Side Menu

Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Hyuga Yume
Messages : 385
Date d'inscription : 01/04/2016
Age : 20
Localisation actuelle : Dans le village

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 200
Expérience:
125/200  (125/200)

My soul is broken since you left me    Jeu 12 Mai - 18:20
Il y a quelques jours, ma mère est rentré d'une mission légèrement blessée au torse, il n'y avait rien de grave, elle avait dû affronter une bande de nukenins je ne sais plus où. Elle allait très bien ! Son teins de peau était aussi frais que celui d'une rose en plein cœur de sa jeunesse ses cheveux mi-long toujours aussi noir sans le moindre filament d'argent dans sa crinière souple, qui jamais n'était attaché. Il lui tombait harmonieusement autour du visage en boucle légères et souples. Elle portait comme beaucoup de membres de la branche secondaires une frange qui cachait son sceau de l'oiseau en cage. Quoi que fasse ma mère, elle semblait toujours avoir vingt ans, elle n'avait pratiquement aucune ride, si ce n’est les rides du rire, qui était dessiné autour de sa bouche. Haru Hyuga, ma mère, trouvait toujours le moyen de rire et de sourire, c'était avec elle et Nyuuwa que j'avais passé les plus belles soirées de ma vie. Ma mère, était toujours présente quand j'avais besoin d'elle, jamais elle ne m'a laissé tombé, moi ou ma sœur. C'est la douceur même. Et pourtant, ma mère était une combattante farouche qui n'avait que peu d'hésitation pour combattre et affronter les ennemis. Et pourtant oui, ma mère a était blessé lors d'une mission

Au début, lorsqu'elle est rentré elle nous a rassuré ma petite sœur et moi. Mon père étant en mission pour une longue durée. Cela faisait deux jours qu'il était partit et il ne devait pas rentrer avant au moins un mois. Voir deux dans le pire des cas. Ou alors, il ne reviendrait pas. Mais, ceci était peu probable... Enfin, ma mère était rentré depuis trois jours quand elle commença à se sentir mal. Sa blessure ayant pourtant déjà commencé à cicatriser. Pourtant lorsque je l'avais ôté le pansement j'avais clairement vu de fines lignes bleuâtres et noirâtres sous sa peau. Elle les avait vu, et pourtant elle était resté parfaitement calme. Alors que je commençais à paniquer, elle me sourit et prépara tranquillement le repas. Voulant être sûre que ce soir je n'aurais rien d'autre à faire que de réchauffer les plats qu'elle préparait elle. Elle se rendit seulement après à l’hôpital

Trop inquiète pour rester en place je l'accompagnais, Nyuuwa était à l'académie. Rapidement ma mère fut prise en charge. Et les testes furent fait. L'évidence sauté au yeux mais les médecins voulait être sûr de ce qu'avait ma mère. Empoisonnement fut le verdict. Ma mère fut immédiatement conduite dans une chambre et je m'installais dans le couloir pendant qu'elle parlait aux médecins. Qui sortirent trente minutes plus tard. Je rentrais timidement dans la chambre et ma mère me sourit. M'installant près d'elle je posais ma tête contre son épaule, elle me caressa le crâne avec douceur sans parler. Au bout d'un moment on toqua pour nous informer que les visites étaient finit. De toute façon c'était l'heure d'aller chercher Nyuuwa à l'académie. J'embrassais ma mère en lui promettant de venir demain avec des livres et autre. Elle se contenta de me sourire

Nyuuwa ne dit rien en apprenant la nouvelle, pourtant je vis une petite lueur s'allumait dans son regard. Elle était inquiète. Je me levais tôt pour lui faire son petit déjeuné et son bento le lendemain matin. Elle partit en me laissant un petit quelque chose pour notre Mère. Je me rendis à l’hôpital dés que je pus me rendre dans la chambre de ma mère. Elle  semblait plus pâle que la veille . Elle avait les yeux clos lorsque je rentrai, elle les ouvrit après quelques secondes. Elle avait de la fièvre et sa peau était brulante. Elle me sourit comme d'habitude. Je lui tendis les livres et le petit quelque chose de Nyuuwa qui s'avéra être un dessin et on commença à discuter un peu. Une demi heure plus tard on toqua à la porte

-Entrez ! Lançais-je

Qui cela pouvait-il bien être ? Je me rappelais soudain que ce matin j'étais sensé avoir entrainement avec mon équipe. Quelle gourde j'étais ! Je n'avais pensé qu'à moi et à ma mère, pas aux autres, j'espérais qu'ils n'étaient pas en colère contre moi. Ou bien c'était des amis à ma mère ou ses collègues que j'étais passé voir hier avec ma petite soeur pour les prévenir. Au choix.

____________________________________________


Merci Aimi !

Spoiler:
 

avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Aburame Hako
Messages : 22
Date d'inscription : 12/05/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 0
Expérience:
0/200  (0/200)

Re: My soul is broken since you left me    Jeu 19 Mai - 20:39
Visite imprévue

Chose inhabituelle pour elle, Hako hésitait, dansant d'un pied sur l'autre devant la porte.
Déjà, elle n'aimait pas trop les hôpitaux. Pour elle, même s'ils étaient nécessaires voire bienvenus, ils restaient  synonymes de blessures, de maladies et donc de déplaisir et de faiblesse.
Et puis, ce calme besogneux, cette tranquillité forcée au nom du repos et de la récupération ne cadraient guère avec le tempérament bouillonnant de la jeune kunoichi...

Mais las, son père l'avait chargée d'une livraison pour les labo de Konoha et elle n'avait pas voulu se dérober devant une telle marque de confiance qui allait la rendre (encore plus que d'habitude) fière d'elle-même une fois menée à bien.
Mais quand même, il faudrait voir si elle ne pourrait pas refaire qualifier ça en mission de rang D... Ça lui ferait un peu d'argent de poche. Et n'était-ce pas une honte que les clans utilisent, non exploite même, leurs rejetons pour le moindre service au lieu de payer des ninjas comme tout le monde ?

Bref, elle s'était acquittée de la tâche, livrant rouleaux, parchemin set diverses fioles "de la plus extrême importance" au département de toxicologie de Konoha.
Hako avait d'ailleurs remarqué que l'établissement était plus pimpant et mieux doté depuis sa dernière visite. Sans nul doute l'effet d'avoir Tsunade-hime comme Hokage.
Les médecins semblaient à la fois ravis et craintif en parlant de la Sannin... Visiblement, elle les menait à la baguette et cette pensée amena un sourire amusé sur le visage de la petite kunoichi.

Hako ne comptait pas s'attarder et allait sortir quand un membre du clan Hyuga l'interpella. A voir son regard, il l'avait reconnue (ce qui n'était guère difficile vu les tenues qu'affectionnait la kunoichi vert-pomme). Elle grimaça, se demandant ce qu'il pouvait bien lui vouloir et si ça avait un rapport avec la fois où l'imprévisible jeune fille avait tenté de s'introduire discrètement dans leur quartier (un échec retentissant, alors qu'elle espérait prendre en défaut leurs yeux magiques).
Mais non, il ne s'agissait pas de réprimandes, mais d'une demande de service. Il lui demanda si elle était amie avec une certaine Yume de son clan.

Hako acquiesça. Parler d'amitié était un bien grand mot : elle n'avait fait qu'entre-apercevoir la jeune demoiselle du temps de l'Académie, mais cette dernière lui avait sauvée la mise lors de son intrépide aventure (non) furtive au quartier Hyuga. Elle lui avait même fait visité et ensemble elles avaient joués un petit moment avec sa petite sœur Nyuuwa, avant que les adultes se demandent ce que fichait là une Aburame et ne la reconduisent poliment mais fermement chez elle.
Hako espérait que Yume n'avait pas eut d'ennuis à cause d'elle après ça...

Humm... En y réfléchissant, s'inquiéter pour Yume comme ça semblait bien indiquer qu'elles étaient amies. Cela troubla un instant l'Aburame : pouvait-on devenir ami avec quelqu'un sans s'en rendre compte ? Il faut dire qu'avec son attitude bravache à la limite du suicidaire, ses vantardises, son hyperactivité et son apparence "hors-norme" n'avaient pas vraiment aidés Hako à se faire des amis (et ne parlons pas du fait qu'elle soit un nid à bestioles ambulant... Cela avait tendance à faire plisser des yeux de dégouts les autres kunoichi, même si le clan Aburame avait le respect de tous. C'est juste qu'on voulait pas les respecter de trop près...).

Et c'est ainsi qu'Hako se retrouva charger d'une nouvelle mission : porter un message à Yume.
Apparemment, sa mère était hospitalisé, ce qui ajouta à la gêne de l'Aburame et mena à tant de tergiversations devant une porte.
Ayant fini par se décider, elle respira un grand coup et frappa à la porte, se retenant à grand peine de tambouriner ou de frapper une mélodie, comme elle l'aurait fait chez elle (ou ailleurs).

"Entrez !" lança la voix de Yume, étouffée derrière la porte. Déjà qu'elle avait un volume plutôt faible naturellement.
Ne pouvant se dérober à présent, Hako afficha son plus grand sourire et entra.

"Salut Yum-yum !" balança-t-elle d'un ton joyeux un poil forcé, improvisant un surnom pour la Hyuga. Non, mais regarder ces joues douces, on en mangerait !
L'Aburame ne savait pas trop que dire. Elle étouffa un "ça va ?" juste à temps, son cerveau arrivant pour une fois à rattraper ses paroles avant qu'elle ne dise une bêtise.
Evidement, que ça n'allait pas.
Il y avait une belle dame Hyuga allongée dans un lit d'hôpital. La mère de Yume.
L'esprit analytique qui se cachait derrière le cerveau bouillonnant (et parfois brouillon) d'Hako enregistra la pâleur, les légers tremblement, l'éclats d'une sueur qui n'était pas dû à la chaleur de la pièce. Fièvre. Maladie. Impuissance. Tout ce que détestait l'Aburame.

"Bonjour, madame Hyuga..." continua Hako, essayant de ne pas paraître trop mal à l'aise ou impolie. Elle n'avait d'ailleurs pas la moindre idée de comment s'adresser à la noble Hyuga. Les cours d'étiquette étaient tellement chiant...

"J'espère que vous allez aller mieux." poursuivit-elle, avant de se mordre la langue. Cette fois, son cerveau n'avait pas été assez vif. Elle n'avait pas la moindre idée du pourquoi de l'hospitalisation de la mère de Yume. Ni si c'était grave. Ni si ça pouvait/allait s'améliorer.
"Je... Je vais pas vous déranger trop longtemps." balbutia-t-elle, avant de se tourner vers sa condisciple. "J'ai un message pour toi, de la part de ton sensei : il a apprit pour ta mère et tu peux prendre ta journée, mais il te faudra mettre les bouchées doubles au prochain entrainement..."

Son message délivré, l'Aburame vêtue de vert hésita : devait-elle se retirer ? C'était surement la chose polie à faire.
Mais d'un autre coté, il y avait cette histoire d'amitié : une vraie amie était toujours là en cas de coup dur, non ? Devait-elle rester pour offrir son soutien moral à Hako ?



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Hyuga Yume
Messages : 385
Date d'inscription : 01/04/2016
Age : 20
Localisation actuelle : Dans le village

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 200
Expérience:
125/200  (125/200)

Re: My soul is broken since you left me    Dim 22 Mai - 18:10
My soul is broken since you left me

La porte s'ouvrit sur une petite ninja vêtu de vert pomme avec un grand bonnet vert. J'eus un léger sourire : Hako Aburame, ninja qui ne semblait pas du tout fait pour porter des insectes, du moins au vu des personnages de son clan. Ma mère n'étouffa pas le petit rire qui lui monta aux lèvres en entendant le surnom que Hako m'avait donné. Cette dernière fixa ma mère, elle semblait ... Pensive ? Ma mère la salua et ne tient pas compte de sa remarque.

"Je... Je vais pas vous déranger trop longtemps. J'ai un message pour toi, de la part de ton sensei : il a apprit pour ta mère et tu peux prendre ta journée, mais il te faudra mettre les bouchées doubles au prochain entrainement..."

Logique ... Je ne pouvais pas trop louper d'entrainement, sinon notre travail de groupe aller en pâtir, et il fallait éviter ça à tout prix. C'était gentil de la part de Hako d'être venu me prévenir. Ma mère, voyant que la situation était légèrement tendue prit aussitôt les choses en mains et s'adressa à Hako

-Tu as donné un gentil surnom à ma fille. Tu peux m’appeler Haru, quand on m'appelle madame ou sama je prends dix ans. Et toi Yumyum, tu ne m'avais pas dit que tu aimais à ce point ma soupe pour te faire surnommer de cette manière.

Je ris doucement. La Yumyum, était le nom que ma mère donnait à une soupe avec des nouilles très fines qui cuisaient dans un bouillons de légumes très dilué. C'était bon quand on rentrer d'une longue journée d'entrainement. Ma mère m'ordonna d'aller prendre un peu l'air au lieux de rester enfermer avec elle. Et que grâce à moi elle avait de quoi lire. Je hochais la tête et souris à Hako avant de lui faire signe de venir. Je n'avais pas vraiment envie de rester toute seule dans mon coin. Il y avait un petit parc derrière l’hôpital, quelques patients se baladaient tranquillement. C'était agréable cet espace de verdure. Je me tournais légèrement vers Hako une fois qu'on fut assise sur un banc

-C'est gentil d'être passer me voir Hako. Comment tu vas toi sinon ? Ça se passe bien avec ton équipe ? Demandais-je en fixant les buissons devant moi.

Codage by Hyûga Kayate

____________________________________________


Merci Aimi !

Spoiler:
 



Dernière édition par Hyuga Yume le Dim 3 Juil - 15:48, édité 1 fois
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Aburame Hako
Messages : 22
Date d'inscription : 12/05/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 0
Expérience:
0/200  (0/200)

Re: My soul is broken since you left me    Lun 23 Mai - 19:41
Visite imprévue

Sentant visiblement la malaise d'Hako, la mère de Yume s'adressa à elle, sans doute pour détendre un peu l'atmosphère empesé de la chambre d'hôpital et pour faire comprendre à la jeune kunoichi verdâtre qu'elle était malgré tout la bienvenue.

"Tu as donné un gentil surnom à ma fille. Tu peux m'appeler Haru, quand on m'appelle madame ou sama je prends dix ans. Et toi Yumyum, tu ne m'avais pas dit que tu aimais à ce point ma soupe pour te faire surnommer de cette manière."

Hako sourit de toutes ses dents à la mère de Yume. Visiblement, si elle plaisantait, c'était que son état n'était pas si grave que ça. Ou bien elle faisait semblant pour sa fille et son invitée impromptue. Autant rentrer dans le jeu, alors...

"Compris Haru, maman de Yumyum et Nyunyu !" répondit alors la jeune Aburame d'un ton déjà plus enjoué que tout à l'heure. "Je comprends même très bien : ma mère, elle, elle n'aime pas que je lui fasse remarquer qu'il y a du gris dans son pelage..."

Hako jeta un coup d'oeil amusé à Yume, appréciant de la voir rire. C'était bon. L'autre kunoichi devait s'inquiéter pour sa mère (au point de ne pas aller à son entrainement, alors qu'elle respirait le sérieux et la rigueur) et la voir plaisanter avec elle rassurait l'Aburame sur son amie.
Et puis, l'air de rien, elle adorait voir Yume rire ou sourire : les Hyuga étaient d'habitude presque aussi ouverts et démonstratifs que les Aburame, enfermés dans leur air de noblesse hautaine et leur rigueur intouchable...
Il faudrait qu'elle pose quelques question à Yume sur comment étaient élevés les enfants Hyuga. Etait-ce strict et sévère ? Probablement. Le genre à apprendre à marcher gracieusement, à être mesuré en tout, à masquer ses émotions, à respecter les convenances et l'étiquette à la lettre... Pas vraiment la tasse de thé d'Hako, même si ce genre de chose passaient pour être de grandes qualités chez les ninjas.

Haru-sama les encouragea à sortir, sans doute pour se reposer mais aussi pour changer les idées à Yume, voire à Hako, peu à l'aise dans l'ambiance hospitalière. Elle s'exécuta donc, non sans faire un petit au-revoir joyeux de la main à la maman de Yume.
Dans le couloir, l'Aburame vert-pomme hésita : devait-elle rentrer chez elle et laisser Yume en paix ? Elle ne savait pas trop... Cette notion d'amitié avec une autre fille de son âge était nouvelle et elle n'avait pas encore l'habitude. Instinctivement (et parce qu'elle était une petite curieuse), elle aurait aimée rester, mais peut être que Yume souhaitait être seule un moment...
Comme elle hésitait, la jeune Hyuga lui fit signe de la suivre, ce qui coupa court à son dilemme et agrandit encore son sourire.

Les deux jeunes filles gagnèrent un parc non-loin, tranquille à cette heure. Yume s'assit sur un banc, aussitôt imitée par Hako (bien qu'elle sache très bien qu'elle serait à nouveau debout et gesticulante d'ici moins de cinq minutes).

"C'est gentil d'être passer me voir Hako." déclara alors Yume, contemplant la verdure reposante aux alentours. "Comment tu vas toi sinon ? Ça se passe bien avec ton équipe ?"

L'Aburame haussa les épaules avant de répondre.
"Euh...En fait je passais dans le coin, pour livrer des trucs de mon clan à l'hôpital. Je ne savais même pas pour ta mère avant qu'un Hyuga me demande de te livrer le message de ton sensei..." avoua-t-elle, un brin gênée. "J'sais pas si je me serais imposée, sinon..."
Hako n'osait pas, pas encore, demander exactement ce qu'avait la mère de sa nouvelle amie.
Pour chasser sa gêne, elle se releva et commença à s'agiter autour du banc, incapable de tenir en place, tout en réfléchissant aux questions de Yume.
Qui étaient un autre petit (gros) point sensible.
Et son sensei lui avait dit de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

"Hum... Moi ça va ! Toujours la forme ! Un esprit sain, dans un corps sain !" fini-t-elle par répondre. "Pour me charrier, P'pa dit que j'ai hérité ça de mon coté Inuzuka et que les idiots sont toujours en forme. Généralement, M'man l'entend et lui lance un truc."
Elle ricana un instant, repensant à moult scènes de ménage affectueuses et à la vie de couple de ses parents atypiques, si différents mais pourtant si complémentaires.
Bon, cela lui avait vaguement permis de réfléchir à l'autre question... Bon, avec ces histoires d'amitié, il allait falloir qu'elle soit sincère. Un peu.

"Et ça...va, avec mon équipe. Même si on est plus solo en ce moment, mon sensei étant en mission. J'crois d'ailleurs que je suis plus le type loup solitaire. Mais je suis sûr qu'on sera Chuunin sous peu ! Il suffit qu'ils suivent mes ord...euh... qu'on se mettent d'accord sur les stratégies de groupe."
Le regard fuyant et les joues un poil plus roses que d'habitude d'Hako témoignaient de sa légère gêne : si elle avait un point faible, c'était bien le travail d'équipe. Elle avait certes fait de progrès, mais sa tendance à se montrer.... audacieuse avait fait échouer (ou plutôt compliquer) quelques missions qui auraient sinon été une promenade de santé. Et même si ses coéquipiers pardonnaient beaucoup, ils ne pouvaient parfois pas s'empêcher (et c'était leur droits, voir leur devoir) de parfois laisser tomber quelques remarques sur l'impulsivité de l'Aburame.

Mais ça allait mieux ! Elle n'avait plus fait hurler son sensei depuis au moins... Une semaine ? Probablement deux, même. Et désormais elle était même bénéficiaire après le paiement des missions, au lieu de devoir rembourser la casse (les fenêtres, les toits de Konoha et les étals de marchands étaient d'une fragilité affligeante pour un village de ninja ! Elle l'avait même écrit au conseil, le joignant à ses lettres d'excuses exigées par son sensei).
Hako n'était pas très fière de ce petit défaut de caractère, aussi elle n'avait pas trop envie que la conversation continue la dessus.

"Et toi, Yum-yum ? T'es coéquipiers son sympa ? Ils sont doués ? Parce qu'au prochain examen, ils risquent de tomber contre l'équipe de la prestigieuse Hako-sama !"
Mouais, pas terrible... Même si l'Aburame était curieuse, on restait toujours dans l'optique de l'entrainement ninja et des équipes... Si Yume l'interrogeait plus avant, elle allait devoir lui raconter quelques uns de ses pathétiques échecs. Pas bon.
Hummm, mais de quoi parler avec une kunoichi de son âge ? De la mode ? Pas sûr que Yume soient fan des couleurs vives et des tenus bouffantes comme la sienne... Elle était plus du genre discrète. Et ces vêtements était surtout un moyen de se démarquer, une rébellion contre le terne clan Aburame. De garçons alors ? Hako n'avait aucune expérience sur le sujet et son caractère (et le fait qu'elle soit un nid à insectes) ne l'aidait pas.
Et si elle avait bien jugée Yume, douce, polie et timorée, elle ne devait guère en savoir plus qu'elle.
Alors de quoi pouvaient-elles bien discuter ?

Un détail qui l'avait intriguée lui revint en mémoire. Elle n'avait pas osée poser la question dans la chambre d'hôpital, en présence d'une adulte.
"Sinon, ta mère est super jolie ! Elle parait super jeune !" lança l'Aburame d'un ton joyeux. "Et puis elle à l'air un poil rebelle, c'est cool : j'ai vu qu'elle avait un tatouage !"
Et oui, Hako venait de mettre les pieds dans le plat, y sautant même à pieds joints : elle avait entre-aperçut le sceau de l'oiseau en cage sur le front de la mère de Yume. Et bien évidement, elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'il signifiait...



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Hyuga Yume
Messages : 385
Date d'inscription : 01/04/2016
Age : 20
Localisation actuelle : Dans le village

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 200
Expérience:
125/200  (125/200)

Re: My soul is broken since you left me    Mar 24 Mai - 17:16
My soul is broken since you left me

Hako, à peine assise c'était déjà relevé en une minute en gesticulant pour expliquer ses relations avec ses coéquipiers. En effet, je voulais bien être un de ses insectes pour voir ça de prêt ! Leur sensei devait parfois s'arracher les cheveux, à moins qu'il ne soit chauve. Dans ce cas c'était plus compliquer.

-Mes coéquipiers ? Oh, ils sont adorables ! Et assez forts en effet ! On s'entend tous bien. Je suis avec l'un de mes cousin et un plus jeune qui est très doué. Et ne t'inquiète pas ! On relèvera le défit !

Les compliments au sujet de ma mère me firent sourire jusqu'à ce que Hako parle d'un tatouage .... Je mis quelques secondes à comprendre qu'elle parlait du sceau de l'oiseau en cage incrusté dans la peau du front de ma mère. Mon sourire disparu aussitôt. Euh ... Comment lui expliquer ce que c'était sans la choquer ? Je retiens une quinte de toux et me passai la langue sur les lèvres en cherchant mes mots. Bon, allons-y ... J'ouvris la bouche ... avant de la refermer pour la rouvrir

-C... C ... Ce n'est pas vraiment un tatouage ... C ... Euh ... Comment dire ? Un sceau .... Pour protéger le Byakugan ...

Mensonge ! Un sceau pour protéger le Byakugan ? Si on oubliait qu'il pouvait aussi transformer le cerveau du porteur de ce sceau en bouilli pour bébé et qu'il n'était appliqué qu'aux membres de la branche secondaire de mon clan ... Je ne pouvais pas expliquer ça ... Pas maintenant du moins ... Je me frottais la nuque sans rien rajouter à cette explication plus que bancale. Bondissant sur mes pieds je lui lançais en souriant

-Je crois qu'il est l'heure d'aller chercher Nyuuwa à l'académie ! Tu veux venir la chercher avec moi ? Proposais-je pour détendre l'atmosphère.

Codage by Hyûga Kayate

____________________________________________


Merci Aimi !

Spoiler:
 



Dernière édition par Hyuga Yume le Dim 3 Juil - 15:49, édité 1 fois
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Aburame Hako
Messages : 22
Date d'inscription : 12/05/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 0
Expérience:
0/200  (0/200)

Re: My soul is broken since you left me    Mer 25 Mai - 19:57
Visite imprévue

Hako laissa de coté pour l'instant la mention des équipiers de Yume, même si en bonne petite curieuse elle était intriguée...
Connaître les partenaires de l'autre kunoichi pouvait s'avérer intéressant.
L'Aburame était aussi étonnée par la fait qu'il y ait deux Hyuga dans l'équipe de Yum-yum (bon sang, ça allait rester ce surnom !).
Mais gardant pour l'instant ses interrogations pour elle, Hako posa négligemment sa terrible question sur le sceau des Hyuga...

La réaction ne se fit pas attendre. L'air réjouit de Yume s'effaça aussitôt et la jeune fille, visiblement gênée et troublée, peina à trouver ses mots.
Hako se mordit les lèvres, prenant conscience qu'elle avait (encore) gaffée. Bah oui, elle aurait dû réfléchir aussi : dans un clan aussi noble et pur que les Hyuga, se faire tatouer, ça devait être super mal vu ! Peut être que la maman de Yume avait fait une erreur de jeunesse ou un pari stupide qui l'avait conduit à se faire tatouer le front... Et qu'elle avait ensuite souffert de l'opprobre générale des autres membres du clan des yeux blancs...

"C... C ... Ce n'est pas vraiment un tatouage ... C ... Euh ... Comment dire ? Un sceau .... Pour protéger le Byakugan ..." fini par balbutier comme explication une Yume visiblement fort mal à l'aise.

Ah zut, c'était encore pire : Hako était tombée sur un secret ou une particularité de clan. Une protection pour le Byakugan ?
Mmmmhhh, c'était compréhensible que le clan Hyuga souhaite protéger son précieux et mortel dojutsu.
Chez les Aburame, on gardait farouchement les secrets des Kikaichû, sans parler des autres souches d'insectes encore plus rares...
Hako ne savait pas trop comment ça marchait, mais il était peut être possible de... beurk... arracher les yeux à un Hyuga et de les implanter chez un autre ninja.
Elle frissonna en passant à ça. C'était malsain, seuls des malades (et des faibles pas fichus de gagner avec les cartes que la vie leur avait donnée) pourraient penser à ce genre de chose...

La jeune fille tout de vert vêtue loucha vers Yume, se demandant si elle aussi portait cette protection. ça expliquait peut être le bandeau frontal toujours en bien place (alors que beaucoup de jeunes kunoichi essayaient de le placer dans des endroits plus coquet) et la frange... Hako n'osa pas le demander.
En plus c'était bizarre, cette histoire : elle avait croisée d'autres Hyuga au cours de ses pérégrinations dans le village et elle ne croyait pas avoir repéré d'autres tatouages bizarres... Bah ! Ils le portaient peut être à des endroits plus discrets...

En tout cas, Yume ne souhaitait visiblement pas s'étendre sur le sujet et Hako s'en voulait d'avoir poser cette question.
"Oh... Je comprends. Chaque clan a ses secrets et fait tout pour les protéger." affirma Hako, avant de décider de révéler un petit peu des affaires internes de son clan en échange de la confidence. "Rien que nous... Tu savais que si un Aburame meurt, à moins qu'un membre du clan ne diffuse la bonne phéromone, ses insectes vont dévorer son corps, puis s'entretuer et se laisser mourir ? Gore, hein ? Les ninja disparaissent sans bruit, sans odeur, sans traces dit-on... Et les Aburame prennent ça au pied de la lettre."
Mouaip, pas sur que ce petit aperçut glauque sur le clan Aburame remonte le moral de la jeune Hyuga. Zut, elle aurait dû choisir un sujet moins lourd ! C'était cette ambiance à l'hôpital qui avait dû lui pourrir le cerveau !

Mais heureusement Yume, qui voulait visiblement changer de sujet et retourner à des conversations plus saines et joyeuses, lui lança un grand sourire en se levant.
"Je crois qu'il est l'heure d'aller chercher Nyuuwa à l'académie ! Tu veux venir la chercher avec moi ?" lança la Hyuga, invitant Hako à l'accompagner.
La kunoichi vert-pomme lui rendit son sourire en retour en acquiesçant de la tête.
C'était marrant (et plaisant) de voir le visage de Yume s'illuminer quand elle parlait de sa petite soeur.
Hako étant enfant unique (c'était souvent le cas chez les Aburame), elle ne savait pas trop comment se comporter avec les enfants (en plus, même si elle pousserait de haut cris si quelqu'un lui en faisait la remarque, elle en était encore une), mais la sœur de Yum-yum était attachante et siiii mignonne (et Hako avait un faible pour les choses mignonnes).

"Sûr !" affirma-t-elle joyeusement en se mettant en route. "Ta p'tite soeur a besoin de Hako-onee-sama comme modèle de parfaite kunoichi vive et intrépide, de toute façon !"
En tout cas, le fait que Yume pense maintenant à sa sœur en cet instant prouvait bien une chose : l'état de leur mère n'était probablement pas vraiment grave. Sinon, Yume serait sans doute retournée à son chevet.

Afin de meubler un peu le trajet jusqu'à l'Académie, Hako décida de satisfaire sa vilaine curiosité (et aussi parce que c'était une petite bavarde). Et très vite avec la jeune fille, ça devint une avalanche de questions...
"Sinon, c'est pas étrange d'avoir un autre Hyuga avec toi dans ton équipe ?" demanda-t-elle innocemment, mais avec son débit rapide qui donnait mal à la tête à ses professeurs. "Vous êtes une équipe spécialisée dans le taijutsu ou l'espionnage avec vos yeux magiques ? Oh ! J'ai entendu dire que votre taijutsu spécial est génial : il faudra un jour que tu me montre ce poing mou..."




avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Hyuga Yume
Messages : 385
Date d'inscription : 01/04/2016
Age : 20
Localisation actuelle : Dans le village

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 200
Expérience:
125/200  (125/200)

Re: My soul is broken since you left me    Mer 25 Mai - 21:01
My soul is broken since you left me

Je retiens une grimace quand Hako décrivit comment les Aburame faisaient disparaitre les corps de leur ninjas. c'était ... Yeurk... Je ne voyais que ce terme. Mais l’enthousiasme de Hako pour aller chercher Nyuuwa me fit doucement rire. J’espérais que jamais Nyuuwa ne prenne exemple su Hako, sinon je n'avais pas finit de lui courir après dans tous les sens. Déjà une Hako était difficile à gérer, mais deux ... je ne voulais même pas imaginer. J'étais sûre que c'était pour cette raison qu'elle était fille unique. Je dus attendre une bonne minutes pour comprendre ce que venait de dire Hako. Et je me mis à rire. Le point Mou ? Je n'avais jamais entendu un nom comme ça ! Mais bon, je me repris vite et tousser un bon coup pour dégager mes voies respiratoires. Je lui expliquer que j'ignorais les raisons de cette équipe un peu spéciale. Je lançais des hypothèses comme quoi nous étions en fait trois pauvres genins sans équipes et qu'avec toutes les équipes ils avaient fait une équipe avec ce qu'il restait. Et concernant le poing souple je lui promis de lui montrer lors d'un entrainement au combat qu'on elle. Mais je l'as mis en garde qu'elle risquait, si je la touchais, d'avoir mal à des endroits dont elle ne soupçonnait pas l'existence.

Une petite fille de sept ans, qui me ressemblait comme mon reflet se jeta dans mes bras dés qu'elle me vit, et tant pis pour sa boite de bento qui tomba au sol, sans heureusement s'ouvrir. Contrairement à moi, Nyuuwa n'avait pas une frange mais une mèche qu'elle accrochait avec des barrettes et qui ne cachait qu'en partit son sceau. Mais je ne lui disais rien. Je n'en avais pas l'envie. Elle se détacha de moi et sauta au cou de Hako avant de lui piquer son bonnet pendant que je prenais sa boite à bento. Puisqu'elle avait le temps aujourd'hui, elle m'avait demandé ce matin d'aller manger avec notre mère. Qui manger non pas couché dans son lit, mais à la cafétéria de l’hôpital. Nyuuwa insista lourdement mais son résultat pour que je la porte sur mon dos. Elle essaya même de me frapper avec le Juken. Coups que je parais sans difficulté avec de lui envoyer une pichenette sur le front et l'obligeais, oui je suis une affreuse mégère, à marcher. Elle me demanda des nouvelles de maman, que je lui donnais. Elle hocha la tête soucieuse mais se dépêcha d'entrer dans la cafeteria et de rejoindre ma mère qui avait prit une table de cinq. Elle se jeta à son cou et ma mère lui caressa les cheveux avec sa main valide. Elle invita Hako à rester avec nous et je partageais mon bento avec mon amie, pendant que ma soeur dévorait le siens, deux fois gros comme le mien, en expliquant sa matinée de cours. Discrètement je me penchais vers Hako et lui soufflais en souriant

-Je crois qu'elle n'a pas besoin des cours de Hako-sama pour être une parfaite ninja vive et intrépide. Et tu peux oublier ton chapeau jusqu'à ce qu'elle retourne à l'académie.

Ma soeur qui laissait trainer ses grandes oreilles me tira la langue avant de reprendre son explication sans attendre. Ah ... Ma soeur ... Tout un poème.

Codage by Hyûga Kayate

____________________________________________


Merci Aimi !

Spoiler:
 



Dernière édition par Hyuga Yume le Dim 3 Juil - 16:08, édité 1 fois
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Aburame Hako
Messages : 22
Date d'inscription : 12/05/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 0
Expérience:
0/200  (0/200)

Re: My soul is broken since you left me    Ven 27 Mai - 0:07
Visite imprévue

Même si l'ouverture d'une petite fenêtre sur le monde fabuleux des précautionneux (et glauques) Aburame n'enchantèrent pas vraiment Yume, le trajet pour aller récupérer sa sœur en compagnie de la plus excité de ce clan le fit.
Le feu roulant de questions (trop) enthousiastes de la curieuse Hako la firent rire, voir même à s'en étouffer.
A ce moment, Hako lui dédia un sourire amusé.
"Ahah, encore une victime !" balança-t-elle joyeusement. "Je crois que je développe un nouveau Kekkei Genkaï : quand je parle trop, parfois ça fait s'étrangler les gens ! ça marche du tonnerre sur les senseis en plus !"

Une fois la crise de rire/toussotements de la Hyuga passée, cette dernière lui donna quelques brèves explications sur son équipe et sur l'art de la guerre Hyuga.
Le concept du poing souple fascinait la petite guerrière verte Aburame. Hélas, c'était douteux que les Hyuga acceptent de lui enseigner (et elle n'avait pas les yeux pour, chose qu'Hako classa négligemment comme étant un "détail").
Elle était tout de même très curieuse de cette méthode combat, rêvant d'y confronter ses propres techniques. L'Aburame confirma donc son désir d'un petit entrainement avec la kunoichi aux yeux pâles.

"T'inquiètes !" lança-t-elle quand Yume la prévint des dangers de son taijutsu. "Comme j'dis aux autres : je suis pas petite, je suis concentrée ! Je suis solide et la douleur ne me fait pas peur. L'air de rien, je crois que je me suis blessée à tous les endroits que je croyais possible... Je serais ravis d'en découvrir d'autres !"

Les deux jeunes filles finirent par arriver à l'Académie, et bien vite un petit boulet de canon Hyuga fusa dans les bras de Yume.
Cela amena un nouveau sourire sur les lèvres d'Hako : elle appréciait la petite Nyuuwa si vive, si démonstrative, bien loin du stéréotype de la noble et calme petite princesse du noble clan Hyuga.
Maintenant qu'elle était vaguement au courant, Hako remarqua qu'en effet Nyuuwa portait elle aussi  un sceau à peine dissimulé sur son front, comme ça mère (et probablement Yume).
Elle frissonna, sans trop savoir pourquoi : elle n'aimait pas ce tatouage bizarre. Il paraissait... menaçant. Et quelle idée d'utiliser du fuinjustu sur une enfant aussi jeune que Nyuuwa ! Cela devait être parce qu'elle voulait devenir ninja et qu'il fallait à tout prix protéger le Byakugan. Mais quand même, marquer comme ça une aspirante, surtout dans un endroit aussi peu discret...
La jeune Aburame haussa les épaules après un soupir : ce n'était pas ses oignons, qui était-elle pour juger ? Après tout, chaque clan avait ses bizarreries (comme par exemple les lunettes noires et les tenues ternes et disgracieuses dans le sien).

Nyuuwa lui sauta au cou et s'empara de son bonnet, chose qu'elle aimait faire à chaque fois (Hako lui réservait une petite surprise cette fois). Visiblement, il lui plaisait beaucoup.. Il faudrait qu'elle s'enquiert auprès de Yume de l'anniversaire de la petite. Elle pourrait lui offrir une tenue similaire. Peut être violet vif, comme ce que portait Ino-nee, ou bien un bleu azur, ou encore du rouge bien intense (on était au Pays du Feu après tout !).
Voir une impétueuse petite Hyuga en couleurs vives amuserait beaucoup Hako.

En y réfléchissant, l'Aburame vêtue de vert observait les rituels et interactions charmantes entre les deux sœurs aux yeux pâles. La petite dernière essaya même d'asseoir son caprice par l'utilisation de leur art ancestral du combat (sans grand résultat). Cela donna un très petit aperçu à Hako. La posture était bien différente en effet du taijutsu qu'elle connaissait, mais l'échantillon était trop bref pour qu'elle puisse juger cette technique...

Les filles regagnèrent l'hôpital, lieu déplaisant selon Hako, mais elle appréciait trop la compagnie des deux Hyuga. Et rentrer immédiatement, c'était risquer de se faire refiler une corvée par le clan.
Elle eut par contre la surprise de se faire trainer à la cafétéria puis inviter par la mère des deux kunoichi.
Bien qu'un peu gênée de s'immiscer dans un telle réunion de famille, surtout avec une adulte convalescente, Hako accepta tout de même pour faire plaisir à Yume.
Et puis la petite gourmande (en pleine croissance !) avait un faible pour la nourriture gratuite.
Yume lui offrit généreusement une part de son propre bento, ce que l'Aburame accepta, bien qu'un peu à contrecœur : elle n'aimait pas priver son amie, même si elle semblait avoir un appétit d'oiseau comparé à Nyuuwa (ou à Hako).
La petit Hyuga pépiait sa journée d'apprenti-ninja, remplissant les yeux et la tête d'Hako de souvenirs (pas si lointain, mais cela faisait des siècles pour l'esprit vivant à cent à l'heure d'Hako). Ah, les naïfs jeunes étudiants !

"Je crois qu'elle n'a pas besoin des cours de Hako-sama pour être une parfaite ninja vive et intrépide. Et tu peux oublier ton chapeau jusqu'à ce qu'elle retourne à l'académie." lui souffla alors avec amusement Yume en se penchant vers elle.

L'Aburame lui dédia alors un grand sourire de requin, beaucoup trop grand et respirant presque le sadisme.
"Oh ? Tu crois ? Tu penses vraiment qu'une petite apprentie peut impunément dérober les précieux biens de Hako-onee-sama ?" ricana-t-elle à haute et intelligible voix. "Je l'ai vue venir à des kilomètres..."

La kunoichi vête de vert-pomme dédia alors un grand sourire à la tablée.
"Oyez, mesdames et mesdemoiselles ! Voici venu le temps de révéler une des techniques ancestrale du clan Aburame !" déclama-t-elle avec grandiloquence. "Qui n'a jamais rêvé, par les froides matinées d'hiver, de ne point sortir de son futon bien chaud et moelleux pour aller chercher ce magazine, ces oranges ou cette bouilloire siii loin du lit ? Nous avons la solution ! Contemplez l'efficacité du Aburame Hiden : Apportez-moi ça no justu !"
Après avoir parodier une série de (faux) mudra complexes, Hako tendit une main impérieuse vers Nyuuwa.

Et obéissant à son ordre silencieux, les kikaichû qu'elle avait dissimulée dans son bonnet avant que la petite fille ne lui dérobe sortirent des coutures, grouillant et cliquetant.
Hako fit exprès de faire en sorte qu'ils chatouillent un peu Nyuuwa et dérange ses cheveux, avant de tous mordre dans le bonnet et de l'emporter jusqu'à la main tendue de sa propriétaire, dans une lente majesté bourdonnante.

Hako éclata de rire en récupérant son bien.
"Ha ha ! Elle a encore tant à apprendre de moi, niveau farces !" s'exclama-t-elle. "Et encore, je ne suis pas au niveau de Naruto-nii. De mon temps à l'Académie, y'avait carrément des légendes qui courraient sur ses plaisanteries !"

Prenant soudain conscience qu'elle était dans une cafétéria publique, d'un hôpital en plus, et non à un piquenique entre amies, Hako rougie un peu (beaucoup). Elle avait l'air de rien fait un joli et bruyant bordel avec ses pitreries.
"Euh... Vous croyez qu'y'a des vigiles tatillons dans les cafétéria ?" balbutia-t-elle, l'air coupable en lança des regards affolés alentours. Sans parler qu'elle venait de "maltraiter" sa fille sous les yeux d'une mère Hyuga.



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Hyuga Yume
Messages : 385
Date d'inscription : 01/04/2016
Age : 20
Localisation actuelle : Dans le village

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 200
Expérience:
125/200  (125/200)

Re: My soul is broken since you left me    Ven 27 Mai - 17:44
My soul is broken since you left me

Ma mère éclata d'un rire joyeux en regardant Hako faire sa blague à Nyuuwa, et moi devant l'air dépité de ma sœur qui soupira déçue. Ma mère rassura Hako et je fis signe à Nyuuwa de se dépêcher. Elle engloutit son reste de repas, s'essuya le museau, embrassa notre mère avant d'insister pour que Hako et moi la raccompagne à l'académie. J'attrapais les bentos vides et la suivis en discutant avec ma camarade que je renseignais sur l'anniversaire de la petite fille qui nous embrassa avant d'aller rejoindre ses amis. Je filais déposais les bentos vides chez moi avec la jeune pomme à mes côtés et passais l'après-midi avec elle à discuter de tout et de rien. Le lendemain après une visite à ma mère, je passais un après-midi au gout de sueur et de poussière à cause d'un entrainement où je mis les bouchées quadruple pour compenser mon absence. Ma mère semblait aller mieux, et je me disais qu'elle devrait bientôt sortir. Grossière erreur.

Deux semaines après son hospitalisation, et après six jours de mieux elle avant perdu presque vingt kilos, son teint avait prit la couleur de la cendre et son beau visage c'était creusé. Sa belle voix mélodieuse était devenu rauque et elle n'avait plus la force ni de se lever et encore moins de manger. Elle était sous perfusion et sous surveillance cardiaque. On dormait à l'hôpital avec Nyuuwa maintenant. Et si, je devais partir, je revenais toujours en courant pour retrouver ma mère. Lorsque j'étais avec elle, je lui lisais ses livres ou je discutais avec elle si elle en avait la force. Curieusement elle était très lucide et d'un calme mortel et chaque jours je voyais la ligne rouge de son état descendre un peu plus. Je ne pleurais pas, Nyuuwa non plus. J'imitais ma mère, et Nyuuwa m'imitait.

C'était l'heure des soins, j'étais descendu dans la cafétéria un thé à la main, assise seule à une table entrain de regarder dehors quand quelqu'un tira la chaise face à moi. Je tournais lentement la tête vers cette personne.

Codage by Hyûga Kayate

____________________________________________


Merci Aimi !

Spoiler:
 



Dernière édition par Hyuga Yume le Dim 3 Juil - 16:24, édité 1 fois
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Aburame Hako
Messages : 22
Date d'inscription : 12/05/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 0
Expérience:
0/200  (0/200)

Re: My soul is broken since you left me    Sam 4 Juin - 20:30
Retour incomfortable à l'hôpital


Hako était d'habitude une jeune fille remplit de joie, d'une énergie bondissante à la limite de l'hyperactivité gênante... Mais là, elle semblait bien abattue, gênée, presque triste.
Cela ne lui ressemblait pas.
La raison de cet état d'esprit ? Elle pensait avoir faillit à son amie Yume.

Après sa rencontre avec la kunoichi Hyuga à l'hôpital et leur déjeuner avec sa mère te sa petite sœur, l'Aburame ne s'était pas inquiété.
Elle n'avait pas approfondit, n'avait (par pudeur), pas cherché à savoir ce qu'avait exactement la mère de Yume.
Pour Hako, ce ne pouvait pas être quelque-chose de grave... Et même dans ce cas, ils étaient dans le village dirigée par Tsunade-hime, la plus grande ninja médecin du monde !

Aussi, elle était égoïstement retourné à ses petites habitudes : missions et entrainement, la vie d'une parfaite petite Genin insouciante.
Le temps avait passé et l'Aburame à la cervelle de moineau et au cœur de pierre n'avait pas un instant repensée à son amie...

Ce n'est que parce qu'elle souhait affronté le Byagukan qu'elle avait un jour décidé de partir à la recherche de la Hyuga... Pour découvrir que désormais elle logeait à l'hôpital et que l'état de sa mère, la charmante dame Hyuga avec qui elle avait plaisanté, s'était grandement aggravé.

Rouge de honte, Hako s'était ruée à l'hôpital, un endroit qu'elle détestait... Puis avait hésité quand un ninja-médecin lui indiqua que la jeune fille se trouvait à la cafétéria pendant que sa mère recevait des soins. Serait-elle encore la bienvenue ?
Et que pourrait-elle bien faire pour aider Yume, pour la réconforter ?
Hako tergiversait, dansant d'un pied sur l'autre dans l'entrée de la cafétéria.
Elle avait repéré son amie, assise seule à une table, un thé refroidissant devant elle alors que ses yeux blancs si observateurs se perdaient dans le lointain extérieur.

Elle avait l'air si fatiguée et si mélancolique... Hako songea un instant à rebrousser chemin, à ne pas la déranger en ces heures angoissante pour elle.
Faire celle qui ne savait pas.
Non !
ce n'était pas comme ça que devait agir une vrai amie !
Prenant une profonde inspiration, l'Aburame se força à avancer.

Tirant une chaise, elle s'assit en face de Yume, qui se retourna lentement vers elle. Hako avait réussit à la surprendre, alors qu'elle était une Huyga... Quelles tristes pensées pouvait ainsi distraire la kunoichi aux yeux pâles ?
L'Aburame lui dédia un faible sourire, visiblement un peu forcé et surtout exprimant son malaise.

"... Salut Yum-yum." balbutia Hako, essayant (vainement) de ne pas paraître trop abattue et mal à l'aise. "J'ai...hum.. euh... juste apprit maintenant que l'état de ta mère s'était aggravé..."
Le ton était à la limite de la contrition et le rouge montait aux joue de l'Aburame.
"Tu... Tu vas bien ? Et Nyuuwa ?" poursuivit-elle. Elle ne savait pas trop que dire, que demander. Comment pouvait-elle aider son amie ? Et sa mère ? Cela gênait Hako de ne pas être capable de réparer tout les tords et toutes les injustices du monde. C'était bête et elle savait pertinemment qu'elle n'y pouvait rien, mais le sentiment d'impuissance n'en était pas moins là, pesant.




Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Le soul Gardien, le vaisseaux des rebelles démoniaque
» !! ..: Poor Soul :.. !!
» 03. This is the way you left me
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken

Sauter vers: