ainsi - nous annonce la couleur et propose trois heures de course afin d'attraper l'on ne sait trop quoi. Il lui faudrait vite se décider ...

- Je m'appelle Soren, fais-je à l'attention des deux autres Genin, non Soso'. D'ordinaire, ma présentation s'arrêterait là, mais les paroles d'Aiku me reviennent à l'esprit et je me force de poursuivre ... un minimum. J'ai quinze ans, je suis arrivé à Kiri il y a près de six semaines et j'excelle en Ninjutsu. Certains diraient ce qu'ils aiment et ce qu'ils n'aiment pas, ce qu'ils souhaitent pour leur avenir, et tout un tas de choses personnelles. Personnellement, n'aimant et ne détestant rien - hormis la mentalité humaine -, je préfère ne pas m'aventurer sur ce sujet. Par ailleurs, Ren ne m'y a pas contraint. Peut-être un jour me confierai-je davantage à mes coéquipiers, Ren y compris, au sujet de ma personne, de mon passé, de mon âge, de mon nom et de tout ce qui l'entoure. En espérant que ceux-ci ne le découvrent ou comprennent pas d'eux-mêmes avant. Mais pour cela, il me faut d'abord avoir confiance en eux comme j'ai confiance en Aiku. Quant à la course proposée par le sensei, s'il la souhaite il n'a qu'à s'élancer plutôt que de rester là. Mais je suppose que le garçon et la fille à ma droite vont d'abord prendre la parole ...


NenaKonstanZ


____________________________________________

"Humans ... I have no sympathy for them."
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Suishi Tarou
Messages : 2852
Date d'inscription : 04/04/2015
Age : 25
Localisation actuelle : Kiri Kiri Kiriiiiiii

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 1838
Expérience:
4/100  (4/100)

http://peak-of-shinobi.forumactif.org/

Kiyô | 起用

jeudi 5 mai


Je suis inquiet...



>.< Je crois que je me suis trompé. Non, c'est pas possible. Enfin... arf ! Bon, je m'explique. En fait, aujourd'hui, c'était le jour de la rencontre avec l'équipe. Grosse angoisse. Le rendez-vous était au terrain d'entraînement, ce matin. C'est sûr, je l'ai noté sur un post-it que j'ai sous les yeux là, maintenant. D'ailleurs, je vais le coller ici, comme ça plus d'excuse.





Je suis pas fou ! C'est écrit : rendez-vous à huit heures cinquante aux terrains d'entraînement. Bon. Faut que je me fasse confiance un peu ! J'y suis allé à ce rendez-vous et figurez-vous qu'on était trois à y être. Vous devez vous dire que ça devrait me mettre en confiance. Trois à avoir reçu le même message, bon... Seulement voilà, le sensei n'est jamais arrivé. Du coup, on est partis au bout d'un moment. La grande tige qui a l'air triste avec son truc rouge sur le front est parti le premier. Il a dit que ça servait à rien de rester plantés là. Avec la fillette, on s'est regardés l'air de dire « il est fou ou il a raison ? » et puis j'ai fini par partir aussi. Seulement voilà, je me dis que c'était peut-être un piège tendu par ce garçon. Si ça se trouve, il a voulu m'encourager à partir pour que je sois absent ! Si ça se trouve je peux être recalé à cause de ça... Non mais c'est stupide ha ha ! Faut pas exagérer, je suis un peu paranoïaque quand même.



…je vais retourner là-bas quand même, histoire de vérifier.



[…]


jeudi 12 mai


Bon, cette fois-ci, la rencontre a bien eu lieu. Je suis rincé, mais je vais prendre le temps de raconter tout ce que je me rappelle. Je suis arrivé sur les lieux après Soren — dont on ne connaît toujours pas le nom de famille au demeurant. Il me faisait un peu froid dans le dos au début. Enfin, ce n'est pas qu'il fasse peur, loin de là, mais quand même. Voir ce garçon plus âgé, son air blasé, détaché, le rend intimidant. Il sait clairement plus de choses que moi — après tout, qui en sait moins ? Hikari peut-être, et encore... Bon j'exagère un peu. Il a quinze ans et il est genin, c'est que ça ne doit pas être un génie. Bref. Pour meubler le temps, j'ai vérifié que j'avais bien tout mon équipement : trois kunais, cinq shurikens et dix senbons, plus la petite fiole que papy m'a donnée et dont je ne sais pas vraiment quoi faire. J'ai essayé de trouver une position confortable, de copier l'air hautain et froid de Soren, mais j'ai eu l'air plus pathétique qu'autre chose. Heureusement qu'il ne m'a pas regardé, j'aurais été rouge comme une pivoine — mais quand même, il pourrait regarder les gens de temps à autres, ça ne le défigurerait pas...



Le maître est arrivé avec dix minutes de retard. À la base j'étais inquiet et fâché vu qu'il n'est pas venu du tout la semaine dernière, mais quand j'ai vu qu'il courait pour rattraper les minutes, j'ai regretté les choses méchantes que j'ai pu penser de lui sans le connaître ; ça arrive à tout le monde d'être en retard et puis ce n'est pas comme si on partait en mission. Du coup, je me suis incliné en signe de salutation et de respect, comme papa me l'a appris — il disait qu'il fallait toujours respecter ses supérieurs. Mais voilà, en fait, il n'a même pas remarqué vu qu'il a continué à parler. Je me suis donc encore senti stupide. C'est pas facile de rencontrer des gens en vrai, même quand on s'y est préparé pendant des mois. Il s'est tout de même excusé de son retard puis a commencé à se moquer de Soren qu'il connaissait déjà. Ça m'a surpris de la part d'un sensei, je pensais qu'ils étaient plus professionnels, plus durs et froids... J'ai été particulièrement surpris qu'il fasse un clin d'œil à la grande tige. Il a aussi dit des choses que je n'ai pas comprises, notamment quand il a appelé Soso « un jeune précoce » ; je ne vois pas à quoi il faisait référence.



Quoi qu'il en soit, il s'est finalement présenté en tant que Ren. Apparemment, il ne compte pas vraiment être derrière nous tout le temps. Je sens que ça va être différent de l'académie rien que parce qu'il nous a dit qu'il n'était pas psychologue et, en gros, pas baby-sitter. Il a même l'air de n'en avoir rien à faire de nous en fait. Après est-ce qu'il dit la vérité ou est-ce qu'il fait semblant, je ne sais pas. Toujours est-il qu'il est désagréablement gentil, ou gentiment désagréable à voir. En tout cas, je l'aime bien bizarrement. Il dégage quelque chose de sympathique, un mélange de bonne humeur et de nonchalance qui ne laissent pas indifférent. Il semble prendre très au sérieux notre entraînement et ça c'est important — quoi qu'un peu inquiétant. Comme il dit, on va « en chier », d'ailleurs on en a chié ce matin, mais ça c'est pour plus tard, mais je me sens déjà plus fort rien que de l'avoir pour maître.



Soren s'est donc présenté à nous, sans dire grand chose — à part qu'il n'est pas de Kiri visiblement et qu'il ne faut pas l'appeler « Soso », chose que je n'aurais jamais fait car ce surnom est à mes oreilles bien laid. Si, il a quand même dit : « j'excelle en ninjutsu », rien que ça. Je serais curieux de voir ça, tiens. Bon je ne suis pas un as moi-même, pas du tout même, mais j'ai déjà vu maman pratiquer le ninjutsu et franchement, c'est quelque chose. Je veux bien qu'il soit aussi froid qu'il le veut, mais c'est un peu prétentieux de se dire excellent dans un domaine quand on a quinze ans, non ? En tout cas, mamie est d'accord avec moi. Bref, il m'énerve. Du coup, j'ai timidement fait ma propre présentation avec beaucoup plus d'humilité, limite en m'étalant par terre, comme si j'avais si honte des mots de Soren que je voulais les atténuer en en prononçant de moindres.



— Hajimemashite. Je m'appelle Suishi Tarou. J'ai été diplômé de l'académie il n'y a que deux semaines. Je suis impatient de faire équipe avec vous deux et de recevoir les enseignements que vous pourrez nous apporter, Ren-sensei. J'espère être à la hauteur de vos attentes aussi grandes soient-elles.


J'ai de nouveau courbé l'échine, certain cette fois d'avoir bien été remarqué. Je m'attendais à ce que Ren-sensei éclate de rire, mais peu importe : j'avais bien l'intention d'être honnête dans mes rapports avec mes trois coéquipiers car, comme dit maman :



Cacher quelque chose, c'est se tendre un piège.

____________________________________________


Merci Belle Gosse ♥️

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)

Sauter vers: