Side Menu

Halte à Tanzaku [feat Maseo]
Partagez | 
avatar
水 | Kiri no Oinin
水 | Kiri no Oinin
Hakkuru Hachikō
Messages : 447
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 23
Localisation actuelle : Mizu no Kuni

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2368
Expérience:
103/500  (103/500)

Halte à Tanzaku [feat Maseo]    Jeu 30 Juil - 1:34
Suite de : « En quête des épées légendaires »

Itinéraire proposé, sauf contre-indications:
 


Halte à Tanzaku

Plus tôt dans la journée nous débarquions sur les terres continentales. Ou pas tout à fait puisqu'il s'agissait en fait d'une île placée sous la gouvernance géopolitique du Daimyô du Feu.

L'île représentait à mes yeux un élément important de l'histoire des 7 Épées Légendaires, notamment pour le pont qui reliait le Pays des Vagues au continent. Le Grand Pont de Naruto, l'avait-on baptisé. C'était là qu'avait péri Zabuza Momochi dit-on, cet épéiste de renom mais néanmoins déserteur en fuite depuis sa tentative échouée de Coup-d'État contre le Mizukage en place. Cet homme était pour moi autant un exemple à suivre que l'antagoniste même de certains de mes principes les plus élémentaires.
J'étais partagé à son sujet, oui, et c'était peut-être cette évidence qui transcendait mon corps d'un doux frisson alors que nous marchions en ces lieux.

Et vînt enfin le Pays du Feu.
Cette forêt qui le couvrait en grande partie, c'était quelque chose. A traverser elle était désagréable et relativement tortueuse, sombre parce qu'opaque, et bien sûr transpirante d'une humidité importune. Le genre à, comme une bestiole le ferait en fait (et je me demandais justement quel pouvait être le genre de créatures à se terrer au fond des feuillages d'un tel titan de sauvagerie naturelle), se glisser sans peine sous les vêtements. J'avais d'ailleurs retiré les bras des larges manches de ma tenue dans un esprit pratique notamment, laissant mon torse embrasser la température ambiante - étonnement élevée sous cet épais manteau verdoyant quoique trop sombre pour s'en rendre compte - et mes mouvements s’éprendre de liberté.

Aussi, je m'étais refusé au commentaire étendu quant à la grâce avec laquelle mon équipier tâcha précédemment mon parement. Après l'avoir traîné ainsi durant le reste de la traversée, puis enfin nettoyé à l'aide d'un peu d'eau douce récoltée sur le chemin, je n'avais qu'une envie et ce n'était pas d'y repenser. J'avais préféré rassurer d'un ton indifférent celui qui souffrait visiblement du mal de mer, et comme prévu l'embarcation avait tenu bon jusqu'au bout.
Néanmoins je confessais à présent volontiers, dans un tête à tête dédié à ma propre conscience, la moquerie dont il avait été la cible, lui pour qui ce voyage représenterait sans doute un souvenir plus désagréable qu'il ne le serait à ma personne.


Like a Star @ heaven

Nos corps s'élançaient donc à travers les bois avec furtivité, comme le feraient des ombres amputées toutefois du silence les caractérisant : notre passage respirait de sonorités soufflées elliptiquement, dénotées entre autres par nos prises d'appui sur quelques racines et branches effeuillées dont les craquements plaintif et fatigués trahissaient de temps à autre notre venue.

Nous suivions depuis quelques temps un chemin taillant sa route à travers la forêt. Longer était sans doute le mot le plus approprié car l'idée de nous déplacer à découvert n'aurait pas été la mienne.
Je me demandais avec curiosité ce que donnerait une rencontre au milieu de ces bois et, pour cette raison je restais muet, l'ouïe et la vue attentive à tout débordement. C'est que mon compagnon n'aurait pas plus apprécié que moi la perte de temps significative qu'aurait été un tel événement, il aurait fallu discuter, s'expliquer, se faire entendre et c'était encore le meilleur des cas de figure possibles.
L'adage veut qu'on ne soit jamais mieux servi que par soit-même, il sous-entendait sûrement de ne pas se laisser déplomber par un étranger trop curieux. Notre destination n'avait de toutes façons jamais été Hi no Kuni.

« Là, devant » indiquais-je à la vue d'un élément nouveau dans le décor pourtant si peu original, brisant mon mutisme par la même occasion.
« D'après mes observations, Konoha se trouve à quelques kilomètres seulement d'un petit village appelé Tanzaku. C'est un village marchand, démilitarisé qui plus est. Retirons nos bandeaux, on nous posera moins de questions. »

Gagnant alors un rythme plus détendu et rejoignant le sentier que nous suivions jusqu'ici, je m'exécutais machinalement, rangeant mon propre bandeau dans un pan de ma tenue avant de me préparer à pénétrer dans l'enceinte du village.
Nous passerions quelques heures ici, la nuit peut-être puisque celle-ci tombait enfin sur la région. Il s'agirait du moment idéal pour échanger quelques mots de plus sérieux avec celui dont je ne connaissais pas encore le nom mais qui m'apparaissait déjà comme un sauvageon à l'allure trop propre et trop à l'aise pour ne pas attiser mon attention.


By NenaKonstanZ

Spoiler:
 

____________________________________________

avatar
Invité
Invité


Re: Halte à Tanzaku [feat Maseo]    Ven 31 Juil - 1:09
Halte à Tanzaku




Spoiler:
 

Comme bénit par les grâces de Râ, notre arrivée dans les terres du Feu fut couronné d'un soleil digne du zénith ; ma foi aussi baroque que cela puisse être, aucune trace de notre parcours maritime ne trouvait place en ma conscience, comme disparue, envolée au loin. Tout ce qui me revenait en mémoire où ce dont je voulais bien me remémorer était l'esprit de camaraderie d'Hakkuru, qui n'eus point à hésiter avant de venir à mon secours, il faut que je vous avoue messieurs dames que c'est la toute première que je croule de telle sorte sous l'impuissance la plus totale, aujourd'hui encore, j'arpente le continent dans le but de me venger de l'Océan, maudit soit il.. Alors que mon compère se découvrait le torse sous la chaleur ambiante nous accablant, je retirai mes vêtements tavelés de part et d'autre d'un souvenir perdu. Et c'est les yeux ceints de cernes que nous fîmes notre entrée dans la ville-marchande prospère de Tanzaku, et bien que l'on peut dénoter une totale absence de force militaire, l'on semblait pouvoir y vivre paisiblement.

▲Tanzaku, où le Quartier des Quatre Poésies.. Selon les rumeurs, il paraîtrait qu'il y quelques années, il fut le théâtre d'une querelle entre les 3 légendaires Sannin de Konoha, ayant même conduit à la détérioration de bien public et monument culturelle, avec un peu de chance, l'on pourrait faire la rencontre du légendaire Serpent Blanc..


Et tandis que nous foulions le sol neutre de l'agglomération, parallèlement, le soleil plomb tira sa révérence pour céder peu à peu place à une lune aussi pleine que la Sainte Vierge prêt à mettre bas. Débraillés d'haut en bas, nous fîmes une entrée pour le moins remarquée, j'adressai dès lors quelques dires à mon homologue, m'auréolant d'une pointe de sarcasme. ▲ Chose étrange que voilà, et moi qui te croyais fier d'exhiber ton bandeau frontal..

Spoiler:
 

Notre duo inaccoutumée trouva refuge au sein d'une modeste auberge, qui bien que modeste trouai considérablement notre budget mission ; chacun assis face à l'autre, nous fîmes plus ample connaissance en ce qui concerne les spécialités locales, et c'est alors que je cueillis l'amertume surprise de découvrir à mon coin de table, un bol de riz magnifiquement rempli agrémenter de deux poissons merveilleusement frit dont la simple vue m'horripilai.. Les traits de mon visage trahissant mon effroi, le châtiment qui m'habitait semblait ne point me quitter d'une semelle, du calme me dis-je.. Finalement, j'en gardai plus de séquelles que je ne voulais bien le croire, maudit Océan !

▲ J'imagine que l'on devra rester un maximum de temps dans ces murs et profiter des bains chauds pour se restaurer car bien que la chaleur ne soit pesante qu'à certains moment de la journée, notre prochaine destination, à savoir le Pays du Vent semble élevée le degré d'un bon niveau..


Baguettes en mains, je demeurai pensif face à lui, je me demandai, qu’est-ce la voie du shinobi pour lui.. Avant de reprendre de plus belle notre conversation, je plantai farouchement ce poisson qui semblait me narguer, de mes crocs.. avant d'entamer ma présentation, par automatisme, mon regard devint fuyant lorsque j'allais m'apprêter à évoquer mon nom, sa seule prononciation m'évoque un lourd passé.. Où tout simplement ne je n'étais guère taillé pour de telles mondanités.

▲ Maintenant, que l'on y est, je me rends compte que je n'ai toujours pas eu l'occasion de me présenter convenablement.. Je suis Maseo du clan Karasuma, le dernier de mon genre, si je puis dire.. Bien que vous soyez nombreux à vous extasier devant les 7 épées légendaires, il doit y avoir une raison particulière qui te pousse à les rechercher, n'est il pas ?

...

Que l'on soit en temps de paix où de guerre, un shinobi sera toujours poussé par un tel désir de puissance car après tout, le shinobi ne se limite pas à garder sa nation, à protéger ses amis ou à faire de son village une puissance des plus redoutables, les réels devoirs d’un ninja, c’est de préserver le monde, de sauver cette clarté tant désirée et de restaurer cette pureté dont nous manquons sévèrement ; voilà ce qu’est un shinobi, un gardien de la terre entière.. C'est ce en quoi je crois lorsque je noue ce bandeau  à mon front, à une convoitise du pouvoir qui n'est point impure.. Et toi, en quoi place tu tes croyances lorsque tu revêt ton bandeau à ton cou ? Qu'espère tu de cette quête de pouvoir ?


avatar
水 | Kiri no Oinin
水 | Kiri no Oinin
Hakkuru Hachikō
Messages : 447
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 23
Localisation actuelle : Mizu no Kuni

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2368
Expérience:
103/500  (103/500)

Re: Halte à Tanzaku [feat Maseo]    Ven 31 Juil - 3:36

Halte à Tanzaku

A table, je repensais à quelque chose.

« Tanzaku, ou le Quartier des Quatre Poésies. »
Le Quartier des Quatre Poésies, hein? Je l'ignorais. L'intérêt que je pouvais porter à ces lieux avait sous ces mots franchit un cran. D'où venait cette appellation déjà?
C'est vrai, bien sûr. L'origine de ce sobriquet se trouvait forcément au cœur des cartes verticalement épinglées au dessus de nos têtes dans certaines artères du village.


« Le Quartier des Cartes de Poésie. »
Agrippant de mes baguettes une portion de riz j'avais décidé de corriger, avec le retard de ma réflexion, ce qu'avait pu dire Maseo.

« Les tanzakus sont les cartes qu'on a vu à l'extérieur. La coutume veut qu'on inscrive sur leur corps de papier poèmes et vœux. »

Assurément c'était un détail qui me parlait tout particulièrement. Moi qui prenait plaisir à chamarrer ma peau blême de coupons sur lesquels j'inscrivais mots et expressions, principes et autres bidules pour le bien d'une croyance toute personnelle...

J'avalais cette bouchée en laissant à mon compagnon le temps de restituer ma réplique dans le temps, puisque je n'avais pas répondu à ses palabres sur le moment. Il avait d'ailleurs été forcé de se contenter d'un sourire entendu après m'avoir taquiné sur la fierté que pouvait être la mienne lorsque j'arbore le symbole de Kiri.
Fierté ou non il avait été préférable pour nous de ne pas l'afficher aux yeux de tous et c'est à peu près tout ce qu'il devait en retenir.

Puis je relevais le regard sur lui, les yeux toujours aussi merveilleusement soulignés d'un épais trait rouge qui n'avait pas coulé pour un sous, redressait le dos - moi qui était si grand - et opinait légèrement en guise de remerciement poli. A présent, j'avais un nom à mettre sur son visage.

« Je suis Hachikō. Enchanté, j'attendais ces présentations avec hâte mais j'ai cru comprendre que tu vivais difficilement certaines conditions de voyage. Alors, je n'ai pas insisté. » Je marquais une interruption, courte, pour m'occuper de nouveau de cette nourriture. Taquin.
Je croquais un morceau de fretin, le crevais de mes dents pointues avec appétit.
Mâchant de manière honorable - je n'avais pas la bouche pleine - je repris finalement la conversation là où je l'avais laissée.

« À vrai dire je ne saurais pas dire ce que j'attends de ce que tu appelles une quête de pouvoir. Je ne sais même pas si je considère les choses de cette manière, je ne suis pas sûr d'avoir la même définition du pouvoir que toi, pour l'occasion. »

C'est vrai tiens, que représentait ce bandeau au delà d'un simple outil d’apparat, si inestimable puisse-t-il être? Kiri m’apparaissait si précieux que je n'avais jamais cherché à en connaître la raison profonde.

« Les choses sont telles qu'elles sont, c'est peut-être ça qui fait que les gens comme moi s'y accrochent si fort. Je me pose des tas de questions mais pas celles là, je crois...
J'ai trouvé le sujet de dissertation sur lequel je vais plancher le reste de la soirée, ahah.
»

J'avais marqué un temps d'arrêt de plus, observant mon interlocuteur en cherchant à déloger machinalement ce qui restait coincé entre deux de mes dents.

« Les épées, les épées... C'est presque spirituel. C'est dans le cœur, c'est notre trésor. C'est une partie de mon âme, manier l'une d'elle est l'accomplissement d'un épéiste. Si tu veux tout savoir je pense qu'elles sont aussi légendaires par leurs caractéristiques matérielles que par leur nature, leur, mh... Comment dire. »

Hachikō tapota son crâne à l'aide d'un index déplié.
« Elles ont un caractère mystique. Leurs manipulateurs sont presque des divinités à part entière, c'est pas pour rien que la dernière génération a atteint une telle réputation dans le monde. »
Il se remit ensuite à picorer dans son bol de riz.
« Je sais pas quoi te répondre. Elles t'intéressent pas? »

Et je ne savais pas quoi lui répondre, non.
Mon raisonnement n'avait pas l'air de s'appuyer sur des termes de langage vocal mais sur des préceptes gravés dans mon crâne depuis des années comme ceux d'un culte religieux, et ça valait de la même manière et de même intensité pour tout ce qui avait pu constituer un jour durant l'histoire de Kiri.

Ici cependant, on était loin du Pays de l'Eau.
Maseo souhaitait rester plus longtemps que ce que je n'avais prévu originellement, soit, jusqu'ici j'avais pris les rênes et j'acceptais volontiers de lui laisser un peu de mou. La suite lui incombait, jusqu'au départ, du moment que la halte ne durait pas plus que nécessaire.
By NenaKonstanZ

____________________________________________

avatar
創業者 | Personnage Non-Joueur
創業者 | Personnage Non-Joueur
PNJ
Messages : 81
Date d'inscription : 16/05/2015


Re: Halte à Tanzaku [feat Maseo]    Mar 18 Aoû - 20:34



Une arrivée impromptue



PNJ:
 

Nikishi. Nikishi Fûma. C'est ainsi que se nommait notre jeune héroïne. Celle la même qui était partie à la recherche de deux Kirijin envoyés en mission pour le compte du village de l'Eau. Fûma ? Ce nom de clan vous semble familier ? Vous ne vous trompez pas, notre petite Nikishi faisait bien partie de cette famille normalement résident du pays de la Pluie. Il est, je pense, important de détailler un tant soi peu l'histoire de cette gamine de 18 ans pour mieux saisir sa personnalité. Cette dernière n'a jamais connu le village de la pluie, son père était tombé éperdument amoureuse d'une Fûma aux cheveux blancs comme la neige lors de la dernière guerre. Après maintes et maintes épreuves et avec force de conviction,  son père eut finalement l'autorisation de ramener sa mère au village de Kiri. Leurs prénoms importent peu pour l'histoire et de toute manières, les deux tourteaux sont morts très jeunes, alors que Nikishi n'était encore qu'une enfant. Un hasard ? Par pour elle, elle y croit dur comme fer. La jeune femme se croit maudite, et cela, bien avant même sa naissance. Par qui ? Le chef du clan Fûma, ne supportant pas qu'un pays rival et assoiffé de sang comme Kiri prenne une de leur femme. Et pas n'importe laquelle. La sœur même de cet homme. Le chef des Fûma ne pouvant imaginer laisser sa sœur partir avec un étranger, n'eut qu'une seule idée en tête : Tuer le père de Nikishi. Lors d'une bataille acharné, c'est finalement le Kirijin qui eut raison du Fûma. En mourant, ce dernier à craché toute sa haine sur l'homme, maudissant verbalement le géniteur de notre héroïne.

On ne peut pas vraiment savoir si toute cette histoire est véridique, mais depuis ce jour, son père n'a cessé de lui clamer haut et fort et les ennuis se sont multipliés. Sa mère est morte peu de temps après sa naissance, laissant un père effondré. Elle est naît avec une particularité étrange. Son père, qui espérait avoir une enfant aux cheveux blancs comme sa défunte épouse, eut son vœux qu'à moitié exaucé. Littéralement. La petite est naît avec la moitié du corps possédant une  pigmentation différente de l'autre. Ainsi, ses cheveux et sourcils sont à droite, complètement blanc et à gauche, complètement noir. Pile à la transversal de son visage. L'un de ses yeux est sombre et teinté d'un rouge bordeaux, l'autre violet, comme un sorte rubis étrange. Avec cela, un trouble du comportement, schizophrénique. En réalité, il n'y a pas une, mais deux Nikishi. Tel le jour et la nuit, possédant l'un et l'autre leur propre caractère, l'une terriblement douce, timide, calme et profondément sérieuse et respectueuse, presque triste, l'autre est beaucoup plus joyeuse, ouverte aux autres, véritable boute-en-train et capable de s'amuser d'un rien. Mais également terriblement violente et sauvage lorsqu'elle se mettra en colère, véritable démon. Elle ne sera pas non plus très excitée, mais un sourire sincère s'affichera sur son visage candide. Tantôt gamin … Tantôt terriblement malin, malicieux. Telle pièce de monnaie qui peut à tout moment basculer de pile à face, la jeune fille est très instable niveau caractère. Un point commun : la malchance au quotidien. La malédiction, une fois de plus ? Certainement. Il lui arrive un tas de petits problèmes, des coups sortis de nuls part. Elle possède bien souvent tout un tas de pansements, un peu partout sur le corps et sur le visage. Toutefois, elle est devenu grâce à son pouvoir génétique que l'on découvrira peut être plus tard, un véritable atout pour son village. Malchance ne rime pas avec maladresse. Elle est très habile et a su devenir une Kunoïchi importante de son village, ayant le grade de Juunin.

Voilà donc cette jeune fille qui accompagnera l'un des deux Kirijins dans sa future aventure. Elle avait eu l'ordre express du Mizukage de rejoindre l'équipe partie à la pèche aux informations à Suna. Ce qu'elle fit sans se poser la moindre question ou ne serait le moindre début de soupire. Elle devait apporter à l'un d'entre eux, se prénommant Maseo, un ordre de mission d'une extrême urgence, tandis qu'elle prendrait sa plache aux côtés d'Hachikô. Nikishi avait également eu vent d'une escale qu'ils devaient tout deux faire à Tanzaku, ce pays neutre où elle allait mettre les pieds pour la première fois. Après maintes et maintes interrogations de passants et de commerçant, elle finit par trouver l'auberge où les deux Shinobi s'étaient attablé. Elle entra, l'air tout aussi calme et détendu qu'elle pouvait avoir habituellement et sourit timidement en arrivant à leur table. Notre petite Fûma ne connaissait ni l'un ni l'autre.

« Hachikô-San, Maseo-San. Veuillez excuser mon impolitesse et venir vous déranger en plein repas. »

Elle salua de manière traditionnelle, en se baisant face aux Kirijins, d'une manière totalement respectueuse, le genre d'honneur qu'on réserve à ses aînés ou ses professeurs. Vêtue d'un kimono aux teintes sombres et aux motifs légers parsemant le tissu, elle se redressa et prit la peine de tendre le parchemin de mission à Maseo.

« C'est pour vous. Notre Mizukage souhaite vous réquisitionner sur une mission d'urgence. Quant à moi, j'aurai l'honneur de vous accompagner durant cette mission, Hachikô-San... Je m'appel Fûma Nikishi, Jônin de Kiri.  »

avatar
水 | Kiri no Oinin
水 | Kiri no Oinin
Hakkuru Hachikō
Messages : 447
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 23
Localisation actuelle : Mizu no Kuni

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2368
Expérience:
103/500  (103/500)

Re: Halte à Tanzaku [feat Maseo]    Mar 18 Aoû - 22:10

____________________________________________


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Une halte dangereuse [pv Misto]
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Sauter vers: